Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Je me souviens

Pour découvrir les croqueurs de mots un clic sur le logo.

Durgalola à la barre de cette 200ème édition nous précise pour le défi du jour  :

la principale consigne est de commencer son texte par

"je me souviens" et une proposition de consigne supplémentaire, uniquement si vous en avez envie,  : choisir un mot unique dans la liste et l’intégrer dans votre texte :

"maison, anniversaire, rouge, bateau ou lundi"

********

Je me souviens , le jour ne filtrait pas encore au travers des rideaux de la chambre , la maison  accrochée à un halo de brume , somnolait encore dans ces mois d’août bretons .  Seuls les escaliers en bois semblaient être réveillés , gémissant à chaque pression des pieds, pourtant précautionneux de papa. S’il avait pu marcher sur la tête pour ne réveiller personne,  il l’aurait fait sans aucune réticence .  Avant que ses doigts n’effleurent la porte de ma chambre ,  les effluves du café qu’il avait préparé  ne manquaient pas de chatouiller mes narines.    “ La mémoire est du temps incorporé “ disait Marcel Proust , laissons là parler .

Il avait pour habitude de se lever le premier  pour  ce réveil matin indispensable , la pêche ne saurait être abordée par des esprits endormis, surtout sur cette côte encore sauvage que nous aimions tant  . Ce n’est qu’au tout dernier moment quand tout était fin prêt qu’il venait me chercher . La veille tout le matériel nécessaire au lancer avait été soigneusement vérifié , bichonné ,  les cannes attendaient sagement d’être mises dans la  voiture ainsi que  les appâts entreposés dans des petits seaux plastiques , les sacs à dos prêts à être portés .  S’y glisseraient au dernier moment les délicieux  sandwichs préparés par maman et quelques friandises  bien appréciables au moment des pauses .

911

Après une vérification en règle de ce qui se  trouvait  à l’intérieur du véhicule, sans oublier bien sur les indispensables bottes ,  nous partions pour la pointe de Beg an Fry non loin de Locquirec où nous logions  .  Nous arrivions avec les premières lueurs du jour sur place où nous laissions la voiture non loin d’une ferme , puis nous commencions à nous diriger vers notre lieu de pêche . Papa qui connaissait le chemin par cœur ouvrait la marche , la casquette bleue déjà vissée sur la tête .

516517

Ajoncs, fougères  et bruyères bordaient les sentiers que nous empruntions . Parfois se frayer un passage n’était pas chose aisée ,  les fougères  atteignant souvent deux mètres prenaient un malin plaisir à envahir  le chemin . Mais le plus impressionnant c’était la descente de la pointe de Runglaz , si je n’avais qu’un léger sac à porter,  papa lui s’occupait de tout le reste du matériel . Je ne sais pas encore maintenant comment il pouvait négocier avec autant d’aisance cette descente dans les rochers,  en dernier elle aurait presque pu faire penser à de la varappe tellement le chemin était escarpé . De chaque côté le vide que je m’efforçais de ne pas regarder , concentrant uniquement mon attention sur mes appuis et guidée aussi par les conseils avisés de papa  .

55

Les derniers mètres franchis nous arrivions sur une assez grande plate – forme où nous entreposions tout notre matériel . Maintenant la pêche pouvait commencer , papa montait les lignes pour le lancer, choisissant le type d’hameçons, le leurre , ou l’appât. Bien que répugnant à l’idée de prendre certains gros vers présents dans les seaux ,  je fus très vite à l’aise avec les gravettes  moins repoussantes et les lui tendais sans sourciller .

57

Ensuite nous choisissions notre rocher non sans avoir prévu notre retraite si la marée était montante , les vagues n’hésitant pas à cingler la roche avec  force. Non loin de là se trouvait une grotte dans laquelle je ne manquais jamais d’aller faire quelques incursions à marée basse  , histoire d’attraper quelques gobies au cas où les maquereaux , les  orphies ou les lieux ne seraient pas  au rendez – vous  ,  retournant aussi les grosses pierres pour y dénicher un éventuel tourteau .

54

Le trou à congres qui la bordait me fascinait , d’une part parceque les remous avant qu’il ne soit dégagé étaient phénoménaux, d’autre part pour le poisson lui – même que je ne tenais pas du tout à avoir au bout de ma ligne, ce  serpent des mers pouvant mesurer jusqu’à 2 mètres pour 10 kilos .

52

Ces moments,  je ne les ai jamais oubliés et je n’ai qu’une hâte c’est de pouvoir  retourner  là – bas pour faire resurgir cette complicité dans ce cadre magnifique , mes parents étant passés tous les deux de l’autre côté du miroir. 

 

Publicités

26 Réponses

  1. Lady

    joli texte plein de nostalgie ! ça me donne envie d’aller voir la mer. Bisous

    J'aime

    19 février 2018 à 4 h 03 min

  2. Quel superbe souvenir, Gisèle !
    Défi relevé avec brio !
    Bonne semaine !
    Bisous♥

    J'aime

    19 février 2018 à 4 h 19 min

  3. Martine Martin-Cosquer

    Souvenirs émouvants si bien racontée qui m’ont rappelé mes parties de pêche l’été pendant les vacances avec mon père dans les ports bretons ou au bord de la rivière. Bisous

    J'aime

    19 février 2018 à 6 h 46 min

  4. Monique Nalge

    un magnifique souvenir de plus agrémenter de si belles photos 🙂 les années passent mais ces moments restent gravés à jamais…j’ai adoré.
    En partie, ça me renvoi à des souvenirs un peu semblables…dans les rivières corses avec mon père 🙂
    bisous

    J'aime

    19 février 2018 à 8 h 54 min

  5. Bonjour d’Angers …
    Souvenirs, souvenirs, très bien narrés … et d’une fluidité remarquable …
    Cela me rappelle les pêches aux moules et huîtres sauvages, en famille, sur la côte de St Michel Chef-Chef 44.
    Passe une bonne journée … Amicalement … ¢ℓαυ∂є …

    J'aime

    19 février 2018 à 9 h 00 min

  6. Une belle histoire vraie Gisèle comme nous avons tous gardé de notre enfance. Et est ce que tu y retournes régulièrement? c’est dans le Finistère?
    Belle journée de lundi, bises

    J'aime

    19 février 2018 à 9 h 03 min

  7. Des souvenirs émouvants Jazzy. Les parties de pêche en famille cela nous connaissaient également.
    Sur la plateforme de la Roche Saint Nicolas de mon île, avec des coefficients de 70/75 maxi, car dans ce cas là, c’était un enfermement de 6 heures sur cette roche !
    En août 1974, je me vois encore sur la roche de droite, avec mon gros ventre portant mon aînée née en décembre de la même année. Perso, j’utilisais le bouchon et la gravette, (c’était aussi le lot de maman), alors que les hommes (père, frère et époux de l’époque), pêchaient à la cuillère, Le premier orphie sacrifié et dépecé pour utiliser les morceaux de peau comme leurre. Que de bons souvenirs !
    Bises et bon début de semaine

    J'aime

    19 février 2018 à 9 h 14 min

  8. Quichottine

    Je n’ai pas de pêcheur dans mon entourage, mais j’ai adoré ton souvenir. C’est comme si j’y étais. 🙂
    Merci pour cet émouvant partage.
    Bisous et douce journée.

    J'aime

    19 février 2018 à 9 h 37 min

  9. Un très joli texte accompagné de belles photos…Bonne journée…Bises

    J'aime

    19 février 2018 à 10 h 00 min

  10. De bien beaux souvenirs avec ton papa que tu nous racontes là. J’adore les photos qui accompagne ton texte 🙂

    J'aime

    19 février 2018 à 10 h 28 min

  11. Bonjour Gisèle
    Et bien, que de beaux souvenirs si bien racontés c’est du vécu je penses?? et tes photos sont magnifiques comme toujours d’ailleurs.
    bonne semaine
    amicales pensées
    bisous
    LILI

    J'aime

    19 février 2018 à 12 h 12 min

  12. covixlyon

    Bonjour,
    Un très bel hommage, les souvenirs et les émotions qui en parcours ses lignes, un beau partage pour ce défi.
    Bonne journée
    Bises

    J'aime

    19 février 2018 à 14 h 30 min

  13. Ce sont de magnifiques souvenirs que je n’ai pas car mon père a fait sa valise j’avais 10 ans et je ne l’ai revu que bien des années plus tard.
    Ton père avait peut-être des gènes de chamois pour circuler comme ça sans problème.
    bonne semaine.

    J'aime

    19 février 2018 à 14 h 43 min

  14. bonjour Gisèle , ah oui très belle histoire émouvante et souvenirs et de belles photos j’aime +++ ! avec les vagues et ces rochers ! bisous bel am a +

    J'aime

    19 février 2018 à 14 h 45 min

  15. Beau texte émouvant certes et si bien narré et imagé
    Bonne semaine
    @+ Bises

    J'aime

    19 février 2018 à 15 h 37 min

  16. merveilleux souvenirs même si l’article est teinté de grosse nostalgie mais ne l’est t-on pas avec de si beaux moments partagés? Bisousss

    J'aime

    19 février 2018 à 15 h 51 min

  17. Ton récit est magnifiquement raconté. De chouettes souvenirs…
    Et tes photos sont superbes.
    Bravo Jazzy. C’est un plaisir à chaque fois de te lire.
    Bisous.

    J'aime

    19 février 2018 à 16 h 09 min

  18. Bonjour Gisèle, j’ai lu avec un grand plaisir ton souvenir, c’est très bien conté, je m’y voyais. Bravo Bisous MTH

    J'aime

    19 février 2018 à 16 h 56 min

  19. quel beau souvenir ! j’ai aussi pêché avec mon père mais au bord de rivières. Merci pour ta participation. Les textes de chacun sont tous excellents. Bises

    J'aime

    19 février 2018 à 17 h 01 min

  20. Tu te souviens… avec amour et émotion Gisèle c’est magnifique ton souvenir j’en ai la larme à l’oeil

    J'aime

    19 février 2018 à 17 h 25 min

  21. mireille du sablon

    Quel beau souvenir plein de tendresse sur ces moments de jeunesse qui ont passé bien trop vite…on le sent bien au travers de tes mots…
    Gros bisous du soir,
    Mireille du sablon

    J'aime

    19 février 2018 à 21 h 02 min

  22. Oh que c’est magnifique, Gisèle ! de superbes photos très parlantes et tes mots émouvants … on te suit pas à pas avec admiration ! Un bijou de billet !
    Merci et bisous éblouis

    J'aime

    19 février 2018 à 23 h 38 min

  23. Pingback: La 200ème sur un air de joyeux anniversaire !!! – le blog de la communauté des croqueurs de mots

  24. Bonjour Gisèle.

    Quelle beauté ce texte doux, tendre, où on ressent l’amour familial.

    On se laisse porter à la fois par tes mots et les vagues.

    Les photos sont SUBLIMES.

    OUI.

    RETOURNE là-bas si tu le peux, tu verras le miroir qui reflétera TOUT L’AMOUR que tes parents te portaient.

    En fait, ce texte est très émouvant.

    Je suis très touchée.

    MERCI.

    La PAF@

    J'aime

    20 février 2018 à 15 h 22 min

  25. De jolis souvenirs des sorties de pêche avec ton papa . C’est superbe. Bonne soirée

    J'aime

    20 février 2018 à 16 h 01 min

  26. dimdamdom59

    Quels souvenirs fabuleux mais périlleux, ton papa n’avait pas froid au yeux pour s’engager dans ces chemins vertigineux avec de jeunes enfants. Je te souhaite vivement de retourner sur les traces du bonheur.
    Bisous Jazzy et merci pour ta participation.
    Dômi.

    J'aime

    27 février 2018 à 0 h 04 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s