Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Le chant des possibles

Pour le textophoto de Marie Sourire et

Pour l’ atelier de Zazabelle chez Ghislaine

les mots imposés : eauport, profondeur, sillage, trace , naviguer

mots ajoutés ; coquille, bateau, océan, huitre, s’ensabler, bivalve.

p1030350_thumb

« Piégée, je me débats pour sortir de l’impasse. Ma coquille ne me protègera pas de ses mains assassines, je vois sur son sillage que le combat est vain, nombre de mes consœurs y ont perdu leur âme, faut- il toujours croire que tel est mon destin ? Le ciel est bleu de toutes mes espérances, mais se voile aussitôt de mes cris en souffrance. Qui peut comprendre l’angoisse qui m’étreint seule entre ses mains ? Où m’emmène- t- il ?, pour quelle transhumance ?dans ce panier en bois aux barreaux clairsemés ? Etroitement liée aux autres détenues, au rythme de ses pas j’ me balance, perdue dans mes pensées d’un ailleurs inconnu. Sur le fil de ma nuit blanche s’égrènent les secondes, en pause et en silences. Le goût salé de la liberté me ronge, mon espoir en fins réseaux s’ensable. Reverrais- je – un jour les vastes prairies de l’océan fleuri ? Je voudrais croire que rien n’est fini, que mes peurs naviguent sans esprit.

dscn0658a_thumb

Mais voilà que ma prison éclate, l’homme terrassé par on ne sait quel mal, git sur le quai du port, la main sur sa poitrine. Je roule, roule et roule encore jusqu’à toucher la coque d’un bateau et suprême délice l’eau dans laquelle je glisse. En vagues de caresse, les courants effleurent mes reins. En suspension mon corps s’enivre du chant des profondeurs, nulle trace d’angoisse, me voilà de nouveau parmi les miens. »

– « Encore Sibelle , raconte encore » réclament les autres bivalves buvant littéralement les paroles de la belle huitre.

– « L’homme n’est il pas notre ami? » questionne Elvire la moule de bouchot.

– « Pas plus que l’huitrier pie, le crabe ou l’étoile aux pieds ambulacraires » lui répond Sibelle

Si vos pas vous mènent au port de Meyrans, arrêtez vous quelques temps et tendez bien l’oreille peut – être le chant des possibles vous sera susurré.

21 Réponses

  1. J’en reste baba, c’est un texte digne d’une écrivaine, d’une poètesse..C’est sublime…
    Je me demande si je vais oser publier le mien, après ça..
    Je demande la place numéro un pour cet excellent texte..

    J'aime

    23 janvier 2011 à 22 h 43 min

  2. Ghislaine

    J’en reste «  »au rhum » » »(voir com Seph) moi de cette prose !!!!!!!!!!
    la complainte de l’huitre par Jazzy
    dieu que c’est beau !!
    du coup j’me demande si j’vais encore en manger !!!

    J'aime

    24 janvier 2011 à 8 h 03 min

  3. C’est un très beau texte qui finit bien pour l’huitre.
    Je ne mange plus d’huitre, je suis malade à chaque fois, j’avais du rêver de ton texte.
    Bravo Gisèle, bisous.

    J'aime

    24 janvier 2011 à 9 h 37 min

  4. tu devrais l’envoyer à agamède, gros consommateur d’huitres! mdr! ça le fera peut-être réfléchir avant d’en engloutir treize à la douzaine!

    très beau texte en effet, je pense comme zéphyrine, du haut niveau! bravo jazzy!

    bonne journée
    gros bisous!

    J'aime

    24 janvier 2011 à 12 h 19 min

    • Warembourg Patoch

      Il ne faut pas dire sa ……car c’est bon les huîtres :
      Par mont et vallée
      Huitres a ruisselé
      Sans même s’attristée
      Elle s’en est allée, avalée
      Sans même un remord
      Elle connait son sort
      L’humain à t-il tort
      De leurs jeter un sort
      Malgré l’huitre mangée, sa mélodie vibre encore en moi
      Un délice née pas pour l’éternité, mais pour s’éteindre moi
      Comme on dit si bien, on ne vit pas pour manger
      Mais on mange pour vivre, mais pas pour l’éternité.
      moi aussi je ne veux pas savoir par quel animal je vais être manger………….. !
      Lol et voilà une autre façon de penser ! Amitié en cette journée !

      J'aime

      13 mars 2011 à 16 h 48 min

  5. 2011 Fr@l

    Bin dis donc on dirait du Chakespire ! Sans rire … Bravo !
    Bises
    Fr@ne

    J'aime

    24 janvier 2011 à 12 h 29 min

  6. Joliiiiiiiii!
    Superbe texte Gisèle!
    Merci de tes passages chez moi. C’est toujours un régal de te lire.
    Bises bonne semaine

    J'aime

    24 janvier 2011 à 17 h 58 min

  7. Mince j’ai d’abord pensé à une esclave noire comme il y en avait dans le passé et me voilà avec une huitre, bonne chute,
    merci
    Bisous
    Mamie Mandrine

    J'aime

    24 janvier 2011 à 18 h 21 min

  8. Très bien et judicieux cette association de deux ateliers …. Bravo bisous

    J'aime

    24 janvier 2011 à 22 h 49 min

  9. Curieux…Je suis venu relire ce magnifique texte et j’ai noté que mon commentaire n’y est plus…Peut-être que je dormais déjà au moment où je l’ai écrit.

    Petit à petit, ton écriture nous a fait découvrir une si belle perle au sein de ce chant des possibles…Et puis j’ai relu en variant le champ des métamophores et le texte m’a séduit plus encore….Et ce matin, j’ai trouvé que ce chant est un bel hymne à la liberté. En tant que crabe à la naissance, je rafole des huitres et j’ai en commun avec elle une carapace assez épaisse…Riress.
    Je te souhaite une magnifique journée…Si j’ai le temps, je me laisserai tenter pas Dali qui est un peintre qui me fascine tout comme toi.

    Bisous Jazzy.

    J'aime

    25 janvier 2011 à 14 h 19 min

  10. Pingback: Récapitulatif Atelier Zaza chez moi / Thème les bateaux/ « Atelier Ghislaine

  11. C’est très bon, Jazzy… Et les huitres aussi, je suis bien content, grâce à toi, j’ai pu avoir le sentiment de l’une d’entre elle. Bon, la prochaine fois que j’en mange je leurs demanderai pardon.

    J'aime

    25 janvier 2011 à 18 h 19 min

  12. soryu64

    Personne avant toi n’avait eu l’idée de nous parler de la souffrance des huîtres. Je l’ai bien soupçonné, quelquefois, quand de la pointe de mon couteau je titillais sa fragile membrane. La voir se rétracter de si vive façon ne me faisait pas particulièrement plaisir et je te l’avoue, je n’ai jamais mangé (en très petite quantité), que celles qui me regardaient d’un œil qui ne paraissait pas torve ! 😀 Bravo Gisèle pour ce beau texte.
    PS : les huîtres peuvent dormir tranquille, ce n’est pas ici que je vais en dénicher

    J'aime

    25 janvier 2011 à 22 h 50 min

  13. Pingback: Récap du Textophoto Nouveau ! « Mariessourire essence d'émotions

  14. coucou, je suis orpheline de mots devant tes mots…………..Je n’ai jamais mangé d’huitres et cela ne risque pas de changer.
    bisous bisous douce nuit

    J'aime

    27 janvier 2011 à 21 h 50 min

  15. marieange

    Quelle beauté, ton texte. Il fait vibrer !
    et la musique est belle
    merci pour cette jolie lecture.
    marieange

    J'aime

    29 janvier 2011 à 12 h 31 min

  16. C’est très beau et j’y trouve les touches de fantaisie que j’aime. Ainsi, je pense que je vais renommer une de mes collègues du joli nom… d’Elvire 🙂

    J'aime

    30 janvier 2011 à 16 h 00 min

  17. très beau
    je n’étais pas passé chez tout le monde
    mes bisousssssssssss

    J'aime

    31 janvier 2011 à 14 h 02 min

  18. Pingback: Le Récap définitif du Textophoto Nouveau « Mariessourire essence d'émotions

  19. et voilà que l’huître se met à chanter et que tout devient possible
    une complainte en fantaisie, voilà qui m’éloigne de mon quotidien !
    pauvre homme qui se meurt d’une crise cardiaque, si ce n’est l’huître qui doit mourir, ce sera donc lui ?
    sourire
    bisous Toi !

    J'aime

    3 février 2011 à 0 h 25 min

  20. Pingback: Textophoto Nouveau : le résultat « Mariessourire essence d'émotions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s