Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “Aragon

Chanson parlée

 

 

Pour les croqueurs de mots, Fanfan ( clic sur le prénom) à la barre nous demande de nous intéresser aux chansons parlées .

Je ne pouvais passer sous silence cette interprétation de la chanson de Ferrat tirée du poème d’Aragon 

En me promenant sur internet j’ai trouvé cette chanson parlée de Serge Gainsbourg , variations sur Marilou , je vous laisse écouter ce ballet de rimes croisées et renversées .


Il y a des yeux qui …..

Pour le dico citations de Domi dans l’annuaire pour les nuls, nous en sommes à la lettre y

 

 Je n’ai  pu m’empêcher de choisir les yeux,  même si un tour en yacht ne m’aurait pas déplu, mais je voulais m’attarder sur les yeux au travers de  plusieurs citations et par le biais de plusieurs artistes

 


The Eye, 1945
Salvador Dali

 

Salvador Dali m’a toujours impressionnée par sa vision des choses  ,  les yeux il les a déclinés de bien des façons, je vous en propose juste quelques versions

dali-salvador-1904-1989-spain-les-yeux-surrealistes-2320487 dali

 

“Il y a des yeux qui reçoivent  la lumière , il y a des yeux qui la donnent “ Paul Claudel.

Comment ne pas penser non plus à ce que nous dit Victor Hugo en regardant les yeux de ces femmes sous le pinceau d’Odilon Redon, de Georges de  la Tour, de Léonard de Vinci .

“ Quand une femme vous parle, écoutez ce qu’elle vous dit avec ses yeux “ Victor Hugo

 

pix

folie1 Georges_de_La_Tour_027 joconde-b

 

 

Mais laissons donc la parole à Sully Prudhomme pour choisir sur la palette des mots , la bonne couleur pour les peindre .

 

Les yeux

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Des yeux sans nombre ont vu l’aurore ;
Ils dorment au fond des tombeaux
Et le soleil se lève encore.
Les nuits plus douces que les jours
Ont enchanté des yeux sans nombre ;
Les étoiles brillent toujours
Et les yeux se sont remplis d’ombre.
Oh ! qu’ils aient perdu le regard,
Non, non, cela n’est pas possible !
Ils se sont tournés quelque part
Vers ce qu’on nomme l’invisible ;
Et comme les astres penchants,
Nous quittent, mais au ciel demeurent,
Les prunelles ont leurs couchants,
Mais il n’est pas vrai qu’elles meurent :
Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Ouverts à quelque immense aurore,
De l’autre côté des tombeaux
Les yeux qu’on ferme voient encore.

 

 

Continuons avec cette cette citation que je trouve particulièrement pertinente et que j’illustrerai avec le Greco

“ l’âme n’aurait pas d’arc en ciel si les yeux n’avaient pas de larmes “ John Vance Cheney

 

lagrimas_san_pedro_detalle_mcu.jpg_1306973099 Saint Pierre Greco

 

“ le cinéma ce n’est rien d’autre en fait que de pouvoir lire l’âme de quelqu’un juste en  regardant ses yeux”  Glenn Close

J’ai voulu en savoir un peu plus sur l’auteur de cette citation , si, si vous la connaissez que ce soit à la télévision ou au cinéma , souvenez vous la superbe Marquise  de Merteuil dans “les liaisons dangereuses” de Stephen Frears  avec John Malkovich ( le vicomte de Valmont) et Michelle Pfeiffer (madame de Tourvel) ou dans la série “Damages” dans le rôle de Patty , avocate aux dents longues .

liaisons-dangereuses-88-18-g 20022878.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Qu’ils sont beaux ceux que chante Aragon dans ce superbe poème .

 

Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire
J’ai vu tous les soleils y venir se mirer
S’y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire

À l’ombre des oiseaux c’est l’océan troublé
Puis le beau temps soudain se lève et tes yeux changent
L’été taille la nue au tablier des anges
Le ciel n’est jamais bleu comme il l’est sur les blés

Les vents chassent en vain les chagrins de l’azur
Tes yeux plus clairs que lui lorsqu’une larme y luit
Tes yeux rendent jaloux le ciel d’après la pluie
Le verre n’est jamais si bleu qu’à sa brisure

Mère des Sept douleurs ô lumière mouillée
Sept glaives ont percé le prisme des couleurs
Le jour est plus poignant qui point entre les pleurs
L’iris troué de noir plus bleu d’être endeuillé

Tes yeux dans le malheur ouvrent la double brèche
Par où se reproduit le miracle des Rois
Lorsque le cœur battant ils virent tous les trois
Le manteau de Marie accroché dans la crèche

Une bouche suffit au mois de Mai des mots
Pour toutes les chansons et pour tous les hélas
Trop peu d’un firmament pour des millions d’astres
Il leur fallait tes yeux et leurs secrets gémeaux

L’enfant accaparé par les belles images
Écarquille les siens moins démesurément
Quand tu fais les grands yeux je ne sais si tu mens
On dirait que l’averse ouvre des fleurs sauvages

Cachent-ils des éclairs dans cette lavande où
Des insectes défont leurs amours violentes
Je suis pris au filet des étoiles filantes
Comme un marin qui meurt en mer en plein mois d’août

J’ai retiré ce radium de la pechblende
Et j’ai brûlé mes doigts à ce feu défendu
Ô paradis cent fois retrouvé reperdu
Tes yeux sont mon Pérou ma Golconde mes Indes

Il advint qu’un beau soir l’univers se brisa
Sur des récifs que les naufrageurs enflammèrent
Moi je voyais briller au-dessus de la mer
Les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa

Louis Aragon

“ Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes “ Louis Aragon

Je vous laisse pour finir ( mais j’ai bien du mal à ne pas en parler encore ) la version musicale de la citation précédente, je ne me lasse jamais quand Ferrat chante Aragon .