Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Cinéma

Si vous ne l’avez pas vu

Résultat de recherche d'images pour "les animaux pendant la seconde guerre mondiale"

Ce mercredi 8 mai  Fr3 diffusait un documentaire de Jean Christophe Rozé sur les animaux dans  la guerre de 39 – 45.  “Tout au long des centaines d’heures d’archives visionnées pour les réaliser, j’avais souvent croisé des séquences montrant des animaux. Souvent surprenantes, tendres et émouvantes, ces scènes accessoires servaient surtout à introduire un peu de pittoresque ou de pathétique. […] Mais elles m’ont donné l’envie de faire un film dont les animaux eux-mêmes seraient au cœur » dit le réalisateur .

Résultat de recherche d'images pour "les animaux pendant la guerre 39 45"

Si vous ne l’avez pas vu je vous conseille vivement de cliquer ici ( disponible jusqu’au 15 mai ) ou en replay sur votre téléviseur   . C’est un film aux images poignantes qui montrent tous les rôles endossés par les animaux pendant la seconde guerre mondiale , du nord au sud, d’ est en ouest , sur tous les continents . Trente millions de bêtes combattirent avec les hommes , soldats à quatre pattes , ou simple réconfort,  ils ont aidé les hommes . 

39-45, les animaux dans la guerre

Bêtes de guerre, bêtes de somme, animaux d’élevage,  ils payèrent eux aussi un lourd tribut à cette guerre, on dénombre pas moins de 6 à 8 millions d’équidés morts pendant cette période.

Sauveteur, messager, kamikaze , sentinelle,mascotte,  les chiens ont été largement utilisés tout comme les chevaux mais pas seulement, vous verrez aussi que les éléphants , les dromadaires ont été impliqués aussi dans la folie des hommes .

39-45, les animaux dans la guerre

 


Jeudi croqueurs de mots

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

 

Pour cette quinzaine c’est Laura Vanel Coytte (clic)  qui est à la barre du bateau des croqueurs de mots

Comme j’ai raté le coche des deux premiers rendez – vous, je vais essayer de me rattraper aujourd’hui en intégrant à ce dernier volet des réponses aux deux premiers .

Voilà ce que nous dit Laura:

_  Même si je suis (professeur) documentaliste, je ne retrouve pas qui a dit (à peu près) « Aimer quelqu’un, c’est s’intéresser à lui »

Si vous pouviez me retrouver l’auteur de cette citation et comment elle est formulée exactement. Comme il s’agit d’un atelier d’écriture, écrivez à partir de cette citation (que je crois être de François Truffaut).

_  Mon réalisateur préféré est François Truffaut, quel est le vôtre ? Si vous n’en avez pas, parlez-moi de votre film ou genre de film préféré ? Mais il s’agit de cinéma plutôt en salle qu’à la maison (même si vous revoyez le film à la télé ou en DVD), pas de téléfilm ou de séries télé.

_ Puisque ressort, l’intégralité des critiques cinéma de François Truffaut, parlez-moi de cinéma, du plaisir d’être dans une salle obscure avec d’autres. Ou de votre acteur ou actrice préféré partant toujours du principe qu’« Aimer quelqu’un(ou quelque chose), c’est s’intéresser à lui (cette chose)».

P8280382

Comme plusieurs d’entre vous en recherchant l’auteur de cette citation proposée par Laura , je n’ai pas trouvé exactement la même phrase  mais celle qui se rapproche le plus est celle de Jean Vanier dans le journal La Croix qui dit exactement ceci :

« Aimer est un mot galvaudé. Aimer, c’est s’intéresser vraiment à quelqu’un, lui être attentif ; c’est le respecter tel qu’il est, avec ses blessures, ses ténèbres et sa pauvreté, mais aussi avec ses potentialités, ses dons peut-être cachés ; c’est croire en lui, en ses capacités de grandir, c’est vouloir qu’il progresse ; c’est avoir pour lui une espérance folle : " Tu n’es pas foutu, tu es capable de grandir et de faire de belles choses, j’ai confiance en toi. "

En recherchant un peu dans d’autres ouvrages j’ai noté aussi une phrase de Gabriel Madinier dans son essai sur le nous .

“Aimer c’est s’intéresser à ce que l’autre est à la première personne et dans son don pour soi , c’est s’efforcer de le constituer dans son intimité , c’est le vouloir comme liberté et principe d’initiative “Gabriel Madinier essai sur le nous

“L’homme qui aime vraiment s’attache dans l’aimé à ce qui est le plus intime , à la personne même dans sa singularité”.

Je pourrais encore citer Christian Bobin pour tenter de définir ce qu’aimer signifie .

“ Aimer quelqu’un, c’est le lire. C’est savoir lire toutes les phrases qui sont dans le cœur de l’autre, et en lisant le délivrer. C’est déplier son cœur comme un parchemin et le lire à haute voix, comme si chacun était à lui-même un livre écrit dans une langue étrangère. Il y a plus de texte écrit sur un visage que dans un volume de la Pléiade et, quand je regarde un visage, j’essaie de tout lire, même les notes en bas de page.”

 

P8280380

En abordant le cinéma pour ce défi, il faut bien que je vous avoue que nombreux sont les réalisateurs qui m’ont fait passer de merveilleux moments dans les salles obscures . Plus j’essaye d’en isoler un moins j’y arrive. Car oui, il y a des atmosphères  bien spécifiques à chacun et cette diversité me plait. 

C’est pourquoi  j’aurais bien dit Bertrand Tavernier avec ses inoubliables portraits de la société dans   “Que la fête commence” ”Coup de torchon” “l’horloger de St Paul”” La vie et rien d’autre “  “ Le juge et l’assassin” en collaboration avec cet acteur clé dans son œuvre qu’est Philippe Noiret. Je me souviens encore de sa magistrale interprétation du juge devant un Michel Galabru non moins excellent dans son rôle d’assassin. Impossible de ne pas aimer sa vision du film historique dans “Que la fête commence” mettant en scène l’histoire vraie de la conspiration de Pontcallec  et son choix toujours judicieux des acteurs comme Jean – Pierre Marielle , Jean Rochefort , Marina Vlady et bien sur Philippe Noiret .

Mais quid  de Pedro Almodovar, de sa liberté de ton, de sa gestion du mouvement et de la symbolique des couleurs , de sa façon de traiter  l’identité sexuelle , de mélanger le banal et le spectaculaire de  la société, l’humour et l’émotion, de sa vision de la femme aussi bien dans” Femmes au bord de la crise de nerfs”  “Talons aiguilles “ que dans “ Tout sur ma mère” “ Parle avec elle“ .

Mais sans oublier  non plus oublier Woody Allen et ses  irrésistibles comédies de mœurs avec son univers de questions existentielles obsédantes dans “Annie Hall “, “Manhattan”  créant un style Allen parfaitement identifiable . Je ne peux m’empêcher d’évoquer aussi son film à sketches hilarant, un vrai délire où l’humour du réalisateur fait mouche  “ Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans oser le demander”. 

Impossible non plus d’écarter Hitchcock et sa gestion du suspens , j’avoue avoir souvent tremblé en regardant “Psychose” agrippant fort la main de ma moitié pour ne pas hurler. Oui , là il n’est pas question d’analyser quoi que ce soit, je vis la scène comme si  c’était moi qui étais sous la douche ou attaquée par les corvidés dans “les Oiseaux”.

P8280387

Je pourrais encore allonger cette liste de réalisateurs à l’envi car le cinéma j’aime, et si maintenant je fréquente beaucoup moins les salles obscures,  cela n’a pas été le cas pendant des années. D’autre part, dans mon activité professionnelle, j’ai favorisé  ces sorties et je dois dire qu’elles étaient fort appréciées par les personnes que j’emmenais.

Quel plaisir de sentir vibrer une salle en phase avec  le film , que ce soit par les rires partagés ou le silence ponctué de quelques raclements de gorges quand l’émotion est à son comble . Quelle communion intense quand, à la fin du film, tous les spectateurs restent figés ne pouvant s’arracher aux dernières images du générique, comme hypnotisés par ce qu’ils viennent de voir. Le plus souvent il faut attendre la sortie à l’air libre pour que les langues se délient et que chacun puisse échanger ses impressions.

Il reste néanmoins que j’en profite encore avec mes petits enfants de ce grand écran et aussi pour des films où la nature est aux premières loges comme “Océans” “ Microcosmos le peuple de l’herbe” “ Le peuple migrateur” .

 

 


Amélie Nothomb

abécédaires philosophes et auteurs divers

Afficher l'image d'origine

Pour cette lettre N de l’alphabet, je ne vous parlerai pas de Friedrich Nietzsche car la romancière belge que j’ai choisie le ferait beaucoup mieux que moi.  Amélie Nothomb, née à Etterbeek en 1966 au sein d’une famille noble de Belgique, voyage des son plus âge  puisque  son père est diplomate et plusieurs de ses livres témoigneront de ses expériences dans les pays où elle a résidé , notamment au Japon . Depuis son premier roman “hygiène de l’assassin” Amélie Nothomb    , publie un livre par an . Son roman “stupeur et tremblements” a remporté le grand prix du roman de l’Académie Française . En 2015 elle a été élue membre de l’académie royale de langue et littérature française de Belgique .

Elle suscite la polémique en raison de ses succès en librairie, certains la critiquent pour son excentricité qui selon eux serait un argument de vente .

« Je suis ce que je peux être. Je ne maîtrise pas ce que je suis et encore moins les regards que les autres posent sur moi »

Il n’en reste pas moins qu’elle est considérée comme un auteure à part entière, comparée à Marguerite Yourcenar pour sa culture et son écriture classique ,  dans tous les pays où ses œuvres ont été traduites .

Etant donné l’importance de l’œuvre d’Amélie Nothomb je vous invite à découvrir la liste de tous ses romans  ici . Quant à ma préférence elle va à ses premiers “ l’hygiène de l’assassin”, “Stupeurs et tremblements” , “Cosmétique de l’ennemi” . J’ai lu récemment le crime du comte de Neuville pour avoir une idée du livre et de sa critique un clic sur la photo.

PA180532

 

Plusieurs de ses romans sont repris au cinéma “Tokyo fiancée” tiré de “Ni d’Eve ni d’Adam” ,

Tokyo Fiancée : Affiche

Stupeurs et tremblements ,

Stupeur et tremblements : affiche

Hygiène de l’assassin

Hygiene de l'assassin : affiche Francois Ruggieri, Jean Yanne

Je n’ai vu que le film d’Alain Corneau que j’ai particulièrement bien aimé, Sylvie Testud interprète à merveille les déboires de la jeune Amélie confrontée à la hiérarchie de l’entreprise japonaise, franchement je vous le conseille .

 

Quelques citations relevées dans les romans que j’ai lus .

“ Le doute et la peur sont les auxiliaires des grandes initiatives “ Hygiène de l’ assassin

“ L’oubli est un gigantesque océan sur lequel navigue un seul navire qui est la mémoire “ Hygiène de l’assassin

“ C’est une grande chose que de savoir quand on va mourir. On peut s’organiser et faire de son dernier jour une œuvre d’art “ Stupeurs et tremblements 

“ On n’a rien inventé de mieux que la bêtise pour se croire intelligent “ Métaphysique des tubes

“C’est drôle ce besoin qu’ont les gens d’accuser les autres de leur avoir gâché l’existence alors qu’ils y arrivent si bien eux mêmes sans l’aide de quiconque “ Cosmétique de l’ennemi

“ le risque c’est la vie même . On ne peut risquer que sa vie . Et si on ne la risque pas on ne vit pas .”Cosmétique de l’ennemi .


Au creux de la nuit ….

dyn003_original_480_480_gif_2513474_e965d66342262aceef7a5f17b5e6204d_thumb3_thumb.gif

Pour l’atelier de Mandrine un clic sur le logo.

Big Eyes : Photo Amy Adams, Christoph Waltz

Au creux de la nuit, dans l’obscurité d’un appartement aux volets clos, le clic discret d’une porte qu’on refermait perça là silence. Voilà bien longtemps qu’elle en avait envie , mais cette nuit elle  trouva la force de tout quitter et surtout  de le quitter . Cet homme qu’elle avait aimé  au point de se laisser complètement phagocytée par son amour  , aujourd’hui c’était sans regret qu’elle renonçait à lui  .

Non, elle n’aurait jamais du l’épouser , son premier mariage avait été un échec, elle aurait du se méfier, mais il avait tellement de charisme qu’elle avait  cédé aux sirènes de Cupidon . Il lui avait fallu du temps pour comprendre que s’effacer devant lui ne menait à rien , que l’estime qu’il avait de lui même était plus que disproportionné, qu’il n’était lui – même que parcequ’il la réduisait au silence .

Big Eyes : Photo Amy Adams, Christoph Waltz

Quand il avait commencé à exploiter ses talents de peintre, elle avait pensé que c’était absolument normal , il maitrisait cent fois mieux la communication qu’elle même .  C’était lui qui trouvait le meilleur emplacement, les galeries où exposer  , les médias à prévenir .

Big Eyes : Photo Christoph Waltz

Ils avaient pourtant tout pour être heureux, cette même passion pour la peinture , l’art au centre de toutes leurs préoccupations mais un jour il avait franchi le cap  en s’appropriant la paternité de ses fameuses toiles qu’elle signait de son nom d’épouse . Au début elle ne s’était pas aperçu de la  supercherie puis un jour elle découvrit la ruse mais elle accepta car le succès économique était bien présent et il savait bien la convaincre que c’était lui que le public aimait et non l’obscure épouse .

Big Eyes : Photo Amy Adams

Elle aimait peindre ses “ grands yeux” et ne s’arrêtaient pas de les multiplier pour le plus grand plaisir de cet homme qui la maintenait sous sa coupe . Un manipulateur hors pair qui savait la déstabiliser au point de lui faire perdre toute confiance en elle , la culpabiliser pour qu’elle accède à sa demande . Mais là, elle en avait terminé avec cette dépendance , elle avait trouvé le courage de s’éloigner,  de redevenir elle même ,  un autre combat allait commencer maintenant pour rétablir enfin toute la vérité .

 Afficher l'image d'origine

Si vous ne l’avez pas encore vu je vous conseille ce film de Tim Burton “Big eyes” dont je me suis inspirée pour ce billet,  c’est l’histoire vraie de Margaret et Walter Keane , une des plus grandes impostures de l’histoire de l’art .


Jim Harrison

abécédaires philosophes et auteurs divers

Pour l’abécédaire de Violette un clic sur le logo .

Afficher l'image d'origine

J’ai longtemps hésité entre un philosophe et un auteur , j’ai enfin opté pour ce dernier peut être inconsciemment car je viens de découvrir qu’il est né le même jour que moi mais en 1937 . Né dans le Michigan d’une mère d’origine suédoise et d’un père agent agricole il perd son œil gauche à huit ans au cours d’un jeu . A seize fuyant l’ennui face au mode de vie bourgeois et middle class il décide de devenir écrivain et part à Boston et New York  où il ne tarde pas à publier ses premiers romans et ses recueils de poèmes . Grand lecteur de poésie c’est un grand admirateur de René Char .

Afficher l'image d'origine

En 1967 il retourne dans le Michigan où il s’installe avec sa famille sur les rives du Lake Leelanau . Ami de Jack Nicholson  il bénéficie de soutien financier de celui – ci pour continuer son travail d’écrire tout en s’occupant de sa famille . Il partage son temps entre le Michigan, le Montana et le Nouveau Mexique.

Jim Harrison dont l’œuvre est publiée dans vingt trois langues nous a quittés  cette année le 26 mars après une crise cardiaque .

Abordant le roman et la nouvelle il est le principal représentant du mouvement américain de nature writing

 

Afficher l'image d'origine

En 1978 – 1979 sort son premier livre à  succès littéraire “ légendes d’automne “ qui sera adapté au cinéma en 1994 par Edward Zwick avec Brad Pitt, Anthony Hopkins et Aldan Quinn comme principaux acteurs . Ce recueil de trois grosses nouvelles  il l’a écrit en neuf jours d’un seul jet , si vous ne l’avez pas encore lu je vous le conseille vivement . Il se compose de trois récits mettant en scène trois hommes aux prises avec la vengeance . D’une plume concise sans fioritures la narration aborde les thèmes de  la violence,  la trahison ,  la nature et la brutalité de la vie .

“Il y a peu de choses à dire au sujet du bonheur ; il se contente d’être lui-même, placide, presque somnolent. C’est un état que l’on adopte d’un cœur léger mais avec un esprit parfois torturé”

Afficher l'image d'origine

Nord Michigan sera aussi adapté en 1996 au cinéma par Bruno Barreto avec Denis Hopper , Amy Irwing, Gary Busey et Julie Harris comme acteurs et actrices .

Roman de l’Amérique profonde dont le héros Joseph est un agriculteur enseignant resté à la ferme auprès de sa veille mère partaageant ses loisirs en tre la chasse, la pêche et son amie d’enfance et collègue Rosealee.

Afficher l'image d'origine

Dalva un autre de ses romans à succès sera adapté en téléfilm par Ken Cameron . Un livre où plus d’un siècle de l’histoire de l’Amérique est évoquée à partir de la vie quotidienne d’une famille du Nebraska , puzzle chronologique  comme dans” la route du retour” où l’on retrouve Dalva et les siens . Destinées entrecroisées qui s’éclairent l’une l’autre avec une véritable virtuosité narrative , des personnages partagés entre tradition et modernité entre nature et culture . 

“Je suis restée figée là comme une statue, la main posée sur l’encolure du sprinter, sentant son pouls ralentir. Une impression onirique de lucidité et de force peut-être imméritée m’a submergée quand je me suis rappelé une chose qu’avait dite grand-père en me retrouvant après ma promenade dans les collines, au-delà de la Niobrara: à savoir que chacun doit accepter son lot de solitude inévitable, et que nous ne devons pas nous laisser détruire par le désir d’échapper à cette solitude. Appuyée contre l’abreuvoir au fond de cette vallée, j’entendais le vent et la respiration du chien et du cheval. Les souvenirs de tous les gens que j’avais connus m’ont traversé l’esprit avant de se perdre dans l’air, avec l’impression que l’écho de leur voix ressemblait aux voix des oiseaux et des animaux.”

 

A partir de 1980 il se lance aussi dans l’écriture de scénarios hollywoodiens adaptant ses nouvelles ( vengeance ) ou ses romans ( Wolf )

Wolf movie poster.jpg

By Source, Fair use, https://en.wikipedia.org/w/index.php?curid=1406883

“ Donner une voix aux gens qui n’en n’ont pas, je crois que c’est ça, la responsabilité de l’écrivain"

“Il y a deux choses qui gagnent à bien vieillir, le bon vin et les bons amis “

"Cette curieuse félicité qui tient au plaisir d’un bon repas, d’un bon vin, et du sentiment un peu étrange que l’on peut avoir en rejetant à l’eau une magnifique truite qu’on vient juste de pêcher."

Si vous aimez la nature , la puissance d’une narration parfaite n’hésitez surtout pas à lire ou à relire les 5 œuvres choisies par télérama ici 


Anita

images-copie-1

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo .

PB120097

A   nita    aime    la    vie  en   couleurs

N   uances   variées,  sans  grise  mine

I    lluminent       cette      benjamine  .

T oujours subtil,  son regard enjôleur, 

A  rrive   même  à  vous  donner  l’heur’.

Ce prénom colle à beaucoup d’artistes peintres mais aussi parfaitement au monde du cinéma si l’on en croit le nombre d’actrices qui le portent  ( clic ici ) mais celle qui me vient immédiatement à l’esprit c’est Anita Ekberg , une filmographie impressionnante dont je retiendrais trois films marquants

Guerre et paix, la dolce Vita , Le divorce ,

 Description de cette image, également commentée ci-après


Wilma

images-copie-1

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill , j’ai demandé à Wilma de venir se présenter .

Senden Bana Kalan

W   ilma    quel   étonnant  parcours  tu as !

I  l  est riche de  fictions en  tout genre,   

L a série comme le long métrage sans alea.

M   ultiples sont tes talents danse, écriture

A  vec un fort penchant pour toute culture. 

 

Si vous voulez en savoir un peu plus sur Wilma Elles, actrice allemande qui a acquis la nationalité turque ,  je vous invite à cliquer ici .

Wilma Elles-1


La femme à la robe rouge ….

croqueurs de mots

Lilou nous propose un début de scénario :

Une femme en robe rouge descend du bus. Elle est furieuse. Elle bouscule un homme qui traverse la rue en dehors des passages piétons.

Ecrire le film ou l’histoire  avec les contraintes suivantes :

Vous devrez utiliser les verbes : caqueter, rêver, applaudir, s’ébaudir, refroidir

Les noms : portail, violon, gazon ; galurin, hérisson, allure, caraco.

Les adjectifs : opportun, guilleret, pâle, maudit, violet.

pb130683

Clap c’est parti

  • Plan d’ensemble

Une femme en robe rouge descend du bus. Elle est furieuse. Elle bouscule un homme qui traverse la rue en dehors des passages piétons.

  • Flash back
  • plan rapproché à l’intérieur du bus , zoom sur les voisines de la femme et sur Helen la femme à la robe rouge  .
  • Helen voix off

“J’en peux plus ! et impossible de bouger le bus est bondé “

  • travelling dans tout  le bus

“ces maudites pipelettes  en caraco n’ont pas arrêté de caqueter tout le  long du trajet. Et toutes guillerettes  de s’ébaudir sur la  photo du petit dernier avec le galurin du père Mathieu , pour un peu il faudrait  applaudir à chaque cliché de l’album du smartphone .  Dieu sait si j’ai autre chose à faire  .”

  • Retour sur le premier plan
  • plan taille

Sous le choc l’homme qu’elle vient de bousculer lâche l’étui de son violon  

  • Gros plan  sur le visage de l’homme qui devient pâle puis travelling arrière et panoramique .
  • zoom sur la chute au ralenti de l’étui au capitonnage violet qui s’ouvre au milieu de la route .
  • Champ /contre champ

“ dites moi que je rêve , c’est à vous  les billets sur la route “

“ Si tu ne veux pas que je te refroidisse de suite , t’as intérêt à la fermer, c’est pas le moment opportun pour discuter. Avance ! ne ralentis pas l’allure tu vas m’aider, tu ramasses les billets   “

“ ça ne va pas non, je  ne veux pas finir aplatie comme un hérisson  ?”

“ T’as pas le choix , ma grande !”

  • Contre plongée sur le renflement de la poche de la veste de l’homme .
  • travelling avant jusqu’à l’étui du  violon .
  • Plan d’ensemble

Les deux personnages se précipitent pour ramasser les billets . Les voitures les frôlent en klaxonnant .

Helen  et  l’homme , courent jusqu’au portail de la maison d’en face .  Un dogue allemand guette  sur le gazon .

  • Zoom sur la tête du chien .

Dogue Bleu

  • Champ/contrechamp des deux personnages

“ Ouvre ! “

“ Non !”

  • Plan taille

Il appuie le pistolet dans le dos d’Helen , ils entrent . Le chien se lève et vient faire la fête à l’homme , prend le bras d’Helen qui hurle et l’entraine à l’intérieur devant sa gamelle vide et dit :

“ C’est pas parcequ’on a un maitre un peu border line qu’il faut l’empêcher d’acheter ma réserve de “ Crocplan “

Gros plan sur le sachet de 15 kg de Crocplan .

Clap de fin

 

 

 


Focus 11

Pour Maloween la photo de départ que nous devons modifier à notre façon , vous pouvez en cliquant sur celle – ci voir la galerie du focus 10

p1100172

 

Voilà ce que je vous propose aujourd’hui , un petit tour là haut , histoire de dire bonjour à ces deux gardiens de la galaxie, pas d’inquiétude contrairement à Melancholia la rencontre explosive n’aura pas lieu  .

Focus 17 février

 

Si ce nom ne vous dit rien je vous conseille de cliquer sur ces photos, pour découvrir ce très beau film de Lars Von Trier où le monde meurt en beauté . Je vous conseille vraiment de le regarder si ce n’est déjà fait , je sais que Lars von Trier est au centre d’une polémique pour ses propos inacceptables lors d’une  conférence de presse mais je ne peux que reconnaitre son talent dans ce film . Film que vous pouvez aussi retrouver en ce moment au Centre Pompidou Metz dans la nouvelle exposition consacrée au “sublime  et tremblements du monde “  . 

Melancholia : affiche

Melancholia : affiche

P2111044


Adèle chez papi et mamie

LE PETIT JEU DE LETTRES (54)

Pour le petit jeu de lettres de lady Marianne un clic sur le tableau

Happelourde le mot à trouver : pierre fausse qui a l’apparence et l’éclat d’une pierre précieuse .

Les anagrammes des mots de cinq lettres et plus contenus dans le tableau  sont soulignées dans le texte.

 

Les Saisons : Photo

Adèle ,en vacances depuis presque deux semaines chez son grand père Harold et sa grand mère Paule ,déplore le temps maussade :

“Il suffit que je sois  en congé scolaire pour que le ciel pleure sans discontinuer , ma parole on dirait que le soleil s’est perdu  quelque part en Europe et qu’il a oublié comment revenir ici . “ dit elle à Harold

“Drôle de prélude avant la rentrée en effet “ lui répond Harold

“ Pas question de prendre mon vtt et d’aller pédaler pour gagner  la colline , il tombe des hallebardes . Pourtant  j’aimerais tant  trouver d’autres pierres papi . “

“ Oui je sais , tu ne collectionnes pas l’opale, le quartz ou même l’happelourde mais les fossiles et ceux que tu as déjà sont de toute beauté “

“ Tu te souviens de ma première palourde fossilisée ? “

“ Oui tu es très douée pour apercevoir le moindre coquillage ,  mais la pierre qui m’a le plus impressionné c’est celle que tu nous as donnée “

“ Ah oui , celle où une partie de tentacule de poulpe est restée imprimée . Je venais de grimper une côte assez ardue et ma pédale droite a heurté une racine , j’ai dérapé ,  une roulade dans la descente et me voilà face   à cette veine de fossiles , j’ai adoré. “

“ Heureusement ton épaule ne s’est ni luxée ni cassée . “

“ Est ce que je peux vous parler d’une sortie pour tout à l’heure ? “ intervient Paule

“ Mais bien sur mamie ! “

“ Je viens d’appeler Laure ,elle m’a vraiment conseillé le film “les saisons” au cinéma , ça vous dit ? “ .

“ Oh oui ! exulte Adèle “  il parait qu’on y voit la forêt comme personne encore ne nous l’a montrée ,   comment le peuple des animaux s’adapte  petit à petit à la perte de son domaine , de l’âge de glace à nos jours , comment chacun  opère une retraite vers des espaces encore préservés”

“ J’ai vu une bande annonce (clic ) avec une harde de rennes , de magnifiques chevaux , un superbe lynx et une très jolie huppe , je crois que c’est une très bonne idée ce film , je sens que nous allons nous régaler *  “

“ Allez vite c’est parti, pas question de louper  la  séance , il n’y en a plus qu’une maintenant ! “

 

Les Saisons : Photo

* Je suis allée le voir et je ne peux que vous le conseiller , une formidable leçon d’écologie non martelée, un émerveillement de tous les instants en s’approchant au plus près des animaux . Des moments de grâce absolue où les images parlent d’elles mêmes . Formidable réalisation de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud qui ne nous assène pas des commentaires superflus , la magie de l’image suffit amplement . Une musique de Bruno Coulais parfaitement adaptée à la chronologie de l’évolution de la forêt et  des animaux qui la peuplent .

 

 


à voir

Voilà bien longtemps que je ne vous ai pas conseillé un film , je vais me rattraper aujourd’hui en parlant de Wolf Hall ,une série qui passe actuellement sur ARTE  ( disponible aussi en dvd ) .

Wolf Hall : c’est quoi cette série ?

Si vous avez raté les trois premiers épisodes pas de problème rendez – vous ici avant de visionner ce soir   les trois derniers épisodes  sur ARTE

Si l’histoire nous a dépeint un Thomas Cromwell , conseiller d’Henri VIII comme un exécuteur des basses tâches , avec cette série de Peter Kosminsky vous découvrirez un personnage fascinant et attachant . Adapté du roman historique d’Hilary Mantel “ Dans l’ombre des Tudors “ Wolf Hall est un petit bijou de saga  historique produit par la BBC. De la chute du cardinal Wolsey à la décapitation de la reine Anne Boleyn se construit petit à petit l’ascension de Thomas Cromwell interprété par un Mark Rylance phénoménal .

Photo Mark Rylance

Ce personnage complexe , ambivalent , opportuniste mais humain peut aussi être joueur et amateur de femmes. Il fait tout pour gagner en pouvoir mais aussi pour survivre car il sait que s’ il ne mène pas à bien ce que demande  Henri VIII c’est sa tête qu’il perdra. Quant au roi interprété par Damian Lewis

Photo Damian Lewis

il est bien loin du portrait du monstre sanguinaire de la fin de son règne ici nous avons affaire à un amateur d’arts assez charismatique qui trouve en Cromwell la personne qui va l’aider à remodeler l’Angleterre selon ses désirs même si pour cela il doit s’opposer à la papauté , au parlement et à l’ordre politique établi .

Photo Damian Lewis

Largement inspiré par les tableaux du Caravage vous tomberez sous le charme de ces prises de vues d’ intérieurs éclairés à la bougie .

Afficher l'image d'origine


Le passager

Le Passager : la série de l’auteur des Rivières Pourpres arrive sur France 2

Souvenez vous dans un de mes billets clic ici je vous parlais de ce livre “le passager” que j’avais dévoré à la fin du mois d’aout . Ce soir vous pourrez voir ce thriller sur votre écran puisque Jean Christophe Grangé a lui même adapté son roman et nous livre  une version télévisée pour France 2 sous forme de série en six épisodes. Aucun risque de voir son œuvre complètement transformée par un scénario non respectueux du livre, il est seul maitre à bord pour cette série.” l’écriture en atelier de scénaristes telle qu’elle se pratique pour les séries , c’est pas mon truc reconnait il . L’atelier , il est dans ma tête : le métier d’écrivain est très solitaire , à rebours des méthodes de l’audiovisuel .” Le roman avec sa succession de crimes rituels inspirés par la mythologie grecque a tous les atouts pour une diffusion en série , avec du suspense entre les différents épisodes .

L’auteur avoue une fin plus ouverte que dans le roman aurait – il prévu une saison 2 ?

J’ai hâte de le découvrir .

Bonne journée à toutes et tous

Bisous

 


12 years a slave

12years

Un film de Steve Mac Queen que j’ai eu l’occasion de regarder cette semaine  et que je vous conseille vraiment. Le metteur en scène s’inspire de l’histoire vraie de Solomon Northurp , un musicien noir vivant à Saratoga dans l’état abolitionniste de New York qui , kidnappé par les gérants d’un cirque, est vendu comme esclave dans le sud . Tout y est prétexte à humiliations,  à châtiments. Dans l’esclave c’est l’homme qui doit être brisé . De la domination sexuelle à la marchandisation de l’humain,  des rapports pervertis entre esclaves, des stratégies des uns et des autres pour échapper à leur situation , rien n’échappe à la vision du metteur en scène . Chiwetel Ejiofor ( Solomon) est saisissant de vérité dans son interprétation , son regard traverse la caméra comme pour nous prendre à témoin de son calvaire qui va durer douze ans . Michael Fassbender est hallucinant dans son interprétation de Epps, ce planteur demi fou  totalement dominé par ses pulsions sexuelles qui le poussent à punir celle qu’il désire . Un grand moment de cinéma que je ne suis pas près d’oublier . Pour rappel ce film a reçu l’oscar du meilleur film en 2014 ainsi l’oscar de la meilleure actrice dans un second rôle (Lupita Nyong’o ) et du meilleur scénario adapté ( John Ridley).

12 years a slave


Il y a des yeux qui …..

Pour le dico citations de Domi dans l’annuaire pour les nuls, nous en sommes à la lettre y

 

 Je n’ai  pu m’empêcher de choisir les yeux,  même si un tour en yacht ne m’aurait pas déplu, mais je voulais m’attarder sur les yeux au travers de  plusieurs citations et par le biais de plusieurs artistes

 


The Eye, 1945
Salvador Dali

 

Salvador Dali m’a toujours impressionnée par sa vision des choses  ,  les yeux il les a déclinés de bien des façons, je vous en propose juste quelques versions

dali-salvador-1904-1989-spain-les-yeux-surrealistes-2320487 dali

 

“Il y a des yeux qui reçoivent  la lumière , il y a des yeux qui la donnent “ Paul Claudel.

Comment ne pas penser non plus à ce que nous dit Victor Hugo en regardant les yeux de ces femmes sous le pinceau d’Odilon Redon, de Georges de  la Tour, de Léonard de Vinci .

“ Quand une femme vous parle, écoutez ce qu’elle vous dit avec ses yeux “ Victor Hugo

 

pix

folie1 Georges_de_La_Tour_027 joconde-b

 

 

Mais laissons donc la parole à Sully Prudhomme pour choisir sur la palette des mots , la bonne couleur pour les peindre .

 

Les yeux

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Des yeux sans nombre ont vu l’aurore ;
Ils dorment au fond des tombeaux
Et le soleil se lève encore.
Les nuits plus douces que les jours
Ont enchanté des yeux sans nombre ;
Les étoiles brillent toujours
Et les yeux se sont remplis d’ombre.
Oh ! qu’ils aient perdu le regard,
Non, non, cela n’est pas possible !
Ils se sont tournés quelque part
Vers ce qu’on nomme l’invisible ;
Et comme les astres penchants,
Nous quittent, mais au ciel demeurent,
Les prunelles ont leurs couchants,
Mais il n’est pas vrai qu’elles meurent :
Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Ouverts à quelque immense aurore,
De l’autre côté des tombeaux
Les yeux qu’on ferme voient encore.

 

 

Continuons avec cette cette citation que je trouve particulièrement pertinente et que j’illustrerai avec le Greco

“ l’âme n’aurait pas d’arc en ciel si les yeux n’avaient pas de larmes “ John Vance Cheney

 

lagrimas_san_pedro_detalle_mcu.jpg_1306973099 Saint Pierre Greco

 

“ le cinéma ce n’est rien d’autre en fait que de pouvoir lire l’âme de quelqu’un juste en  regardant ses yeux”  Glenn Close

J’ai voulu en savoir un peu plus sur l’auteur de cette citation , si, si vous la connaissez que ce soit à la télévision ou au cinéma , souvenez vous la superbe Marquise  de Merteuil dans “les liaisons dangereuses” de Stephen Frears  avec John Malkovich ( le vicomte de Valmont) et Michelle Pfeiffer (madame de Tourvel) ou dans la série “Damages” dans le rôle de Patty , avocate aux dents longues .

liaisons-dangereuses-88-18-g 20022878.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Qu’ils sont beaux ceux que chante Aragon dans ce superbe poème .

 

Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire
J’ai vu tous les soleils y venir se mirer
S’y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire

À l’ombre des oiseaux c’est l’océan troublé
Puis le beau temps soudain se lève et tes yeux changent
L’été taille la nue au tablier des anges
Le ciel n’est jamais bleu comme il l’est sur les blés

Les vents chassent en vain les chagrins de l’azur
Tes yeux plus clairs que lui lorsqu’une larme y luit
Tes yeux rendent jaloux le ciel d’après la pluie
Le verre n’est jamais si bleu qu’à sa brisure

Mère des Sept douleurs ô lumière mouillée
Sept glaives ont percé le prisme des couleurs
Le jour est plus poignant qui point entre les pleurs
L’iris troué de noir plus bleu d’être endeuillé

Tes yeux dans le malheur ouvrent la double brèche
Par où se reproduit le miracle des Rois
Lorsque le cœur battant ils virent tous les trois
Le manteau de Marie accroché dans la crèche

Une bouche suffit au mois de Mai des mots
Pour toutes les chansons et pour tous les hélas
Trop peu d’un firmament pour des millions d’astres
Il leur fallait tes yeux et leurs secrets gémeaux

L’enfant accaparé par les belles images
Écarquille les siens moins démesurément
Quand tu fais les grands yeux je ne sais si tu mens
On dirait que l’averse ouvre des fleurs sauvages

Cachent-ils des éclairs dans cette lavande où
Des insectes défont leurs amours violentes
Je suis pris au filet des étoiles filantes
Comme un marin qui meurt en mer en plein mois d’août

J’ai retiré ce radium de la pechblende
Et j’ai brûlé mes doigts à ce feu défendu
Ô paradis cent fois retrouvé reperdu
Tes yeux sont mon Pérou ma Golconde mes Indes

Il advint qu’un beau soir l’univers se brisa
Sur des récifs que les naufrageurs enflammèrent
Moi je voyais briller au-dessus de la mer
Les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa

Louis Aragon

“ Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes “ Louis Aragon

Je vous laisse pour finir ( mais j’ai bien du mal à ne pas en parler encore ) la version musicale de la citation précédente, je ne me lasse jamais quand Ferrat chante Aragon .

 

 


R comme raconter

Pour l’annuaire de Domi dans l’annuaire pour les nuls

“Il faudra bien qu’un jour quelqu’un raconte tout cela “Paul Verlaine

IMGP0234 bis

Raconter  par définition c’est :

  • Faire oralement ou par écrit le récit d’évènements, d’aventures, réels ou imaginaires : À la veillée, il nous racontait les vieilles légendes du pays.
  • Dire, rapporter que : Tous racontent avoir vu une lumière étrange.
  • Tenir des propos peu crédibles ou mensongers : Raconter des balivernes.

Pour les synonymes nous ne somme pas  en reste puisque 27 sont disponibles  bavarder, brosser, chanter, conter, décrire, dépeindre, détailler, développer, dire, énoncer, étaler, expliquer, exposer, exprimer, informer, narrer, parler, peindre, rappeler, rapporter, réciter, redire, relater, rendre, répéter, retracer, révéler.

Alors vous voyez que le mot est riche et que la citation peut nous emmener bien loin .

Mais voilà, vous vous demandez bien pourquoi Verlaine et pourquoi cette citation .  Oui, il est né à Metz,  mais attendez , j’y arrive, cette phrase le poète l’a écrite  à son éditeur en parlant de son automne 1895 . Jean Teulé ,lui, va nous raconter cette période extravagante dans “Ô Verlaine “ grâce à   Henri – Albert Cornuty , jeune poète  monté à Paris à pied pour rencontrer son idole . Il ne le quittera plus jusqu’à sa mort trois mois plus tard .

“Alcoolique phénoménal amant frénétique et désordonné , bigame maltraité par ses deux compagnes , Paul Verlaine oscilla jusqu’au tombeau entre l’ignoble et le sublime “

Pour Pierre Drachline “ Jean Teulé signe avec “Ô Verlaine” son plus beau roman d’amour “ même s’il  n’hésite pas à aborder la démesure de l’homme , de ses frasques sexuelles, de son net penchant pour l’alcool, l’absinthe en particulier .

Ouvrir un livre de Jean Teulé c’est découvrir une manière de raconter captivante qu’il s’agisse d’un poète ( Verlaine ,  Rimbaud , Villon) ou d’un monarque comme “Charly IX”, d’un marquis comme “ le Montespan” . Quelques fois c’est aussi avoir une charmante dédicace 😆

IMGP0232

C’est aussi avec “le magasin des suicides” un conteur hors pair maniant l’humour noir à merveille , si vous ne l’avez pas encore  je vous conseille vraiment ce livre et pourquoi pas le film de  Patrice Leconte  sorti en 2012 .

19711272.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Un coup de blues , lisez , regardez,  vous ne verrez plus la sinistrose de la même façon .

19241169.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 “A raconter ses maux souvent on les soulage “ Pierre Corneille

Là je ne m’étendrai pas davantage sur le sujet mais je pense que vous aurez certainement matière à réfléchir .

Et pour terminer  voici une dernière citation pour une autre sorte  d’humour

“Raconter sa vie sur facebook , c’est un peu comme confier sa femme à DSK ou réviser son bac de Français avec Ribery” .


Tous les soleils

 

froville-sous-tous-les-soleils-diaporama 2 froville-sous-tous-les-soleils-diaporama

« Il y a une telle magie dans cette musique, un côté tellement charnel, sensible et humain. Les Tarentelles recouvrent toutes les émotions : la joie, la tristesse, la sérénité, l’allégresse… Cette musique m’a inspiré assez vite un personnage de professeur de musique baroque qui vit à Strasbourg » Philippe Claudel

Le synopsis : italien d’origine, installé à Strasbourg, professeur de musique baroque, Alessandro vit dans le culte de son épouse décédée en élevant avec tendresse et excessive sévérité une fille qu’il n’a pas vu entrer dans l’adolescence.

Si vous avez l’occasion de voir ce film n’hésitez pas, l’histoire d’Alessandro est vraiment prenante . Une belle fantaisie qui  jongle avec le rire et l’émotion , la tarentelle  nous accompagne  tout au long du film dans un Strasbourg multiculturel que nous découvrons avec  ce professeur de musique  tantôt drôle, tantôt mélancolique . Loin d’être engagé ce film distille de petits messages grâce au frère d’Alessandro, Crampone, irrésistible anarchiste qui va jusqu’à demander l’asile politique tant que Berlusconi reste au pouvoir .

La  bande son est un  vrai  bijou , la scène  finale du concert est tournée à Froville  la Romane en Meurthe et Moselle  ( connue pour son festival de musique baroque ) si vous voulez écouter j’en ai mis quelques extraits dans le lecteur en pied de page . Comme je viens de m’apercevoir que les morceaux n’ont pas été enregistrés dans ma playlist je vous mets le lien vers la Tarentella cliquez ici pour écouter . Décidément il y a un problème entre deezer et wordpress.

tous-les-soleils-SUN_6851_ThierryValletoux