Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “Anton et le trésor de la cathédrale

Autant en emporte …

Pour l’ écriture en folie de zéphyrine avec TANT

pour rappel  si vous avez perdu le fil Stanislas

P1010462  

Nous retrouvons pour un échange un tantinet tendu  Anton et Clémentine par téléphone portable interposé .

«  Un instant Clémentine, que veux tu insinuer par es – tu sur ? tant de suspicion m’étonne de ta part”

« Un doute s’installe tout doucement Anton, autant gommer cette tache d’incertitude, tu ne crois pas ? Depuis quelques jours ton comportement est déroutant et comme disait ma grand – tante Adèle , si tu ne veux pas de reproche ,sois clair comme de l’eau de roche. »

Une foule de pensées contradictoires se ruent dans le cerveau d’Anton court- circuitant sa réponse. Pourtant il sait qu’il doit écarter Clémentine de sa route, du moins tant que Stanislas est à la poursuite du trésor. Tantôt la jalousie semble être une corde sensible sur laquelle il peut jouer avec Clémentine, tantôt le fantôme de Stella se dresse et l’empêche d’envisager cette solution.

Pressentant son embarras Clémentine rajoute :

«Je sens  que tu me caches quelque chose, ne me dis pas que Stella a repris contact avec toi . »

Un supplice de Tantale pour Anton luttant pour ne pas parler.

Elle continue en sanglotant :

«  Je savais bien qu’elle reviendrait s’interposer entre nous, il est tentant de succomber aux sirènes du passé, leurs chants reviennent un jour envoutants, imitant les accents veloutés de la félicité.

“Il est important  que tu me dises tout, que s’est il passé entre vous ? »

Un inquiétant silence s’installe à l’autre bout du fil .

« Anton s’il te plait ton attitude est révoltante, parle moi »,

« Je …je….suis désolée » répond il d’une voix chevrotante »

Percutant le genou d’Anton avec le sien Stanislas l’incite à raccrocher, la voiture se gare le long du trottoir à deux pas de la cathédrale  .

« J’ai bien conscience que la situation est embêtante, mais notre intérêt n’est il pas d’abréger les discussions non ? » lance – Stanislas  à l’adresse d’Anton …..à suivre

P1010559


Clémentine et Anton à Amiens

Pour l’atelier de Ghislaine semaine 15 année 2 : les mots suivants : bénévole, bavard, boudeur, blafard, beige, bordeaux, blanc, bleu, lundi, mardi, jeudi, vendredi.

Voilà bien un bon mois que vous n’aviez plus entendu parler d’Anton et du trésor de la cathédrale, en ce début d’année je me devais donc de continuer son histoire. Comme les bulles et les agapes sont passées par là, je vous propose de vous rafraichir la mémoire . Nous avons quitté Clémentine dans l’appartement d’Anton. Celui-ci est visité par deux comparses du grand échalas qui voudraient bien trouver des indices leur permettant de découvrir le trésor. Quand Clémentine ouvre la porte ils sont encore présents dans le salon.

Pour celles et ceux qui auraient manqué le début de l’histoire, j’ai mis en bas de page des liens vous permettant d’y accéder.

P1010443

Clémentine se dit qu’elle ferait bien une surprise à Anton en lui confectionnant un de ses petits plats préférés. Fin cordon bleu après avoir suivi les cours de cuisine d’un bénévole du centre socioculturel de son quartier, elle est capable de prouesses culinaires. Elle peut redonner le sourire à n’importe quel boudeur simplement en lui proposant ses petits soufflés au fromage de chèvre. Inutile de chercher le compliqué en cuisine, il suffit d’ingrédients simples et du coup de main : un œuf, du fromage blanc , un fromage de chèvre frais, de la muscade pour cette recette. (pour ceux et celles que la recette intéresse suivre le lien ici ) Mais en ouvrant le frigo elle déchante, il est désespérément vide.

« Réfléchissons bien » se dit Clémentine « lundi , mardi , mercredi , jeudi et vendredi sans un seul reste dans le réfrigérateur , pas un seul morceau de fromage , Anton n’a pas l’habitude de manger au restaurant le soir , il aurait du faire les courses . Qu’est ce qui a bien pu se passer ? »

Pendant ce temps là le grand échalas et Anton sont en route pour Amiens. Des lunettes opaques plongent Anton dans le noir, l’empêchant de se repérer. Le grand échalas ne se montre pas très bavard pendant le trajet tout au plus se permet – il de lancer à Anton :

« Monsieur n’a pas l’air en forme, son teint blafard fait pitié, il faudrait songer à une petite cure de soleil, ou bien  à une couleur plus vive pour son pull, du bordeaux par exemple, le beige fait ressortir sa triste mine »

Arrivé à un kilomètre d’Amiens, Anton a la permission d’enlever ses lunettes, il aperçoit la flèche de la cathédrale et se dit qu’il va devoir ruser pour, d’une part trouver un indice le menant au trésor et d’autre part se débarrasser du grand échalas et de ses comparses. Au moins pour l’instant, ils ne s’en prennent pas à Clémentine. Il est loin de penser que celle – ci est à l’instant même dans son appartement à quelques pas seulement du danger….à suivre.

IMGP4210