Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Un jour elle s’est tue

Pour l’ atelier de Zazabelle chez Arlette

Briquet , carreau, coup , café , montagne , bleus

Charbon , haveuse , veine , électricité, puits, Electra

07-haveuse_telecommandee_electra

Aujourd’hui 23 avril il se souvient avec ses amis , sa famille de ce jour qui marqua la fin du

charbon en Moselle , la fermeture du dernier puits. Ce fameux vendredi de 2004 à la Houve , le bruit de la haveuse s’est définitivement tu . Il regarde ses mains celles qui ont donné à cette terre le parfum d’un espoir  qui aujourd’hui a fui . Des bleus à l’âme , il ne les compte plus mais  ce coup là, il en est encore meurtri .  Le briquet à la main il rallume sa pipe , dans la fumée  s’accroche tout ce qui rythmait sa vie, le rugissement d’Electra la fée de l’électricité, la descente dans le puits 900 mètres sous terre pour retrouver  la veine aux pépites noires , le café où chacun  allait  de son petit refrain  le soir avec entrain .

la mine de charbonLes haveuses vues par Morette 

Maintenant le carreau ne vit plus  que par le musée et le nom d’une salle  de Forbach . Des spectacles comme  “ les enfants du charbon” font vibrer les cœurs par delà la montagne , dont le  sommet ne  donne que le vertige du  souvenir , celui d’une grande aventure humaine .

01-vue_generale_du_site_de_la_houve_-_puits_3_et_4

* les enfants du charbon

*La Houve

*hommage à la Houve

 

12 Réponses

  1. Ghislaine

    ben toi alors tu t’en sors super bien………..
    moi j’ai galéré……mais c’est fait…………

    J'aime

    31 janvier 2011 à 19 h 11 min

    • C’est un sujet qui me tient à cœur étant lorraine et de Moselle depuis ma naissance.
      Bisous

      J'aime

      31 janvier 2011 à 19 h 17 min

  2. marieange

    merci de m’avoir fait découvrir en même temps que tes écrits, cette Houve.

    J'aime

    31 janvier 2011 à 21 h 27 min

  3. soryu64

    j’hésite à faire cet atelier ! Vous, les gens de là-haut en parlaient si bien, avec tellement d’émotion et de puissance que j’ai bien peur, moi la fille du Sud qui ne connaît que le soleil, de ne pas être au diapason. J’ai failli le faire en détournant le sujet, j’ai eu peur de vous froisser, de paraître irrespectueuse. Bon, je crois que je vais me contenter de lire pour cette fois.
    Je vais de ce pas ouvrir les liens que tu as mis.

    J'aime

    31 janvier 2011 à 21 h 38 min

  4. 2011 Fr@l

    Restent les terrils plantés de verdure …
    Et les plaintes comme un lourd murmure …
    Délit mineur …
    Au ventre la peur …
    Germinal lorrain …
    Prive de pain …

    Bonne journée
    Fr@ne

    J'aime

    1 février 2011 à 10 h 05 min

  5. claudielapicarde

    Toute une époque qui a disparu, ils restent les anciens pour en parler de ce métier si difficile mais qu’ils aimaient.
    Dans le département à côté du mien c’était les mines de charbon.
    bisous

    J'aime

    1 février 2011 à 11 h 08 min

  6. monbanc

    Un monde qui à façonné nos vies, comme le monde de la sidérurgie.
    Pays noir dont le sang coule en moi, pays du feu qui a tracé sa route au travers des mémoires.
    Superbe ce texte

    J'aime

    1 février 2011 à 11 h 28 min

  7. Même quand tu vas au charbon, mine de rien, tu t’en sors admirablement bien….Sourires.
    Bisous.
    PS…Il est vrai que c’est un univers fascinant. Un jour, après avoir visité une mine, je fus très touché par la force et le courage qu’il fallait (et faut) pour travailler dans les entrailles de la terre.

    J'aime

    1 février 2011 à 13 h 23 min

  8. C’est beau, un documentaire.

    J'aime

    2 février 2011 à 18 h 03 min

  9. Pingback: L’atelier de Zaza ne s’arrête jamais : Billet récapitulatif de l’atelier de ZazaBelle chez Pélagie « Monique-Mauve

  10. un sacré écrit et présentation
    mes bisoussss

    J'aime

    3 février 2011 à 18 h 51 min

  11. Plus que magnifique ce que tu as fait à mes yeux, je suis en moselle. Ici tout est détruit, les mines, les usines , les régiments.
    Les usines, les régiments tombent en ruine, abandonnés, les mines s’effondrent. On préfère en hauts lieux d’acheter ailleurs sans se soucier des conditions de travail. On pense à l’avenir d’une armée de mercenaires.
    La pente est savonnée, et on a pas encore atteint le bout.
    Merci pour eux de ton souvenir.
    bisous bisous douce nuit prends soin de toi.

    J'aime

    6 février 2011 à 23 h 14 min

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s