Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Albert Camus

Pour l’abécédaire philosophes et auteurs chez Violette, un clic sur le logo

IMAGE CITATION 24 (citations illustrées)

Philosophe, écrivain , romancier, dramaturge, essayiste   Albert Camus est né le 7 novembre 1913  à Mondovi  en Algerie et mort le 4 janvier 1960 à Villeblevin dans l’Yonne . Son engagement politique et littéraire est entier et provoque la rupture avec certains de ses amis . Le 8 novembre 1945 par exemple  il est le seul intellectuel occidental à dénoncer l’usage de la bombe atomique dans “Combat” quelques jours après le bombardement d’Hiroshima .

Ses prises de position pendant la guerre d’Algérie lui vaudront aussi pas mal d’inimitiés . En 1956 il défendra  l’idée d’une trêve civile à Alger qu’il sera obligé de  quitter sous protection .

Une année plus tard il se verra attribué le prix Nobel de littérature . A un étudiant qui l’interroge à Stockholm sur le caractère juste de la lutte pour l’indépendance menée par le FLN il répond :

« J’ai toujours condamné la terreur. Je dois condamner aussi un terrorisme qui s’exerce aveuglément, dans les rues d’Alger par exemple, et qui un jour peut frapper ma mère ou ma famille. Je crois à la justice, mais je défendrai ma mère avant la justice »

Les deux axes forts  de sa philosophie

  1. L’absurde

Pour lui la condition finie de l’homme se présente à travers l’absurde et la révolte  . L’homme a le choix d’un devoir être dont chacun assume la responsabilité

« Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d’être vécue, c’est répondre à la question fondamentale de la philosophie »

Le monde est absurde mais le monde est , c’est l’évidence qu’il faut accepter , le questionner c’est se rendre compte qu’il est différent , un univers auquel l’homme est étranger .

 Dans l’expérience de l’habitude du  quotidien,  l’homme et le monde ne font qu’un,  mais lorsque l’interrogation arrive le monde s’écroule : 

imagicreation 24

“ Commencer à penser , c’est commencé d’être miné “

L’avenir aussi est vite perçu comme un non sens par excellence,  car le lendemain du lendemain, du lendemain c’est le néant . L’incessant demain prive l’aujourd’hui de son sens . Le temps des choses est inhumain puisqu’il va toujours au delà de l’existence .

“ L’absurde nait de cette confrontation entre l’appel humain et le silence déraisonnable du monde “

L’homme désire le bonheur mais il est de suite confronté à sa condition d’étranger dans l’ordre du temps .Il est capable de penser l’infini et de le désirer. Les traditions religieuses témoignent de ce que l’homme trouve insupportable de reconnaitre sa finitude dans un monde privé de sens . L’existence dans l’habitude, sans interrogation ,  permet de ne pas  se penser , de ne pas voir la séparation de l’individu par rapport à l’infini et à  l’éternel . Les deux mécanismes ont le même objectif distraire et consoler les hommes de leur finitude .

 

PB010081

2 la révolte

Le thème de la révolte est aussi crucial chez Camus ,  ce “non ! “ le plus élémentaire  définit un idéal positif de l’humanité . Aucune révolte n’existe qui ne comporte pas ce devoir-être implicite de l’humanité. La révolte est forcément collective  et part des valeurs communes partagées que certains ont foulé aux pieds . Il ne s’agit pas d’une fraternité “contre” mais   “pour”  , elle réside dans l’action qui décide ce qu’est le “pour” auquel on ne veut pas renoncer .

La réponse à  la question de l’absurde est cette révolte qui permet de vivre l’absurde .

« La solidarité des hommes se fonde sur le mouvement de révolte et celui-ci, à son tour, ne trouve de justification que dans cette complicité”

IMGP5141

Mais  Camus parle d’une révolte humaniste ,  dans “l’homme révolté” il met d’ailleurs en garde contre toutes les dérives possibles des idéologies  :

 « Dans la mesure où Marx prédisait l’accomplissement inévitable de la cité sans classes, dans la mesure où il établissait ainsi la bonne volonté de l’histoire, tout retard dans la marche libératrice devait être imputé à la mauvaise volonté de l’homme. Marx a réintroduit dans le monde déchristianisé la faute et le châtiment, mais en face de l’histoire. Le marxisme, sous un de ses aspects, est une doctrine de culpabilité quant à l’homme, d’innocence quant à l’histoire. Loin du pouvoir, sa traduction historique était la violence révolutionnaire ; au sommet du pouvoir, elle risquait d’être la violence légale, c’est-à-dire la terreur et le procès. »

Ce que Camus veut c’est pouvoir concilier justice et liberté et lutter contre toutes les formes de violence , défendre la paix en résistant, contestant .

“ La liberté est un bagne aussi longtemps qu’un seul homme est asservi sur terre “

En ces temps de grande incertitude et de bouleversements je ne peux que vous encourager à lire ses œuvres .

Publicités

16 Réponses

  1. Je connais plus son nom que son oeuvre… pourtant longue ! Pas fait de vieux os, cette liste aurait pu en contenir d’autres écrits s’il avait vécu davantage, merci Jazzy, sacré billet !! Bises

    J'aime

    12 novembre 2016 à 0 h 34 min

  2. J’aime beaucoup Albert Camus. Un de mes livres préférés est l’étranger. Je l’ai relu plusieurs fois. j’aime bien la peste aussi. Bon samedi. Bises

    J'aime

    12 novembre 2016 à 6 h 28 min

  3. Anonyme

    Bonjour d’Angers …
    Nous sommes tous des moutons et suivons un “dictateur élu” …
    Le “Veau d’Or” n’a pas disparu ! ..
    Bonne journée … Amicalement … ¢ℓαυ∂є

    J'aime

    12 novembre 2016 à 7 h 40 min

  4. 12 novembre 2016 à 8 h 05 min

  5. Superbe billet Jazzy, un sacré bonhomme cet Albert Camus. Merci pour ce bon moment de lecture.
    Un retour sur la toile progressif, la succession est réglée, et pour ce qui concerne la santé, je continue les investigations…. Bises et bon samedi

    J'aime

    12 novembre 2016 à 9 h 28 min

  6. sevylivres

    Déjà lu l’étranger et la Peste de Camus. Mais c’était il y a longtemps !

    J'aime

    12 novembre 2016 à 9 h 30 min

  7. Un billet très philosophique sur les paroles et pensées de Camus que je n’ai jamais lu…peut-être un jour.
    Merci Gisèle pour ce beau billet qui donne à penser.
    A plus, bisous, @nnie

    J'aime

    12 novembre 2016 à 10 h 12 min

  8. Très bel article avec de belles paroles de Camus et belles photos.Bon week-end

    J'aime

    12 novembre 2016 à 10 h 28 min

  9. marinachili

    Merci de cet article et de ta fidélité à ce jeu
    Bisous

    J'aime

    12 novembre 2016 à 10 h 51 min

  10. un très bon article pour cet ABCDR – j’ai apprécié— de bonnes infos- connu de nom mais tout compte fait j’en savais peu- trop peu-
    bisous et bon samedi-

    J'aime

    12 novembre 2016 à 10 h 57 min

  11. lespigaou30

    J’aime Albert Camus et sa philosophie qui rejoint mes pensées.
    Marx est à mon sens une utopie.
    Je te remercie pour ce merveilleux billet.
    Tu m’as donné envie de relire ses oeuvres
    Passe une excellente journée
    Je t’embrasse
    Maryse http://lespigaou.canalblog.com/

    J'aime

    12 novembre 2016 à 11 h 24 min

  12. Un philosophe qui est toujours d’actualité … surtout ces temps-ci. Le monde n’est pas simple, surtout si on cherche à tout analyser et tout comprendre. Ne retenir que les gens qui agissent pour le bien de l’humanité … suivre ce qu’ils nous disent, ce qu’ils ont écrit s’ils ne sont plus là. Ne pas voter n’importe qui, juste parce qu’on est pas content ! n’est-ce-pas les américains ?
    Je n’ai pas lu Camus ni les autres, pas eu le temps car il fallait travailler … et j’apprécie donc, sans doute plus que les autres, ton article.
    Gros bisous

    J'aime

    12 novembre 2016 à 11 h 25 min

  13. J’ai lu l’étranger grâce à un ami qui est fan de Camus et je ne le regrette pas 🙂 Très bel article, merci

    J'aime

    12 novembre 2016 à 12 h 32 min

  14. Jamais lu mais là tu intrigue et donne envie. Bisousss

    J'aime

    12 novembre 2016 à 14 h 10 min

  15. josse21

    J’ai lu et relu l’étranger, c’est le seul livre de cet auteur que je connais.
    Bonne fin de semaine.

    J'aime

    12 novembre 2016 à 18 h 35 min

  16. covixlyon

    Jean-Paul Sartre a tant fait pour le démolir qu’il est bien de remettre Camus à la place qui est la sienne.
    J’ai lu l’Étranger et Caligula. Il me reste encore à découvrir dans son oeuvre.
    Bonne soirée
    Bises

    J'aime

    14 novembre 2016 à 20 h 05 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s