Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Livres

Le chœur des femmes

 

 

Résultat de recherche d'images pour "le choeur des femmes"

 

“Je m’appelle Jean Atwood . Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique . Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France . Mais on m’oblige au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de “Médecine de la femme “ dirigée par un barbu mal dégrossi qui n’est même pas gynécologue , mais généraliste !

S’’il s’imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement . Qu’est ce qu’il croit ? Qu’il va m’enseigner mon métier ? J’ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer , réparer et reconstruire le corps féminin . Alors je ne peux pas – je ne veux pas – perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur cœur et raconter leur vie . Je ne vois pas ce qu’elles pourraient m’apprendre “

Après la lecture de la quatrième de couverture, on s’attend à ce que l’histoire tourne vite court entre le docteur Karma, responsable de cette unité et la jeune interne, mais il en sera autrement . Progressivement Jean va se rendre compte de l’importance de la parole des patientes sur la façon d’exercer son métier . Elle apprend à écouter les peurs , les maux , les questions de ses patientes .

Un livre qui nous révèle une pratique respectueuse, humaine, de la médecine qu’on voudrait retrouver personnellement mais qui dénonce aussi certaines autres pratiques comme la main mise des laboratoires sur les praticiens, l’arrogance de certains médecins, leur éthique parfois douteuse avec un interventionnisme forcené .

J’ai beaucoup aimé ce livre émaillé de témoignages émouvants , de nombreux sujets y sont abordés notamment la contraception, l’IVG, l’intersexuation et surtout la relation médecin patient. Je regrette seulement que le docteur Karma n’est pas fait plus d’émules .

Quelques citations :

“Les livres de médecine ne parlent pas des douleurs provoquées par les gestes des médecins. Et beaucoup de médecins pensent que si c’est pour le bien des patientes, la douleur est justifiée. Aucune douleur n’est justifiée. Jamais."

“ Il y a deux sortes de médecins les docteurs et les soignants “  

“Ce qu’une femme ressent est plus important que ce que tu sais. Et ce que tu crois compte beaucoup moins que ce qu’elle ne dit pas.”

“Les médecins qui veulent le pouvoir font tout pour l’obtenir. Ceux qui veulent soigner font tout pour s’en éloigner.”

“Dans ce métier, on doit ouvrir son coeur à celles qui ont mal pour leur montrer qu’on les soutient, et le fermer à celles qui nous font du bien pour éviter de les vampiriser.
Plus masochiste que ça, tu meurs”

“ Une relation de soins ce n’est pas un rapport de force “

Publicités

Vous avez dit Orval

Un courrier récent et la visite de la nouvelle médiathèque de Metz ( où l’on peut emprunter ces ouvrages) m’ont incitée à rediffuser ce billet qui date de 2010 ,  que peut être la plupart d’entre vous n’ont pas lu .

J’ai rajouté un lien vers un site qui développe cette légende d’Orval , je vous invite donc particulièrement à cliquer ici

SERVAIS-Orval-tome-22

Souvenez – vous  l’été dernier  de mon incursion en Belgique , avant de nous installer à Han sur Lesse nous sommes passés par l’abbaye d’ Orval . La lecture de la bande dessinée de Jean – Claude Servais et la parution du tome 2 m’incitent aujourd’hui à revenir sur l’esprit d’Orval.

La bière d’Orval n’a plus aucun secret pour vous ? Ok, mais si la couleur ambrée et l’arome intense de ce breuvage, confectionnée avec l’eau de la fontaine Mathilde, vous est familière , l’histoire du trésor de l’abbaye vous est peut être encore inconnue. Quelques rappels historiques pour vous mettre dans l’ambiance .

IMG_1429

L’église, dont les travaux se sont achevés vers 1124, s’inscrit dans un domaine qui ne tarde pas à s’agrandir pour couvrir 7000 hectares, 130 moines y vivent . Mais la révolution française arrive sur place et les troupes du général Loison, après avoir pillé méthodiquement les lieux, incendient l’édifice . En 1926 un nouveau monastère est construit qui intègre les ruines de l’ancienne abbaye .

IMG_1443

Mais quid de la légende qui perdure à propos d’Orval ?  . Encore une petite remontée dans le temps ,  le 20 juin 1791 la famille royale s’échappe des Tuileries espérant atteindre Montmédy où l’attend le marquis de Bouillé. Seulement voilà, du coté de Varennes, l’entreprise échoue . Marie Antoinette a emporté ses bijoux et, mystère, on n’a jamais retrouvé ceux-ci . On sait que le coiffeur de la reine est parti en éclaireur pour Montmédy, a – t – il mis le magot à l’abri à Orval ? ou bien s’en est il débarrassé à Montmédy ? Certains prétendent que ce trésor aurait été découvert et aurait financé la construction de la nouvelle abbaye. .

IMG_1437

Toujours est – il que la légende perdure à Orval ( des trous dans les murs et les souterrains sont encore visibles dans les ruines) et cette histoire a inspiré à Jean Claude Servais deux albums magnifiques. Je vous laisse en sa compagnie en cliquant sur  Orval.

Orval