Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Défi 248 des croqueurs de mots

Durgalola (clic)  à la barre du navire des croqueurs de mots nus dit :

extrait du journal IX  – GRATITUDE de Charles Juliet (2004/2008)

« On m’a demandé d’indiquer les dix mots que j’affectionne. Les dix mots qui ont pour moi une signification particulière.

Quand j’ai voulu les rassembler, j’ai préféré ne pas trop réfléchir. Il fallait qu’ils viennent spontanément. Je les livre en désordre, car il ne peut y avoir entre eux de hiérarchie.

COMPASSION – MERE – TERRE – MUTATION – LUMIERE – CENTRE – SOURCE – VOIX – REGARD – ECOUTE. “

Vous écrirez un texte avec ces dix mots ou si vous le souhaitez, avec vos dix mots préférés.

Un grand merci à Patrick qui me permet d’utiliser ses créations , un clic sur l’image pour voir son blog .

chemin-cabane

*****

Elle est bien frêle cette flamme de l’espoir qui  danse en elle comme une source vive . Elle tremble , elle vacille. Elle, sportive, la quarantaine, toujours à l’affut de l’émerveillement,  ne comprend pas ce qui lui arrive. Elle ne l’a pas vu venir ce vent contraire, cet orage qui lui masque la lumière . De gros  nuages gris , bedonnants, tentaculaires,  peu à peu s’accumulent,  voilant sa vision des choses.  De multiples interrogations viennent se cogner, comme phalènes  sur réverbère, aux parois de son incompréhension.

Pourquoi , se sent – elle de plus en plus étrangère sur cette terre  en mutation,  comme si son propre centre de gravité s’était déplacé dans un autre univers ?

Pourquoi a – t –elle cette impression dérangeante que les humains manquent de plus en plus de compassion vis à vis de leurs semblables, pourquoi ne sont ils plus à l’écoute , de tout ce qui vit ?    

Pourquoi  revient,  comme un obsédant leitmotiv, ce doute qui la ronge , une phrase qui commencerait immanquablement par, et si ou  au lieu de ?

“Et si ma tante en avait on l’appellerait mon oncle” lui souffle cette petite voix   qui la cloue sur place.

Elle a beau être habituée à l’humour, là elle sent bien que  passé le rire, se greffe une autre intention. Le doute, ne serait – il pas  le meilleure façon de progresser, d’aborder certains sujets qui lui tiennent à cœur ?

Alors elle se souvient, oui, de sa mère qui l’employait souvent cette expression pour bien lui signifier qu’il vaut mieux  ne pas se laisser aller à refaire le passé, à trop plonger dans l’utopie pour essayer d’atteindre l‘inaccessible étoile. À  vouloir courir après ce genre  de lièvres, l’épuisement et la désillusion risquent  fort d’être au rendez – vous.

Alors oui, elle se dit que l’essentiel est dans le regard porté sur  ce qui nous entoure au jour le jour, et non sur ce qui nous précède .

 

25 Réponses

  1. Bonjour Jazzy… Notre monde n’est pas un pays des merveilles dans le sens humain ou le chacun pour soi et dieu pour tous règne…. la planète exploitée… encore et encore, jamais content de ses avoirs notre homme… l’argent aveugle, le vrai heureux sur terre est celui qui se contente de ce qu’il a, est, au jour le jour, comme tu le dis…. Bon lundi, bises, jill

    J'aime

    29 mars 2021 à 0 h 30 min

  2. martinemartin85

    Comme je suis d’accord avec ta conclusion. En ce qui concerne cette expression je la connais bien sûr pour l’avoir déjà entendu mais j’en ignorais la signification. Belle semaine et bises

    J'aime

    29 mars 2021 à 5 h 38 min

  3. ANNE GUILLARD

    Belle conclusion Jazzy, vivons les petits bonheurs du quotidien dans faire de projets impossibles, surtout en ce moment.
    Bises et bon début de semaine

    J'aime

    29 mars 2021 à 7 h 31 min

  4. merci du partage et super texte
    bises bonne journée

    J'aime

    29 mars 2021 à 8 h 11 min

  5. Bonjour d’Angers,
    Un seul me vient à l’esprit “Liberté” ! …
    Bonne Journée ! … Amicalement … Claude …

    J'aime

    29 mars 2021 à 8 h 49 min

  6. Beau texte et belle conclusion. Bon début de semaine. Bises

    J'aime

    29 mars 2021 à 9 h 22 min

  7. Depuis déjà presque toujours d’ailleurs
    Je vis au jour le jour
    Je profite des petits moments enrichissants
    Le reste, j’en prends note mais ne ressasse pas
    La méchanceté humaine je ne lui accorde aucun intérêt
    Le monde serait si beau si chaque individu voulait comprendre qu’il n’est pas si unique que cela , …qu’il ne faut pas trop tirer la corde …
    Bravo pour ton texte
    Bises

    J'aime

    29 mars 2021 à 10 h 12 min

  8. Nous ne changerons pas le passé donc la seule issue c’est d’avancer même si les perspectives d’avenir ne sont pas très clairs et pour l’instant pas réjouissantes.
    J’ai lu sur WordPress que chez toi aussi c’était la galère pour les vaccins, ce qui m’énerve le plus ce sont tous ces mensonges qui nous sont dit sans sourciller.
    Bon lundi.

    J'aime

    29 mars 2021 à 10 h 38 min

  9. Marie de Cabardouche

    Merci pour cette belle morale, Jazzy. Il faut une certaine expérience de la vie pour parvenir à cette sagesse, ce n’est pas simple de « se dépouiller » du superflu… Bises des Cabardouche.

    J'aime

    29 mars 2021 à 12 h 13 min

  10. Bonjour Gisèle une belle conclusion pour ce texte qui trouve des échos en moi, bisous MTH

    J'aime

    29 mars 2021 à 14 h 07 min

  11. Magnifique texte qui sonne si juste Gisèle bravo. Bisous douce semaine

    J'aime

    29 mars 2021 à 15 h 00 min

  12. Bonjour Gisèle,
    Excellent, ton texte et qu’elle conclusion !
    Mille bravos,
    Bon après-midi de ce lundi,
    Bises 😘

    J'aime

    29 mars 2021 à 16 h 20 min

  13. genevieve Maubon

    Ton texte est très très beau, comme d’habitude ….. oui, chaque jour est à vivre comme un cadeau que nous fait la vie …. comme une occasion d’être à l’écoute …. comme une invitation à rencontrer les autres …..
    La création de Patrick est magnifique !
    Bonne fin d’après-midi, bisous,
    Geneviève

    J'aime

    29 mars 2021 à 17 h 02 min

  14. Yvonne Anne

    Quelle magnifique création de Patrick! Elle illustre, à merveille, ton texte qui est très beau.J’aime beaucoup la conclusion : vivre au jour le jour, être à l’écoute…
    Bises et belle soirée.

    J'aime

    29 mars 2021 à 17 h 57 min

  15. eglantine36

    carpe diem ? peut-être…le monde est en mutation permanente et elle n’est pas toujours facile à comprendre cette mutation …un très beau texte d’observation et de sagesse. bises

    J'aime

    29 mars 2021 à 18 h 31 min

  16. et toujours cette question qui obsède.. et si…
    Très belle interprétation des mots proposés, c’est important de se remettre en question sur des sujets qui parfois nous dépassent.
    Je viens seulement de lire ton « désir funambule… et l’homme en jaune
    bravo jazzy tu a beaucoup de corde à ton arc pour nous épater !

    J'aime

    29 mars 2021 à 18 h 33 min

  17. ABC

    Les mamans ont bien souvent raison, les si et les si, en dehors de mettre Paris en bouteille, n’arrangent pas tellement les situations….

    J'aime

    29 mars 2021 à 21 h 12 min

  18. Pingback: Défi 248, vos participations ! – le blog de la communauté des croqueurs de mots

  19. marie chevalier

    questionnement intéressant mais la solution, tu l’as trouvée aller de l’avant . très chouette ton texte bises

    J'aime

    30 mars 2021 à 16 h 52 min

  20. durgalola

    la photo est toujours très belle ; je te remercie pour ta participation. J’ai beaucoup apprécié tous les textes qui nous emmènent un peu partout ; pour ma maman aussi, je vais la laisser où elle est ; avec mon frère nous avons fait le point dimanche et conclu que les disputes naissaient de sujets futiles couvrant autre chose de plus profond ; il faut aller de l’avant comme tu le dis, (tous les jours, et certains jours sont moins faciles que d’autres).
    Le ciel est splendide, Durga dort sur le bord de la fenêtre et j’attends que Ludovic se réveille pour retourner dehors.
    Bises

    J'aime

    31 mars 2021 à 15 h 58 min

  21. Que c’est joliment écrit (et illustré)
    Biz

    J'aime

    31 mars 2021 à 17 h 20 min

  22. Anne

    Un joli texte à double sens, une méditation qui engendre de la tristesse. En ce moment, mieux vaut vivre au jour le jour. Bises

    J'aime

    1 avril 2021 à 15 h 46 min

  23. Quichottine

    Ton texte est très beau, et l’image de Patrick magnifique, j’ai adoré.
    C’est un peu comme si la mère et la fille cheminaient ensemble pour décrocher la lune…
    Mais la réalité est toute autre, il faut le plus souvent s’en contenter.

    J'aime

    4 avril 2021 à 10 h 22 min

  24. je ne sais si tu pars de l’image ou du texte mais les deux s’accordent merveilleusement pour accompagner un questionnement abyssal qui n’empêche pas de regarder aussi vers le devant du chemin … merci

    J'aime

    9 avril 2021 à 17 h 02 min

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s