Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

l’armure d’invincibilité

l’armure de Yann suite 3

PA010686

Soudain un frisson d’une force fabuleuse envahit le corps de Yann , les sons faiblissent comme  feutrés. La fièvre alors s’empare de tout son être , fermant les portes de sa raison .Dans son délire fantastique il voit sa famille franchir les frontières de l’est de la France  dans une Ferrari flambant neuve . Bien loin de Fameck, Franck le père fonce dans cette  forêt qui n’en finit pas . La vitesse de Franck ne faiblit pas, elle le fascine, il se figure sans doute  être  le fils de Fangio sur un circuit de formule 1 .  Il enclenche  la fonction flèche et le voilà qui flotte maintenant au dessus des faites des arbres. En une fraction de seconde la Ferrari se transforme en fusée  .

_ Il fibrille s’écrie l’anesthésiste en fixant l’écran .

Le chirurgien furieux la fusille du regard  :

_ Qu’est ce qui lui vaut cette fulgurante hyperthermie , il était pourtant fringant en sortant de la salle de réveil , fichtre choquez et mettez  un frein ensuite  à ce foyer d’infection

P6220190

Le coup de gueule de Georges , le généticien chirurgien, ne gêne pas Yann qui gravite en ce moment dans la galaxie du tourbillon. Ses globules ont beau entrer en guérilla ,ses ganglions gonflés à bloc,  son esprit galope bien loin du globe terrestre. Il goute  à toute la gamme des émotions d’un imaginaire grandiose, en retrouvant Gandalf, le gorille du Gabon qu’il a lui même généré il y a un an ou deux pour les 100 ans du festival de Gérardmer . Grâce à cette gigantesque  fresque  fantastique il a gagné le premier prix, une Ginetta grenat et pu participer l’été suivant au rallye  des gentianes.

Galvanisé par les électrochocs ,il garde le contact avec son héros et toute cette génération de grands singes devenus maitres de la planète terre. Telle  une girouette son corps glisse  d’un froid de glace à la chaleur d’un volcan en  gestation . Yann geint et d’un geste enlève le masque lui procurant un gaz enrichi en oxygène . Isa l,’anesthésiste, connait la gravité de la situation, elle gradue ces interventions et guette le tracé des constantes sur l’écran. Visiblement celui – ci lui garantit maintenant une récupération progressive de chaque cellule. Ouf, le goutte à goutte s’est montré opérationnel, cette grippe fulgurante aurait pu être fatale au patient.

IMGP1001

Par habitude Isa vérifie  qu’aucun signe de Hegglin n’apparaisse  chez Yann. Non, pas la moindre hypokaliémie signalée , seule persiste cette hallucinose permanente. Hochant la tête,  elle se demande si l’halothane n’est pas responsable de ses hallucinations , hypothèse aussi envisageable que l’hyperthermie   .

Happé par ses visions, les cheveux encore hérissés par la fièvre , Yann hurle 

_ Halte , Hagar !  Halte !

_ Mais qui est Hagar ? demande Isa qui n’hésite pas à pénétrer  dans ce halo envahissant les hémisphères cérébraux de Yann .

_ Hagar …le hafflinger ….que  Gandalf ….a ramené de Hongrie,    halète  Yann en hachant chaque mot .

_ Monsieur Harche ,  vous n’êtes sur aucune haridelle, calmez vous , vous êtes dans un hôpital

_ Haridelle, quel horrible affront pour ce noble animal , le hafflinger remplace  toutes les Honda et Hyundai réunies, il est notre homologue,  à nous les humains comme aux grands singes, vous n’êtes pas sans savoir que la terre ne possède plus aucun transport motorisé,  hormis les vaisseaux spatiaux pour gagner d’autres horizons

_ C’est l’heure de redescendre sur terre monsieur Harche , nous sommes dans  l’hexagone,  à Dambach, sans vous heurter, laissez votre héros tranquille

_  Haguenau , j’habite Haguenau, à qui ai -je l’honneur , qu’est ce que ce haricot sur mon ventre ? “ s’enquiert – il en haussant le ton .

_ Je suis Isa votre anesthésiste , pour être honnête vous nous avez fait très peur à suivre …..


l’armure de Yann suite 2

P9280635

Yann reprend  contact peu à peu avec le réel , oublié l’univers des possibles rencontres avec ses amours passées dans la douce euphorie d’un autre univers  . Il perçoit les bruits habituels  de la salle de réveil, les pas affairés de l’infirmière,les bips caractéristiques  des machines de surveillance  du rythme cardiaque et des autres constantes . En ouvrant les yeux il constate que le chirurgien n’arrête pas de contrôler un autre écran  tout en pianotant à la vitesse d’un virtuose sur son clavier . Rapidement une conclusion s’impose : “ ce type doit avoir un problème “  le malaise s’installe dans l’esprit de Yann. Que s’est il passé pendant l’opération, a – t – il pu réaliser ce qu’il a prévu ou  un accident est il survenu ? Qu’est ce qui cloche? Il veut parler mais il a beau ouvrir la bouche , aucun son ne sort,  un poisson dans un bocal voilà l’image qui lui vient à l’esprit . Il essaie à nouveau et là un cri rauque se fraie un passage .

_ Oui , voilà j’arrive ,  ne soyez pas si pressé de parler, quel incorrigible bavard ! remarque Zélie

_ Pro …pro…problème ? bégaye Yann

_ Mais non , il n’y a pas de souci, qu’est ce que c’est que cette angoisse au réveil ? 

_ Ah, nom d’un petit bonhomme! voilà que je n’arrive même plus à aligner deux mots correctement  de suite pour faire une phrase , ça promet !

_ Reposez vous un peu Monsieur , ne vous agitez pas ainsi , vous aurez tout le temps de poser des questions plus tard “ lui fait remarquer le chirurgien qui laisse le clavier de l’ordinateur en paix pour l’instant

P1000102

Yann récupère petit à petit, sans aide médicale particulière ,   dans une autre pièce , petite, mais   lumineuse  grâce à une grande baie vitrée . Oubliée cette atmosphère froide de la salle de réveil . Le rideau translucide laisse entrevoir la façade de l’écomusée , à l’horloge il est exactement  14h 20 .

_Eh bien je n’ai pas fait qu’un petit somme,  l’anesthésie a donc été importante , il faudra que je me renseigne auprès du chirurgien. Mais où est il donc passé ce gaillard , je me souviens l’avoir vu très absorbé devant son écran d’ordinateur . Il était en train de consulter des dosages , nom d’une pipe , j’aurais du prendre ma tablette pour qu’elle élucide certains noms mystérieux

Une certaine impression de vide dans son estomac  décide Yann à appuyer sur la sonnette.

_ Voilà plus de vingt quatre heures que je n’ai pas avalé le moindre repas solide , je ne me sens pas très valide.

Aussitôt tel un bolide , Daisy  aide soignante arrive :

_ Oui monsieur , vous désirez ? “demande une petite voix timide qui étonne venant d’une personne à l’air intrépide.

_ Serait il possible d’avoir autre chose que du liquide à absorber ?”

_ Même si vous êtes rapide à récupérer , le traitement nécessite une progression dans l’alimentation, pas question d’avoir une grande quantité dacide dans l’estomac. La thyroïde que nous stimulons …mais le médecin vous expliquera

_ Et il passe bientôt ?

_  Oui il consolide un dispositif chez un autre patient , dès qu’il a fini il viendra vous voir

Yann essaie bien de l’amadouer en parlant musique, soudain il s’arrête au milieu d’une phrase comme happé par un autre univers .

_ Monsieur, monsieur   éveillez -vous !!!!“

Daisy s’évertue à ramener Yann à la conscience mais il reste évanoui, elle note l’évolution de signes inquiétants, une exophtalmie, une éclipse cérébrale, peut être due à une embolie . Elle  bipe pour une extrême urgence ..à suivre