Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

tautochrone

LE PETIT JEU DE LETTRES ( 71)

Pour le petit jeu de lettres de lady Marianne un clic sur le logo.

Cette fois ci Lady Marianne nous plonge dans le monde impitoyable de la physique , désolée mais que ce soit au niveau des jeux de forces, de l’optique , de la thermodynamique j’en passe et des meilleures , j’ai un souvenir des plus désagréables de cette matière. Il n’ y a que l’électricité qui trouve grâce à mes yeux . Je disais donc que nous devons trouver un adjectif avec ces lettres signifiant “qui  se déroule en des temps égaux et qui concerne la courbe en physique” . Bon si l’on considère que le temps c’est chronos ou chrone son dérivé le mot est facile à trouver, il n’y a plus qu’à se débrouiller avec le reste des lettres à savoir tauto le préfixe signifiant “le même” .

Tautochrone

J’avoue quand même que le joli dessin animé illustrant la courbe  me fascine, je ne suis pas contre  du tout mais je vais tacher de laisser de côté les formules qui montrent que la cycloïde est une courbe tautochrone . D’ailleurs mes deux personnages ne sont pas non plus de nature à creuser  les équations de Lagrange , d’Alembert ou Euler et le pourquoi de la relation avec le problème isochrone du puits de potentiel . Il faudrait que je demande à un autochtone du monde de la physique pour continuer dans cette direction et je n’en ai pas sous la main , car si je persiste  c’est la chute assurée dans un tourbillon sans fin de mes points d’ interrogations  .

pendant la fermeture du carnassier on pêche le silure aux vers

Photo prise sur le net ici

Horace et Hector voyant la météo en nette amélioration depuis quelques jours , décident de se retrouver  le week – end pour une partie de pêche  . Ecourtant son petit déjeuner , Horace met dans un torchon le reste de la baguette et du saucisson et s’en va rejoindre son ami sur les berges de la rivière . Le canot est bien là et le courant pas trop fort aujourd’hui, ce qui laisse à penser que le carnassier pourrait être au rendez – vous .

Hector de son côté vérifie que le matériel est au complet , il tourne et retourne toutes les boites quand Horace l’interpelle .

“ Tu as oublié  quelque chose ?

“ Oui, mon carnet et… ma tocante

“ Bah , tant que tu as les leurres , c’est pas bien grave “

“ Ben…. j’y ai noté la taille autorisée pour chaque espèce, je n’ai pas envie que le garde me tance pour un cm en moins “

“ T’inquiète, je l’ai à la bonne, la dernière fois j’ai remonté un silure énoooooooorme , tu aurais du voir le bestiau , il était bien content de ne plus voir ce monstre  se délecter à  outrance de tout ce qui se passe à sa portée .”

Ils embarquent et  s’installent dans un endroit calme de la rivière . Au bout d’une heure Hector a une touche , il ferre mais visiblement le poisson s’est méfié et n’a pas sauté sur l’hameçon .

“ Bah tu as du taquiner une grosse tanche, c’est que c’est méfiant ces bêtes la” remarque Horace

Quelques secondes plus tard c’est à son tour  de voir sa canne plier .

“ Là , c’est du lourd , ça tire un maximum et il se défend le bougre …..”

“ Whaouh c’est un superbe brochet , je viens de l’apercevoir “ remarque Hector .

Afficher l'image d'origine

Après un combat héroïque, le poisson est ramené dans la barque, le temps de prendre la photo et il est relâché   car Horace pratique le no- kill excepté pour le silure .

Heureux les deux amis entonnent en chœur  leur chanson fétiche :

 

 

Publicités

14 Réponses

  1. Physique et chimie pas ma tasse de thé non plus, je préfère la partie de pêche, celle qui laisse bredouille ou au contraire, miraculeuse… belles pièces pour ces messieurs !! Belle journée Jazzy, bises

    J'aime

    3 juillet 2016 à 1 h 45 min

  2. Bravo Gisèle ! Défi relevé haut la main ! Bon dimanche !
    Bisous♥

    J'aime

    3 juillet 2016 à 2 h 36 min

  3. C’est bien qu’ils relâchent les poissons pris. J’ai aimé ton texte avec ces mots c’était pas facile. Bon dimanche. Bises

    J'aime

    3 juillet 2016 à 7 h 15 min

  4. Bof la matière , je préfère et de loin ton texte Gisele……….bon dimanche

    J'aime

    3 juillet 2016 à 7 h 52 min

  5. un mot qui n’a plus de secrets pour toi-
    bravo pour tes anagrammes et ton histoire bien menée-
    je dois sortir – —
    gros bisous et bon dimanche-

    J'aime

    3 juillet 2016 à 8 h 21 min

  6. Bonjour …
    Moi aussi … je suis électricien de formation …
    Quand les  » ?  » chutent la question à disparue et on attend plus de réponse …
    Y’en a des … comme ça … en Loire et dans la Maine …
    Bonne journée … Amicalement … ¢ℓαυ∂є

    J'aime

    3 juillet 2016 à 8 h 54 min

  7. Beau texte…superbes ces prises de vues….Bon dimanche…Bisous

    J'aime

    3 juillet 2016 à 11 h 12 min

  8. Bonjour Gisèle, j’aimais bien la physique et la chimie, mais que c’est loin tout ça. Un défi superbement relevé. Bisous et bonne journée MTH

    J'aime

    3 juillet 2016 à 13 h 39 min

  9. Félicitations pour cette superbe (et longue) histoire !
    Comme pour toi, la physique n’était pas ma tasse de thé à l’école…
    Bises et bon dimanche
    Béa kimcat

    J'aime

    3 juillet 2016 à 14 h 22 min

  10. Et une pêche bien illustrée. Quant à la chanson, elle est bien choisie.
    Béa kimcat
    http://kimcat1b58.eklablog.com/

    J'aime

    3 juillet 2016 à 14 h 23 min

  11. martinedujdv

    ah là pas de souci pour la taille minimum …. j’hallucine !!
    d’un autre côté, est ce mangeable ??
    merci Jazzy !
    bon week end !!

    J'aime

    3 juillet 2016 à 14 h 24 min

  12. Anonyme

    …. mais c’est un monstre que tu nous montes là… je parle du poisson bien sûr!
    Quand au brochet, que de souvenirs avec mon père quand il en ramené un, il n’y avait pas de silure à l’époque…!
    Bises de Mireille du Sablon

    J'aime

    4 juillet 2016 à 6 h 30 min

  13. défi relevé avec brio ! bravo mon amie bon lundi gros bisous

    J'aime

    4 juillet 2016 à 12 h 31 min

  14. Ouf ! J’ai cru que j’allais être contraint de me farcir un cours de physique : tout ce que je haïssais au lycée autant que j’adorais la chimie !
    Grâce aux cieux, j’assiste à une partie de pêche qui me rappelle celles auxquelles je participais avec mon papa en Bretagne. Mais nous ne pêchions ni silure ni brochet : nous n’attrapions que des gardons ou des anguilles rien de plus.
    Les deux compères pratiquent cet art de la détente pour le plaisir et je constate qu’il récompense le valeureux poisson qui a résisté en le rejetant à l’eau : fort belle façon de pratiquer !
    Quant à la chanson fétiche des deux compères, elle est fort bien choisie ! Rien de lus poétique qu Renaud pour un moment de poésie au bord de l’eau.

    J'aime

    5 juillet 2016 à 0 h 52 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s