Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

atelier Arlette

Point de pelouse ….

 

mon-logo-fait-par-ghis

Pour l’atelier 20 d’Arlette un clic sur le logo .

P7030014

Point de pelouse à grignoter cette année pour les lapinous , à la rigueur quelques liserons s’infiltrant entre les orties et chardons qui envahissent l’espace .  Depuis presque deux mois le ciel refuse d’arroser suffisamment le sol pour permettre une repousse de l’herbe,  aussi tout ce petit monde attend – il  la pluie avec une certaine impatience .   Pour se rafraichir certains n’hésitent pas à creuser avec courage  juste à côté des arbustes nouvellement plantés , ils ne les étêtent pas mais souvent prélèvent leur tendre écorce en soulevant les protections plastiques . Une satisfaction quand il n’y a pas grand chose d’autres à se mettre sous la dent . Cette mère lapine de la première photo semble apprécier la  pause, je l’ai même vu se rouler plusieurs fois dans le trou creusé  . Parfois ils ont la chance comme le plus jeune d’en dessous d’avoir quelques épluchures de salade , de carottes  ou d’autres légumes  déposés par  des habituées ( dont je fais partie ) et là c’est Byzance, en quelques minutes l’entrée des terriers est nettoyée .

P7030005


Balkan voyageur

mon-logo-fait-par-ghis

Pour l’atelier d’Arlette un clic sur le logo .

Les mots : badauds, rareté, promeneurs, attraction, ravir, vaquer, regorger, avaler,

 

L’histoire que je vais vous raconter est réelle, elle s’est déroulée il y a peu près de Metz  . Un pygargue du zoo d’Amnéville  a voulu vaquer à d’autres occupations que celles que ses soigneurs et fauconniers avaient prévu pour lui . Il s’est enfui vendredi matin de l’enceinte du zoo . L’attraction des grands espaces a – t – elle été trop forte ? le vent trop violent , les corneilles dans leur obsession à défendre leurs portées jugées trop envahissantes ? Toujours est – qu’il a profité de deux  jours inédits pour lui  en se laissant porter bien au delà du site.

 

Ce magnifique aigle  ravit quotidiennement les visiteurs lors d’un spectacle de fauconnerie  qui regorge de présentations de rapaces  à cheval ou à pied . Si des promeneurs l’ont aperçu à Marange Silvange  dans les environs immédiats du zoo ,   il vient d’être  retrouvé à Pagny , à quelques 40 km beaucoup plus au sud .  Une rareté de voir cet oiseau posé sur un lampadaire , il y a de quoi vraiment étonner les badauds  plutôt habitués à apercevoir  corneilles et pigeons  à cet endroit . Les riverains du lotissement voisin ont de suite prévenu le fauconnier de Balkan le fugueur , un avis de recherche ayant été lancé par le zoo .

Il  a consenti à venir se poser sur le bras de son maitre sans la moindre agressivité,  il sait bien que c’est lui qui le nourrit . Ce qu’il a avalé au cours de son périple,  mystère , poissons, mouettes nul ne sait  ,  seule la pesée prévue  dira s’il a pu se nourrir ou non .