Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “6

Défi 250 et un des croqueurs de mots

Pour le défi 250 et un des croqueurs de mots, Domi, à la barre pour la quinzaine, un clic sur le logo. Elle nous dit

Pour ce lundi 17 mai

« Ecrivez un texte avec 1,2,3,4,5,6,7,8,9,10 insérés dans cet ordre dans votre récit»

photo texte

Les événements du jeudi

En ce temps-là, le mercredi s’appelait jeudi. Peut-être vous souvenez-vous de La Séquence du jeune spectateur : 1 blondinette marionnette présentait des extraits de films destinés à la jeunesse. Comme c’était encore mon cas, mes parents m’autorisaient à me cultiver devant l’écran noir et blanc, après s’être assurés que j’avais fait mes devoirs.

A l’approche de la puberté, mes goûts évoluèrent et je me mis à suivre en direct les exploits sportifs des garçons du quartier. Sur un terrain vague qui constituait un vague terrain de foot, 2 équipes aux tenues disparates couraient derrière un ballon qu’ils essayaient de faire passer entre 3 perches de bois reliées par de la ficelle et gardées par un petit gros à qui je croyais qu’on avait interdit de courir avec les autres pour raison de santé. L’arbitre était le curé de la paroisse, tiré à 4 épingles dans sa soutane raccourcie pour l’occasion. La durée des matchs était à géométrie variable. Ils se terminaient quand l’équipe du fils de l’instituteur perdait par plus de deux buts d’écart (l’homme en noir voulant rester en bons termes avec ce dernier) ou quand les joueurs prétendaient être épuisés pour ne pas manquer Salut les copains qui commençait à 5 heures pile.

De retour dans ma chambrette, j’écoutais siffler le train ou je rêvais d’être la plus belle pour aller danser. Petite parenthèse : J’avais quatorze ans à ma première surboum, événement qui se produisit un 6 décembre. C’était un dimanche, les cloches sonnaient dans ma tête d’adolescente.

7 heures : il fallait passer à table et subir les infos régionales en attendant la messe cathodique qui leur succédait. Performance aussi difficile que d’exécuter  un VIII sur la glace. 9 fois sur 10, Anne-Marie Peysson évoquait la guerre froide ou des réactionnaires pré-soixante-huitards faisaient des gorges chaudes sur la minijupe.

Excusez cette accélération finale mais j’avais hâte de me retrouver en 2021.

Ceci est un texte de mon mari qui s’est mis à ma place alors que je me mettais à la sienne pour découper un sanglier !

 

Ou la version de 1966 si vous préférez en cliquant ici