Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Quand la chance sourit à Manon

 

12792770-ecriture-a-la-plume-d-39-encre-sur-le-papier-quelques-notes

Un clic sur les plumes pour aller chez Arlette , n’hésitez pas à participer à son atelier .

Atelier du 10 fev 2016 les mots

Afficher l'image d'origine

Depuis que Manon était arrivée en ville, elle avait presqu’oublié la soupente de la maison d’Hortense  Chantard  , ses solives en châtaignier qu’elle n’arrivait jamais à éviter quand la pénombre envahissait la pièce . La “Chafouine” comme l’appelaient les autres domestiques était chiche, en  lumière comme en tout , elle  mouchait les chandelles systématiquement dans les pièces qu’occupait le petit personnel dès son repas terminé  . Même si elle ne manquait pas de pistoles , elle économisait sur tout . Les cottes  étaient ravaudés jusqu’à la dernière trame  au point qu’on les prenait plus pour des oripeaux que pour de véritables  tenues . Le chasse -cousin servi en cuisine ne méritait pas le nom de vin , tout au plus l’appellation de vinasse   . Dans la grande maie il ne restait jamais suffisamment de pain pour les gens de maison . Manon ne pouvait gommer   les heures passées à essanger le linge . Elle se rappelait toutes les étapes : placer d’abord le sac de grosse toile contenant les cendres de  fayards garantissant  un lissieu  de bonne qualité,    verser ensuite l’eau bouillante,  brosser draps , torchons , chemises au savon avant de les mettre dans le cuvier, puis, après avoir enlevé le bouchon ,  récupérer dans la seille *, ce seau d’égoutture  le lissieu et recommencer encore et encore  jusqu’à ce que celui- ci   soit bouillant en sortant . Combien de fois avait elle répété  les mêmes gestes , elle ne saurait le dire mais ses mains abimées par la potasse en étaient bien le témoin . Comment avait – elle pu se résoudre  à  cette vie de besogne sans s’esbigner plus tôt , elle qui ne rêvait que de douceur et  de belles accordailles . Il avait fallu un accident de calèche près de l’estaminet la rincette “, pour que soudain la chance lui sourît. Un marchand ambulant d’affutiaux , coiffé d’une casquette en poil de lapin, avait effrayé les chevaux du cabriolet  de monsieur Etienne  Gagebois .  Il s ne purent garder bien longtemps la bonne trajectoire et  le cabriolet versa un peu plus loin dans le caniveau . Présente sur les lieux Manon se précipita  pour aider l’ occupant de l’attelage à s’extraire de sa fâcheuse position et prévenante s’enquit de sa santé :

“Tout va bien Monsieur ? “

Celui – ci frappé par la beauté de la jeune fille , resta comme interdit quelque temps . Mais bien vite il se ressaisit et dit :

“ Grand bien vous fasse mon enfant , à qui ai je l’honneur,  ? “

“ Manon , monsieur, je travaille au domaine de Médan “

Elle ne pouvait s’empêcher  de comparer cet homme à Paul Chantard le mari d’Hortense , toujours en ribote , qui avait  le parler d’une petite gouape des faubourgs.

“ Comment pourrais je vous remercier ? “ s’enquit Etienne  Gagebois

Manon hésitait, oserait – elle lui demander une place à son service . Rassemblant son courage elle répondit :

“ Ma foi, je ne sais si ma demande ne vous offusquera pas mais …..”

“ Je vous en prie , Mademoiselle j’insiste “

Rassemblant tout son courage Manon lui fit part de son souhait, certaine qu’il refuserait . Mais à sa grande surprise Monsieur  Gagebois parut enchanté et lui proposa de la raccompagner au domaine afin de s’entretenir avec monsieur et madame . Depuis elle vit comme  dans un nuage , son travail n’ayant  plus rien à voir avec les corvées de lessive, elle aide Etienne  Gagebois dans le choix des tissus pour son magasin . 

Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

* seille = seau

* lissieu = eau de cendres pour la lessive

 

Publicités

24 Réponses

  1. Une belle histoire très bien écrite qui se termine comme dans un conte de fées. Très difficile avec ces mots imposés peu communs pour la citadine que je suis. J’aime beaucoup la carte postale ancienne très belle. Bon week-end.

    J'aime

    13 février 2016 à 6 h 49 min

  2. Je suis épatée et enchantée de cette lecture où tant de mots du vieux français sont utilisés ! quel talent tu as, bravo.
    Et les illustrations sont parfaites.
    Très bon week-end

    J'aime

    13 février 2016 à 7 h 10 min

  3. Bonjour jazzy, ah toute une ribambelle de mots à placer… ceux-ci vont bien avec une histoire d’autrefois… bravo, merci à toi, bises de jill

    J'aime

    13 février 2016 à 8 h 24 min

  4. Bonjour Gisèle! Tu as fait la totale. C’est superbe. Et tu en as rajoutés. J’aime beaucoup. Et tu es restée, toi aussi dans l’esprit de Zola. Je suis en train de lire « La Terre ». J’aime, c’est quand même l’âpreté des gens de la terre qui est vraiment mise en évidence. A quoi ils ne sont pas prêts pour gagner des arpents donc des sous…
    Merci beaucoup. Je reviendrais prendre le lien, car avec mon nouveau joujou, je ne sais pas faire de « copier-coller » directement sur le blog. Je ne maîtrise pas encore tout. Je tatonne.
    Bises et Bonne journée

    J'aime

    13 février 2016 à 9 h 07 min

  5. Je n’avais pas vu, Merci pour la puB Je n’ai pas su prendre le lien.

    J'aime

    13 février 2016 à 9 h 09 min

  6. Bonjour …
    Belle histoire ! … Et félicitations à l’écrivaine ! …
    … Bonne journée … Amicalement … ¢ℓαu∂є …

    J'aime

    13 février 2016 à 9 h 12 min

  7. Bonjour Jazzy, tu m’apprends l’art de l’écriture et la compréhension de plein de mots. J’aime encore et encore apprendre … alors, merci !
    Cette carte est superbe aussi.
    J’espère que nous aurons bientôt de bonnes nouvelles de Marc sur son blog …
    Bonne journée à toi et gros bisous
    Annick

    J'aime

    13 février 2016 à 9 h 18 min

  8. Bonjour Gisèle, oh la jolie histoire si bien contée avec tous les mots. bravo , superbe ton défi. Bisous et bonne journée MTH

    J'aime

    13 février 2016 à 9 h 46 min

  9. Très beau défi et une superbe histoire Jazzy. Monsieur Gagebois a fait de la petite Manon une heureuse ! Plus de corvée de lessive, c’est chouette !
    La carte est superbe.
    Bises et bon samedi.

    J'aime

    13 février 2016 à 13 h 37 min

  10. Bravo, c’est très réussi et l’histoire est bien jolie, moi je suis à la recherche d’inspiration depuis quelque temps, j’espère que cela reviendra . Bonne journée et bises

    J'aime

    13 février 2016 à 14 h 14 min

  11. je passe rapidement te souhaiter doux week-end. Bisous

    J'aime

    13 février 2016 à 14 h 58 min

  12. mireille du sablon

    J’ai apprécié ton texte tout en imaginant ce que certains mots voulaient dire, des mots que nous n’avons plus l’occasion d’écrire…
    Bon w-end avec toute la chaleur que j’aimerais t’envoyer….
    Gros bisous de Mireille du Sablon

    J'aime

    13 février 2016 à 15 h 00 min

  13. Ça commence comme l’assommoir et ça finit comme au bonheur des dames, belle progression dans l’échelle sociale.
    Bon week-end.

    J'aime

    13 février 2016 à 15 h 11 min

  14. @nnie54

    Tu as l’art de marier les mots choisis Gisèle et cette histoire me plaît beaucoup. Bravo encore pour ce défi des mots. Pas de chauffage ? : / j’ai connu ça…je t’envoie un peu de chaleur mais qui ne sera que virtuelle…bises @nnie

    J'aime

    13 février 2016 à 16 h 34 min

  15. Ah ! C’est extra Gisèle ! Mille et un bravos + quelques autres en plus !
    Bonne soirée,
    Bisous♥

    J'aime

    13 février 2016 à 18 h 32 min

  16. Bonsoir Gisèle
    comme à ton habitude, un très beau texte qui raconte une belle histoire
    tu as vraiment l’art de faire des texte qui ont du sens
    moi j’en ai fait un tant bien que mal , mon esprit travaille au ralenti
    je te souhaite de passer une excellente soirée
    bonne saint Valentin
    et excellent dimanche
    LILI Bises

    J'aime

    13 février 2016 à 19 h 48 min

  17. Yvonne Anne

    Un texte fort agréable à lire et relire…et la dernière carte une petite merveille!!
    J’ai lu que tu avais un problème de chauffage…je t’envoie par le Net toute la chaleur possible.
    J’espère que la Moselle restera sage, malgré les pluies et la montée de ses eaux.
    Bises chaleureuses à toi, Jazzy.

    J'aime

    13 février 2016 à 20 h 33 min

  18. Ok merci. J’ai fait un essai; Ca marche. Mais je travaille tjs directement sur WP, je n’arrive pas à avoir Indows Live… Je bidouille souvent!!! Bon dimanche et bonne fête pour demain!

    J'aime

    13 février 2016 à 21 h 33 min

  19. C’est une bien belle histoire que tu nous contes aujourd’hui. On s’y croirait presque.
    Bisous

    J'aime

    13 février 2016 à 22 h 06 min

  20. une bien belle histoire qui se finit comme un conte de fée
    re-bonsoir
    Mandrine

    J'aime

    14 février 2016 à 19 h 10 min

  21. covixlyon

    Magnifique cette histoire, cela fait du bien en ces temps difficile qui rappellent le 19e dans nos rues.
    Bises

    J'aime

    15 février 2016 à 17 h 13 min

  22. Bonne fin d’après-midi Gisèle,
    Quelle belle histoire. En plus tu as détaillé la lessive et l’égoutture. Merci pour les détails, cela s’insérait tellement bien dans ton histoire. Quant à la rencontre entre Manon et le Monsieur, comme c’est romantique. Et cela finit bien, alors j’aime ❤
    Bisous et merci pour ce beau récit et les belles illustrations.

    J'aime

    18 février 2016 à 18 h 03 min

  23. Beau récit. Merci pour cette lessive à l’ancienne.

    J'aime

    19 février 2016 à 10 h 23 min

  24. Pingback: Récapitulatif de l’atelier… | De Vous à Moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s