Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Contes

Ergadis

Maintenant que vous êtes sorti de votre cachette, nous dit Lilou ( clic)   vous n’allez pas hésiter à nous raconter une belle histoire qui va mettre en scène :

trois personnages :

  • Jules,
  • Jeanne et son éternelle cane
  • Un personnage de petite taille qui semble assez agité

Un lieu : une mare près de l’église

Un objet : une pendule

Cette histoire  pour les croqueurs de mots est la  suite de le crépuscule et de voilà .

WP_002408

Ergadis , ne se souciait pas de sa petite taille , surtout quand il racontait des histoires du temps passé  à Jeanne et à Jules un couple de villageois qu’il appréciait particulièrement . Aujourd’hui il continuait celle de l’orfèvre et de sa femme,  quand tout à coup il s’arrêta de parler, puis se lança en courant au bord de la mare près de l’église .  Tournant et bondissant tel un zébulon  de part et d’autre de l’étendue d’eau , il semblait chercher à apercevoir quelque chose ou quelqu’un

Jeanne  stupéfaite l’interpela : 

“ Ne me dis pas qu’il s’agit de l’étang dont tu nous parles “

P9090664

Suivie de  Roberte, la cane colvert, qui ne la quitte jamais elle se dirigea avec Jules au bord de l’eau .

“Quel étrange personnage cet Ergadis , son histoire est passionnante je ne voudrais  pas en perdre une miette “ dit elle en s’adressant à Jules

“ Tu as raison Jeanne , essayons de le relancer parceque là il me semble complètement perturbé , regarde comme il fixe la pendule de l’église , on dirait qu’il est sur pause maintenant “

Arrivés tous les deux au côté d’Ergadis, ils assistèrent médusés à ce changement de comportement . On aurait dit que d’un seul coup son sang s’était glacé dans ses veines et qu’il s’était changé en statue . Jeanne lui toucha doucement  l’épaule et hop il repartit de plus belle dans sa course effrénée. Jules alors se lança à sa poursuite , l’ayant  rattrapé il lui demanda ce qu’il avait à s’agiter de la sorte . Ergadis ne lui répondit pas mais revint auprès de Jeanne et Roberte  pour continuer son récit .

“Au bout d’une semaine , l’époux revient de son expédition , le cœur bondissant  tout à la joie de retrouver le doux sourire de sa belle épouse.  Il anticipe déjà la réaction de celle – ci quand elle verra  les sacoches de la selle remplies de pierres d’une taille et d’un éclat extraordinaires .Mais quand il débouche sur la clairière , il n’en croit pas ses yeux , sa maison s’est volatilisée , un étang aux eaux calmes la remplace .Se penchant sur la surface reflétant la clarté et la quiétude du ciel , il voit au fond de l’eau briller une pierre qu’il connait “

“ Ergadis c’est cette pierre que tu cherches et qui te perturbe ? “ le coupa Jeanne

“ La forêt s’étendait jusqu’ici autrefois ? “ rajouta Jules qui se refusait à admettre qu’ils habitaient au même endroit que le couple de l’histoire .

Dédaignant répondre Ergadis  levant les yeux au ciel enchaina

“ Frappé de stupeur , il reconnait la perle de lune qu’il a monté en pendentif sur le collier de son épouse . Le cœur brisé il doit se résoudre à envisager l’inacceptable sa douce épouse a disparu . Suffocant de douleur , il s’agenouille sur la berge et une à une les larmes couvrent son visage . Quand la première atteint le miroir tranquille de la surface de l’eau il assiste médusé au plus étrange phénomène . Au lieu de se dissoudre dans l’élément liquide celle – ci se transforme en une bulle aux reflets d’argent qui se met à monter, monter dans l’azur . Captivé par cette ascension , il la voit rejoindre une autre bulle qu’il n’a pas remarquée jusque là et  en quelques instants les deux fusionnent . Un clapotis lui fait détourner les yeux , là , juste à côté de lui ,  à  un mètre à peine , son épouse sort ruisselante de l’étang . Fou de joie il l’étreint , prend son cheval par la bride et la hisse sur la selle tout contre lui . Au grand galop il quitte ce lieu sans chercher à comprendre  ce qui  s’est réellement passé ”

Ergadis leva alors la tête et se fendit d’un large sourire . Il savait bien qu’il allait assister au même phénomène, c’était bien la bonne heure .

Bouche bée Jeanne et Jules  virent alors flotter au dessus de la mare de drôles de perles de lune rappelant à chacun et à chacune que l’amour pouvait triompher de l’adversité .

WP_002419

 

 

 

Publicités

Voilà ….

 

mon-logo-fait-par-ghis

Pour l’atelier  6 d’Arlette un clic sur le logo .

Les mots à placer :

Rive, température, aventure, flânerie,

se glisser, onduler, frissonner, jouer, s’élever

nauséeux, légère, solitaire  

Suite de “ le crépuscule “

WP_001439

Voilà que l’homme s’approche maintenant , elle ne peut s’empêcher de frissonner quand il lui adresse la parole :

“ Belle dame solitaire , nous ne sommes pas venus pour une flânerie quelconque sur cette rive , si d’aventure vous ne nous laissiez pas entrer dans votre maison il se pourrait qu’il vous arrive quelques désagréments “ 

Pensant à son époux et aux heures passées à ciseler pierres et argent , elle ne peut se résoudre à accepter cette requête . Elle sait que l’homme veut juste jouer avec elle , qu’il a  l’intention de lui nuire  . Elle sent le malaise nauséeux l’envahir , mais ne lui laisse pas le temps de s’installer , elle  court  s’enfermer à l’intérieur de sa demeure . Elle barricade précipitamment chaque fenêtre enjoignant le ciel de l’aider à faire face à ses assaillants . Mais le ciel a d’autres chats à fouetter , bientôt une pluie de torches  enflammées allument un terrible brasier , la maison bien vite s’effondre sous une épaisse  fumée qui  obscurcit l’horizon . Les hommes veulent se ruer  pour récupérer  le butin  convoité mais la température est telle qu’ils sont obligés de patienter. Au bout de  quelques heures ils fouillent  les ruines fumantes et trouvent dans un coffre les bijoux intacts , tous plus splendides les uns que les autres , les pierres finement ciselées  par les mains expertes de l’époux serties sur des colliers et  des bagues aux reflets irisés  . Déchainés par leur découverte ils se mettent à danser, danser , danser,  quand  tout à coup la terre sous eux se dérobe . Une grande lame d’eau surgie d’une source souterraine  ondule  quelques  instants avant d’  entrainer  hommes, bijoux , restes calcinés de la maison au centre d’un gouffre profond . Bientôt dans un bouillonnement formidable un étang émerge à la place de la clairière, enfouissant à jamais les assaillants et leur butin . Seule une bulle se glisse légère à la surface et  s’élève maintenant au dessus des eaux enfin apaisées….à suivre…