Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Autour de “Chevrotine” avec Eric Fottorino à la médiathèque

P4100420 

Chevrotine un livre où le suspens n’existe pas puisque d’emblée , Alcide se désigne comme l’assassin : “Toutes les femmes attendent le grand amour . Ta mère cherchait son assassin” En partant de là nous allons assister  à une incroyable plongée dans l’univers de deux êtres que tout a priori semble séparer et qui pourtant vont s’aimer. Autant Alcide est un homme simple façonné par son métier de marin d’abord puis de boucholeur ensuite , autant Laura semble plus complexe maitrisant le langage, le vocabulaire et les idées . Alcide tout au long de ce roman veut écrire une lettre à sa fille Automne pour lui expliquer pourquoi il a tué sa mère mais même en remontant dans ses souvenirs il ne retrouve pas au bout de ces vingt années passées le facteur déclenchant. En quelque sorte il idéalise encore Laura dont il ne veut conserver que le meilleur côté. Tout commence par une histoire d’amour  et se finit dans la solitude.

Présent à la médiathèque de Metz dans le cadre de l’été du livre  Eric Fottorino  a parlé de son livre et de sa façon d’écrire . Comme il le dit lui – même,  il œuvre dans son roman un peu comme Simenon , s’attachant à creuser dans l’âme des personnages qu’il met en scène . Il reste fasciné par les personnalités troublées , si Alcide se libère de Laura en la tuant ,  Laura elle aussi semble attendre qu’on la délivre de cette partie d’elle même qu’elle ne maitrise pas  , c’est comme si elle ne pouvait mourir que des mains de l’homme qui l’aime . Renouant avec un thème déjà abordé dans un précédent roman Eric Fottorino pose aussi ici le problème de la filiation. Comment ce lien qu’Alcide entretenait  avec ses fils a – t il pu se dénouer à ce point . Qu’est ce qu’être père quand la vie amoureuse prend une telle ampleur ?

Voici quelques phrases extraites de ce livre que j’ai lu d’une traite et qui aura un prolongement cinématographique dans peu de temps . 

Chapireau savait les vents et les courants dont il percevait les variations au bruit des vagues sur la coque . Caresse léchée du Gulf Stream, claque franche du Labrador, tintement léger des courants du Sud. La mer était son encyclopédie “

Certains êtres vous démolissent à coups de poing. Laura frappait avec des mots. Des soupirs et des mots . Des silences et des mots.”

“Les jours d’après , le jour se sépara de la nuit. Il y eut Laura la douce le jour. Laura la dingue la nuit. C’était Laura et ce n’était plus Laura . Et tout s’inversa . Il y eut Laura la dingue le jour . Laura la douce la nuit . Et tout se mélangea encore “

“ Aveuglé par l’amour , Chapireau ignorait ce qui se tramait dans le non-dit des jours et des êtres. L’eût – il deviné qu’il aurait dû résoudre un dilemme impossible avec au cœur de tout, l’enfant que Laura portait en elle comme une bulle de joie .”

Laura était entrée dans sa vie par effraction comme on casse une vitre. Son existence était devenue coupante . L’air et les mots s’étaient mis à cingler , et les regards , et les silences . Il s’était imaginé en homme amoureux . Il n’était qu’un géant de verre pilé.”

.

Publicités

10 Réponses

  1. Il est des couples à la destinée pas banale, de quoi écrire un roman justement ! Merci Jazzy… à retenir, bises de JB

    J'aime

    11 avril 2015 à 17 h 04 min

  2. Pingback: 4 clefs de la Reine | Espace perso d' ANTINEA

  3. Intéressant ces rapports de couple, c’est bien de connaitre le ressenti de l’auteur.
    Bises

    J'aime

    11 avril 2015 à 17 h 54 min

  4. Merci Gisèle. Oui, à retenir, en effet ! Agréable soirée,
    Bisous♥

    J'aime

    11 avril 2015 à 19 h 25 min

  5. un chouette résumé, et en plus tu as vu cet écrivain !! trop bien !!
    ils vont en faire un film !!
    un livre pas si facile à lire je trouve mais poignant-
    bonne soirée-

    J'aime

    11 avril 2015 à 20 h 09 min

  6. mireille du sablon

    …vivre à deux n’est pas simple, se découvrir mutuellement au fil des années sans finalement se connaître bien…en arriver à l’ultime…un livre dont je retiens le titre.
    Je suis allée sur la place mais trop de monde!
    Gros bisous du soir de Mireille du Sablon

    J'aime

    11 avril 2015 à 20 h 39 min

  7. Bonsoir, tu me donnes envie de lire ce livre. je vais voir si il est à la bibliothèque Bonne soirée MTH

    J'aime

    11 avril 2015 à 21 h 10 min

  8. un livre pas banal,,,,si je le trouve. Bisoussssssss

    J'aime

    12 avril 2015 à 17 h 24 min

  9. covixlyon

    Bonjour,

    Une invitation à découvrir une lecture passionnante?
    merci de ce partage.
    bonne journée
    @mitié

    J'aime

    13 avril 2015 à 8 h 28 min

  10. Florence

    Florence – Testé pour vous
    Tu donnes, par les passages que tu as choisis, envie de lire ce livre…mais j’avoue que j’en ai pas mal en attente donc je ne céderai pas à l’envie..mais je note quand même le titre et l’auteur, par que peut-être, un jour… 🙂
    Merci en tous les cas pour cet article qui donne envie de le découvrir…je te dis à très bientôt et passe une très très bonne journée…il fait beau, il fait chaud…ça sent l’été..mais en avril, ne te découvre pas d’un fil (j’ai dit ça à ma fille hier, elle m’a répondue « c’est quoi ce proverbe qui date des années 80 ! »…et oui, les années 80 pour elle (qui est née en 97), c’est presque le moyen-âge 🙂

    J'aime

    15 avril 2015 à 6 h 48 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s