Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Jeudi croqueurs de mots

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

 

Pour cette quinzaine c’est Laura Vanel Coytte (clic)  qui est à la barre du bateau des croqueurs de mots

Comme j’ai raté le coche des deux premiers rendez – vous, je vais essayer de me rattraper aujourd’hui en intégrant à ce dernier volet des réponses aux deux premiers .

Voilà ce que nous dit Laura:

_  Même si je suis (professeur) documentaliste, je ne retrouve pas qui a dit (à peu près) « Aimer quelqu’un, c’est s’intéresser à lui »

Si vous pouviez me retrouver l’auteur de cette citation et comment elle est formulée exactement. Comme il s’agit d’un atelier d’écriture, écrivez à partir de cette citation (que je crois être de François Truffaut).

_  Mon réalisateur préféré est François Truffaut, quel est le vôtre ? Si vous n’en avez pas, parlez-moi de votre film ou genre de film préféré ? Mais il s’agit de cinéma plutôt en salle qu’à la maison (même si vous revoyez le film à la télé ou en DVD), pas de téléfilm ou de séries télé.

_ Puisque ressort, l’intégralité des critiques cinéma de François Truffaut, parlez-moi de cinéma, du plaisir d’être dans une salle obscure avec d’autres. Ou de votre acteur ou actrice préféré partant toujours du principe qu’« Aimer quelqu’un(ou quelque chose), c’est s’intéresser à lui (cette chose)».

P8280382

Comme plusieurs d’entre vous en recherchant l’auteur de cette citation proposée par Laura , je n’ai pas trouvé exactement la même phrase  mais celle qui se rapproche le plus est celle de Jean Vanier dans le journal La Croix qui dit exactement ceci :

« Aimer est un mot galvaudé. Aimer, c’est s’intéresser vraiment à quelqu’un, lui être attentif ; c’est le respecter tel qu’il est, avec ses blessures, ses ténèbres et sa pauvreté, mais aussi avec ses potentialités, ses dons peut-être cachés ; c’est croire en lui, en ses capacités de grandir, c’est vouloir qu’il progresse ; c’est avoir pour lui une espérance folle : " Tu n’es pas foutu, tu es capable de grandir et de faire de belles choses, j’ai confiance en toi. "

En recherchant un peu dans d’autres ouvrages j’ai noté aussi une phrase de Gabriel Madinier dans son essai sur le nous .

“Aimer c’est s’intéresser à ce que l’autre est à la première personne et dans son don pour soi , c’est s’efforcer de le constituer dans son intimité , c’est le vouloir comme liberté et principe d’initiative “Gabriel Madinier essai sur le nous

“L’homme qui aime vraiment s’attache dans l’aimé à ce qui est le plus intime , à la personne même dans sa singularité”.

Je pourrais encore citer Christian Bobin pour tenter de définir ce qu’aimer signifie .

“ Aimer quelqu’un, c’est le lire. C’est savoir lire toutes les phrases qui sont dans le cœur de l’autre, et en lisant le délivrer. C’est déplier son cœur comme un parchemin et le lire à haute voix, comme si chacun était à lui-même un livre écrit dans une langue étrangère. Il y a plus de texte écrit sur un visage que dans un volume de la Pléiade et, quand je regarde un visage, j’essaie de tout lire, même les notes en bas de page.”

 

P8280380

En abordant le cinéma pour ce défi, il faut bien que je vous avoue que nombreux sont les réalisateurs qui m’ont fait passer de merveilleux moments dans les salles obscures . Plus j’essaye d’en isoler un moins j’y arrive. Car oui, il y a des atmosphères  bien spécifiques à chacun et cette diversité me plait. 

C’est pourquoi  j’aurais bien dit Bertrand Tavernier avec ses inoubliables portraits de la société dans   “Que la fête commence” ”Coup de torchon” “l’horloger de St Paul”” La vie et rien d’autre “  “ Le juge et l’assassin” en collaboration avec cet acteur clé dans son œuvre qu’est Philippe Noiret. Je me souviens encore de sa magistrale interprétation du juge devant un Michel Galabru non moins excellent dans son rôle d’assassin. Impossible de ne pas aimer sa vision du film historique dans “Que la fête commence” mettant en scène l’histoire vraie de la conspiration de Pontcallec  et son choix toujours judicieux des acteurs comme Jean – Pierre Marielle , Jean Rochefort , Marina Vlady et bien sur Philippe Noiret .

Mais quid  de Pedro Almodovar, de sa liberté de ton, de sa gestion du mouvement et de la symbolique des couleurs , de sa façon de traiter  l’identité sexuelle , de mélanger le banal et le spectaculaire de  la société, l’humour et l’émotion, de sa vision de la femme aussi bien dans” Femmes au bord de la crise de nerfs”  “Talons aiguilles “ que dans “ Tout sur ma mère” “ Parle avec elle“ .

Mais sans oublier  non plus oublier Woody Allen et ses  irrésistibles comédies de mœurs avec son univers de questions existentielles obsédantes dans “Annie Hall “, “Manhattan”  créant un style Allen parfaitement identifiable . Je ne peux m’empêcher d’évoquer aussi son film à sketches hilarant, un vrai délire où l’humour du réalisateur fait mouche  “ Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans oser le demander”. 

Impossible non plus d’écarter Hitchcock et sa gestion du suspens , j’avoue avoir souvent tremblé en regardant “Psychose” agrippant fort la main de ma moitié pour ne pas hurler. Oui , là il n’est pas question d’analyser quoi que ce soit, je vis la scène comme si  c’était moi qui étais sous la douche ou attaquée par les corvidés dans “les Oiseaux”.

P8280387

Je pourrais encore allonger cette liste de réalisateurs à l’envi car le cinéma j’aime, et si maintenant je fréquente beaucoup moins les salles obscures,  cela n’a pas été le cas pendant des années. D’autre part, dans mon activité professionnelle, j’ai favorisé  ces sorties et je dois dire qu’elles étaient fort appréciées par les personnes que j’emmenais.

Quel plaisir de sentir vibrer une salle en phase avec  le film , que ce soit par les rires partagés ou le silence ponctué de quelques raclements de gorges quand l’émotion est à son comble . Quelle communion intense quand, à la fin du film, tous les spectateurs restent figés ne pouvant s’arracher aux dernières images du générique, comme hypnotisés par ce qu’ils viennent de voir. Le plus souvent il faut attendre la sortie à l’air libre pour que les langues se délient et que chacun puisse échanger ses impressions.

Il reste néanmoins que j’en profite encore avec mes petits enfants de ce grand écran et aussi pour des films où la nature est aux premières loges comme “Océans” “ Microcosmos le peuple de l’herbe” “ Le peuple migrateur” .

 

 

20 Réponses

  1. Martine Martin-Cosquer

    Je ne suis pas une fan de cinéma mais j’aime bien certains films notamment ceux de Robert Guédiguian, Éric Rohmer, Truffaut. Bisous

    J'aime

    25 avril 2019 à 4 h 58 min

  2. Bravo Gisèle, pour ce superbe trois en un fort bien réussi ! Il faut le faire !
    Bon et beau jeudi à toi,
    Bisous♥

    J'aime

    25 avril 2019 à 5 h 03 min

  3. Bonjour Gisèle
    wouaw quel atelier mené de main de maître ! en plus 3 en 1 chapeau l’artiste.
    depuis mon mariage, nous ne fréquentions presque plus les salles de cinéma
    et à l’époque ce que nous allions voir c’était loin des films que tu décrits
    c’était des peplum tous les dimanche après midi où mon « petit copain et moi
    nous donnions RV’ LOL
    si quand les films de G Oury avec Louis de Funès sortaient, nous allions les voir
    Après mis à part les ch’tis je n’y ai plus jamais mis les pieds.
    Ce qui m’énervait c’était les mangeurs de chips de bonbons qui froissaient toujours les sachets
    chaque qu’ils y plongeaient la main.
    Et aussi ceux qui viennent au cinéma pour papoter au lieu de regarder le fils
    et ceux alors que le cinéma est presque vide viennent juste s’asseoir devant toi comme si c’était la seule place vide LOL.
    En tout cas bravo à toi pour ce beau travail.
    bonne journée
    bisous

    J'aime

    25 avril 2019 à 5 h 34 min

  4. mireille du sablon

    Wouah, que voici encore un bel écrit!Je n’ai jamais été une fan des grandes salles mais j’ai toujours apprécié d’y aller en compagnie.
    Partager un film choisi avec précision, le regarder dans une salle obscure entouré d’inconnus, se lever ensuite encore sous le charme des personnages, sourire aux lèvres ou larmes dans les yeux, c’est là toute la magie du cinéma.
    J’ai envie de te dire maintenant  » quand tu veux… »!
    Bises du jour
    Mireille du sablon

    J'aime

    25 avril 2019 à 6 h 42 min

  5. Les films que tu sites en fin de défi sont des films que je prise également. Tout ce qui attrait à la nature me captive.
    C’est une belle séance de rattrapage Jazzy, bravo !
    Bises et bon jeudi

    J'aime

    25 avril 2019 à 7 h 44 min

  6. les mots dit par certaines personnes sont intéressant une fois qu’on les décortique, mais moi je ne suis pas très douée pour cela
    bises amicales

    J'aime

    25 avril 2019 à 8 h 38 min

  7. Bonjour,

    Merci pour ce 3 en 1 excellent
    Nous avons des goûts en commun
    Encore merci et bonne journée

    J'aime

    25 avril 2019 à 9 h 35 min

  8. trezjosette2

    je pense aussi aux films de Jacques Tati de jour de fête, les vacances de Monsieur Hulot, mon oncle, trafic…qui sont un véritable essai sur l’évolution de la société

    J'aime

    25 avril 2019 à 9 h 57 min

  9. Je ne vais pratiquement plus au cinéma, le son est très fort et ça me gène mais j’y suis allée très jeune et 2 à 3 fois par semaine.
    Je ne payais pas, mon père était le projectionniste et puis quand il a fait sa valise le propriétaire m’a laissé l’accès gratuit jusqu’ à ce qu’il vende.
    J’ai été nourrie aux péplums et autres westerns.
    Il existe toujours ce cinéma, j’ai un pincement au cœur quand je passe devant.
    Bises

    J'aime

    25 avril 2019 à 10 h 56 min

  10. Bonjour d’Angers …
    Pour la question :
    « Aimer, c’est s’intéresser vraiment à quelqu’un » … Extrait de Vivre avec Dieu … Jean Vanier
    C’est ben vrrrai çâ ! … Aurait dit la mère Denis !
    Bonne journée … Amicalement … ¢ℓαυ∂є …

    J'aime

    25 avril 2019 à 10 h 58 min

  11. Bonjour Gisèle superbe ton billet très complet, je ne vais jamais au cinéma, mais je regarde les films à la télé où j’achète le DVD, Bisous bon après-midi MTH

    J'aime

    25 avril 2019 à 14 h 13 min

  12. Belle page du jour !
    Le Grand écran ! Quel bonheur de voir un bon film…
    Depuis que je suis à Guéret, je retourne au cinéma car il est à proximité de chez moi…
    Bisous

    J'aime

    25 avril 2019 à 18 h 31 min

  13. Tu décris parfaitement ce qu’est le cinéma et ce qu’il nous donne.Moi aussi ,je suis incapable de choir un réalisateur en particulier ou un film spécifique.Il y en a tellement qui nous interpellent . Ce n’est pas facile . Bise

    J'aime

    25 avril 2019 à 18 h 46 min

  14. Coucou Gisèle très beau défi et article merci gros bisous belle semaine coucou des vacances à++

    J'aime

    25 avril 2019 à 22 h 01 min

  15. Pingback: Défi 219, vos participations !!! – le blog de la communauté des croqueurs de mots

  16. Anne

    Ce que nous demandons au cinéma c’est l’impossible, la surprise, le lyrisme qui effacent les bassesses dans les âmes et les précipitent enthousiastes aux barricades et dans les aventures. Ce que nous demandons au cinéma c’est ce que l’amour et la vie nous refusent, c’est le mystère, c’est le miracle. Robert Desnos

    J'aime

    26 avril 2019 à 17 h 14 min

  17. J’aime aller au cinéma et je suis tellement concentrée lorsque je m’assois sur le fauteuil qu’il m’est arrivé au moins deux fois, de vouloir attacher « ma ceinture de sécurité » ! Ce qui a fait rire Jean, bien entendu ! J’étais prête pour le grand voyage, c’st tout !
    – Aimer, c’est s’intéresser vraiment à quelqu’un, lui être attentif ; c’est le respecter tel qu’il est, avec ses blessures, ses ténèbres et sa pauvreté, mais aussi avec ses potentialités, ses dons peut-être cachés ; c’est croire en lui, en ses capacités de grandir, c’est vouloir qu’il progresse ; c’est avoir pour lui une espérance folle. » Voilà une citation qui m’a interpellée car elle m’a tout de suite fait penser à ma princesse Charlotte que nous encouragions à chaque instant ! Il y avait des mots interdits  » tu ne peux pas ! Non, ne fais pas ça, c’est trop difficile etc… » tout devait passer par l’optimisme, l’enthousiasme et l’encouragement. Et quand je la vois maintenant, même si… je suis fière « de nous ». Bisous

    J'aime

    26 avril 2019 à 20 h 01 min

  18. Magnifique billet, Gisèle ! Et de plus j’aime beaucoup tous les réalisateurs que tu évoques si bien ! En effet, ne pas oublier Bertrand Tavernier ni Woody Allen, entre autres ! Bises

    J'aime

    27 avril 2019 à 11 h 40 min

  19. Je ne suis pas du tout fan de cinéma, faut dire aussi que je n’ai jamais baigné dedans pour la simple raison qu’il n’y en avait pas où j’habitais et que mes parents étaient trop pauvres pour cela même à l’époque ( 6 à la maison) on regardait les films à la télé et cela me suffit encore largement contrairement à mes enfants

    J'aime

    27 avril 2019 à 13 h 17 min

  20. une merveilleuse promenade au pays du cinéma via celui du verbe aimer où tes recherches t’ont amenées. très intéressant de citer ce paragraphe dans son entier. bises

    J'aime

    29 avril 2019 à 10 h 14 min

Répondre à fanfan2B Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s