Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Poésie

jeudi poésie

Pour le jeudi en poésie des croqueurs de mots Martine à la barre, un clic .

thème la fin

jouet

La fin du jouet 

*

Le ciel se charge des assauts du temps

De la noirceur qui soudain l’assaille

Il sent la griffe du froid pénétrant

Sur sa peau,  petit jouet   tressaille.

*

N’’a – t –il pas toujours été très sage

Avec  cet enfant toute la journée,  

Même en prenant un peu plus d’âge, 

Est ce une raison pour l’abandonner ? 

*

Les beaux jours en images défilent

Se voilent ses yeux aux couleurs de pluie 

Sur le trottoir vulgaire ustensile,

*

Il sait que  bientôt ce sera fini.

Plus d’espoir de lumière dans sa nuit, 

La benne s’ ouvre grand et l’engloutit

Gisèle F 20/04/17 

 


William Butler Yeats

abécédaires philosophes et auteurs divers

Pour l’abécédaire des auteurs et philosophes de Violette un clic sur le logo Description de cette image, également commentée ci-après

William Butler Yeats est un poète dramaturge irlandais né le 13 juin 1865 à Sandy mount et mort à Menton en 1939. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1923 .

En 1881 il intègre la Erasmus Smith High School de Dublin . Il fréquente de nombreux artistes et écrivains de la ville . C’est à partir de cette période qu’il commence à écrire des poèmes . Fortement influencé par le théâtre No il traduit cette influence dans son style littéraire .

La poésie de Yeats à cette période est largement imprégnée de mythes et de folklore irlandais mais aussi de la diction des vers pré-raphaélites.

Avec Lady Gregory, Martyn et d’autres écrivains parmi lesquels J M Synge, Seán O’Casey, et Padraic Colum, Yeats fonde le mouvement littéraire connu sous le nom de Irish Literary Revival.

“ Eduquer ce n’est pas remplir un vase c’est allumer un feu “

 

Portrait de W.B.Yeats par son père

Poèmes tirés de “le vent dans les roseaux”

Be you still, be you still, trembling heart;
Remember the wisdom out of the old days:
Him who trembles before the flame and the flood,
And the winds that blow through the starry ways,
Let the starry winds and the flame and the flood
Cover over and hide, for he has no part
With the lonely, majestical multitude.

Reste calme, mon pauvre cœur, reste calme ;
Souviens-toi des proverbes de l’ancien temps :
« Celui qui tremble devant la Flamme et le Flot
Et le vent qui souffle au milieu des Étoiles
Que le vent des Étoiles, que la Flamme, que le Flot
Le couvrent, le recouvrent, l’engloutissent
                car il n’a pas sa place
Dans la seule et majestueuse multitude »

******

Had I the heavens’ embroidered cloths,
Enwrought with golden and silver light,
The blue and the dim and the dark cloths
Of night and light and the half-light,
I would spread the cloths under your feet:
But I, being poor, have only my dreams;
I have spread my dreams under your feet;
Tread softly because you tread on my dreams.

*

Si les cieux avaient brodé sur ma cape
L’or du soleil l’argent de la lune
Noire, obscure, sombre cape
De nuit, de lune, de quart de lune
J’aurais répandu cette cape à tes pieds
Mais (tant je suis pauvre) je n’ai que mes rêves
J’ai répandu mes rêves à tes pieds
Marche légèrement car tu marches sur mes rêves

Pour en savoir plus sur son œuvre et sa vie un clic sur cette photo

William_Butler_Yeats