Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

L’insouciance

Venant de terminer ce livre de Karine Tuil je m’empresse de vous le conseiller tant il m’a plu . C’est le premier roman que je lis de cet auteur et j’avoue que la puissance de la narration m’a vraiment conquise . Cette fin de l’insouciance prend corps tout au long de ce roman,  les replis identitaires, la violence et les arcanes de la politique sont analysés avec beaucoup de réalisme . Une société actuelle que l’auteur décrit  parfaitement ,   qui stigmatise et qui récupère l’homme quand ça l’arrange . Un récit qui  laisse forcément un gout amer  surtout quand la violence  rejaillit sur la sphère intime de chaque personnage , les épreuves traversées  nous renvoyant à nos propres fragilités   . Mais L’auteur laisse entrevoir à la fin du livre un message d’espoir , une résilience qui prouve que le la vie malgré tout est la plus forte et que l’amour y a toute sa place .

quatrième de couverture :

De retour d’Afghanistan où il a perdu plusieurs de ses hommes, le lieutenant Romain Roller est dévasté. Au cours du séjour de décompression organisé par l’armée à Chypre, il a une liaison avec la jeune journaliste et écrivain Marion Decker. Dès le lendemain, il apprend qu’elle est mariée à François Vély, un charismatique entrepreneur franco-américain, fils d’un ancien ministre et résistant juif. En France, Marion et Romain se revoient et vivent en secret une grande passion amoureuse. Mais François est accusé de racisme après avoir posé pour un magazine, assis sur une œuvre d’art représentant une femme noire. À la veille d’une importante fusion avec une société américaine, son empire est menacé. Un ami d’enfance de Romain, Osman Diboula, fils d’immigrés ivoiriens devenu au lendemain des émeutes de 2005 une personnalité politique montante, prend alors publiquement la défense de l’homme d’affaires, entrainant malgré lui tous les protagonistes dans une épopée puissante qui révèle la violence du monde.

“La plupart des gens préfèrent le confort à la prise de risque, dit-il enfin, parce qu’ils ont peur du changement et de l’échec, alors que la plus grande des peurs devrait être celle d’une vie gâchée”

« L’amour est un animal social impitoyable, un mondain qui aime rire et se distraire – le deuil le consume, la maladie atteint une part de lui-même, celle qui exalte le désir sexuel, les conflits finissent par lasser, il se détourne ».

“Il y a quelque chose de très malsain qui est en train de se produire dans notre société, tout est vu à travers le prisme identitaire. On est assigné à ses origines quoi qu’on fasse. Essaye de sortir de ce schéma-là et on dira de toi que tu renies ce que tu es ; assume-le et on te reprochera ta grégarité.”

“La première manifestation du pouvoir, c’est le désintérêt pour tout ce qui n’en relève pas. Que pouvait-il répliquer ? C’était vrai. Au pouvoir, on appliquait l’art de la guerre comme partout. On sortait les armes pour conquérir puis conserver sa place. On abandonnait ses amours. On trahissait, on blessait. On tuait aussi.”

“De mon expérience, j’ai appris une chose : dans la vie, il y a très peu d’occasions d’être heureux. L’amour en est une. Mais elle est rare et a une durée limitée. Alors que la lecture peut être quotidiennement renouvelée. Oui, lire est la seule chose qui m’ait rendu pleinement heureux. »

Publicités

12 Réponses

  1. Ah oui une belle plume, quant au bonheur, c’est un état éphémère de l’instant… il faut savoir créer le sien à long terme, la lecture ah ma foi oui, tant les librairies en sont remplies, de quoi… remplir une vie aussi, merci, bises

    J'aime

    2 avril 2017 à 10 h 18 min

  2. gazou

    je note le titre et l’auteur..Merci

    J'aime

    2 avril 2017 à 10 h 30 min

  3. Coucou Jazzy,
    Un livre bien présenté qui donne envie de le lire, merci!
    Bisous

    J'aime

    2 avril 2017 à 10 h 31 min

  4. On peut se fier à ton avis, tu as un goût sur en matière de lecture.
    Bon dimanche.

    J'aime

    2 avril 2017 à 11 h 11 min

  5. ocgall

    Bonjour d’Angers … (ville où il fait bon vivre) …
    Je ne peux plus lire … la guerre … souvent romancée …
    Bonne journée … Amicalement … ¢ℓαυ∂є …
    … Néanmoins, “Je vois la vie en Mauges”

    J'aime

    2 avril 2017 à 11 h 22 min

  6. Un livre qu’il faut lire…Bonn dimanche…bises

    J'aime

    2 avril 2017 à 12 h 12 min

  7. Bonjour Gisèle comme de juste tu m’as donné envie de lire ce livre. j’ai noté, merci pour ces extraits. Bisous MTH

    J'aime

    2 avril 2017 à 14 h 00 min

  8. covixlyon

    J’en avais entendu parler, merci de cet avis intéressant.
    Bises

    J'aime

    2 avril 2017 à 18 h 54 min

  9. mireille du sablon

    …je suis bien en accord avec la dernière phrase!
    Bises du soir de Mireille du Sablon

    J'aime

    2 avril 2017 à 19 h 45 min

  10. Merci Gisèle ! Jolie présentation … bonne fin de ce jour ! Bisous♥

    J'aime

    2 avril 2017 à 19 h 45 min

  11. Coucou payse merci de ton conseil je vais le suivre bon avril ! Bises

    J'aime

    3 avril 2017 à 16 h 13 min

  12. Yvonne Anne

    Je note le titre….Belles lectures à toi.
    Agréable soirée à vous deux.Bisous.

    J'aime

    5 avril 2017 à 18 h 29 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s