Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

émotions

Rêve d’honneur

Voyage

 

Souvenez vous il y a peu de temps je vous parlais de ce livre  “ Voyage “composé de 118 récits, contes, poèmes et images conçus par 113 auteurs et illustrateurs . La souscription a permis de récolter 2250 euros pour l’association Rêves ( clic) . Cette somme ajoutée à une collecte dans l’établissement de Marie  va lui permettre  de réaliser son rêve , visiter Los Angeles et participer au tournage d’un film .

 

Diplôme d'honneur et rêve parrainé

 

Isidore, le chien de prairie est très content pour Marie ,  mais il aimerait  que  d’autres enfants  puissent réaliser leur rêve aussi , parceque lui, dans le livre, a réalisé le sien page 126 à 129 ,    alors n’hésitez pas à venir le découvrir dans “ Voyage “ ainsi que tous les autres textes et illustrations en cliquant ici , version papier ou e- book et à en parler autour de vous  .

le voyage d%27Isidore

Publicités

4 septembre 2015

Pour les croqueurs de mots Jeanne Fadosi à la barre nous demande:

Racontez ou inventez les temps forts d’une heure de votre vie en un minimum de mots. (Idéalement au plus l’équivalent d’une dizaine de nouveaux tweets de 280 caractères).

croqueurs montg

 

4 septembre 2015, 18 heures, voilà nous y sommes, depuis le temps que j’en rêvais en les voyant s’élancer dans le ciel messin , je vais enfin prendre place dans une nacelle et survoler ma ville.  Le vent  semble encore bien fort pour décoller  mais Nathalie, mon pilote, me rassure en me montrant l’application de  son smartphone , là – haut il est bien moindre .  Nous attendons  patiemment que le signal soit donné, non sans quelque appréhension d’une annulation . Soudain tous s’agitent autour de moi, le feu vert est arrivé pour  l’envol . Les battements de mon cœur s’accélèrent , on dirait presque qu’il lui pousse des ailes . Hop, suivant les conseils de Nathalie,   je saisis l’enveloppe de la montgolfière et la maintient pour laisser entrer l’air froid propulsé par le ventilateur , puis le bruleur entre en action, concerto de souffle brulant orchestrée de mains de maitre par tous les aérostiers . Une fois redressé, le ballon ne va pas tarder à s’envoler , vite j’enjambe le bord de la nacelle.

Le sol soudain se dérobe, incroyable, pas la moindre sensation de vertige , c’est à peine si on perçoit un mouvement .  Poussant sur les enveloppes voisines nous nous frayons un passage pour prendre de la hauteur . 10mètres , 20 mètres et l’ascension continue tranquille, impossible de ne pas se sentir envoutée par cette sensation de plénitude, de sérénité . C’est comme si vous preniez place sur l’ouate d’un nuage et que vous vous laissiez flotter . Là haut le bruit s’estompe progressivement, seuls les bruleurs de temps à autre  rompent ce silence apaisant. Les ami(e)s me font signe depuis le plan d’eau et ne sont bientôt plus que des petites fourmis. Je découvre aussi le plaisir de la photographie aérienne , cherchant à me repérer grâce aux  édifices connus et en tournant dans la nacelle . Bientôt la ville laisse la place aux villages , les champs et les bordures boisées remplacent la grosse agglomération et ses édifices .

Le soleil baigne l’horizon de ses dernières lueurs , inéluctablement  l’atterrissage se profile avec la baisse de luminosité . L a montgolfière se rapproche de plus en plus du champ choisi . Agrippant les bords de la nacelle,  bien calée l’appareil photo à l’abri, je me prépare . Un premier choc secoue quelque peu l’engin et signale que le contact est établi avec la terre mais il nous faudra encore plusieurs impacts avant que la nacelle se stabilise . J’aperçois la voiture de retrieving au bord du champ , il ne reste plus qu’à aider à rouler l’enveloppe de la montgolfière et à s’acheminer vers Metz , des images plein la tête et le cœur en fête .