Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

J’ai lu

P4164518

Samedi de Ian Mac Ewan

Pour Henry Perowne – neurochirurgien réputé, mari heureux, père comblé d’un musicien de blues et d’une poétesse – ce devrait être un samedi comme les autres.
Pas question d’aller défiler contre la guerre en Irak. Plutôt goûter les plaisirs de la vie. Et pourtant… Un banal accrochage et voilà la violence qui surgit dans son existence protégée. Henry aura beau tenter de reprendre le fil de sa journée, ses vieux démons et le chaos du monde le rattraperont sans cesse durant ces vingt-quatre heures, au terme desquelles plus rien ne sera jamais comme avant.
Tout en faisant diaboliquement monter le suspense, McEwan entrelace évènements planétaires et privés avec une telle virtuosité que cet étrange samedi devient la métaphore de toutes nos vies fragiles d’Occidentaux pris dans la tourmente de ce début de siècle. Et cette réflexion profonde sur le hasard et le destin, les pouvoirs respectifs de la science et de l’art, la quête d’un sens qui résisterait à la mort nous montre une fois de plus, après Expiation, un romancier parvenu à la plénitude de son art.

Un sujet qui nous révèle à nous même et qui pointe les faiblesses de tout un chacun , les compromissions,  les contradictions et un certain égocentrisme .

Extraits :

“Rares sont les moments où les musiciens atteignent ensemble quelque chose de plus délectable que tout ce qu’ils ont pu connaître en concert ou en répétition, bien au-delà de la simple collaboration ou compétence technique, et où leur expression acquiert la légèreté et la grâce de l’amitié ou de l’amour. C’est alors qu’ils nous offrent un aperçu de ce que nous pourrions être, de ce que nous avons de meilleur, de ce monde impossible où l’on donne tout aux autres sans rien perdre de soi-même.”

“ Les romans et les films vous projettent au rythme haletant de la modernité dans le passé ou dans l’avenir , enjambant les journées, les mois , les années , voire les générations .Or la poésie , pour parvenir à ses épiphanies, se tient sur la tête d’épingle du moment présent .”

******

P4164520

Né en France, Pippo Pugliese est petit-fils d’immigrants italiens. Alors que sa mère perd la mémoire, il décide de se rendre au Sud de Naples, en Campanie, à la recherche de ses racines. Là, dans un Mezzogiorno toujours très pauvre, proche de la Calabre et de la Sicile, des régions traversées par les migrants, il retrouve les traces de son grand-père, né en 1917. Sa quête le ramène aux années noires. Secondé par la belle Gina, il découvre que son aïeul a aidé deux opposants au régime de Mussolini : Paolo Zancani et Umberto Zanotti- Bianco, qui ont retrouvé un sanctuaire d’Héra, aussi légendaire que l’Atlantide mais surtout preuve d’une colonisation de l’Italie des origines par la Grèce. Une découverte qui ne plait pas au Duce, adepte de la « romanità », une idéologie prônant la pureté historique de l’Italie.
Peu à peu, Pippo reconstitue l’exploit, tout en se rendant compte que le débat actuel entre humanisme et xénophobie est partout le même, en Campanie comme en France. Et que la tentation totalitaire est plus présente que jamais dans un contexte où le passé est instrumentalisé.

Michel Quint avec ce roman nous invite à une superbe balade dans le temps , de l’Antiquité jusqu’à nos jours ,  j’ai découvert avec beaucoup de plaisir ce Mezzogiorno et tout ce qui s’y rattache . Par contre je suis un peu moins enthousiaste que pour les autres ouvrages de cet auteur que j’apprécie beaucoup . Peut être a – t – il voulu  exploiter trop de thèmes différents le monde mafieux , les découvertes archéologiques, les migrants, la recherche des racines .

Extraits :

“Carlo Levi, -Le Christ s’est arrêté à Eboli.
Pippo prend le bouquin de poche, touché et surpris du cadeau (…)
-L’histoire vraie d’un médecin antifasciste assigné à résidence, "confiné" en 1935 dans le Mezzogiorno par la police de Mussolini. Il découvre une région misérable, au sud de Naples. Aucun miracle en vue, Dieu se conduit en faux-jeton.”

L’autre, Don Oreste, je m’en souviens comme d’hier, continue son cours de fascisme ordinaire, sentencieux pire qu’un cureton de village :
-Les racines de notre peuple sont dans la romanité, pas dans la langue ou la pureté de la race. Notre duce dit qu’il n’est plus de race qui puisse prétendre être à ce stade. Le ciment de notre nation, de nos masses populaires c’est l’héritage romain à perpétuer jusque dans chaque détail quotidien”

“ Pépé Tino, avec Zanotti et Donna Paola a découvert une invasion hellénique dont il était l’héritier , la trace d’étrangers bâtisseurs de villes , ensuite il est allé de l’autre côté de la terre, poursuivre la tradition , bâtir lui aussi avec son savoir faire et sa truelle, comme s’il pouvait replâtrer le monde avec elle, lui refaire une beauté rien qu’à s’en servir pour réparer son harmonie . Ceux d’aujourd’hui , venus d’Afrique , du Moyen – Orient , n’ont que leur souffle et leurs mains nues , mais ils sont pareils , ils veulent recréer un univers avec trois bouts de ficelle “

16 Réponses

  1. Ah si le monde était un orchestre philharmonique, accordant ses violons, il serait, sans doute, parfait pour tous… belle image ! Merci Jazzy,bon vendredi, bises

    J’aime

    17 avril 2020 à 0 h 16 min

  2. superbes images et descriptions bonne journée bises

    J’aime

    17 avril 2020 à 6 h 36 min

  3. Hélas quand les notes de musique déraillent
    Pas bôô le monde
    Bonne journée à toi
    Bises et bonne fin de semaine

    J’aime

    17 avril 2020 à 7 h 52 min

  4. Deux livres que je ne connais pas, merci pour ces présentations.

    J’aime

    17 avril 2020 à 8 h 03 min

  5. ANNE GUILLARD

    Une belle présentation de ces deux ouvrages Jazzy, merci !
    Bises et bon mardi

    J’aime

    17 avril 2020 à 8 h 55 min

  6. respir57

    Deux auteurs que j’aime bien. Je me souviens avoir perdu un livre de Michel Quint dans un hôtel normand…. Et quelques années plus tard la même chose et toujours un livre de Michel Quint !! Simple je n’emmène plus ses livres en vacances..
    Bises et bon vendredi.

    J’aime

    17 avril 2020 à 9 h 56 min

  7. Belle présentation de ces deux ouvrages. Bonne journée. Bises

    J’aime

    17 avril 2020 à 10 h 13 min

  8. mireille du sablon

    ..tu nous invites à lire deux livres différents, attirants chacun à leur manière..je me fie à tes choix.
    Bises du jour
    Mireille du sablon

    J’aime

    17 avril 2020 à 10 h 16 min

  9. Bonjour d’Angers …
    Nous sommes dans une Europe misérable. Aucun miracle en vue, Dieu se conduirait-il en faux-jeton ?
    Quand le premier bouquin sur le covid 19 sortira-t-il que l’on connaisse tout sur les entourloupes chinoises …

    Parlons confinement :
    2020 est une année bissextile unique : 29 jours en février, 300 jours en mars, 5 ans en avril ! …

    Bonne journée … Amicalement … Claude

    J’aime

    17 avril 2020 à 10 h 53 min

  10. Bonjour Gisèle voilà deux livres qui vont m’interesser c’est sûr. Bisous MTH

    J’aime

    17 avril 2020 à 14 h 56 min

  11. Merci pour la belle présentation de tes lectures.
    Je note !
    Le premier me tente beaucoup
    Bisous

    J’aime

    17 avril 2020 à 17 h 40 min

  12. Bernieshoot

    j’ai noté samedi pour mes futures lectures

    J’aime

    17 avril 2020 à 18 h 38 min

  13. Merci pour ces deux excellentes présentations, Gisèle !
    Bonne soirée de ce vendredi,
    Bises♥

    J’aime

    17 avril 2020 à 20 h 08 min

  14. @nnie54

    Je crois que le second me tenterait bien.
    Bon week-end Gisèle.
    Bises @.

    J’aime

    18 avril 2020 à 17 h 47 min

  15. Yvonne Anne

    Pour avoir lu ces deux livres, je suis tout à fait d’accord avec tes points de vue, Jazzy.
    Bisous et bon week-end, Jazzy.

    J’aime

    18 avril 2020 à 20 h 33 min

  16. Je note le titre du premier, c’est tout à fait ce que j’aime lire

    J’aime

    21 avril 2020 à 19 h 40 min

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s