Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “bourgeon

Jeudi poésie

ABC à la barre du bateau des croqueurs pour la quinzaine nous propose de nous pencher pour ce jeudi poésie sur les bourgeons .

Je vous propose :

bourgeons

le printemps d’ Auguste Angellier

 

Les bourgeons verts, les bourgeons blancs
Percent déjà le bout des branches,
Et, près des ruisseaux, des étangs
Aux bords parsemés de pervenches,
Teintent les arbustes tremblants ;

Les bourgeons blancs, les bourgeons roses,
Sur les buissons, les espaliers,
Vont se changer en fleurs écloses ;
Et les oiseaux, dans les halliers,
Entre eux déjà parlent de roses ;

Les bourgeons verts, les bourgeons gris,
Reluisant de gomme et de sève
Recouvrent l’écorce qui crève
Le long des rameaux amoindris ;
Les bourgeons blancs, les bourgeons rouges,
Sèment l’éveil universel,
Depuis les cours noires des bouges

Jusqu’au pur sommet sur lequel,
Ô neige éclatante, tu bouges ;
Bourgeons laiteux des marronniers,
Bourgeons de bronze des vieux chênes,
Bourgeons mauves des amandiers,
Bourgeons glauques des jeunes frênes,
Bourgeons cramoisis des pommiers,

Bourgeons d’ambre pâle du saule,
Leur frisson se propage et court,
À travers tout, vers le froid pôle,
Et grandissant avec le jour
Qui lentement sort de sa geôle,
Jette sur le bois, le pré,
Le mont, le val, les champs , les sables,
Son immense réseau tout prêt
À s’ouvrir en fleurs innombrables
Sur le monde transfiguré.

Auguste Angellier.

Et un de mes poèmes de 2018 sur rime imposée un peu remanié.

IMGP7416

Il   n’a  pas  encore  revêtu  son   costume

De   vives   couleurs  comme il est coutume

Mais  au  petit  matin  sorti de  ses brumes

Dans les yeux des passants un éclat allume.

*

Plus question alors de laisser l’amertume

Gagner les  cœurs, plus léger que la plume

Le réveil  printanier  s’installe  et assume

Son  rôle, même  au plus près du bitume .

*

Bourgeons soyeux que février embrume

Perlés de givre jamais ne s’enrhument

Même quand  le froid est  bien anthume

*  

Bientôt   se   desserre  l’étau  de  l’enclume,

Comme    la   vague    balance    son  écume,

Aux jours nouveaux chacun  se réaccoutume.

Gisèle F 16/02/21

 


Atelier Assoula

Pour l’atelier d’Assoula un clic sur le logo ;  le printemps en haïkus 

IMGP7484

Trille du merle

Dans l’arbre au diapason

Symphonie de vie

*

Bourgeons soyeux

S’accrochent aux ramures

Eclosion de printemps

*

Pigeon  roucoulant

Sur les toits de la ville

Le printemps est là

*

Fini le sommeil

Enfin la fleur s’éveille

Jardin plein de  joie

*

V calligraphié 

En vol les oies sauvages

Signe le printemps .

*

Prairie étoilée

Vert et jaune mélangés 

Jonquille en fête.

P4020038