Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Le tableau du samedi

Le tableau du samedi

Pour le  tableau du samedi initié par Lady Marianne et poursuivi par Lilou et Fardoise un clic sur le logo.

Lilou nous demande de nous pencher sur les miniatures. J’ai failli tomber car elles sont très nombreuses Clignement d'œil, bien sur je me limite ici .

J’ai choisi cette miniature d’un artiste lorrain Jean – Baptiste Jacques  AUGUSTIN

AUGUSTIN 32 Une robe blanche qui dénude joliment les épaules pour cette jeune femme à la longue chevelure bouclée. Portrait présumé d’Alexandrine Canda- Paysan 1793. Aquarelle sur ivoire ronde (8, 1 cm de diamètre) .

J’aime cette insouciance que semble véhiculer la jeune femme , ses joues roses trahissent peut être un certain émoi à la vue du peintre en tout cas sa grâce est bien réelle .

Je vous joins la fiche élaborée par ma moitié pour en savoir plus sur l’artiste.

****

Jean – Baptiste Jacques  AUGUSTIN

Saint-Dié 1759 – Paris 1832

Peintre en miniature, en émail, à l’huile et dessinateur

Fils d’un maître vitrier ; frère de Georges Nicolas Toussaint AUGUSTIN, dit DUBOURG*.

Malgré sa mère qui voulait lui faire embrasser l’état ecclésiastique, ses dons précoces pour le dessin le firent remarquer par l’intendant de l’évêque de Saint-Dié avant son départ pour Nancy où il fut probablement l’élève de Jean-Baptiste CLAUDOT* (1733-1805), contrairement à une tradition selon laquelle il se serait formé lui-même. Vers 1780, il vécut quelque temps à Dijon où vivait son frère aîné qui lui donna sans doute des leçons. En 1781, il se rendit à Paris et, par l’entremise du peintre lunévillois Nicolas GUIBAL, entra chez Gatien PHILPON, peintre en émail et en miniature dont l’atelier était plutôt celui d’un marchand que d’un artiste. Ses débuts furent difficiles, mais il s’affirma peu à peu dans le portrait en miniature, exposant au Salon à partir de 1791. Dès cette époque, il fréquentait le milieu artistique parisien comme en témoigne le fait qu’en 1788, il était le parrain d’une fille de Jean-François HUE, membre de l’Académie royale de peinture. Il passa quelques mois à Brest l’année suivante, peut-être en compagnie de HUE qui commençait une carrière de mariniste. Préférant s’éloigner quelque temps sous la Révolution, il vécut en Allemagne de 1793 à 1796. Il avait déjà voyagé en Suisse et dans la vallée du Rhin (1783, 1784), ainsi qu’en Hollande en 1785. Il fit un nouveau séjour en Allemagne et en Suisse en 1798. En octobre 1804, il devint membre résident de la Société philotechnique de Paris, société savante très élitiste fondée en 1795 dans le but d’encourager les arts et les sciences. Sous l’Empire, il fit de nombreux portraits de la famille impériale et peignit en miniature la noblesse et les grands du régime. Il poursuivit sa carrière sous la Restauration : appointé par Louis XVIII dès 1814, il reçut en 1819 le titre de « premier peintre en miniature de la chambre et du cabinet du roi » et fut nommé deux ans plus tard chevalier de la légion d’honneur. Il obtint une médaille de 1ère classe au Salon en 1806 et 1824. Accablé de commandes, il produisit une œuvre considérable qui lui assura une confortable aisance.

AUGUSTIN 170

Ici Frédéric Duvernois corniste ( premier cor solo de l’académie royale de musique ) et compositeur ami de l’artiste  nommé en 1814 chevalier de la légion d’honneur . Cette œuvre a été présentée au salon de 1817.

J’aime beaucoup aussi ce portrait pour le rendu des matières, tissu , instrument, la carnation de la peau , et pour ce qu’il nous suggère des habitudes vestimentaires de l’époque .

Entre 1815 et 1825, beaucoup de ses clients furent des Anglais, des Russes, des Autrichiens, des Prussiens venus en France avec les armées de la coalition. En 1820, il se rendit à Londres où il ne rencontra pas le succès escompté, son art précis ne correspondant pas au goût d’outre-Manche. Dès lors, sa vogue fléchit également en France. Il mourut du choléra et fut inhumé au Père-Lachaise. Sa tombe est ornée d’un médaillon en marbre dû au sculpteur DAVID d’ANGERS.

File:Père-Lachaise - Division 58 - Chemin du Bourget 25.jpg

Cinq de ses miniatures étaient présentées à l’exposition centennale de l’art français dans le cadre de l’Exposition universelle de 1889.

Attaché à ses racines, il fit deux séjours dans sa ville natale en 1791 et 1793. Il y revit sa famille et un ami de longue date, Louis FEBVREL (1751 – 1812), avocat qui fut ensuite président du tribunal civil de Saint-Dié. A cette occasion, il peignit à l’huile les portraits de sa mère,de son ami et de membres de la famille de celui-ci. Il portraitura d’autres Vosgiens célèbres : Nicolas François Joseph RICHARD (né à Remiremont en 1753) qui fut magistrat à Saint-Dié sous la Révolution puis député des Vosges au Conseil des Cinq-Cents et sous-préfet de Remiremont ; Jean Etienne HOUSSEMENT (né à Saint-Dié en 1762), graveur à la Monnaie de Paris et vénérable de la loge des « Amis incorruptibles » qui réunissait dans la capitale des francs-maçons originaires des Vosges.

AUGUSTIN 99

Peignant aussi bien sur ivoire qu’en émail, AUGUSTIN fut le rénovateur de la miniature en réagissant contre le style maniéré en vogue depuis l’époque Pompadour. Il apporta à cet art des qualités exceptionnelles de fini et d’harmonie. Sa production se distingue en effet par la pureté du dessin et par la vigueur du coloris. « On admire toujours chez Augustin le remarquable traitement des yeux, le très subtil passage de couleurs dans les carnations, le pointillé quasi imperceptible. » Nathalie LEMOINE–BOUCHARD (2008)

Il forma à la miniature de nombreux élèves dont le Lorrain Jean Antoine LAURENT*, la future Mme de MIRBEL (1796-1849) et Pauline DUCRUET (1781-1865), apparentée au fabuliste LA FONTAINE, qu’il épousa à Paris en 1800 et qui obtint une médaille au Salon de 1824. Le couple n’eut pas d’enfants.

Ses portraits à l’huile sur toile sont assez rares à l’exception de ceux réalisés à Saint-Dié qui, non localisés, ne sont connus que par des photographies. Selon Nathalie LEMOINE–BOUCHARD, on y retrouve « la touche du miniaturiste pour l’exécution impeccable des yeux, le rendu fondu des chairs, avec toutefois des ombres portées sur le visage plus marquées ». (2013)

Nombre de ses œuvres furent rachetées par sa veuve lorsqu’elles furent vendues aux enchères en 1839. Au décès de cette dernière, elles devinrent la propriété de la famille de Coincy qui en vendit un certain nombre au collectionneur américain John Pierpont-Morgan.

Le Louvre conserve le Carnet d’Augustin, dit aussi « carnet vert », précieux document composé de 97 folios qui incluent les carnets de commande de l’artiste et divers éléments concernant sa carrière et sa vie privée.

Outre quatre miniatures, le Musée Pierre Noël de Saint-Dié possède de lui près de 70 dessins, essentiellement des paysages (vues de Suisse et d’Allemagne) mais aussi des portraits historiques ou contemporains et quelques sujets mythologiques.

Ce musée lui a consacré une exposition en 2010 : « Jean-Baptiste-Jacques Augustin, peintre en miniature ».

Son autre frère, Joseph Ange, né à Saint-Dié en 1763, s’essaya lui aussi à la miniature, réalisant notamment en 1792 un portrait de Mme de Saint-Mar. Mais, si l’on en croit Gaston SAVE, « il désertera bien vite le genre délicat de la miniature aux finesses duquel sa main rebelle ne pourra s’assouplir pour se lancer dans la grande peinture, hardie mais lourde, où il aura autant de peine à se faire un nom ». (1881). Il exécuta des tableaux religieux pour des églises de Saint-Dié et environs (scènes de la vie de saint Dié), ainsi qu’à Sainte-Marie-aux-Mines.

« La peinture, quoiqu’assez vigoureuse et d’un effet général satisfaisant, pèche surtout par les défauts de proportions dans les personnages, et de dessin dont les extrémités qui sont fort négligées. » Charles SCHULER (1882)

27 Réponses

  1. Tu as su bien choisir pour exprimer le sujet
    Le médaillon
    Bonne journée Gisèle

    J'aime

    17 avril 2021 à 6 h 07 min

  2. Pour ma part je découvre… merci pour tes choix, doux W-E bises

    J'aime

    17 avril 2021 à 6 h 21 min

  3. Waw quel article ! Super bien documenté, je découvre. Et j’adore ça.
    Merci Jazzy pour le partage et le travail de recherches.
    Bon week-end, bisous.

    J'aime

    17 avril 2021 à 6 h 26 min

  4. superbe article infos tableaux
    merci du partage
    bises bonne journée

    J'aime

    17 avril 2021 à 6 h 44 min

  5. mireille du sablon

    Magnifiques ces miniatures! je reste souvent sans voix quand je vois avec quelle minutie elles sont réalisées.
    Bravo à vous deux pour ce bel article si complet.
    Bises à vous partager,
    Mireille du sablon

    J'aime

    17 avril 2021 à 7 h 24 min

  6. genevieve Maubon

    Je découvre totalement …. elles sont très belles ces miniatures …. et les commentaires très instructifs ! merci pour ce beau partage !
    Bon samedi, bisous
    Geneviève

    J'aime

    17 avril 2021 à 7 h 52 min

  7. Pingback: Tableau du samedi – avril – 15/52 – Miniature – Les soleils de Lilou

  8. Françoise Dumon

    C’est vrai que ces portraits sont à la fois très précis et très naturels, comme si les personnages prenaient vie. Une bonne idée qu’a eue Lilou de nous permettre de découvrir ce monde de la miniature et des artistes qui s’y sont consacrés. Bonne fin de semaine

    J'aime

    17 avril 2021 à 9 h 19 min

  9. Mireille.29

    Il faut une grande finesse de la mains et du pinceaux pour faire ce genre de miniature..
    Superbe article de ce peintre que je découvre..Doux week-end Gisèle bisous.

    J'aime

    17 avril 2021 à 9 h 44 min

  10. J’en ai vu au château de Chantilly, elles sont très belles et très minutieuses, on voit tous les détails malgré la taille.
    Bon week-end, soleil mais froid encore jusqu’à la fin du mois parai-il !

    J'aime

    17 avril 2021 à 9 h 46 min

  11. respir57

    Paradoxal l’insouciance et l’innocence de cette jeune fille dans un temps si cruel pour certains. Merci pour la bio très intéressante. Bises

    J'aime

    17 avril 2021 à 10 h 04 min

  12. annemarieguillard

    Une page très complète concernant Jean-Baptiste Jacques AUGUSTIN.
    Les miniatures que tu nous présentes sont de belles trouvailles, un faible tout de même pour cette jeune femme.
    Bises et bon samedi Jazzy

    J'aime

    17 avril 2021 à 10 h 11 min

  13. Bel article et bien documenté et beaux tableaux ! Bonne journée. Bises

    J'aime

    17 avril 2021 à 10 h 45 min

  14. Bonjour Gisèle la première miniature est magnifique, en plus tu nous contes l’histoire des peintres, c’est très interessant bisous et bon samedi MTH

    J'aime

    17 avril 2021 à 11 h 01 min

  15. Bernieshoot

    Merci pour la découverte de cet artiste,
    bon week-end

    J'aime

    17 avril 2021 à 11 h 19 min

  16. Très jolie découverte que tu nous offre là avec cet artiste, merci et bonne fin de semaine

    J'aime

    17 avril 2021 à 13 h 18 min

  17. Bonjour d’Angers,
    Les miniatures ? Je trouve cela trop petit ! …
    Bonne Journée ! … Amicalement … Claude …

    J'aime

    17 avril 2021 à 15 h 00 min

  18. Quelle belle présentation des tes médaillons super bien documenté bravo. Bisous doux weekend

    J'aime

    17 avril 2021 à 15 h 01 min

  19. ces ^portrait que tu nous présentes sont des visages souriant et apaisant il a su rendre les sentiments heureux et de satisfactions sur ses miniatures, j’aime beaucoup la jeune femme et le corniste
    encore une belle découverte ce samedi

    J'aime

    17 avril 2021 à 16 h 02 min

  20. Annie54

    Que de délicatesse dans ces portraits miniatures !
    Annie

    J'aime

    17 avril 2021 à 16 h 59 min

  21. monicacecile

    bonjour
    un trés bon choix , belle miniature , de cette personne , et beau texte
    kénavo

    monica-breiz

    J'aime

    17 avril 2021 à 17 h 30 min

  22. bonsoir Gisèle , un peintre que je découvre et le 1 er tableau avec cette femme c’est de toute beauté merci gros bisous beau weekend a+

    J'aime

    17 avril 2021 à 20 h 06 min

  23. Bonjour Gisèle.
    Tout à fait magnifiques, ces miniatures !
    Bravo !!! Excellent choix !
    Bises 😘

    J'aime

    18 avril 2021 à 2 h 25 min

  24. amande13

    La finesse des détails est incroyable !

    J'aime

    18 avril 2021 à 13 h 05 min

  25. Yvonne Anne

    Des oeuvres délicatement peintes et un article fort développé et intéressant sur cet artiste.
    Merci à vous deux.Bon dimanche.
    Bisous.

    J'aime

    18 avril 2021 à 14 h 53 min

  26. Des miniatures superbement choisies !
    Bisous du dimanche

    J'aime

    18 avril 2021 à 16 h 00 min

  27. Pingback: Tableau du samedi – avril – 16/52 – Miniature – Les soleils de Lilou

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s