Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Les chiens venus de l’Alaska dans les Vosges de 1915 à 1918

 

cooltext1860147218 Pour la communauté de Clara cliquez sur le logo

 

IMG_0002

En lisant le livre “les chiens de guerre” de Bruno Rouyer, je suis tombée sur ce chapitre qui m’a particulièrement intéressée, à savoir l’utilisation de chiens de traineaux venus de l’Alaska afin de permettre aux  troupes situées dans les Vosges de n’être jamais isolées, comme ce fut le cas pendant  l’hiver 1914/1915 où la neige tombait de manière ininterrompue et pouvait atteindre deux mètres d’épaisseur , mulets et chevaux n’étant dans ces conditions d’aucune utilité . Deux officiers français ayant vécu en Alaska avant la guerre,  le capitaine Moufflet et le lieutenant Hass  proposèrent, dès juin 2015 ,d’utiliser des chiens de traineau pour l’acheminement de tout ce qui était nécessaire aux soldats en position sur les crêtes des Vosges. D’abord l’idée offusqua plutôt l’état major attachée à la cavalerie , puis à force de patience ils arrivèrent à convaincre le général Maud’huy , commandant de l’armée des Vosges et d’Alsace  . C’est donc plus de 400 chiens qui firent le voyage depuis l’Amérique du Nord . René Haas chargea son ami Scooty Allan , un musher célèbre , de réunir une centaine de chiens de tête ainsi que tout le matériel nécessaire puis depuis l’Alaska ils  se mirent en route pour rejoindre le capitaine Moufflet à Québec . La première partie du trajet se fit dans une grande barge, la deuxième en train où des wagons Pullmann furent spécialement aménagés avec niches individuelles . Comme la couverture médiatique de l’opération n’avait pu être évitée , la précieuse cargaison était sous la protection des soldats d’infanterie canadiens, les Highlanders , car les espions allemands étaient partout . Moufflet dans le même temps   recruta auprès des Indiens et des trappeurs 300 autres chiens . Le 27 octobre 1915 le lieutenant Haas et Scooty rejoignirent Moufflet à Québec . Maintenant il s’agissait de traverser l’Atlantique et là personne ne voulait les emmener car les Américains jugeaient cela  beaucoup trop dangereux . Enfin alors que Moufflet n’y croyait plus , le capitaine du Pomeranien contre une somme d’argent importante accepta , mais il exigeait que les chiens soient dans les soutes et non sur le pont . Scooty réussit à lui prouver que pas un des chiens ne ferait du bruit et qu’ainsi ils ne sauraient être repérés .  Il passa toutes ses nuits auprès des chiens pour qu’ils restent silencieux et en effet ils le restèrent  . Pour qu’aucun sous marin ne repère le bateau le trajet se fit volontairement en zig zag , c’est donc au bout de deux semaines que le bateau arriva au Havre. Dans un premier temps Scooty forma les chasseurs alpins volontaires , leur apprenant à former les équipages pour les traineaux et à les commander en anglais .

IMG

Puis le 15 décembre chiens et hommes arrivèrent à St Amé près de Remiremont en train . Il faut savoir que ces chiens pouvaient transporter des charges de 400 kilos sur une distance allant jusqu’à 70 km , beaucoup plus résistants que les autres chiens de trait , ils montrèrent là toute leur efficacité  . Ils furent utilisés aussi pour transporter les blessés , pour aller réparer des lignes téléphoniques comme ils glissaient de manière silencieuse ils ne furent pas repérés et chaque fois qu’il fallait ravitailler en vivres ou en munitions les soldats. Ils eurent à subir aussi les méfaits de la guerre puisque en 1918 ils n’étaient plus que 247. A la fin de la guerre ils furent adoptés par les habitants de la région où ils se trouvaient ainsi que par des chasseurs alpins qui ne voulaient pas s’en séparer . Je tiens vraiment à vous recommander la lecture de ce livre qui vous montrera toutes les facettes de l’aide apportée par ces fidèles auxiliaires des poilus .

 

IMG_0001

Publicités

19 Réponses

  1. L’animal au service ce l’homme dans les guerres aussi… comme le cheval, pigeon etc… merci Jazzy, je découvre, bises de JB

    J'aime

    29 mai 2015 à 1 h 11 min

  2. Oh ! Vraiment intéressant, que cela Gisèle ! Merci de nous le partager ! Bon vendredi tout entier et agréable fin de semaine ! Bisous♥

    J'aime

    29 mai 2015 à 3 h 16 min

  3. Un de nos amis est musher et n’a pas moins de 9 chiens chez lui. Des voisins tous près qui n’ont pas à se plaindre puisque ces chiens n’aboient pratiquement jamais. Mais il faut vraiment les connaître pour pouvoir s’en occuper sans faire d’erreur. Les repas pesés, distribués selon la place qu’occupe le chien dans la meute etc… Je ne les ai approchés qu’au travers de la vitre qui sépare leur enclos de la maison. Promenades en montagne lorsqu’il y a de la neige, entraînement dans les forêts avec des traîneaux à roulettes, ces chiens ont un enthousiasme incroyable dès qu’ils sont attelés. Il m’en faudrait un pour m’aider à sortir de mon lit ce matin. Je vais arrêter de lire jusqu’à plus d’heure. Bises

    J'aime

    29 mai 2015 à 8 h 30 min

  4. Un article vraiment intéressant, en plus dans ma région.
    Les animaux et la guerre, là où les moteurs ne passent plus.
    En plus silencieux.
    j’ai tout lu, et je transmets à mon ami historien.
    Bon WEnd à suivre pour toi et les tiens.
    yann du 67 proche du 88, les Vosges.

    J'aime

    29 mai 2015 à 9 h 42 min

  5. covixlyon

    Merci pour ce partage de lecture, on ne pense pas assez au rôle des chiens ou autres animaux dans les conflits, il y a un livre sur une histoire vrai où un homme est mené devant le tribunal car il a décoré son chien de sa légion d’honneur.
    Bises

    J'aime

    29 mai 2015 à 9 h 58 min

  6. Bonjour Gisèle. Merci pour ce nouvel article. Encore des « oubliés » de cette sale guerre. J’adore ce que tu racontes, concernée à 100% par le sujet, mais aussi parce que je suis allée souvent dans cette région du front, dans les Vosges, en été, mais aussi sous la neige. Ce ne devait pas être une mince affaire là non plus !

    http://clio-se-balade.eklablog.com/le-col-du-bonhomme-en-hiver-a46985555

    Merci pour tous ces renseignements.

    Je me suis rappelé que Florence avait aussi abordé ce sujet, mais comme il y a beaucoup d’articles (et tant mieux ) c’est bien de reparler de ces aspects trop peu connus.

    http://florence.apln-blog.fr/2014/04/04/jai-teste-les-poilus-venaient-dalaska/

    Je te fais de gros bisous. Bonne fin de semaine. Francine Clio.

    J'aime

    29 mai 2015 à 11 h 28 min

  7. j’aime les chiens de traineaux ! j’aimerais même en conduire et les diriger un jour si je peux ! ceux sont de chiens courageux , qui ne refusent jamais l’effort , ils aiment plus que tout la neige ! j’ai vu pas mal de films sur ce sujet et j’ai bien aimé ! ton récit est très intéressant , j’aimerais bien un jour en rencontrer si je reviens dans les vosges mais l’hiver bien sûr ! bon week-end à toi aussi Gisèle et bonne fête des mamans un peu à l’avance gros bisous

    J'aime

    29 mai 2015 à 13 h 02 min

  8. Ce sont des chiens extraordinaires. Ils comprennent plus qu’on ne le pense, c’est ainsi pour beaucoup d’animaux.
    Sur mon balcon, en ce moment il y a un petit moineau qui piaille à la porte vitrée pour me faire comprendre que je dois lui donner à manger ! Il n’y a pas assez d’insectes en ce moment en ville et les oiseaux nous réclament encore leur nourriture. Mais j’hésite vraiment !
    Merci pour cette histoire incroyable avec ces braves toutous.
    Bon week-end Jazzy et gros bisous
    Annick

    J'aime

    29 mai 2015 à 13 h 49 min

  9. Il me semble que j’avais vu je ne sais plus quand un article la dessus mais que je n’ai pas lu en entier du moins. Le tiens tombe donc a pic et je me suis fait un plaisirs d’avoir plus d’infos du coup. Merci Superbe article

    J'aime

    29 mai 2015 à 15 h 52 min

  10. @nnie

    Bonjor Jazzy,
    J’avais lu cette histoire des chiens venus d’Alaska dans un journal je crois. Des bêtes fortes et intelligentes qui ont su donner à nos militaires.
    Ce fut une bonne décision puisqu’ils se sont retrouvés dans leur condition de vie. Ils ont été admirables ces chiens on ne peut que leur trouver des qualités.
    Merci pour ce bel article, bises pour cette fin de semaine.
    @nnie

    J'aime

    29 mai 2015 à 15 h 56 min

  11. très intéressant cette histoire…..de chiens….je vais , grâce à Wikipédia…je suis intéressée…Bravo les copines du net je progresse…Bzzz

    J'aime

    29 mai 2015 à 17 h 20 min

  12. mireille du sablon

    …on oublie trop souvent que les chiens ont fait un travail remarquable durant ces conflits. Un titre que je retiens dans ma longue liste de livres à lire.
    Bon w-end! Gros bisous de Mireille du sablon

    J'aime

    29 mai 2015 à 17 h 36 min

  13. Je ne connaissais pas cet épisode de l’histoire, merci pour le partage et bonne fin de semaine.

    J'aime

    29 mai 2015 à 17 h 56 min

  14. Ce que tu nous permets d’apprendre, c’est passionnant.
    Que cette période de célébration de la guerre 14/18 est l’occasion d’en apprendre tellement plus sur cette période !
    Je trouve cela extraordinaire et cela va se poursuivre pendant la même durée que la guerre, de 2014 à 2018…
    Merci pour cet article. Bonne soirée, bises G. Bonne soirée à vous deux.

    Merci pour ton commentaire sous l’article de l’Avenue Jean XXIII et surtout sous celui de sa magnifique chapelle.
    Navré de te découvrir avec le dos « broyé ». Le mien n’est que « froissé » depuis quatre jours…
    Mais dès que je bouge, cela se fait presque oublié et je suis certain que ce n’est pas ton cas.

    @ bientôt.

    J'aime

    29 mai 2015 à 18 h 36 min

  15. Je remplace « presque oublié » par « presque oublier »…

    J'aime

    29 mai 2015 à 18 h 39 min

  16. 400 kgs les pauvres toutous !!
    bel hommage à ces courageux animaux —
    ils ont droit à des honneurs ! pourquoi pas un mot sur les monuments aux morts ?
    je serais pour !
    merci Gisèle !! bisous !

    J'aime

    30 mai 2015 à 10 h 16 min

  17. Bonjour Gisèle
    j’avais déjà lu cette histoire
    c’est vrai que ces chiens sont formidables et ne sont contents que quand ils ils peuvent travailler
    il y a hiérarchie dans la meute
    j’aime ces chiens
    j’ai eu un Husky il était magnifique gentil il obéissait super bien
    il n’aboyait jamais il n’aimait pas rester dans la maison le plus souvent quand on l’appelait il venait chercher sa caresse mais ressortait aussi tôt.
    Merci pour cette belle histoire
    bon week end
    bises
    LILI

    J'aime

    30 mai 2015 à 10 h 28 min

  18. Florence – Testé pour vous
    Bonjour…Ah oui, en avril 2014, j’avais parlé de ce sujet. J’ai adoré cette histoire. Du coup, j’avais trouvé une BD que j’ai acheté. J’en ai donc parlé sur mon blog et l’auteur de la BD (et du film) est venu mettre un mot en commentaire sur mon blog. J’étais ensuite allée faire un tour sur son blog et j’ai regardé…c’est un sujet qui m’a passionné.
    La communauté de Clara nous permet de découvrir énormément d’anecdotes, de détails, de choses dont je n’avais jamais entendu parler ou si peu..à chaque fois, j’apprends et j’aime ça.
    Bravo pour ton article, qui est bien fourni, qui raconte bien et qui donne envie de découvrir.
    Je te souhaite une très très bonne journée et à très bientôt et bonne fête des mères à toi aussi 🙂
    Moi, pour ma fête, je vais me faire une Charlotte à l’ananas..hummmm, c’est trop trop bon 🙂 🙂 Bon, je vais la partager avec tous chez moi, mais je te le dis carrément : c’est ma fête alors je vais me tailler la part du lion (ou plutôt de la lionne) 🙂 🙂

    J'aime

    31 mai 2015 à 7 h 39 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s