Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “atelier écriture

Pendant ce temps là …

Pour l’atelier de Ghislaine les mots : soupirer, attendre, sentir, vouloir , amis , chaleur, portail, fleurs, câlin, charmant, fantasque , jusque

Pour l’atelier de Mumu: Soupe , éplucher , sculpter , poignarder, prier, parapluie , oasis , tunnel.

IMGP6521

Pendant qu’Anton continue ses recherches avec Stanislas, Clémentine attend toujours que son compagnon la rappelle, Elle le connait fantasque, toujours dans un monde particulier avec ses recherches qui le propulse hors du temps présent, mais pas fuyant . Elle soupire en pensant qu’il ferait mieux de vivre dans la réalité plutôt que dans ses livres, qui sait où sa rêverie a bien l’entrainer.. Elle sent bien que quelque chose ne tourne pas rond, elle voudrait juste pouvoir lui parler, mais chaque fois qu’elle essaye de le joindre sur son portable elle tombe immanquablement sur sa messagerie. Oui, la chaleur de leur week end lui manque, une oasis de tendresse, emplie de câlins et de charmantes attentions dont il est toujours prodigue. Elle se confierait bien à ses amis mais ceux-ci ne connaissent Anton que de nom, ils n’ont jamais eu l’occasion de le rencontrer. En poussant le portail de la résidence amiénoise, Clémentine se dirige non sans amertume vers la gare.

« Finalement je n’ai rien appris de plus en venant ici , je suis toujours dans ce long tunnel d’ incertitude, ne sachant pas si la vérité va me poignarder ou me soulager , rien ne sert de prier , il ne me reste plus qu’à rentrer chez moi pour préparer ma semaine de remplacement chez mon confrère de Montigny. Tiens j’en profiterai pour demander qui a sculpté cet homme sur la façade de sa maison et à quelle époque, cette sculpture m’a toujours intriguée, on dirait qu’elle va dévoiler un secret.  »

Arrivée à Besançon après un voyage sans histoire, Clémentine sort son parapluie à fleurs de sa valise, une averse conséquente se déversant  sans retenue à ce moment là sur la ville.

« Décidément les nuages sont partout aujourd’hui, dans mon esprit comme dans le ciel. »

Après avoir mis ses bagages à la consigne, elle décide de se rendre à la brasserie, pas question pour elle de se retrouver seule dans son appartement et d’éplucher quoi que ce soit, la soupe elle l’appréciera d’autant plus dans l’ambiance chaleureuse de ce restaurant. A suivre …


Ultime escapade

Pour l’atelier  de Zéphyrine écriture en folie les mots en emen

 image_67723876 Vous pensez peut être que je suis dément de m’être aventuré en plein hypermarché, mais c’est vous qui l’avez installé dans mon paradis , la forêt, ne me parlez surtout pas de déviance comportementale. Quand les constructions grignotent mon environnement familier, accessoirement j’investis d’autres territoires. Le chamboulement de mes habitudes induit nécessairement des conséquences. Naïvement , vous vous demandez pourquoi je me baigne dans ce salon de coiffure , simplement parceque des hommes m’y ont enfermé, apparemment pour raison de sécurité..Fatalement, j’ai un peu tout déménagé, mais la peur n’entraine – t – elle pas chez vous humains quelques égarements ? Actuellement tous mes pairs sont classés comme nuisibles dans le département et essayent désespérément de trouver leur place sur un territoire, plusieurs battues gouvernementales ont été spécialement organisées cette année. Mais là dans ce supermarché, croyez vous que seul, apeuré, je méritais un tel traitement dans un lieu précisément dit du sanglier ?

60888553

Ah oui , accessoirement je dois préciser que la seringue hypodermique c’était pour la télé et que j’ai bien été abattu ,visiblement les suidés ne sont pas en odeur de sainteté .

sanglier avec fléchette