Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Poésie

Si ton âme est …..

 

Défi écriture no 71 .

Pour l’atelier 92 de Ghislaine un clic sur le logo

Les mots sont : reflets, matin, bord, chapeau, brise, jouer, mettre, emmener

ou le thème " couleur ".

P4010670

Si ton âme est chagrin

Qu’ au   bord  des  larmes

Tu   te   lèves  chaque   matin

Mets   un   chapeau sur  tes   alarmes

Elles se jouent de toi et ne sont que les reflets

Infidèles  d’un miroir  que  la brise du temps  a  bosselé

T’emmenant sur des chemins de traverses qui n’ont plus aucun charme.

Laisse entrer le vert de la forêt   dans ton ciel gris chafouin

Réchauffe toi au jaune soleil des fleurs de ton  jardin

Berce  toi  des  mots bleus  loin du  vacarme

Ouvre  ta  porte à  l’ambre  lumière

Alors finira l’angoisse blanche

de tout ce qui flanche 

Et désespère

 

 

       

 

 


Jeudi poésie

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

Pour ce jeudi poésie des croqueurs de mots  Durgalola à la barre nous donne comme thème l’arbre .

Je vous propose un poème pris dans le recueil “arbres” de Jacques Prévert

IMGP8404

En Argot

les hommes appellent les oreilles

des feuilles

c’est dire comme ils sentent que

les arbres connaissent la musique

Mais la langue verte des arbres

est un argot bien plus ancien

Qui peut savoir ce qu’ils disent

lorsqu’ils parlent des humains

*

Les arbres parlent arbre

comme les enfants parlent enfant

*

Quand un enfant

de femme et d’homme

adresse la parole à un arbre

l’arbre répond

l’enfant l’entend

*

Plus tard

l’enfant parle arboriculture

avec ses maîtres et ses parents

*

Il n’entend plus la voix des arbres

il n’entend plus

leur chanson dans le vent

*

Pourtant

parfois une petite fille

pousse un cri de détresse

dans un square

de ciment armé

d’herbe morne

et de terre souillée

*

Est ce …oh…est ce

la tristesse d’être abandonnée

qui me fait crier au secours

ou la crainte que vous m’oubliiez

arbres de ma jeunesse

ma jeunesse pour de vrai

*

Dans l’oasis du souvenir

une source vient de jaillir

Est – ce pour me faire pleurer

j’étais si heureuse dans la foule

la foule verte de la forêt

avec la peur de me perdre

et la crainte de me retrouver

*

N’oubliez pas votre petite amie

arbres de ma forêt

Jacques Prévert

P8230583