Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “arbres

Jeudi poésie

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

Pour ce jeudi poésie des croqueurs de mots  Durgalola à la barre nous donne comme thème l’arbre .

Je vous propose un poème pris dans le recueil “arbres” de Jacques Prévert

IMGP8404

En Argot

les hommes appellent les oreilles

des feuilles

c’est dire comme ils sentent que

les arbres connaissent la musique

Mais la langue verte des arbres

est un argot bien plus ancien

Qui peut savoir ce qu’ils disent

lorsqu’ils parlent des humains

*

Les arbres parlent arbre

comme les enfants parlent enfant

*

Quand un enfant

de femme et d’homme

adresse la parole à un arbre

l’arbre répond

l’enfant l’entend

*

Plus tard

l’enfant parle arboriculture

avec ses maîtres et ses parents

*

Il n’entend plus la voix des arbres

il n’entend plus

leur chanson dans le vent

*

Pourtant

parfois une petite fille

pousse un cri de détresse

dans un square

de ciment armé

d’herbe morne

et de terre souillée

*

Est ce …oh…est ce

la tristesse d’être abandonnée

qui me fait crier au secours

ou la crainte que vous m’oubliiez

arbres de ma jeunesse

ma jeunesse pour de vrai

*

Dans l’oasis du souvenir

une source vient de jaillir

Est – ce pour me faire pleurer

j’étais si heureuse dans la foule

la foule verte de la forêt

avec la peur de me perdre

et la crainte de me retrouver

*

N’oubliez pas votre petite amie

arbres de ma forêt

Jacques Prévert

P8230583


Lundi soleil

ob_0fef43_lundi-soleil-sunny-monday-logo-officie

Pour lundi soleil chez Bernieshoot un clic sur le logo .

Voilà nous y sommes le vert est bien présent maintenant et il y en a vraiment une variété incroyable dans la nature . Vous êtes prêt(e)s pour l’identification de l’arbre ?

arbre n° 1

IMGP8720

 

arbre n°2 à deux stades différents

IMGP8695

IMGP8725

arbre n°3

IMGP8723

Bien sur je ne me suis pas contentée de zoomer sur les feuilles et les fleurs. Je me suis régalée à  observer ces tout jeunes lapins , chaque fois que je déclenchais l’appareil le clic les faisait se redresser,

IMGP8688

comme je ne bougeais plus d’un millimètre ils retournaient brouter tranquillement .

IMGP8692

 La voie verte  les cygnes l’empruntent aussi , ne jamais oublier qu’ils sont avant tout friands de toute sorte d’herbe .

IMGP8667

IMGP8668


Lundi soleil

lundi soleil avril vert

Impossible même avec ce programme chargé du livre à Metz de ne pas profiter de la symphonie en vert de nos bois, je vous emmène donc en promenade dans celui d’une commune voisine de Metz .

Tout de suite un enchantement en vert majeur avec des tapis d’anémones qui le ponctuent de  blancs .

P4090892 De tous les côtés du chemin les arbres interprètent leur partition avec beaucoup de ferveur,

P4090879

chacun ajoutant sa touche personnelle au niveau de ses feuilles .

P4090897

Même l’eau de la mare se met au diapason en se laissant entrainer dans cette symphonie  de vert.

P4090896 

V   oltige de chlorophylle 

E    nchantée de lumière 

R êves aussi  se faufilent 

T issés    en    bandoulière


Certes il est possible ….

alphabet

Pour l’alphabet à thème de Domi un clic sur le logo

iceberg, idéal, ignoble

P3270780

Certes il est possible de trouver ce graff ignoble sur l’or de la pierre de Jaumont mais j’avoue qu’il m’a plutôt fait rire, car il correspond parfaitement aux habitants de cet endroit . L’idéal pour  la signalétique du bois aux lapins,  je n’irai quand même pas jusque là, quoique demandez à Volga  ….( oui j’ai bien retenu la leçon sur l’aposiopèse ) 

WP_20170324_08_43_13_Pro

La partie enterrée cette fois ci et non immergée de l’iceberg  côtoie sur la butte  un nombre conséquent de galeries reliant les différents terriers entre eux . Récemment le parc  a reçu d’importants apports végétaux,  quelques 2000 arbres d’essences diverses . Le terrain de jeu des lapinous s’en trouve quelque peu modifié , mais ils n’ont pas l’air de s’en offusquer slalomant entre les différentes plantations,

P3270763

Ou broutant tranquillement à leurs pieds .

P3270764    Mais  si l’herbe vient à manquer les jeunes érables, tilleuls ,  chênes ou autres hêtres  connaitront des jours difficiles , car les manchons de protection ne résistent pas longtemps à la poussée des lapinous et certaines  écorces bien tendres ne sont pas pour leur déplaire .

Gageons que la future forêt ne sera pas aussi dense qu’il n’y parait à première vue ….

En attendant ils se tiennent toujours à l’écoute de ce qui se passe dans le coin et n’hésitent pas à fréquenter les terrains d’entrainement canin .

P3270774


Le crépuscule …..

dyn003_original_480_480_gif_2513474_e965d66342262aceef7a5f17b5e6204d_thumb3

Pour l’atelier de Mandrine un clic sur le logo .

IMGP6304

Le crépuscule descend privant les arbres et l’herbe de couleur . Imperceptiblement, les bruits s’étouffent  dans la futaie . La maison toute en rondins   se distingue à peine depuis le chemin , bien protégée des regards des curieux par des remparts impressionnants de sapins , une barrière des plus étanches . Pour les cerfs , chevreuils et sangliers, il n’existe pas de frontière , point n’est besoin de  lumière du jour pour s’aventurer aux abords de la demeure où vit un couple très épris l’un de l’autre. Loin de l’agitation de la ville ils préfèrent vivre leur amour au cœur de la forêt,  profitant ainsi des visites animales .

IMGP1153

Ce soir pourtant,  les visiteurs ne sont pas au rendez – vous ,  car le cheval est déjà prêt à partir devant la maison . L’homme doit en effet quitter ce havre de paix et ramener de la ville éloignée les matériaux nécessaires à l’élaboration des bijoux que sa femme et lui créent . La séparation, même si elle n’est que de quelques jours, se compte en milliers de secondes loin l’un de l’autre .Une vraie déchirure pour ces deux êtres vivant en osmose parfaite . Prenant les rênes de son cheval,  il faut  se résoudre à quitter la main de son épouse , tout doucement il laisse cette main glisser et  s’éloigne à travers bois .

IMGP5657

Le temps se met à couler …les pensées de l’épouse s’envolent pendant les longues heures d’attente . Pour tromper son ennui elle se plonge dans la réalisation de confitures . Les framboises au parfum délicat,  les fraises des bois aux accents sucrés rejoignent la marmite  cuivrée . Laissant couler le long de sa longue cuillère en bois le jus épais  , elle imagine déjà le bonheur partagé à déguster ensemble, au coin du feu , les galettes sublimées par cette gelée …. Mais soudain, fenêtres ouvertes , le silence inhabituel qui règne autour d’elle l’intrigue,  le froissement des ailes des oiseaux , la multitude  de petits craquements des rongeurs en maraude, l’aboiement de quelque chevreuil , tout cela a disparu . Un peu inquiète elle sort de la maison . A la lisière des arbres quelle n’est pas sa surprise quand elle découvre, couchés tranquillement dans l’herbe grasse, une vingtaine d’hommes armés jusqu’aux dents . A leurs pieds gisent des oiseaux pris aux piège dans des nasses, des chevreuils qu’une flèche a stoppés dans un ultime bond . Seule face à ces hommes elle ne sait que penser . L’un d’entre eux d’ailleurs la détaille avec assurance , de ses yeux  ne subsiste qu’une fente qui n’augure rien de bon ….à suivre…

IMGP5654

 

 

 


Arbres , chevaux sauvages et sages ….

 

Pour les croqueurs de mots capitaine Jill Bill j’ai choisi ce poème tiré du recueil “arbres” de Jacques Prévert , gravures de Georges Ribemont – Dessaignes

IMG

Arbres

Chevaux sauvages et sages

à la crinière verte,

au grand galop discret

dans le vent vous piaffez

debout dans le soleil vous dormez

et rêvez

*

Et le dessinateur

le chasseur de bonheur

sans vous faire aucun mal

vous tire le portrait

et vous vous réveillez

et vous le laissez faire

et même vous l’aidez

modèles exemplaires

et désintéressés

*

entre l’arbre et l’écorce

une déesse de moelle

et de chair et d’eau fraîche

et de sève de printemps

et de rêve d’été

une reine souterraine

une dryade heureuse

Chante sa chanson nue

*

logés à la même enseigne

de la vie et de la mort

vous et moi et ces arbres

et Ribemont – Dessaignes

aujourd’hui vivons encore

mais les dents de scie de la scierie

crient toujours

de plus en plus fort

La sciure sur l’herbe

aussi bien que le sang

fait tache dans le décor

*

Mais

il n’y a pas que la terre qui tourne

d’autres astres

d’autres arbres

d’autres êtres peut – être

Et peut être que sans le savoir

Georges Ribemont – Dessaignes

dans ses dessins

est quelque part

leur interprète

IMG_0001


Et hop …

P1130180

Et hop c’est parti pour le grand branlebas de combat dans mon appartement , le mobilier devant être vide pour les travaux , les cartons s’accumulent un peu partout . Alors quand sa majesté Râ se présente , je ne résiste pas à sortir de mon capharnaüm et file au plus vite à l’extérieur pendant que Babouche s’occupe à trier les intercalaires dans les classeurs .

P1170187 P1170191

Volga est toujours partante pour la promenade le long de la Moselle , la véloroute Charles le Téméraire , à cette période de l’année les vélos sont fort rares et nous en profitons un maximum toutes les deux .

 

P1130166

Nous ne manquons jamais d’emprunter le parcours de l’ile aux Jésuites , les rencontres avec les oiseaux y sont fréquentes , j’espère toujours avoir la possibilité de photographier le couple de martins pêcheurs qui y résident, souvent je les ai croisés en vélo mais pas  encore à pied .

P1130164

Presqu’à chaque fois les cygnes viennent à notre rencontre ,ils ne craignent pas du tout Volga qui, elle, se garde bien de leur chercher querelle. Ils sont très quémandeurs,  si  autrefois j’ai eu l’habitude d’ avoir sur moi quelques restes de pain, maintenant j’ai renoncé à leur en donner car  leur système digestif n’est pas adapté à l’ingestion du gluten, tout comme les canards d’ailleurs .

P1130167

Quelques fois nous rencontrons d’étranges personnages semblant guetter les passants derrière les  arbres

P1130174

de drôles de longues – vues se baladent sur l’eau est ce pour mieux scruter l’horizon sur lequel se dessinent les contours de la Mutte ?

P1130181

à moins que ce soit pour mieux détailler la silhouette de certains arbres parés de nombreuses boules de gui .

P1130185

En tous cas nombreux sont les miroirs des étangs sur ce chemin et certains troncs ne boudent pas leur plaisir de se contempler tout à loisir. 

P1130163

Ne vous étonnez pas si la semaine prochaine je suis peu présente , outre que la connexion risque d’être souvent coupée , je risque d’avoir pas mal de rangements et de déplacements à effectuer .

Bon dimanche

Bisous à toutes et tous .


Elle est arrivée

P9240535

Bien emmitouflée dans son manteau d’épines elle joue la farouche , celle qui n’aime pas qu’on la touche .  Au gré des vents elle se balance, puis au bout d’une ultime transe

P9240506  rejoint  le sol où l’attendent d’autres échappées belles en abondance .

Volga ne s’y est pas trompée hier lors de notre sortie de l’après midi , c’est elle qui m’a guidée vers les châtaigniers en s’enfonçant dans la futaie .

P9240507

Il faut dire que les fortes pluies du mois d’aout ont eu raison d’un nombre impressionnant d’arbres, et j’ai eu  beaucoup de mal à repérer les châtaigniers dans ce fatras de troncs et de branches cassés   .

P9240530

P9240518 Je ne suis pas la seule à apprécier les châtaignes,  Volga les adore, même crues, et j’ai un mal fou à l’empêcher de croquer celles qui se sont débarrassées de leur bogue, suis arrivée trop tard pour celle jouxtant la feuille …

P9240513

aussi se retrouve – t – elle rapidement en laisse , je ne tiens pas à retourner chez le vétérinaire tous les jours même s’ils sont charmants . P9240514

J’avoue aussi apprécier modérément l’exercice qui consiste à donner, par l’intermédiaire d’une seringue, du smecta à ma chienne. Mais ne vous inquiétez pas, cela n’a pas duré longtemps, elle a pu largement se défouler après la récolte .

 

 

P9240529


à la recherche de….

Non, pas du temps perdu , mais  de celui retrouvé pour flâner , profiter pleinement de l’ombre et de  la lumière dans les parcs et jardins de Metz .

P7230461

Tous les jours j’emprunte  des passages ou ruelles très agréables pour me promener à l’ombre , je vous invite à me suivre dans celle – ci  jouxtant le jardin botanique .

P7230478

P7230479 Les maisons qui la bordent ont une vue imprenable sur le parc  et je dois dire qu’elles bénéficient aussi d’un calme fort appréciable , je n’ai rencontré personne dans la ruelle et pourtant j’y suis allée hier en plein après midi juste après avoir récupéré mes lunettes . Quel bonheur de tout revoir nettement !

P7230480

C’est décidé , je pose quelques minutes le vélo pour entrer dans le parc , le règlement stipule depuis  un certain temps déjà qu’il est interdit d’y entrer avec un compagnon à quatre pattes ou un deux roues , je récupérerai mon destrier plus tard . Pour une fois je n’y  accède pas par  l’entrée principale mais par celle de la rue Charles de Gaulle à Montigny les Metz.

P7230482

J’hésite un moment sur le trajet à emprunter car les espèces végétales sont nombreuses , je bifurque sur ma droite pour aller retrouver le petit pont noyé dans la verdure .

P7230452

Non loin de là, monsieur  cygne noir garde l’équilibre tout en se désaltérant, je vous défie d’en faire autant sans plonger la tête la première dans l’eau .

P7230451

Au détour d’un chemin j’aperçois “ imbroglio” ,oui c’est ainsi que se nomme cette  sculpture des Simonnet ( il y en a des nombreuses autres dans le jardin ) et je trouve que le nom lui sied bien .

P7230442

Par contre je m’aperçois que les amadouviers ont encore frappé, cet arbre , juste derrière la sculpture, n’en a plus longtemps certainement à vivre à moins que les personnes des espaces verts de la ville aient un moyen de le sauver en empêchant la pourriture blanche de ce champignon d’envahir et de tuer son hôte .

P7230441

Vous avez bien profité de la fraicheur des arbres ? Venez je vous emmène à l’intérieur des serres , la température est un peu plus élevée surtout dans les tropicales mais rassurez vous nous n’irons pas les visiter cette fois – ci .

P7230423

P7230439

Dans la volière vous êtes d’emblée accueillis par les occupants et ce dans toutes les langues.  Il y a les affamés ,

P7230431

les câlins

P7230437

et les toujours aux aguets

P7230436

J’ai essayé de jongler avec les barreaux mais je n’ai pas toujours réussi . Ma dernière star photographiée m’a soufflé que le prochain billet s’attardera plus sur la partie végétale .

Bonne journée à toutes et tous

Bisous