Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Gravé dans le sable

grave-dans-le-sable-tea-9782258113107_0

Voilà un bon moment que je ne vous ai pas parlé d’un livre que j’ai apprécié , aujourd’hui c’est avec “ Gravé dans le sable” de Michel Bussi que je renoue avec ce partage.

Tout d’abord la quatrième de couverture :

 Quel est le prix d’une vie ? Quand on s’appelle Lucky, qu’on a la chance du diable, alors peut-être la mort n’est-elle qu’un défi. Un jeu. Ils étaient cent quatre-vingt-huit soldats sur la péniche en ce jour de juin 1944. Et Lucky a misé sa vie contre une hypothétique fortune. Alice, sa fiancée, sublime et résolue, n’a plus rien à perdre lorsque vingt ans plus tard, elle apprend l’incroyable pacte conclu par Lucky quelques heures avant le Débarquement. De la Normandie aux Etats-Unis, elle se lance à la quête de la vérité et des témoins… au risque de réveiller les démons du passé.

Un certain nombre de destins vont se croiser dans ce roman qui est une réédition d’un tout premier ouvrage  écrit il y a vingt ans et appelé “l’Ardoise” puis “Omaha crimes” .  Michel Bussi tient  à nous préciser au début du livre comment l’idée lui est venue, persuadé qu’il était après avoir vu “le jour le plus long au cinéma” que les rangers américains partaient à l’assaut de la falaise selon un ordre préétabli par un lieutenant .

Nous voici donc en juin 44 sur les plages normandes  à un endroit bien précis la pointe Guillaume où les rangers devaient escalader la falaise . Pour les premiers tirés au sort , un suicide programmé . Page après page nous découvrons tous les aspects de la nature humaine , ses travers comme ses forces par le biais de tous les personnages du roman, Alice  la fiancée de Lucky, Oscar Carlington, Alan, Lison ….( je mets volontairement des points de suspension ne voulant pas vous donner trop d’indices ). 

Une intrigue menée de main de maitre avec des rebondissements comme sait si bien le faire Michel Bussi qui vous incitera à ne pas fermer le livre avant d’arriver à la fin .

Quelques extraits :

“ Réduire au minimum les pertes humaines.
Ça sent l’idée à la con ! avait aussitôt pensé Oscar Arlington.
Et c’était bien une idée à la con. Plutôt que le commando entier aille se faire mitrailler en se ruant vers le mur de béton, l’idée de Dean et des gradés était d’envoyer seulement certains rangers, un par un, avec pour mission d’amener l’explosif jusqu’au mur […]. Certains rangers, avait-il dit.
Qui ?
C’était cela le plus sadique dans leur idée : « On allait tirer au sort ! » On mettrait 188 papiers dans un casque, avec 188 numéros, de 1 à 188. Celui qui tirerait le numéro 1 irait en premier, et ainsi de suite… C’est la solution la plus juste, avait cru bon d’ajouter Dean, qui lui, bien sûr, ne participait pas au tirage – celle qui épargnera le plus de vies. […]
Un jeune s’avança, il tira le 121. Un autre, celui que tout le régiment appelait « la Branlette », s’avança à son tour, il tira le 69 ; tout le monde éclata de rire. Quelle ambiance dans les péniches, pensait Oscar, putain, peut-être qu’il vaudrait mieux y rester, sur la plage, plutôt que de supporter ces bovidés jusqu’à Paris.

“On ne peut réaliser des actes exceptionnels que dans des circonstances exceptionnelles, et c’est dans ces instants particuliers où le monde bascule que les véritables héros doivent se résigner à enlever leur masque de gens comme tout le monde.”

“Le hasard avait transformé ce trou perdu de Château-le-Diable en un rivage où se joue le destin de l’humanité et où les héros viennent s’échouer, à deux pas de son royaume…”

“Va chercher ta médaille, mon fils !

Maman, même si tu ne peux pas soupçonner l’ordure qu’est ton fils, tu devrais au moins te rendre compte qu’il n’a pas la carrure d’un héros. Tu devrais le savoir, maman, c’est tout de même à cause de ton cocon que je suis resté une larve, c’est tout de même à cause de ton ombre que je me suis fané si tôt.”

“Etre protégé par un ange n’empêche pas de vendre sa vie au diable.”

20 Réponses

  1. Oh la la… j’ai fait les plages du débarquement en 2009… On ne peut qu’imaginer ces soldats débarqués dans l’eau de mer et la peur, cibles parfaites pour l’ennemi… putain de guerre !! Merci Jazzy, bises

    J'aime

    25 octobre 2019 à 4 h 15 min

  2. martinemartin85

    J’aime beaucoup Michel Bussi, j’ai lu tous ces livres et celui-ci m’a beaucoup plu. Mes petites filles arrivent aujourd’hui. Je fais une pause commentaires de 10 jours. Bisous

    J'aime

    25 octobre 2019 à 4 h 23 min

  3. Je l’ai lu il y a déjà quelque temps et avec « Nymphéas noirs » c’est le roman que j’ai le plus apprécié… Dommage que le autres ne soient pas au même niveau. D’accord je n’ai pas encore lu le dernier ! avec le sourire

    J'aime

    25 octobre 2019 à 6 h 37 min

  4. Victoria

    Un beau partage, Jazzy qui donne envie de lire ce livre, moi qui adore l’histoire. Merci pour cette information. Bises et bonne journée

    J'aime

    25 octobre 2019 à 6 h 57 min

  5. Bonjour Gisèle
    Tu sais je ne lis jamais je veux toujours savoir la fin de l’histoire avant de lire le livre en entier et puis depuis plusieurs années avec ma vue ce n’est plus possible de toute façon j’admire les personnes que je rencontre entrain de lire des romans

    oh putain de guerre
    c’était une boucherie que d’envoyer ces jeunes hommes droit devant l’ennemi
    j’imagine la peur de ces jeunes gens qui n’avaient pas de choix malheureusement que d’aller à la mort

    J’espère que les dirigeants de ce monde se montreront plus malins pour essayer que notre monde reste en paix pour ne plus connaître ces horreurs
    mais j’ai bien peur qu’avec des Trump, Erdogan, Poutine et cie !!! et les djihadistes la paix ne tient qu’à un fil

    Bonne journée

    bisous

    J'aime

    25 octobre 2019 à 7 h 03 min

  6. mireille du sablon

    Ce titre m’aurait aussi attirée et tu nous en a fait un bon résumé..ce débarquement fut certes une boucherie mais qui a rendu la liberté à notre pays…
    Le temps semble se maintenir doucement au beau, profitons-en.
    Bisous du jour
    Mireille du sablon

    J'aime

    25 octobre 2019 à 8 h 11 min

  7. C’est l’homme de la maison qui a lu ce titre. Il lui a plu comme tout les autres titres de Bussi.
    Bonne journée Gisèle, bises.
    @.

    J'aime

    25 octobre 2019 à 8 h 18 min

  8. Bonjour d’Angers !
    Ah oui ! La guerre toujours la guerre … même de nos jours …
    Bonne journée … Amicalement … ¢ℓαυ∂є …

    J'aime

    25 octobre 2019 à 8 h 34 min

  9. Un livre que je ne vais pas manquer de lire…Bonne journée. Bises

    J'aime

    25 octobre 2019 à 10 h 02 min

  10. Tout comme tous les romans de Michel Bussi, j’ai adoré celui ci , en ce moment, je lis  » sang famille » son premier roman qu’il a retravaillé, il est bien mais celui que je préfère entre tous c’est  » les nymphéas » le premier que j’ai lu de lui

    J'aime

    25 octobre 2019 à 11 h 38 min

  11. Désolée de revenir mais , j’ai oublié un mot dans le titre du roman , c’est  » Nymphéas noirs  » au cas tu ne l’aurais pas lu 🙂

    J'aime

    25 octobre 2019 à 11 h 44 min

  12. trezjosette2

    tu sais bien mettre en valeur ce livre … ça me tente une telle histoire car en ce moment j’i du mal à accrocher !

    J'aime

    25 octobre 2019 à 12 h 01 min

  13. Bonjour Gisèle, je vais le lire ce livre, il me paraît vraiment très interessant , j’ai noté bisous et bon après-midi MTH

    J'aime

    25 octobre 2019 à 13 h 04 min

  14. j’ai lu et aimé ce livre
    Bisous

    J'aime

    25 octobre 2019 à 15 h 15 min

  15. J’en ai pris note Gisèle j’aime beaucoup Bussi…Bisous

    J'aime

    25 octobre 2019 à 16 h 14 min

  16. respir57

    cela fait un moment que je n’ai pas lu de ses livres ; un humaniste cet écrivain. Bises

    J'aime

    25 octobre 2019 à 21 h 01 min

  17. Merci pour la très bonne présentation de ce livre Gisèle ! Tu nous mets l’eau à la bouche ! Bon samedi ! Bisous♥

    J'aime

    26 octobre 2019 à 4 h 33 min

  18. Bonjour Gisèle,

    Lors d’un séjour en Normandie en juillet dernier, j ‘ai pu voir les plages du débarquement et bien évidemment la pointe du Hcc, ( ainsi que les musées et cimetière Américain ) Ces lieux t’ imprègnent de reconnaissance, de respect, et j’avoue avoir pleuré.

    Bises et beau Week end

    Dominique

    J'aime

    26 octobre 2019 à 8 h 37 min

  19. Quichottine

    C’est vrai que tu m’as donné envie de le lire…Ma PAL déborde, mais je le note quand même. 🙂

    J'aime

    26 octobre 2019 à 9 h 05 min

  20. covixlyon

    Bonsoir,
    Merci de ce partage, un auteur que je connais de réputation mais que je n’ai pas encore lu. Une invitation à le découvrir.
    Les plages de Normandie, je les ai visité, du moins en partie et surtout une batterie, loin dans les terres qui a fait des dégâts dans les navires alliés.
    Bises

    J'aime

    26 octobre 2019 à 19 h 46 min

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s