Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “art

Pour imagecitation 46

getattachment_thumb

Un clic sur le logo pour imagecitation 46 .

Je commencerai par illustrer les deux dernières citations du défi , puis vous proposerai des citations pour mes autres photos .

“l’âme a des illusions comme l’oiseau a des ailes, c’est ce qui la soutient ” Victor Hugo

imgp7244_thumb

« l’art lave notre âme de la poussière du quotidien »  Pablo Picasso

P8102552

 

“Tout ce qui se manifeste est vision de l’invisible” Anaxagore

P8224414

“J’étais dans une apesanteur de fin d’histoire d’amour , la brusque suspension des sentiments, une sorte de vertige que donnent le détachement, la distance , une appréhension différente du temps “ Michèle Lesbre 

P7020160

 

“Le courage s’accroit par l’audace, la crainte par l’hésitation” proverbe latin 

P9092972

 

Bon vendredi à vous toutes et tous


Pour imagecitation 45

getattachment_thumb

Avec quelques exemples de sculptures et de peintures pour commencer,   j’illustrerai dans ce billet la citation de Raymond Poincaré :

“Une œuvre d’art n’est jamais immorale . L’obscénité commence où l’art finit.”

P8220893

Cette statue fait partie du parcours art et jardin de Constellations et vous pouvez toujours la voir même si ce festival est terminé depuis samedi dernier . Elle se trouve en effet dans le parc du château de Courcelles de Montigny – les – Metz . Elle représente une allégorie de la Seille se jetant dans les bras de la Moselle .

Dans ce même parc j’ai pu voir ces sculptures cet été , je ne sais de quel artiste il s’agit il faudra que j’y  retourne .

P8220895

Toujours à Montigny – les – Metz mais au jardin botanique cette fois – ci .0m7GNeSbF-Ci74xZV7cWjUcpBzQ@404x538p5170057_thumb

“la mariée mise à nu” de  Max Ernst dans le cadre de l’exposition “l’aventure de  la couleur” qui vient de se terminer au centre Pompidou Metz.


Pour imagecitation 39

getattachment_thumb

Cette fois ci j’ai choisi d’illustrer les citations de cet trente neuvième édition d’imagecitation .

“ L’automne, c’est cousu de moments de grâce qui ne durent pas “ Jeannine Boissard

WP_20180927_19_01_15_Rich

“ Mieux vaut être un oiseau de bocage que de cage “ proverbe français

IMGP6548

 

“Si élevé que soit l’arbre , ses feuilles tombent toujours à terre “ proverbe chinois

IMGP8211

“Qui dit art dit mensonge “ Honoré de Balzac

Ci – dessous la grande odalisque de Martial Raysse

P3051323

Pour rappel La grande odalisque d’Ingres

File:Jean Auguste Dominique Ingres, La Grande Odalisque, 1814.jpg

Bon vendredi à vous toutes et tous


Simon

images-copie-1l

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré un clic sur le logo.

nous accueillons Simon .

IMG_5366

S  ans  le moindr’ effet  en toutes saisons,

I  l   reste   de  marbre  sans  un  frisson,

M   onsieur     apprécie    d’  être   à  l’aise.

O  n    le   devine    ses   yeux   de   braise

N  e  cherchent  que  le feu de la passion.  

*

S imon nom de nom tu ne crains pas la sanction ?

I l   parait   que   sur  la  toile  il te faut un voile

M  ême   si   de  bronze  tu restes  sans caleçon

O n    sait    bien     que   quand  l’art te   dévoile

N  u ,     il   n’y   a   pas  de   mauvaise  intention.

Je ne partagerai pas sur certains réseaux car je suis sure que ma photo ne passerait pas .

 

 

 

  


Le centre Pompidou Metz à l’heure Japonaise

De septembre 2017 à mai  2018 trois expositions et des spectacles nous incitent à nous intéresser à l’architecture et l’expression artistique contemporaine du Japon au centre Pompidou Metz. Déjà depuis le hall d’entrée nous sommes plongés dans un autre univers .

IMGP8239

La première d’entre elles  “Japan –Ness” nous parle d’urbanisme et d’architecture .

IMGP8234

Certaines réalisations insolites comme vous pourrez le remarquer sur ces photos .

IMGP8229

De nombreuses maquettes nous montrent l’évolution de l’urbanisme de 1945 à nos jours .

IMGP8238

Une seconde exposition Japanorama pose son regard sur la création contemporaine ,

IMGP8241

art, mode, photographie, manga . Nous découvrons un Japon multiple qui peut se traduire

IMGP8255

tout aussi bien par un engagement militant, une réflexion commune avec la mode sur le rapport au corps  ,

IMGP8247

qui s’interroge sur la place de l’individu dans la société ,

IMGP8265

Circular train A de Hiroshi Nakamura

qui laisse aussi  la possibilité d’un dialogue avec les cultures populaires et underground .

IMGP8272

Shadow play de Tomoko Kashiki

Nous avons retrouvé avec plaisir l’œuvre de Yayoï Kusama , “infinity mirror room”, prêtée par le musée des beaux arts de Nancy

IMGP8260


Friedrich Wilhelm von Schelling

abécédaires philosophes et auteurs divers

Pour l’abécédaire de Violette un clic sur le logo

Pour la lettre S j’ai choisi F.W.von Schelling , ce philosophe allemand né le 27 janvier 1775 à Leonberg près de Stuttgart et mort le 20 aout 1854. C’est un grand représentant de l’idéalisme allemand proche du romantisme .

Nb_pinacoteca_stieler_friedrich_wilhelm_joseph_von_schelling

Après ses études à Nürtingen et au séminaire de Tübingen , il fut tour à tour précepteur de jeunes barons, docteur en médecine, professeur de philosophie .Il cumulait les titres et honneurs : vice-président de l’Académie des sciences à Munich, secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts à Munich (1807), président de l’Académie des sciences à Munich (1827), précepteur du prince héritier Maximilien II de Bavière (né en 1811), membre correspondant de l’Institut (en France, grâce à Victor Cousin, en 1834), titre (« von Schelling »), membre de l’Académie des sciences de Berlin (1841).

Résultat de recherche d'images pour "tübingen"

La philosophie de Schelling est une "odyssée intellectuelle", faite d’étapes (Iéna, Munich, Berlin, etc.) et de différentes strates (philosophie de la nature et/ou philosophie de l’identité, philosophie de l’art, philosophie de la mythologie, philosophie de la Révélation et/ou philosophie rationnelle, philosophie positive (religieuse) ou bien philosophie négative, etc.). Parfois les philosophies se complètent : "La philosophie de la Nature traite de la Nature comme le philosophe transcendantal traite le Moi." Parfois elles se succèdent (la philosophie de l’identité ne dure que de 1801 à 1808 inclus), ou elles s’emboitent (la philosophie de la Révélation est une partie de la philosophie positive).

FriedrichWilhelmSchelling

 

1 La philosophie du Moi (1794 – 1799)

"En nous tous est présente une faculté mystérieuse et merveilleuse, celle de nous retirer dans la partie la plus intime de nous-mêmes (…) afin d’intuitionner l’éternel en nous, sous la figure de l’immutabilité. Cette intuition est l’expérience la plus intime, la plus proche, celle dont dépend tout ce que nous savons et croyons quant au monde suprasensible" (Lettres sur le dogmatisme et le criticisme, in Premiers écrits, p. 189).

Dans le Système de l’idéalisme transcendantal (1800), Schelling pose deux activités en conflit (dont l’une positive, "centrifuge", l’affirmation, la production ; l’autre négative, centripète, attractive, la réflexion), réconciliées par une troisième force, synthétisante, à plusieurs niveaux, l’univers, la matière, mon corps. La synthèse, l’unité se laissent espérer d’une part dans l’organisme vivant, d’autre part dans l’art.

2 La Naturphilosophie 1796 – 1800

"La nature doit être l’esprit visible, l’esprit la nature invisible. C’est donc ici, dans l’identité absolue de l’esprit en nous et de la nature hors de nous, que le problème de la possibilité d’une nature hors de nous doit se résoudre"

Dans la Première esquisse d’une philosophie de la Nature (1799), Schelling soutient que l’individu est le moyen, l’espèce reste le but : « La Nature hait le sexe (…), elle aspire à revenir à l’identité générique. »

3 La philosophie de l’art ( 1798- 1805)

"L’Art est pour le philosophe la chose suprême : il lui ouvre pour ainsi dire le Saint des Saints, où brûlent en une seule flamme, éternellement et originellement réunis, ce qui est séparé dans la Nature et dans l’Histoire, et ce qui, dans la vie et l’action comme dans la pensée, doit se fuir éternellement… Ce que nous appelons Nature est un poème enfermé dans une merveilleuse écriture secrète. L’énigme pourrait pourtant se dévoiler si nous y reconnaissions l’odyssée de l’esprit qui, sous un leurre magique, se cherchant lui-même, se fuit lui-même"

 

4 La philosophie de l’identité ( 1801- 1807)

  La philosophie de l’identité pose trois divisions  : la nature, l’esprit, l’art, mais son sujet, c’est l’absolu, à savoir l’identité, car l’essence c’est l’identique, indifférence de deux termes, le sujet (l’idéal) et l’objet (le réel). L’absolu est l’identité (éternelle) de soi-même (le sujet) et de soi comme autre (J.-F. Marquet). Vers 1809, Schelling préfère une philosophie de type historique et il revient à un sujet qui n’est plus le moi ou la nature mais Dieu.

5 la crise ( 1808 – 1827)

Schelling affirme la réalité du Mal et cherche son origine en Dieu : « Puisque le mal est indéniablement effectif, au moins comme opposition universelle au bien, il ne fait donc d’emblée aucun doute qu’il n’ait été nécessaire à la révélation de Dieu. »

"Le passé est su, le présent est connu, le pressenti est prophétisé." "Le présent", marqué par le caractère de la dualité, aurait compris l’exposé de la philosophie de la nature et de la philosophie de l’esprit. "Le passé" aurait évoqué l’état initial où nature et esprit ne faisaient encore qu’un. "L’avenir" aurait prophétisé leur réconciliation finale et l’unification qui en résulte dans la vie même de Dieu.

6 Les Dieux ( 1827 – 1854)

"L’art, la religion et la philosophie, telles sont les trois sphères de l’activité humaine où se manifeste l’esprit suprême comme tel… Dieu, cette notion constitue le dernier terme de la philosophie"

La philosophie moderne, de Descartes à Hegel, est négative : elle a pour point de départ l’idée de l’Être, pure essence qui trouve devant soi l’existence comme un destin nécessaire ; la philosophie positive, elle, part de l’hypothèse d’un Dieu qui possède déjà nécessairement l’existence. La deuxième partie donne les bases métaphysiques ; Schelling développe une philosophie des « puissances », au nombre de trois (d’abord des éons, des dimensions temporelles et périodes transhistoriques et historiques ; ensuite des principes et des causes ; enfin des Personnes, le Père et le Fils.

  • Sur la possibilité d’une forme de la philosophie en général, 1794
  • Du moi comme principe de la philosophie, 1794
  • Lettres sur le dogmatisme et le criticisme, 1794
  • La nouvelle déduction du droit naturel, 1795
  • L’âme du monde, 1798
  • Première esquisse d’un système de philosophie de la nature, 1798
  • Système de l’idéalisme transcendantal, 1800
  • Exposé de mon système de philosophie, 1801
  • Bruno ou du principe naturel et divin des choses, 1802
  • Aphorismes sur la philosophie de la nature, 1805-1806
  • Discours sur les arts plastiques, 1807
  • Les âges du monde, 1810

Avenue de nulle part …

 

Pour les croqueurs de mots Jill Bill à la barre nous invite à broder sur cette photo et d’employer un mot imposé idiosyncrasie .

Qvyjq3afyyaKO7m1Ki6ZSBnbyuM@350x435 Avenue       de    nulle     part

Sous   un   morceau  de  lune 

De bric  et de   broc  fortune

Se  joue  aussi   bien  de  l’art.

La voiture s’arrête au bout du chemin creux , Esther n’en croit pas ses yeux , elle n’ose même pas tourner la tête vers le conducteur , cet artiste qui lui a proposé un job très bien payé et la fortune à la clé .

  “ Nom d’un petit bonhomme mais je rêve , je n’arrive pas à croire que c’est sa maison  ! “ Dire que ce gars gagne des fortunes et qu’il vit dans cette bicoque ,  c’est fou,  je me demande bien comment je vais pouvoir l’aider à quoi que ce soit , j’ai l’impression qu’en soufflant dessus cette baraque  peut s’effondrer . 

PA230092

J’aurais du me méfier quand il m’a montré son “Chopin’ s Waterloo” * sur son téléphone portable une telle idiosyncrasie ne pouvait  être isolée .  Ici devant moi , c’est sur, la colère ne s’applique pas qu’aux instruments de musique . Musical rage qu’il disait , détruire avec art  pour s’approcher au plus près de l’objet,  mouais de l’art !  je veux bien,  mais j’ ai comme un doute sur le contrat que je dois signer et s’il venait à s’énerver,  je finirais peut être aussi comme le piano  ! Pas envie de devenir la nouvelle Vénus de Milo d’un fêlé du bocal , va falloir que je trouve une bonne excuse pour décliner l’offre maintenant .

“ Vous en faites une tête ! venez je vais vous montrer, vous allez m’aider pour ma prochaine performance  “

L’artiste prend alors une masse dans le baril et commence à taper sur la porte.

“ Arf , le vla qui disjoncte , je ne reste pas une seconde de plus . “ Comprendre toujours comprendre moi je ne veux pas comprendre “ je suis bien d’accord avec toi Anouilh  , là je prends la tangente, et tout seul il se dépatouille  “

“ Tenez   prenez les débris et nous allons composer un grand tableau  , ma maison fantôme ………..Mais où allez vous , ne parrrrrrrrrrrrrrrrrrtez pas !” 

 

* Chopin’s  Waterloo est l’œuvre d’Arman  ( clic ) artiste franco américain , peintre et sculpteur plasticien connu pour ses accumulations .  

 

 

 

 


Au creux de la nuit ….

dyn003_original_480_480_gif_2513474_e965d66342262aceef7a5f17b5e6204d_thumb3_thumb.gif

Pour l’atelier de Mandrine un clic sur le logo.

Big Eyes : Photo Amy Adams, Christoph Waltz

Au creux de la nuit, dans l’obscurité d’un appartement aux volets clos, le clic discret d’une porte qu’on refermait perça là silence. Voilà bien longtemps qu’elle en avait envie , mais cette nuit elle  trouva la force de tout quitter et surtout  de le quitter . Cet homme qu’elle avait aimé  au point de se laisser complètement phagocytée par son amour  , aujourd’hui c’était sans regret qu’elle renonçait à lui  .

Non, elle n’aurait jamais du l’épouser , son premier mariage avait été un échec, elle aurait du se méfier, mais il avait tellement de charisme qu’elle avait  cédé aux sirènes de Cupidon . Il lui avait fallu du temps pour comprendre que s’effacer devant lui ne menait à rien , que l’estime qu’il avait de lui même était plus que disproportionné, qu’il n’était lui – même que parcequ’il la réduisait au silence .

Big Eyes : Photo Amy Adams, Christoph Waltz

Quand il avait commencé à exploiter ses talents de peintre, elle avait pensé que c’était absolument normal , il maitrisait cent fois mieux la communication qu’elle même .  C’était lui qui trouvait le meilleur emplacement, les galeries où exposer  , les médias à prévenir .

Big Eyes : Photo Christoph Waltz

Ils avaient pourtant tout pour être heureux, cette même passion pour la peinture , l’art au centre de toutes leurs préoccupations mais un jour il avait franchi le cap  en s’appropriant la paternité de ses fameuses toiles qu’elle signait de son nom d’épouse . Au début elle ne s’était pas aperçu de la  supercherie puis un jour elle découvrit la ruse mais elle accepta car le succès économique était bien présent et il savait bien la convaincre que c’était lui que le public aimait et non l’obscure épouse .

Big Eyes : Photo Amy Adams

Elle aimait peindre ses “ grands yeux” et ne s’arrêtaient pas de les multiplier pour le plus grand plaisir de cet homme qui la maintenait sous sa coupe . Un manipulateur hors pair qui savait la déstabiliser au point de lui faire perdre toute confiance en elle , la culpabiliser pour qu’elle accède à sa demande . Mais là, elle en avait terminé avec cette dépendance , elle avait trouvé le courage de s’éloigner,  de redevenir elle même ,  un autre combat allait commencer maintenant pour rétablir enfin toute la vérité .

 Afficher l'image d'origine

Si vous ne l’avez pas encore vu je vous conseille ce film de Tim Burton “Big eyes” dont je me suis inspirée pour ce billet,  c’est l’histoire vraie de Margaret et Walter Keane , une des plus grandes impostures de l’histoire de l’art .


Pour imagecitation 25

 

GetAttachment

P8091339

“ Chaque animal n’est qu’un paquet de joie “ André Gide

*

PA230111

“ En art, point de frontière”  Victor Hugo

*

WP_002437

“ La solitude est un arbre sans fruits “ François Chalais

*

“La Noce” de Marc Chagall photo prise au centre Pompidou Metz

PA230098

“ La vraie beauté est si particulière, si nouvelle, qu’on ne la reconnait pas pour la beauté “ Marcel Proust

 

Bon vendredi à toutes tous


Saisir le moindre instant …

Pour les croqueurs de mot un clic sur le logo .

  Domi nous demande  un poème sur le thème de l’art

IMGP1215

Saisir le moindre instant fugace

Laisser parler sans peur la création

Pour que jamais le lien ne s’efface 

Avec la vie , tout Art est  vibration.

*

Emporter ses rêves sur la toile

Les partager, quelle belle mission

Avec dans les yeux mille étoiles

Complices d’une seule  respiration.

*

Sculpter avec  les couleurs de l’  âme

L’œuvre, miroir de l’instant qui passe

Pour la donner  en vraie dédicace .

*

Convier le regard à toutes  places 

Pour éloigner toute  lassitude

Et garder  l’écoute dans sa besace .  

15 septembre 2016

Je voulais aussi partager avec vous ce poème de Tahar Ben Jelloun tiré de son livre pour ce défi des croqueurs de mots , je trouve qu’il convient très bien au thème

P9150028

illustration  de Tahar Ben Jelloun dans  son livre  poèmes et peintures

Chaque mot est une note de musique

Un peu de couleur sur la toile

Une poussière sur l’épaule des statues

Un parfum sur les ailes des paillons

Chaque parole est une feuille qui tombe

L’arbre étant le livre de la vie

Ses branches sont des chapitres

Son tronc est une source du temps

Chaque poème est une fantaisie

Où les mots , les couleurs  et les feuilles

Dansent sur une table en toscane

Un jour d’été

Où la poésie donne de l’ombre

Aux chats qui somnolent.


Au château de Courcelles

PB070615

Je retrouve toujours avec plaisir ce magnifique escalier menant aux salles d’exposition . Cette fois ci l’art Japonais s’ invite au château jusqu’au 6 décembre . Vous y découvrirez les œuvres de Takesada Matsutani qui met en scène le noir et le blanc à l’aide de l’acrylique , de crayon et de graphite. Les volumes qu’il crée grâce à la colle à bois vinylique sont étonnants , pour avoir cet aspect cloqué il introduit de l’air avec une paille sous la colle .

PB070609

PB070608

Vous pourrez aussi découvrir une façon toute nouvelle de concevoir la céramique grâce à Yoshimi Futamura

“ La terre est un matériau brut tendre à travailler .Je cherche à faire exprimer à cette matière son énergie et sa force naturelle . Terre + eau +feu grâce à ces trois éléments j’essaye de faire naitre une autre vie “

PB070611

PB070612

Quant à Setsuko Nagasawa elle est aussi céramiste et présente des œuvres plutôt géométriques avec effet d’enfumage ( vous pouvez en voir dans la grande pièce ) .

Vous pourrez mieux la découvrir en cliquant ici , je n’ai pas eu la possibilité de prendre plus de photos .

Bonne journée à toutes et tous

Et spécialement à notre ami Marc de Metz qui souffle une nouvelle bougie aujourd’hui , en cliquant sur la photo vous serez sur son blog .

ann Marc

 


Y en a sous le béret …

Zemanta Related Posts Thumbnail

Pour l’abécédaire en rimes de Domi un clic sur le logo

 

IMGP3823  

Depuis que Jo est retraité

Il donne souvent rancart

Sur les murs avec son art

C’est qu’il  en a sous son béret

Des idées plus que l’on croit

Il est tellement adroit

Que beaucoup marquent l’arrêt .

Pas question de mettre à l’écart

L’ombre et la lumière projetées

Il les apprivoise sans un  raté .

Il ne compte pas ses efforts

Pour que chante  haut et fort

La couleur dans son apprêt .

Il est peut être un peu cabot

Quand il se lance avec bagout

Dans ses tirades toujours debout

Le soir avec ses amis au bistrot

Mais jamais il n’est pris en défaut

  Peindre la vie  pour lui c’est partout .

  


Les surprises d’Hortense .

Atelier#3-20-09-27-09-2015

Pour l’atelier de filamots un clic sur le tableau

pour Lili - Copie

Hortense avait d’abord songé faire carrière dans l’aéronautique . Après de brillantes études  scientifiques elle intégra une des plus prestigieuses écoles d’ingénieur du pays . Au bout de quelques années elle mit au point  une hélice révolutionnaire pour l’aviation . Sa notoriété ne cessait d’augmenter , les entreprises aéronavales n’avaient d’yeux que pour elle  et auraient bien voulu signer avec elle un contrat d’exclusivité . Mais Hortense se surprit un jour à rêver d’une autre carrière, bien loin de la mécanique . Elle était fascinée par l’hôtel des ventes de Drouot  où depuis son adolescence elle accompagnait ses parents . Elle avait eu l’occasion d’y admirer des chefs d’œuvre dont les prix atteignaient des sommets, comme ce vase de la dynastie Ming vendu 7 800 000 euros . Elle décida  de changer complètement de parcours au grand dam des constructeurs d’avions .  Elle se mit donc en disponibilité de son ancien emploi pour préparer sa reconversion , elle savait que là était vraiment sa vocation . En  embrassant la carrière de commissaire priseur elle était au centre de tout le marché de l’art , elle aurait la possibilité de mettre aux enchères des merveilles , de voir cette fièvre s’emparer des acheteurs et de prononcer ce sésame “adjugé vendu”  qui la fascinait tant . Aujourd’hui dans un lot de tableaux mis en vente ,  un autoportrait non authentifié l’intriguait  , il ressemblait à s’y méprendre à Suzanne Valadon cette femme au long cou, ses cheveux rejetés en arrière avec une raie médiane , c’était incroyable et si l’expert ne démentait pas son intuition, elle était en présence d’une œuvre inconnue de grande valeur  . Elle prit plusieurs photos de l’œuvre et envoya de suite un mail avec les pièces jointes à l’expert . Puis passa au lot suivant , il s’agissait d’une collection de poignards Kriss exceptionnelle , des lames ciselées comme de vrais bijoux .Alors qu’elle ouvrait le coffret pour détailler  l’ensemble,  elle vit avec effroi que le plus petit présentait des traces de sang pas tout à fait coagulé . Qui s’en était servi , quand , où , et surtout  pour faire quoi ? Elle voulait bien mener l’enquête pour le tableau mais pour le sang  non , c’était l’affaire de la police .


Alphonse …..

Pour les croqueurs de mots (cliquez sur le logo ) il faut avec les mots suivants faire un texte .

1 un nom d’oiseau : mésange
2.un nom de président de la Vème république : Pompidou
3. une position du kama-sutra : Andromaque au galop, le pieuvre
4. une injure : salaud
5. le nom latin d’une plante : Aloysia triphylla, citriodora
6. l’intitulé en italien d’une recette de pâtes : pâtes à la carbonara
7. un État parmi les cinquante que comptent les Etats-Unis : Louisiane
8. un titre de roman d’Agatha Christie : l’homme au complet marron
9. un instrument de musique : trompette
10. prénoms démodés : Eulalie et Clitandre

IMGP3871

Alphonse  est encore frappé  par sa vision d’Andromaque au galop, un des tableaux de l’exposition temporaire qu’il a pu voir au centre Pompidou Metz cette après midi . Figurez vous qu’un “salaud” , décemment il ne peut l’appeler autrement, a osé donner un grand coup de cutter dans  la toile , sous prétexte que cette œuvre offense le regard . Il a assisté médusé à l’arrestation de l’homme au complet marron qui n’a même pas cherché  à se défiler. On aurait dit qu’il cherchait à défendre sa cause par cet acte délibérément provocateur . Quand “l’origine du monde “ de Gustave Courbet fut exposée, cette toile provoqua bien des hauts cris aussi ,  mais personne n’aurait osé un tel geste . Grand amateur d’art venu des states, il ne comprend pas ce genre d’agissement et aussi comment un individu sans tambour ni trompette arrive à franchir  les contrôles  de l’entrée avec ce qui s’apparente quand même à une arme . Ce soir pour se remettre de ses émotions , il s’est installé dans ce petit restaurant du centre ville où parait – il les pâtes à la carbonara sont divines.  Comme la douceur  est la règle  en ce bel été, il est en terrasse . Les trilles d’une mésange sur le tilleul distillent une mélodie d’une zénitude bien agréable ,  il en oublierait presque qu’il se trouve en ville . Il inspire à fond et remarque la présence dans l’air de fragrances  d’aloysia triphylia  , voilà une excellente idée pour éloigner  les moustiques,  il ne s’agit pas de  gâcher sa soirée par des piqures , étant allergique il sait que les complications sont toujours au rendez – vous et nécessitent une hospitalisation d’urgence.  En rentrant à son hôtel après le diner il songe à Eulalie son épouse , en regrettant sincèrement qu’elle ne soit pas venue en France avec lui . Comédienne renommée , elle effectue  une grande tournée avec sa compagnie théâtrale dans tout l’état de Louisiane . Quelle idée d’avoir choisi Clitandre , pourtant le choix ne manque pas chez Corneille,   l’intrigue de cette pièce là est si complexe  qu’il se demande si vraiment le succès sera au rendez – vous . Il ne peut s’empêcher d’être inquiet pour celle qui partage sa vie depuis trente ans déjà , aussi saisissant son portable, il appelle Eulalie. S’il a bien calculé il ne tombera pas  pendant une représentation .

Allo chérie , tout va bien ?  comment se passe ta tournée ? “

Annulée à la dernière minute en raison de la météo , j’enrage !  “

 


Metz l’art dans les jardins suite

P6070799

 Partons si vous le voulez bien de ces grottes de l’esplanade pour longer le boulevard Poincaré .

Alain Vuillemet nous offre avec ses différents essaims sa version du monde de l’abeille .

Il nous montre le substratum de l’essaim s’agglutinant .

P6070801

Il nous rappelle avec sa sculpture totem et ses  scarifications sur les quatre faces  que selon le mythe , les abeilles  seraient  nées des larmes de Ré .

P6070833

“La colonne tassée” symbolise le tassement vers le bas de nos civilisations, contrairement aux temples anciens dont les colonnes affinées portaient vers le haut.

P6070811 

 

“ La mariée était en blanc , plus blanche que la neige. Elle portait son bouquet de travers , sa robe gravée par le hasard portait ses couleurs”

P6070816  P6070817

Nous allons maintenant traverser le boulevard pour nous rendre le long de l’eau entre l’écluse et le canal de Jouy , là se trouvent exposées les monumentoiles , une vison de la photographie de quinze artistes plasticiens nationaux et internationaux .

P6070836

Que ce soit avec la marchande sable de Nicolas Boutruche ou les drôles de pipes de Bernard Vincent , nous voici transportés dans un autre monde

 P6070843

P6070840

En longeant le quai des régates vers le moyen pont nous trouvons une autre série de toiles

J’avoue avoir beaucoup aimé l’interprétation de la leçon d’anatomie  par Anne Catherine Becker Echivard

P6070854

Le monde d’Ole Terlose Jensen a de quoi surprendre aussi mais il illustre bien le rêve de vol si prégnant dans l’imaginaire de l’homme .

P6070859

Nous voici presqu’arrivés au niveau du moyen – pont, là la photographie s’avère nettement plus difficile

P6070858

Pas de recul possible ,  sinon plouf!

P6070866

“Le cri” de Bernard Pras prendra toute sa signification

Avec “Pax orbi terrarum” Remy Le Guillerm nous propose un charter d’anges pour conjurer les guerres

P6070868

et avec “maternité” il nous offre ce raccourci de 500 ans entre la renaissance où les questions environnementales n’existaient pas et notre temps où elles deviennent cruciales

en nous soumettant  cette réflexion de Georges Bernanos, “le monde va être jugé par les enfants”.

P6070870

Je n’ai pas mis toutes les œuvres mais je vous incite vraiment à les découvrir sur place .

Bonne journée à toutes et tous .


Metz, version digitale .

P6070785 - Copie

Non, je ne vais pas vous demander de   balader  votre doigt sur votre Smartphone ou votre tablette numérique ,  je choisis juste de vous montrer que cette année les espaces verts de Metz  ont laissé une grande place dans les parterres  à cette fleur si particulière  .

En me rendant au centre ville hier matin avec mon destrier sous un soleil radieux, j’ai remarqué, dès le premier croisement, ce choix de fleurissement .

P6070786 - Copie

 

La digitale au clair matin

dit – il , dis tu, dis je,

La digitale au clair matin, 

dresse sur sa tige

des grappes de fleurs cramoisies

Dit – il, dis – tu ,dis – je

Dis – je bien ainsi ?

Dis – je ?

Robert Desnos

P6070798

Près de la statue de Verlaine elles accompagnent aussi les vers du poète

et leurs clochettes envoutent même les fontaines

P6070791 - Copie 

Un peu plus loin, au pied de la plus vieille église de France , St Pierre aux Nonnains

P6070818

elles se dressent tout aussi fièrement

P6070821 - Copie

Mais elles ne sont les seules à pointer vers le ciel

P6070820 - Copie

Depuis le 23 mai  dans les jardins de Metz  s’invitent des œuvres d’art

P6070826

Ici un  étendard flamboyant d’Alain Vuillemet

P6070832

là son totem aux signes.

 

Dans un autre billet, je vous présenterai  d’autres sculptures  d’Alain Vuillemet sur le thème de l’essaim ainsi que les “monumentoiles” , œuvres graphiques de quinze artistes que vous pouvez découvrir en vous promenant au bord de l’eau .

Bonne semaine à vous toutes et tous

Bisous


Adémar

Pour les prénoms du mercredi de Jill Bill à la cour de récré cliquez sur le  logo

images-copie-1

Aujourd’hui c’est le tour d’Adémar.

 

matisse

A         démar est un bel amateur  d’art.

D             essins ,  huiles  et  aquarelles 

E  nvahissent tous les murs de son bar .

M             atisse même vous interpelle, 

A        pprochez vous donc la clientèle, 

R        evenez plus tard pour le pinard .

matisse1


Vos participations pour imagecitation 5

Un grand merci à tou(te)s les participant(e)s pour cette cinquième édition . C’est un réel plaisir de voir et de lire vos billets à chaque fois , même en période de vacances vous avez répondu présents, vous êtes épatant(e)s .

Je ne vais pas blablater plus longtemps , je vous laisse découvrir les billets en cliquant sur l’image associée au nom du participant ou de la participante .

N’hésitez pas non plus à parcourir leur blog , vous verrez d’excellents billets .

Pour les retardataires pas d’inquiétude, ils ou elles trouveront sans problème leur place dans ce récapitulatif .

Bonne journée à toutes et tous .

Bisous

 

imagecitation-5

Colette

 

 

p7030374_thumb

Gaël

imagecitation5pourjazzy

Mamie Nicole

 

 

tagpolonais_thumb

Nicole Maloween

 

 

p7030375_thumb1

ma version

 

 


O comme œil

Pour le dico – citations de Domi dans l’annuaire pour les nuls

 

IMGP0169

Arrivée à cette lettre le O, je ne me suis pas posée longtemps la question, “que vais je choisir comme mot clé ?”, l’œil s’est imposé d’office par un clin magistral. ( rappelons que l’illustration ci dessus est une partie d’un graff réalisé à la bombe de peinture ). Il m’a soufflé des tas de citations et là réellement j’étais bien embarrassée pour choisir celles que j’allais déposer ici.

Les yeux dans les yeux ( oups , y a fallu que je m’habitue ) nous en avons discuté , il faut parler de l’art m’a –  t –  il confié , de la photographie, de l’âme , de l’amour . Oh la la, lui ai je répliqué,  nous n’en finirons jamais …Bon je vais t’en donner quatre  et deux plutôt humoristiques finit il par dire :

IMGP9720 bis

“Trois opérations : voir, opération de l’œil , observer, opération de l’esprit , contempler opération de l’âme . Quiconque arrive à cette troisième opération entre dans le domaine de l’art “Emile Bernard

jacombhood_thumb3

“ le premier mérite d’un tableau est d’être une fête pour l’œil “ Eugène Delacroix

“ l’œil ….tout l’univers est en lui puisqu’il voit, puisqu’il reflète “ Guy de Maupassant

“ votre œil me fait un été dans mon âme” Pierre de Ronsard

La vasque fleurie Van Dongen

 

Et pour terminer  Alphonse Allais et Pierre Desprosges  pour parler de l’œil

Savez vous quel est le comble de l’économie selon A .Allais ?

“Coucher sur la paille qu’on voit dans l’œil de son voisin et se chauffer avec la poutre qu’on a dans le sien “

et pour Pierre Desprosges voici la définition qu’il donne dans son “Dictionnaire superflu à l’usage de l’élite et des bien nantis”

Œil n. m. , du latin oculus. Pluriel : des yeux (un seuil, des cieux ; un deuil, des dieux ; un œil, des yeux). L’œil est à la vue ce que l’Humanité est au parti communiste : c’est son organe central. L’œil est un outil merveilleux. C’est grâce à lui que l’homme peut, en un instant, reconnaitre à coup sûr une langoustine d’un autobus, ce qui lui confère évidemment un immense sentiment de puissance sur la nature. La preuve en est qu’un homme privé de ses yeux se met instantanément à raser les murs honteusement. Un homme privé de ses yeux s’appelle un aveugle, dans le langage populaire, ou un non-voyant, dans le dialecte des politicards populistes gluants. Les aveugles sont parfois ridicules. On en a vu manger des autobus ou voyager en langoustine. Pour ne rien arranger, les aveugles lisent en braillant, au risque de réveiller les sourds. L’œil se compose essentiellement de l’iris, lui-même percé en son centre de la pupille. Contrairement à la pupille de la nation, la pupille de l’œil peut se refermer sur elle-même ou s’agrandir à tout moment, sans autorisation spéciale des pouvoirs publics, même dans les pays totalitaires : on cite le cas de plusieurs dizaines de milliers de pupilles s’agrandissant d’effroi en toute liberté, en Union soviétique et au Chili notamment. Le fond de l’œil est tapissé de la rétine sur laquelle se forment des objets tels que langoustine, autobus, etc. dont l’encéphale, qui a oublié d’être con, enregistrera la perception grâce au nerf optique. L’œil humain est une mécanique merveilleuse dont la réussite parfaite nous conforte dans notre foi en Dieu. On regrettera seulement que l’œil du cochon d’Inde ou du verrat périgourdin bénéficient de la même géniale complexité. C’est vexant, même à Périgueux. Les principales anomalies de l’œil sont : la myopie, qu’on corrige à l’aide de verres divergents ; l’hypermétropie, qu’on corrige par le port de verres convergents ; le strabisme, qui prête à rire ; et la cyclopie, qu’on corrige par le port du monocle. L’œil est capable du clin. Le clin est la base même de la spécificité de l’œil. Il n’existe pas, en effet, de clin d’oreille, ni de clin de nez. Le clin d’œil sert à marquer subrepticement une complicité tacite entre deux ou plusieurs chenapans. Il permet aussi au dragueur de se faire connaitre avec une relative retenue et une certaine discrétion qu’on ne retrouve pas dans la main au panier. L’œil du sourd est normal.


N comme nuance

Pour le dico – citations de Domi dans l’annuaire pour les nuls

 

IMGP0280

J’aurais pu vous parler de l’art de la nuance dans le discours politique mais j’ai préféré de beaucoup me placer sous les feux  de la nuance dans  l’art.

Je commencerai donc par mon ami Verlaine qui comme il ne vous a pas échappé est né à Metz

“Car nous voulons de la Nuance encor’,

Pas la couleur, rien que la Nuance !

Oh ! la Nuance seule fiance

Le rêve au rêve et la flûte au cor ! ”     Verlaine extrait de l’Art poétique 1874

Tout le poème de Verlaine nous incite à suivre dans l’art poétique cette voie de la nuance , si vous ne vous en souvenez plus cliquez sur la photo de Verlaine ci- dessous

IMGP0317

Mais la nuance n’est pas l’apanage  de la poésie, dans la musique elle trouve aussi toute sa raison d’être.  Que serait une mélodie sans ses indications de vitesse et d’intensité ? elles sont synonymes de vie et d’expression . Regardez cette partition de Debussy de sa danse sacrée et profane pour harpe et cordes , elle est truffée d’indications allant  de piano, à forte en passant par le pianissimo , de petit soufflet pour aller crescendo ou inversement decrescendo ou diminuando .

 

 

La peinture, bien sur, ne serait rien sans les nuances , mais je ne vais pas vous parler d’un peintre en particulier mais vous proposer des extraits de ce formidable film d’animation “Le tableau”  de Jean François Laguionie où le monde se peint avec nuance . Vous pourrez vous amuser à chercher les peintres qui ont inspiré l’auteur , le résultat est un chef d’œuvre qui touche  tant  par sa beauté que par les idées qu’il véhicule .

et un autre extrait

 

Et pour terminer sur une note humoristique avec la nuance, je citerai Philippe Geluck

“Je ne suis pas con moi ! Je fais de la rétention d’intelligence !  Nuance !”


“Qu’est ce donc” solution .

IMGP9848

Oups là ! je ne maitrise plus la tête en bas en m’approchant , nous voilà entrainés dans un monde bizarre où la notion d’équilibre est toute particulière,  serions nous projetés dans l’espace poétique  où l’infini de l’illusion s’ouvre à nous où la distorsion de la matière devient règle ? . Peut être car je vous livre la solution de l’objet présenté sur le billet précédent :

C’est l’œuvre “sans titre” (2008) d’ Anish Kapoor né à Bombay en 1954 et travaillant à Londres , présenté actuellement au centre Pompidou Metz dans le cadre de l’exposition “Phares”.

D’un diamètre de 302 cm et de profondeur 150 cm, elle est réalisée en fibre de verre , résine et peinture . Sa surface minutieusement polie réfléchit l’environnement en le renversant . J’ai testé en m’avançant sur  la ligne limite c’est vraiment hallucinant , j’ai eu l’impression de plonger dans le vide . Cette sensation est due à l’utilisation du miroir concave qui bouleverse notre perception du plein et du vide , du matériel et de l’immatériel , de l’extérieur et de l’intérieur .

AUSTRIA ART KAPOOR

“ L’art abstrait , et en particulier la sculpture , travaille cette idée que le spectateur participe à la fois avec son corps et sa mémoire …Quand la mémoire et le corps parcourent , traversent une œuvre d’art , quelque chose se passe , quelque chose change”

“ le rouge crée des ténèbres beaucoup plus sombres psychologiquement et physiquement que le noir ou le bleu” a commenté l’artiste .

Une autre vue avec un aperçu de la taille et de l’effet .

IMGP9840

 

 

 


Aucune espérance n’est bonne à taire ….

Pour l’atelier d’Egedane ,  les mots à utiliser cliquez  ici

IMGP9712 a

Que j’aime ces journées du patrimoine !  Jamais je ne rate l’occasion de combattre l’oubli quel qu’il soit, qu’il s’agisse de personnes ou de monuments, les deux souvent intimement liés. L’éternel hier peut être sublimé par des artistes avec beaucoup d’aisance à l’intérieur d’un édifice, j’en veux pour preuve les œuvres présentées ce week – end dans la basilique St Vincent où création et patrimoine religieux cohabitent sans aucun souci : l’album en leporello sur Cocteau ou la mise en abime de Patricia Gerardin , le bestiaire de plusieurs églises messines rappelé par une cinquantaine de dessins de Lydie Tremblet , la poésie en portraits et calligraphie  de Latifa Bermes ( Adrienne Thomas ,  Paul Verlaine, Gustave Kahn..)  déclinée sur les colonnes de la nef centrale par le biais de plexiglas peints , les grandes variations abstraites d’Hélène Roux sonnant comme un déclic sur le thème du jardin d’Eden , tout pousse le visiteur à s’imprégner encore plus de la beauté qui l’environne . Aucune espérance n’est bonne à taire, il suffit d’oser faire le premier pas, bravo à ces créatrices qui l’ont bien compris et qui ont su investir les lieux avec beaucoup de talent et au plus près de l’architecture .

Vous pouvez compléter la visite ici


Le secret du lion

IMGP4193

Nous retrouvons Anton et Stanislas pour l’écriture en folie de Zéphyrine , pour rappel l’épisode précédent la pierre centrale

« Vous ne croyez pas que ce qui agrémente cette inscription a une importance particulière ? »questionne Stanislas .

L’entente serait presque cordiale entre les deux hommes tant l’intérêt qu’ils portent à cette quête leur impose une patiente collaboration.

« Il nous faut tenter de trouver le lien entre les mots, les différentes figurines et notre trésor, évidente cette piste » rétorque Anton.

« Je traduis l’inscription : en l’an de grâce 1220, l’œuvre de cette église fut commencée, l’évêque de ce diocèse était alors Evrard, le roi de France, Louis, fils de Philippe le sage .Celui qui fut maitre de l’œuvre s’appelait maitre Robert de Luzarches, après lui vint maitre Thomas de Lormont et après celui-ci son fils maitre Renaud qui fit placer l’inscription en l’an de l’incarnation 1288. » dit Stanislas

Je prendrais bien la tangente songe Anton mais ma fuite présente beaucoup trop de risques pour Clémentine. Mon Dieu pourvu qu’elle n’alimente pas trop son questionnement légitime de quelques réactions violentes, elle doit me prendre pour un sacré menteur, dissimulateur de premier ordre qui plonge son amour dans la tourmente.

«  Je crois qu’Evrard repose non loin d’ici, le tombeau représente l’évêque gisant, nous pourrions peut être nous orienter vers  lui » note Anton à l’adresse de Stanislas .

465px-Gisant_d'Evrard_de_Fouilloy_Amiens_110608_1

«  En effet j’ai vu en entrant dans la grande nef deux tombeaux » dit Stanislas en  remontant lentement la nef

« Incroyable ! il est sculpté dans un bloc de bronze d’une seule pièce, cette magnifique sculpture est éloquente, les traits sont ceux du défunt sans aucun doute. Quelle maitrise du geste » argumente Stanislas

800px-Gisant_d'Evrard_de_Fouilloy_Amiens_110608_3

Les deux hommes se penchent sur le tombeau, ils ressentent l’un comme l’autre, l’excitation de la recherche .

Le gisant d’Evrard est supporté par six lions en bronze, l’évêque écrase deux créatures griffues, ventripotentes symbolisant le mal qui tourmente les hommes, à ses côtés deux prêtres portent des cierges allumés et des anges offrent de l’encens au défunt. Les senteurs de cette fragrance sont presque perceptibles dans l’atmosphère luminescente de la cathédrale.

700px-Gisant_de_Geoffroy_d'Eu_Amiens_110608_6

« Là regardez près de la patte arrière du premier lion à gauche d’Evrard , une écriture arborescente »  s’écrie Anton.

«  Excellente perspicacité Anton, félicitations » à suivre …….


Le soleil jouait sur ce livre d’images

IMGP5631

aracari Baillon   *

Pour l’ atelier de Ghislaine, la phrase

Le soleil jouait sur ce livre d’images à lustrer les plumes des oiseaux de feu  , c’est alors que j’ai vu s’élancer de la page    “l’aracari baillon”  et “le momot dans son jeune âge”.

IMGP5644

Je me suis retrouvée loin de nos communs paysages , seule en pleine forêt  sauvage .  De tous côtés une symphonie de cris , de chants métalliques , rauques mais aussi plaintifs , cliquetants et grinçants se donnaient la réplique . J’avançais pas à pas dans le jardin du diable , l’eau jouait sur les limbes des arias  remarquables,  quand tout à coup je vis  un reptile incroyable . Sur un tapis de feuilles il ondulait et s’avançait vers moi , je bondis dans un arbre , j’étais surement  sa prochaine proie .

Mais  de l’arbre  aussi il avait fait le choix et sur lui  aussitôt s’enroula . Avec effroi je regardais  danser les écailles  de cet énorme boa , hypnotisée par son regard j’étais en plein désarroi ;

c’est alors qu’une voix  familière  d’un seul coup m’éveilla :

“Babouche veux tu enlever tes pattes de là !” …..

IMGP5632

*Les deux œuvres présentées sont extraites d’un livre sur  Jacques Barraband ,peintre sous Napoléon I, que je vous conseille .