Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Le tableau du samedi

Le tableau du samedi

Fardoise et  Lilou poursuivant le défi initié par Lady nous invitent au  tableau du samedi .

Les bateaux sont encore à l’honneur ce samedi .

Je vous propose ce tableau de Marie – Auguste Flameng , peintre lorrain  né en 1843 à Jouy – aux – Arches , commune voisine de Metz :

“ Embarquement d’huitres à Cancale “ 1888

(musée d’art et d’histoire de Toul)

FLAMENG A. 26

J’aime ce trois mats que la marée basse a laissé sur l’estran ,  à dessein si l’on en croit le titre de l’œuvre . Il s’agit bien de charger  les paniers remplis  par ces femmes  que l’on voit s’affairer en premier plan , le relais par les hommes étant assuré près du bateau pour  hisser la récolte à bord. Un ciel chargé sur lequel se découpent les voiles repliées et  les moindres haubans ,  mais le soleil semble vouloir percer et nous permet de  bien voir la scène de cet embarquement .

Je vous propose aussi une autre toile de ce peintre  lorrain avec cette fois – ci un voilier   en pleine mer et  un bleu  lumineux un peu plus marqué mais toujours la présence de nuages qui cette fois -  ci tirent plus vers le blanc que le gris .

 

FLAMENG A. 5

FLAMENG Marie – Auguste

Jouy-aux-Arches (57) 1843 – Paris (17e) 1893

Peintre et dessinateur

Fils d’un contrôleur des Contributions indirectes ; grand-oncle de Marie Louise SIMON*.

Son père était né à Paris et sa mère à Metz.

Sa famille vivait à Metz où il fit ses études. Bachelier en 1861, il entra l’année suivante dans l’administration des Contributions directes et exerça ses fonctions à Rouen, Metz, Grenoble, Toulon où il demeurait lorsqu’il épousa à Metz en 1868 Claire Joséphine SIMON, fille d’un pépiniériste. Il était en poste à Thionville quand il donna sa démission en 1869 afin de pouvoir se consacrer entièrement à la peinture Il reçut ses premières leçons du paysagiste Charles PALIANTI* et débuta au salon en 1870. Il se rendit l’année suivante à Paris où il fréquenta les ateliers d’Edouard DUBUFE et d’Alexis Joseph MAZEROLLE. Mais c’est le peintre et lithographe Emile VERNIER qui, à l’occasion d’un séjour à Yport en 1881, suscita sa vocation de peintre de marines. Les deux amis séjournèrent notamment à Cancale où VERNIER déclara en 1874 la naissance du second fils de notre artiste. FLAMENG obtint une mention honorable au Salon de 1880 puis une médaille de 3e classe en 1881, ce qui ne l’empêcha pas de poursuivre sa formation auprès de PUVIS de CHAVANNES, Elie DELAUNAY et Jean-Paul LAURENS. Outre le Salon, où il reçut une médaille de 2e classe en 1888 et fit des envois jusqu’à sa mort, il exposait régulièrement dans la capitale, aux « Mirlitons » (Cercle de l’Union artistique) et au Cercle de la rue Volney. Il participa aussi à de nombreuses expositions, tant en France (médaille d’argent à l’Exposition universelle de 1889) qu’à l’étranger : Londres, Glasgow, Sidney, Exposition coloniale internationale d’Amsterdam (1883), Expositions universelles d’Anvers (1885) de Chicago (1893) et de Paris (1900 à titre posthume dans le cadre de l’expo. décennale). Deux de ses œuvres furent achetées par l’Etat.

Décédé prématurément d’une tumeur à l’intestin, il fut inhumé au cimetière de Passy. En mars 1894, la vente de son atelier eut lieu galerie Georges Petit, rue de Sèze, à la suite d’une exposition des ses œuvres (365 toiles, selon Le Gaulois).

Bien que fixé dans la capitale (il opta pour la France en mai 1872), il n’oublia pas ses origines lorraines et prit part régulièrement au Salon de Nancy entre 1870 et 1893.

Ses sujets maritimes connurent un grand succès qui lui permit de s’installer rue Ampère dans un cadre somptueux d’architecture Renaissance orné d’un mobilier ancien et de toiles de maîtres. A. FLAMENG travailla sur les côtes de l’Atlantique et de la Manche, avec une préférence pour la Bretagne et la Normandie. Il peignit quelques paysages lorrains à ses débuts (notamment Un coin de la forêt de Haye, exposé à Nancy en 1870) ainsi que quelques sites découverts au cours de ses voyages en France, en Belgique, en Hollande et à Londres.

Théodore VÉRON vante La Seine aux carrières Charenton du Salon de 1881 : « Ciel gris fin et délicat. Excellent paysage à l’aspect solide, puissant et magistral ». Ses marines se caractérisent par la puissance de la composition et des effets lumineux. « Pas une qui soit prise par un beau jour absolument clair, pas une dont le ciel soit absolument bleu. Le ciel est toujours rempli ou traversé de nuages. […] Il résulte de là une gravité un peu austère, un sérieux un peu sombre. » Emile HINZELIN (1894)

Selon Louis de VEYRA N, « Il est un des rares artistes qui aient su peindre le navire à voiles. […] Il en connaît les formes dégagées et élégantes ». (1901)

Sa fille aînée, née à Metz en 1869, épousa en 1890 un officier de dragons qui finit général de division et commandeur de la Légion d’honneur.

Son fils Léon Marie, né à Paris en 1877, remporta trois médailles dont une d’or lors des épreuves de cyclisme des Jeux olympiques d’Athènes en 1896. Sergent dans l’aviation en 1917, il fut abattu en vol le 2 janvier 1917 à Eve (Oise).

19 Réponses

  1. J’ ❤ !
    Deux magnifiques tableaux de ce peintre, Gisèle !
    Bravo et bon week-end tout entier,
    Bises ❤

    J'aime

    17 octobre 2020 à 4 h 17 min

  2. Golondrina63Auv

    Ces deux tableaux sont admirables
    Quel talent !
    Merci à toi
    Bises

    J'aime

    17 octobre 2020 à 4 h 27 min

  3. superbes ces tableaux et infos
    bises bonne journée

    J'aime

    17 octobre 2020 à 6 h 28 min

  4. ANNE GUILLARD

    Les deux toiles présentées sont magnifiques, mais un plus pour le travail de ces cancalaises à charger charger ce chasse marée. La Bretagne semble inspirer les artistes peintres lorrains.
    C’est un excellent choix Jazzy.
    Bises et bon samedi

    J'aime

    17 octobre 2020 à 7 h 34 min

  5. Bonjour d’Angers, !
    J’aime bien le second … dans la lumière dansante de l’air surchauffé du soir …
    Bonne journée … Amicalement … Claude

    J'aime

    17 octobre 2020 à 7 h 57 min

  6. mireille du sablon

    … j’apprécie énormément le samedi car tu nous présentes de forts beaux tableaux si bien commentés ( merci à JC).
    C’est une vraie découverte pour moi et le 2 ème tableau nous entraîne…bien loin de cette triste actualité.
    Bon w-end à vous deux.
    Bises de Mireille du sablon

    J'aime

    17 octobre 2020 à 8 h 42 min

  7. toujours très documentés tes billets… bises

    J'aime

    17 octobre 2020 à 8 h 50 min

  8. Bonjour Gisèle superbes les deux tableaux. Bisous et bonne journée MTH

    J'aime

    17 octobre 2020 à 8 h 55 min

  9. Pingback: Le tableau du samedi – 42/52 – Les soleils de Lilou

  10. J’ai une préférence pour le premier qui met bien en valeur le travail en équipe, les femmes n’étaient pas épargnées du dur labeur;
    Bon week-end;

    J'aime

    17 octobre 2020 à 10 h 25 min

  11. 2 superbes tableaux bien documentés.
    Bisous du samedi

    J'aime

    17 octobre 2020 à 10 h 54 min

  12. Superbes ces tableaux et bien documentés. Bonne journée. Bises

    J'aime

    17 octobre 2020 à 11 h 07 min

  13. monicacecile

    trés beaux tableaux de bateaux de travail
    se sont des bisquines , trés toilées et qui étaient trés caractéristiques du pays CANCALAIS
    jolis choix
    kénavo Jazzy

    J'aime

    17 octobre 2020 à 17 h 34 min

  14. Françoise Dumon

    Bravo pour ce choix, et merci de nous faire découvrir cet artiste. La scène du premier tableau sort vraiment de l’ordinaire, sur tous les plans. Le sujet, et la manière dont il est traité, avec maestria. Merci aussi à celles et ceux qui ont apporté des précisions sur les navires eux-mêmes. En effet ce peintre, malgré son origine géographique, a su connaître le milieu maritime et le représenter. Car, ce qui ne gâche rien, c’est un très bon peintre. Bonne fin de semaine

    J'aime

    17 octobre 2020 à 18 h 33 min

  15. trezjosette2

    ces 2 tableaux sont très beaux ma préférence pour le premier j’aime cette scène de vie
    bisous Jazzy

    J'aime

    17 octobre 2020 à 19 h 23 min

  16. Mireille.29

    Toujours bien documents c’est ce que j’aime chez toi..
    Dans le premier on voit bien le dure travail des femmes piliers en deux les mains et pieds dans eau froide..
    le second et plus gai par ces couleurs..
    http://mireilleetlart2.eklablog.com/tableau-du-samedi-a203684996
    Doux dimanche et très bonne semaine serais en semi pause jusqu’à la fin du mois..Bise

    J'aime

    18 octobre 2020 à 11 h 51 min

  17. Merci Jazzy pour la découverte de 🎨🖼❤

    J'aime

    20 octobre 2020 à 5 h 02 min

  18. Quichottine

    Ces tableaux sont superbes, j’aime énormément.
    Merci de nous en dire tant sur chacun. 🙂

    J'aime

    22 octobre 2020 à 7 h 39 min

  19. Pingback: Le tableau du samedi – 44/52 – Les soleils de Lilou

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s