Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “cosmos

Sol

images-copie-1

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo .

Aujourd’hui nous accueillons Sol .

 

P8084302

détail  des mécaniques discursives

* 

S on dynamisme fait son succè S

O ubliant  la fatigue il va illic    O

L aisser   parler en lui l’anima    L

*

S i     d’aventure    un    autre    solei L

O ffre    ses      rayons      crescend O

L e voilà  projeté  dans   le  cosmo     S

*

S  ol   un   jour   a   quitté    Mariso L

O h     pourquoi    donc   jouer   sol O

L a si do ré mi  fa  sol, c’est exclu  S

*

S oliloquant    dans    son    entreso L

O n    le    voit   souvent   ce   zigotO

L ibre  de  se livrer à tous les excèS

 


De l’intime au cosmos

LE PETIT JEU DE LETTRES- 191

Pour le petit jeu de lettres de Lady Marianne un clic sur le tableau

Le mot à trouver clairaudience : faculté d’audition paranormale , de pouvoir entendre la voix des personnes décédées .

Les anagrammes  présentes dans le tableau sont soulignées dans le texte .

 

PA273519

Pour accéder à l’intime et au cosmos, inutile d’être doté de clairaudience , non il nous suffit de nous rendre dans la galerie trois du Centre Pompidou Metz . Personne parmi nous ne renâcle à cotôyer les étoiles en prenant la mesure de ce qui nous sépare et qui nous unit au cosmos , même si pour atteindre celui – ci ,  il faut inclure le vertige cosmique que la nuit induit .

PA273532

Je reviens sur cette toile que je vous ai présentée dans mon billet  sur les reflets, Milky Way de Peter Doig ( clic ici );  la terre est réduite à une trace claire  linéaire , le reflet immobile et silencieux des grappes d’étoiles et arbres nous plonge dans l’infini du ciel.  Par un indice particulièrement bien choisi, l’artiste renforce ce sentiment de gigantisme, ce canoë partant à la dérive souligne de manière cruciale  la petitesse  de l’homme face à l’univers.

L’œuvre de Jason Dodge me laisse incrédule,quant à l’œuvre artistique ( d’où l’absence de photo )  elle semble être un canular , il s’agit en effet d’une étoffe présentée pliée et ficelée mais renseignements pris pour élucider ce mystère , nous apprenons qu’ il s’agit pour lui d’un morceau de ciel devenu palpable . Il joue sur la métaphore du tissage comme écriture et cheminement en matérialisant ce qui nous sépare et nous unit aux étoiles .Le fil servant à réaliser ce tissu a la longueur existant entre la terre et la troposphère, au delà de celle – ci nous entrons dans la stratosphère donc dans l’espace . 

PA273516

J’avoue que “la femme nue couchée” de Picasso attire beaucoup plus mon attention .  Encore une fois je tiens à remercier les médiateurs présents dans les salles qui nous réservent toujours un excellent accueil et grâce auxquels nous obtenons un maximum de renseignements sur les œuvres exposées. Le corps féminin est disposé en travers de l’espace , la tête renversée disant l’abandon et l’extase dans cette chambre donnant sur le ciel étoilé. D’un simple mouvement des doigts, elle semble pouvoir relier les étoiles  . Ce tableau serait une célébration de la rencontre avec Dora Maar avec laquelle Picasso entame une liaison.

PA273521

Toute autre interprétation avec “Star gazing” pour Helen Frankenthaler , la nuit étant moins définie par une absence de lumière que par la présence d’une substance . En saisissant l’essence de cette nuit qui échappe , l’image se dilue  au profit de la matière , de la sensation, , de l’espace sans repères .  Il n’y a pas de centre , de périphérie , pas de limites. Le regard flotte dans un espace insondable .

PA273523

Avec Augusto Giacometti ( dont le cousin est le père d’Alberto Giacometti  sculpteur et peintre ) nous allons au delà des étoiles dans “la nuit étoilée” . Dans un cadre tout particulier , une ronde de l’espace  pousse l’artiste à s’interroger sur son origine , la nature devenant lieu de questionnement intérieur . 

PA273525

Daisuke Yokota avec “ Mortuary”  précise à propos de ses rouleaux de papiers photographiques “ la photographie m’aide à transformer le spectacle de l’instant présent en souvenir , mais elle échoue à capter mes émotions “  C’est pourquoi il a cherché dans cette installation, constituée de rouleaux photographiques travaillés en chambre noire comme des peintures , à traduire la sensation de ne plus voir et d’être plongé dans une obscurité trouble.

PA273528

Je terminerai par Lucio Fontana et ses “Ambiente spaziale” qui abolissent les questions d’échelle plongeant le visiteur dans un espace sans repère . Il déclare d’ailleurs “ Je ne veux pas faire un tableau , je veux ouvrir l’espace , créer pour l’art une nouvelle dimension , le rattacher au cosmos , tel qu’il s’étend , infini, au delà de la surface plate de l’image “ .