Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Poésie

Jeudi poésie

Zaza (clic),  à la barre du bateau des croqueurs de mots pour la quinzaine, nous donne comme thème “juin”. Je vous propose celui de Paul Verlaine.

IMGP9127

Juin

Mois de Jésus, mois rouge et or, mois de l’Amour,
Juin, pendant quel le cœur en fleur et l’âme en flamme
Se sont épanouis dans la splendeur du jour
Parmi des chants et des parfums d’épithalame,

Mois du Saint-Sacrement et mois du Sacré-Cœur,
Mois splendide du Sang réel, et de la Chair vraie,
Pendant quel l’herbe mûre offre à l’été vainqueur
Un champ clos où le blé triomphe de l’ivraie,

Et pendant quel, nous misérables, nous pécheurs,
Remémorés de la Présence non pareille.
Nous sentons ravigorés en retours vengeurs
Contre Satan, pour des triomphes que surveille

Du ciel là-haut, et sur terre, de l’ostensoir,
L’adoré, l’adorable Amour sanglant et chaste,
Et du sein douloureux où gîte notre espoir
Le Cœur, le Cœur brûlant que le désir dévaste,

Le désir de sauver les nôtres, ô Bonté
Essentielle, de leur gagner la victoire
Éternelle. Et l’encens de l’immuable été
Monte mystiquement en des douceurs de gloire.

Paul Verlaine


Jeudi poésie

Pour cette quinzaine c’est à Zaza de prendre la barre du navire des croqueurs.

Elle nous propose pour ce jeudi poésie : Mariages en mai .

IMGP3219

Les dictons sont  édifiants :

Au mois de mai ne se marient que les ânes.

D’un mariage en mai ne naissent que des filles.

Dans les mariages de  mai la pie bat le geai.

Il ne se marie en mai que le fous et les égarés.

Mariage de mai ne fleurit jamais

ou petite variante mariage de mai fleurit tard ou jamais.

Mais j’ai trouvé aussi : Belle comme l’épousée du mois de mai.

Je vous propose le mariage selon Voltaire, le mois de mai aurait- il influencé la deuxième partie de son écrit ?

IMGP3217

À mon avis, l’hymen et ses liens
Sont les plus grands ou des maux ou des biens.
Point de milieu ; l’état du mariage
Est des humains le plus cher avantage,
Quand le rapport des esprits et des cœurs,
Des sentiments, des goûts, et des humeurs,
Serre ces nœuds tissus par la nature,
Que l’amour forme et que l’honneur épure.
Dieux ! quel plaisir d’aimer publiquement,
Et de porter le nom de son amant !
Votre maison, vos gens, votre livrée,
Tout vous retrace une image adorée ;
Et vos enfants, ces gages précieux,
Nés de l’amour, en sont de nouveaux nœuds.
Un tel hymen, une union si chère,
Si l’on en voit, c’est le ciel sur la terre.
Mais tristement vendre par un contrat
Sa liberté, son nom, et son état,
Aux volontés d’un maître despotique,
Dont on devient le premier domestique ;
Se quereller ou s’éviter le jour ;
Sans joie à table, et la nuit sans amour ;
Trembler toujours d’avoir une faiblesse,
Y succomber, ou combattre sans cesse ;
Tromper son maître, ou vivre sans espoir
Dans les langueurs d’un importun devoir ;
Gémir, sécher dans sa douleur profonde ;
Un tel hymen est l’enfer de ce monde.

Voltaire.