Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “croqueurs

Vos participations au défi 236 des croqueurs de mots

Voici la liste des participations pour ce défi 236 des croqueurs de mots , un grand merci à vous, je me suis régalée à vous lire .

livre | le bon coté des choses

ABC : jardin des mots :  défi du lundi 

Anne : chez Eglantine :  défi du lundi

Annick Lotus : L’envie,  la vie : défi du lundi

Les Cabardouche : défi du lundi 

Colette : en toute simplicité : défi du lundi

Durgalola : petites graines : défi du lundi

Dominique : mes antidotes : défi du lundi

Eglantine : Eglantine Lilas Nage raconte : défi du lundi

Fanfan : journal d’une  retraitée : défi du lundi

Fanny : chez Eglantine : défi du lundi

Jeanne Fadosi : Fadosi continue : défi du lundi

Jill Bill : Bienvenue au château : défi du lundi

Marie Chevalier : le blog de Marie Chevalier : défi du lundi

Martine : quai des rimes : défi du lundi

Rose : sur mes pas : défi du lundi 

Zaza : zaza – rambette le retour : défi du lundi 


Défi 236 des croqueurs de mots

Domi notre cap’tain des croqueurs de mots a bien des soucis avec son ordinateur qui a rendu l’âme , elle  m’a laissé le gouvernail pour cette quinzaine.

livre | le bon coté des choses

Si vous voulez bien embarquer sur le navire, je vous propose pour le défi 236

  • de lire les titres des livres que vous avez chez vous. Créer une histoire basée sur un, plusieurs titres ou des mots qui s’y trouvent.
  • Ou de prendre  des mots au hasard dans un dictionnaire, un livre ou une publication. Sélectionner-les en fermant les yeux et en abaissant le bout du doigt sur une page. Créer une situation ou une intrigue autour de n’importe quelle combinaison de mots que vous trouvez.

Jeudi poésie pour le 30 avril

Thème :  un calligramme ou libre

Jeudi poésie du 7 mai

Thème :  un acrostiche ou libre

Pour que je puisse faire un récapitulatif de vos participations; je vous propose de mettre vos liens sous les différents billets de la quinzaine.  

 


Perles de lune

Lenaïg  (clic)  a pris la barre du  bateau des croqueurs de mots pour la quinzaine, elle nous propose pour ce lundi 25 novembre d’inventer un titre de livre puis d’en écrire la présentation : qui en est l’auteur, de quoi parle-t-il, proposer un extrait, libre à chacun(e) de présenter son livre à sa façon en tâchant de ne pas faire trop long. Pour les pros du dessin, les illustrations "maison" seront les bienvenues.

Plan B si l’on n’est pas inspiré par le sujet : évoquer un livre que l’on a bien aimé, nous donner envie de le lire mais, attention, ne pas tout raconter !

perles de lune

Une fois n’est pas coutume, je tenais à vous présenter un livre de contes inédits, d’une auteure , Michèle Lostage,  qui commence à  faire parler d’elle dans le Landerneau littéraire .  Comment  ? Vous ne la connaissez pas ?

Sans plus attendre  voici  la quatrième de couverture  de  son ouvrage pour faire plus ample connaissance :

Vosgienne d’origine, née à Bruyères, Michèle Lostage, cette Alsacienne d’adoption fouille dans l’histoire de notre région pour nous livrer des  légendes et curiosités d’une saveur toute particulière  .

Après s’être  lancée sur les chemins fantastiques à mi chemin du “Da Vinci code”  avec son “ Trésor de la cathédrale “ et de la science fiction  avec “ Et si c’était vrai “,  elle nous  permet  aujourd’hui, avec ce recueil  “ Perles de lune “, de plonger dans cet univers fascinant des contes de notre région.

****

Dès le premier récit une irrésistible envie de se laisser porter par cet appel de l’impalpable  s’empare de vous. Elle ne vous lâchera pas durant les deux cents pages qui suivent. Il n’est pas un arbre , une pierre, une pièce d’eau qui n’ait fait l’objet d’une légende,  aussi ne serez – vous pas étonnés d ‘entendre  les voix du mystère dans  la magie des jardins secrets . 

J’ai aimé cette écriture  où l’étrange le dispute au fantastique . Un voyage entre fiction , rêve et réalité dans des villes et villages que l’auteure connait mieux que sa poche . Vous ne résisterez pas à l’appel de l’ombre qui  se faufile quand l’esprit de la forêt souffle.  Vous serez subjugués par la caresse de la dame blanche qui se pare des diamants de l’aube pour mieux défier l’ogre de la montagne. Sagesse , consolation , enchantement sont  au rendez – vous et procurent encore cet émerveillement si agréable éprouvé dans l’enfance .

Alors si vous voulez répondre aux grandes peurs de l’existence et à vos  doutes existentiels , trouver le contre point à la vie ordinaire , n’hésitez pas , courez vite vous procurer ce livre, il est fait pour vous .

Voici quelques extraits  tirés du conte ayant donné son titre au livre .

 

_ Le crépuscule descend privant les arbres et l’herbe de couleur . Imperceptiblement, les bruits s’étouffent  dans la futaie . La maison toute en rondins   se distingue à peine depuis le chemin , bien protégée des regards des curieux par des remparts impressionnants de sapins , une barrière des plus étanches . Pour les cerfs , chevreuils et sangliers, il n’existe pas de frontière , point n’est besoin de  lumière du jour pour s’aventurer aux abords de la demeure…

 

wp_002408

_ Le temps se met à couler …les pensées de l’épouse s’envolent pendant les longues heures d’attente . Pour tromper son ennui elle se plonge dans la réalisation de confitures . Les framboises au parfum délicat,  les fraises des bois aux accents sucrés rejoignent la marmite  cuivrée . Laissant couler le long de sa longue cuillère en bois le jus épais  , elle imagine déjà le bonheur partagé à déguster ensemble, au coin du feu , les galettes sublimées par cette gelée …. Mais soudain, fenêtres ouvertes , le silence inhabituel qui règne autour d’elle l’intrigue,  le froissement des ailes des oiseaux , la multitude  de petits craquements des rongeurs en maraude, l’aboiement de quelque chevreuil , tout cela a disparu . Un peu inquiète elle sort de la maison …

IMGP8185

_ Au bout d’une semaine , l’époux revient de son expédition , le cœur bondissant  tout à la joie de retrouver le doux sourire de sa belle épouse.  Il anticipe déjà la réaction de celle – ci quand elle verra  les sacoches de la selle remplies de pierres d’une taille et d’un éclat extraordinaire . Mais quand il débouche sur la clairière , il n’en croit pas ses yeux , sa maison s’est volatilisée , un étang aux eaux calmes la remplace .Se penchant sur la surface reflétant la clarté et la quiétude du ciel , il voit au fond de l’eau briller une pierre qu’il connait…

wp_001439

 

 

 


Jeudi poésie

Pour le jeudi des croqueurs de mots un clic sur le logo .

Jill Bill ( clic)  à la barre du bateau des croqueurs nous propose comme thème le faussaire ou libre.

Van Gogh peignant des tournesols

L  a     main     imite     celle    du   maitre

E pousant  son  art  de  manier  le  pinceau

*

F  aussaire    pour   retrouver   son   être

A   faire  douter  un  expert   en   tableau

U  n     artiste      habile     pour    paraitre

S  ‘attachant      à     créer   des   placébos

S  on     adresse ,  il   faut  bien  l’admettre

A mène     à     lui    tirer    notre    chapeau

I l  sait  qu’il  trompe, ce  n’est  pas nouveau

R use     sans    avoir   le   profil  du  traitre

E t   parfois   dépend   de   tout   un  réseau.

*

Le faussaire peut se décliner autrement, je ne résiste pas à vous proposer  la version de Georges Brassens


Aujourd’hui inédit ….

Pour le défi N° 212 des Crôqueurs de mots, Dômi me confie la barre - Lenaïg

Martine ( quai des rimes clic)   est à la barre du bateau des croqueurs de mots et nous propose :

Pour le défi du lundi 30 septembre des croqueurs de mots, je vous propose dans le tableau ci-dessous trois thèmes au choix et pour chacun des thèmes deux titres pour vos écrits

THEMES :

Passé
TITRE 1  Hier à Hyères ou ailleurs
TITRE 2 Poussière d’hier

Présent
TITRE 1 Sauf-conduit pour aujourd’hui
TITRE 2 Aujourd’hui inédit

Futur
TITRE 1 Demain à deux mains
TITRE 2 Demain en sous-main

A vous de choisir un thème et un des deux titres proposés et d’imaginer le texte adapté au titre retenu. Si aucun des titres ne vous inspirait vous pouvez juste écrire sur le thème de votre choix.

P9290004

Aujourd’hui inédit

C  alme       et     sereine    est   la campagne

H  ors       l’agitation    de    la   grande   ville

E  lle     nous   offre    des  instants  cocagne

V eillant    volontiers  sur ce bonheur fragile. 

R   ien est plus fort dans ce regard tranquille

E n  suspension,   quand   la  curiosité  gagne 

U n   brocard    dans    la    prairie     immobile

I l   dialogue vraiment sans que l’accompagne 

L a    peur   qui  rend  toute  rencontre futile .

Oui aujourd’hui* inédit, car c’est la première fois qu’un chevreuil me laisse approcher sans s’enfuir et que je peux prendre une photo sans le voir détaler immédiatement. Un moment que je n’oublierai pas car il dure plus que quelques secondes. Le brocard me regarde avancer toujours  un peu plus, il ne bouge toujours pas fixant les mains et l’objectif . Je ne saurais dire à quelle distance il s’enfuit,  mais notre échange dure plus d’une minute pendant lesquelles je clique à trois reprises , ajustant le zoom comme je peux , en essayant de trembler le moins possible . Quand enfin il regagne  la haie se dérobant ainsi à ma vue, je suis sure d’avoir vécu un  petit bonheur du jour inédit .

P9290003

photos prises ce dimanche 29 septembre à 9h 12


Jeudi poésie

Pour le défi N° 212 des Crôqueurs de mots, Dômi me confie la barre - Lenaïg

Martine ( quai des rimes clic)   est à la barre du bateau des croqueurs de mots et nous propose :

Trois thèmes au choix et pour chacun des thèmes deux titres pour vos écrits

Passé
Hier à Hyères ou ailleurs
Poussière d’hier

Présent
Sauf-conduit pour aujourd’hui
Aujourd’hui inédit

Futur
Demain à deux mains
Demain en sous-main

Pour les jeudis en poésie des 26 septembre et 3 octobre, vous pouvez au choix

  • écrire un poème en vers ou en prose sur les deux autres thèmes en tenant compte ou pas des titres proposés

ou

  • partager un poème ou une chanson que vous aimez bien sur les trois thèmes proposés ou sur d’autres thèmes.

J’ai choisi de rediffuser cet acrostiche de 2018

WP_001566 - Copie

T    emps      qui   se  balance sur le  fil  de  l’’ éphémère

E   pouse      la   matière   dans  la   musique  du  silence

M   ultiples   sont  les  facettes  de  notre vie sur  terre

P  arées    d’un  halo  masquant  parfois  leur  apparence

O  n  essaie  d’oublier  que  rien  ne dure en permanence

R  estant  longtemps sur l’ image  d’une belle  fulgurance

E   n  espérant qu’elle ne devienne pas trop  vite chimère

L  oin  de  l’éternité  le  temporel  prend  de  l’assurance

L  aissant   son  empreinte  dans  nos  corps  en  jachère

E  n  nous  incitant  alors  à  beaucoup  plus  de vigilance .

01 /08/2018 GF

 


Les cartes du défi des croqueurs de mots suite

Ma factrice n’en revient pas du courrier que je reçois  en ce mois d’aout , je continue de voyager grâce aux croqueurs de mots : La Corse , Brest, Chateauvillain, Le Crotoy, Marseille

P8270904

Un grand merci à Fanfan , Hélène (Lenaïg) , Mademoiselle Jeanne, Marie Chevalier, Dominique ( mes antidotes)  pour leurs superbes cartes .

Bon mercredi à vous toutes et tous .


Cartes postales

P8210885

L’opération cartes postales des croqueurs de mots ( clic) , initiée par Domi, est bien en route , j’ai déjà reçu de belles invitations au voyage comme vous pouvez le remarquer sur cette photo.

Un grand merci à Jill, Renée, Josette, Colette, Pimprenelle, Martine et Zaza pour leurs superbes cartes .

Bon jeudi à vous toutes et tous


Jeudi poésie

Pour le défi 222 Asfree (clic)  est à la barre des croqueurs de mots pour la quinzaine et nous suggère pour ce jeudi de mettre à l’honneur la lettre que nous voulons . J’ai choisi le S .

P6031634

  La  soie  des  souvenirs

      *****    

Soulève la soie de tes souvenirs

Que    sa  substance  sans   façon

S’immisce    dans   la   suite   à venir

Saisis   chaque   soleil,  chaque  frisson

Serre    les    souvent   pour  les  retenir

Sculpte    le    sublime   sans    contrefaçon

Loin       du      silence     dansent   à    l’unisson

Les   secrets   saltimbanques   de       tes      désirs.

GF 06/06/2019 

 


Jeudi croqueurs de mots

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

 

Pour cette quinzaine c’est Laura Vanel Coytte (clic)  qui est à la barre du bateau des croqueurs de mots

Comme j’ai raté le coche des deux premiers rendez – vous, je vais essayer de me rattraper aujourd’hui en intégrant à ce dernier volet des réponses aux deux premiers .

Voilà ce que nous dit Laura:

_  Même si je suis (professeur) documentaliste, je ne retrouve pas qui a dit (à peu près) « Aimer quelqu’un, c’est s’intéresser à lui »

Si vous pouviez me retrouver l’auteur de cette citation et comment elle est formulée exactement. Comme il s’agit d’un atelier d’écriture, écrivez à partir de cette citation (que je crois être de François Truffaut).

_  Mon réalisateur préféré est François Truffaut, quel est le vôtre ? Si vous n’en avez pas, parlez-moi de votre film ou genre de film préféré ? Mais il s’agit de cinéma plutôt en salle qu’à la maison (même si vous revoyez le film à la télé ou en DVD), pas de téléfilm ou de séries télé.

_ Puisque ressort, l’intégralité des critiques cinéma de François Truffaut, parlez-moi de cinéma, du plaisir d’être dans une salle obscure avec d’autres. Ou de votre acteur ou actrice préféré partant toujours du principe qu’« Aimer quelqu’un(ou quelque chose), c’est s’intéresser à lui (cette chose)».

P8280382

Comme plusieurs d’entre vous en recherchant l’auteur de cette citation proposée par Laura , je n’ai pas trouvé exactement la même phrase  mais celle qui se rapproche le plus est celle de Jean Vanier dans le journal La Croix qui dit exactement ceci :

« Aimer est un mot galvaudé. Aimer, c’est s’intéresser vraiment à quelqu’un, lui être attentif ; c’est le respecter tel qu’il est, avec ses blessures, ses ténèbres et sa pauvreté, mais aussi avec ses potentialités, ses dons peut-être cachés ; c’est croire en lui, en ses capacités de grandir, c’est vouloir qu’il progresse ; c’est avoir pour lui une espérance folle : " Tu n’es pas foutu, tu es capable de grandir et de faire de belles choses, j’ai confiance en toi. "

En recherchant un peu dans d’autres ouvrages j’ai noté aussi une phrase de Gabriel Madinier dans son essai sur le nous .

“Aimer c’est s’intéresser à ce que l’autre est à la première personne et dans son don pour soi , c’est s’efforcer de le constituer dans son intimité , c’est le vouloir comme liberté et principe d’initiative “Gabriel Madinier essai sur le nous

“L’homme qui aime vraiment s’attache dans l’aimé à ce qui est le plus intime , à la personne même dans sa singularité”.

Je pourrais encore citer Christian Bobin pour tenter de définir ce qu’aimer signifie .

“ Aimer quelqu’un, c’est le lire. C’est savoir lire toutes les phrases qui sont dans le cœur de l’autre, et en lisant le délivrer. C’est déplier son cœur comme un parchemin et le lire à haute voix, comme si chacun était à lui-même un livre écrit dans une langue étrangère. Il y a plus de texte écrit sur un visage que dans un volume de la Pléiade et, quand je regarde un visage, j’essaie de tout lire, même les notes en bas de page.”

 

P8280380

En abordant le cinéma pour ce défi, il faut bien que je vous avoue que nombreux sont les réalisateurs qui m’ont fait passer de merveilleux moments dans les salles obscures . Plus j’essaye d’en isoler un moins j’y arrive. Car oui, il y a des atmosphères  bien spécifiques à chacun et cette diversité me plait. 

C’est pourquoi  j’aurais bien dit Bertrand Tavernier avec ses inoubliables portraits de la société dans   “Que la fête commence” ”Coup de torchon” “l’horloger de St Paul”” La vie et rien d’autre “  “ Le juge et l’assassin” en collaboration avec cet acteur clé dans son œuvre qu’est Philippe Noiret. Je me souviens encore de sa magistrale interprétation du juge devant un Michel Galabru non moins excellent dans son rôle d’assassin. Impossible de ne pas aimer sa vision du film historique dans “Que la fête commence” mettant en scène l’histoire vraie de la conspiration de Pontcallec  et son choix toujours judicieux des acteurs comme Jean – Pierre Marielle , Jean Rochefort , Marina Vlady et bien sur Philippe Noiret .

Mais quid  de Pedro Almodovar, de sa liberté de ton, de sa gestion du mouvement et de la symbolique des couleurs , de sa façon de traiter  l’identité sexuelle , de mélanger le banal et le spectaculaire de  la société, l’humour et l’émotion, de sa vision de la femme aussi bien dans” Femmes au bord de la crise de nerfs”  “Talons aiguilles “ que dans “ Tout sur ma mère” “ Parle avec elle“ .

Mais sans oublier  non plus oublier Woody Allen et ses  irrésistibles comédies de mœurs avec son univers de questions existentielles obsédantes dans “Annie Hall “, “Manhattan”  créant un style Allen parfaitement identifiable . Je ne peux m’empêcher d’évoquer aussi son film à sketches hilarant, un vrai délire où l’humour du réalisateur fait mouche  “ Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans oser le demander”. 

Impossible non plus d’écarter Hitchcock et sa gestion du suspens , j’avoue avoir souvent tremblé en regardant “Psychose” agrippant fort la main de ma moitié pour ne pas hurler. Oui , là il n’est pas question d’analyser quoi que ce soit, je vis la scène comme si  c’était moi qui étais sous la douche ou attaquée par les corvidés dans “les Oiseaux”.

P8280387

Je pourrais encore allonger cette liste de réalisateurs à l’envi car le cinéma j’aime, et si maintenant je fréquente beaucoup moins les salles obscures,  cela n’a pas été le cas pendant des années. D’autre part, dans mon activité professionnelle, j’ai favorisé  ces sorties et je dois dire qu’elles étaient fort appréciées par les personnes que j’emmenais.

Quel plaisir de sentir vibrer une salle en phase avec  le film , que ce soit par les rires partagés ou le silence ponctué de quelques raclements de gorges quand l’émotion est à son comble . Quelle communion intense quand, à la fin du film, tous les spectateurs restent figés ne pouvant s’arracher aux dernières images du générique, comme hypnotisés par ce qu’ils viennent de voir. Le plus souvent il faut attendre la sortie à l’air libre pour que les langues se délient et que chacun puisse échanger ses impressions.

Il reste néanmoins que j’en profite encore avec mes petits enfants de ce grand écran et aussi pour des films où la nature est aux premières loges comme “Océans” “ Microcosmos le peuple de l’herbe” “ Le peuple migrateur” .

 

 


Jeudi poésie

Pour ce jeudi poésie Durgalola à la barre du bateau des croqueurs nous propse de choisir un poème d’une poétesse

Je vous propose le puits de Marie de Hérédia qui est une des filles de José Maria de Hérédia qui choisissait de signer ces œuvres sous le pseudonyme de Gérard d’Houville

File:Marie de Heredia 1889.jpg

LE PUITS

Je voudrais me pencher sur le vieux puits, qui songe
Là-bas, au coin du clos où saignent les mûriers,
Et revoir dans sa nuit où la fougère plonge.
Mes rêves d’autrefois, de moi-même oubliés.

Je voudrais me pencher sur la margelle rousse,
Désaltérer mon âme à mon passé dormant,
Et, parmi les reflets des plantes et des mousses,
Tout au fond du miroir, rire à mes yeux d’enfant.

Je voudrais, je voudrais… ô bonheur ! ô détresse !
Boire le philtre vert du vieux puits enchanté.
Et grâce à lui revivre un jour de ma jeunesse,
Tout un jour d’innocence et de limpidité.


Joyeux Noël

PC163623

 

À toutes et tous  , je vous souhaite de passer d’excellentes fêtes de Noël avec ceux que vous aimez . Que la paix , la joie soit au menu de cette journée festive .

*****

Je profite de ce jour de Noël pour vous montrer la lettre écrite au père Noël pour le défi des  croqueurs de mots avec les mots imposés soulignés .

PC230563

Cher papa Noël,

J’espère que tu as bien pris tes précautions avec cette bise glaciale, il ne s’agirait pas que tu sois malade, que ma lettre te trouvera en pleine forme et que tu abordes ce mois de décembre dans les meilleures conditions, tout comme d’ailleurs ton équipage de rennes au grand complet. Ils doivent piaffer d’impatience avant leur grande randonnée.

Je ne sais si tu as encore la clé magique dans ton pantalon, tu sais celle qui permet d’ouvrir la porte des rêves. Celle qui nous permet de voyager dans des jardins extraordinaires et de cueillir les fruits de la fraternité.  Ou bien si un jour, quand tu en as eu ras la casquette de voir cette terre obnubilée par l’opium d’internet, tu as trop gesticulé et elle est tombée dans les  chaussettes mises à ton intention devant la cheminée par la famille lambda. 

Parce que, crotte de bique, ici les croqueurs de lumière ont concocté une fin de non-recevoir à la magie de Noël en attisant la haine noire qui monte comme le lait sur le feu. Crois-moi le paysage de notre pays en est complètement chamboulé, tourneboulé, et j’avoue avoir peur des jours à venir.

Aussi ne vais-je pas te demander de m’apporter le dernier smartphone de la célèbre marque à la pomme, ni les petites bottines qui iraient si bien avec ma doudoune grise, ni même un billet pour un séjour en Irlande.

Non, j’aimerais que tu passes devant l’étoile de la paix, tu sais celle qui donne à chaque jour un parfum si délicat, une saveur si agréable. Arrête s’il te plait ton traineau, essaie de la convaincre de t’accompagner dans ta tournée, j’aimerais tant qu’elle soit au rendez – vous de cette fin d’année.  J’admets, ce ne sera pas aussi facile que de faire avancer tes rennes avec quelques miettes de pumpernickel, mais je t’en prie insiste, je te sais fin négociateur, je suis sure que tu pourras la convaincre.

Je compte franchement sur toi.

Plein, plein, de gros bisous pour toi et n’oublie surtout pas les calinous pour tes rennes.


Croqueurs de mots

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

Colette (clic)  à la barre  des croqueurs de mots nous propose de compléter ce quatrain ou de l’introduire dans un texte .

Novembre a ses charmes

Novembre a ses larmes

Son décor fait rêver

Son refrain fait pleurer

PA100090

*

Son pardessus  de grisaille

Prend le ciel dans sa tenaille   

Bise et  pluie en escorte

Frappent alors à ta porte

*

Dehors les mornes ramures

Poussent d’inquiétants  murmures

Sous les vils assauts d’Eole

Qui leur donnent la parole

*

Estompé le chemin désert

Envahi par la brume  

Aux vagues  d’écume

Se perd dans cet éther

*  

 Mais dans l’âtre le feu crépite

Repoussant  le froid et l’ombre

Les flammes comme  pépites

Jaillissent de la pénombre

*

Le lueur féline  danse

 Estompant le noir de l’ennui

Gardant sans peine  la  cadence

Jusqu’au fin fond  de la nuit . 

  PB173581


Jeudi poésie

Pour le défi N° 212 des Crôqueurs de mots, Dômi me confie la barre - Lenaïg

Pour ce jeudi poésie c’est Lénaig ( clic ) qui est à la barre du navire des croqueurs, elle nous suggère comme thème les joies de la découverte.

P6180334

J’ai de suite pensé à Guy de Maupassant et à son poème

Découverte

*

J’étais enfant. J’aimais les grands combats,
Les Chevaliers et leur pesante armure,
Et tous les preux qui tombèrent là-bas
Pour racheter la Sainte Sépulture.

*

L’Anglais Richard faisait battre mon cœur
Et je l’aimais, quand après ses conquêtes
Il revenait, et que son bras vainqueur
Avait coupé tout un collier de têtes.

*

D’une Beauté je prenais les couleurs,
Une baguette était mon cimeterre ;
Puis je partais à la guerre des fleurs
Et des bourgeons dont je jonchais la terre.

*

Je possédais au vent libre des cieux
Un banc de mousse où s’élevait mon trône ;
Je méprisais les rois ambitieux,
Des rameaux verts j’avais fait ma couronne.

*

J’étais heureux et ravi. Mais un jour
Je vis venir une jeune compagne.
J’offris mon cœur, mon royaume et ma cour,
Et les châteaux que j’avais en Espagne.

*

Elle s’assit sous les marronniers verts ;
Or je crus voir, tant je la trouvais belle,
Dans ses yeux bleus comme un autre univers,
Et je restai tout songeur auprès d’elle.

*

Pourquoi laisser mon rêve et ma gaieté
En regardant cette fillette blonde ?
Pourquoi Colomb fut-il si tourmenté
Quand, dans la brume, il entrevit un monde.

P6180339


jeudi poésie

Oyez oyez bravs gens de plume...

Martine, à la barre des croqueurs de mots ( clic ) pour cette quinzaine, nous propose pour ce jeudi poésie  de s’inspirer  de la photo que vous n’aurez pas choisie pour le défi du lundi pour écrire un court poème, haïku, tanka….  ou thème libre

Défi 210 des croqueurs de mots

Tricycle partie

Aventure féline

Au delà du mur

*

Chat sur le départ

Pour les extra terrestres

Roulez jeunesse

*

Chat plane pour lui

vibrisses en éventail

Se jette des fleurs

*

Dans la lumière de l’ été

Un chat se lance d’une maison

Où va – t – il si guilleret  

cherche –t – il à attraper

Toutes les souris du quartier

 


défi n° 205 des croqueurs de mots

Tiens c’est ma fête aujourd’hui, me voilà à la barre des croqueurs de mots pour ce défi 205  (un clic sur le logo ),  à cette occasion,  je vous propose  de larguer les amarres du quotidien et de vous projeter dans le futur  pour le défi du lundi 14 mai .

Nous sommes en 2500 d’étranges créatures ont investi la planète , mi – robots mi  créatures de légendes .  Adeptes du lipogramme elles se sont chargées d’éliminer toute lettre G de leur vocabulaire. A vous d’imaginer un dialogue ou une histoire en vous inspirant de cette photo .

IMGP2135

ou si vous préférez,   donnez la parole à cet ours polaire, arrivé dans nos contrées,  adepte lui aussi du même lipogramme ( sans G) .

Etang banquise

Pour le premier jeudi poésie le 10 mai :  thème le fantastique   en chanson ou en poème ou thème  libre

Pour le deuxième jeudi poésie le  17 mai : thème l’infini ou l’environnement en chanson ou en poème  ou thème  libre .

Bonne quinzaine moussaillons

 

 

 

 

 

 


Jeudi poésie

 

Pour le jeudi poésie des croqueurs de mots, Laura à la barre, nous propose comme thème le livre . J’ai choisi de rediffuser ce texte écrit en 2014 .

p7100425

Sobre  dans sa robe pale,

Ou  gainé  de cuir délicat,

Il  se  vêt  comme vestale

Offerte à vous en tous cas .

*

Sitôt ouvert plus de tracas,

à  vous  le  monde   d’opale,

Le doigt se glisse lentement

Sous  la  page  transversale,

Caresse,  pour un firmament

De  destinées  magistrales .

La   soie   du   vélin  dessine,

Sous la pulpe de votre  doigt,

Mille univers de premier choix.

*

L ibre de toutes entraves,

I  l   invite   Thalie,  Clio, 

V   ous dévoil’ aussi  Erato,

       R  ires ou pensées plus graves,

   E  xistent vraiment aussitôt.

Gisèle F 10/07/2014


surprise de janvier

ABC ( clic )  à la barre des croqueurs de mots nous propose surprise de janvier comme thème pour ce lundi . Imaginez que l’année commence en vous surprenant, racontez comment vous réagissez.

WP_20180114_003

Neuf heures du matin , penchée sur l’ordinateur je me balade au gré des univers de mes copinautes . Soudain une sonnerie  retentit . Non, il ne s’agit pas de celle du  portable mais de  la sonnette d’entrée . Bizarre,  qui peut bien venir me rendre visite à cette heure . Je saisis le combiné de l’interphone,  émet un oui interrogatif ,  c’est la voix de la factrice qui me répond “ Un  recommandé pour vous “ . Etrange , je n’attends plus aucun colis , les fêtes sont terminées et les cadeaux depuis longtemps découverts .

Arrivée devant ma porte , la factrice tout en me présentant ses meilleurs vœux pour l’année qui commence , me tend une enveloppe. Après avoir signé l’accusé de réception , je me précipite sur un coupe – papier  . Le mystère ne va plus faire long feu , j’ouvre le pli et là oh surprise, je découvre un chèque de la direction des impôts.  Intriguée, je commence à lire le papier qui l’accompagne . Suite à une erreur de coefficient, le calcul de nos impôts a été complètement revu à la baisse . Dubitative, dans un premier temps , je cherche à en savoir plus et me connecte sur l’espace personnel du service en question . Là aussi, je m’aperçois que tout a bien été rectifié et qu’il existe bien une somme à nous restituer .

Whaouh , en voilà une bonne surprise pour janvier  . Sitôt le chèque rangé , je me décide à sortir la chienne, histoire de profiter de ce beau ciel bleu qui nous a fait si cruellement défaut ces dernières semaines . Je n’ai pas fait trois pas dans la rue qu’un voisin m’interpelle .

“ Avez vous reçu aussi un courrier des impôts ? Qu’est ce que vous en pensez ?  “

“ Oui , en effet . Ce que j’en pense ? une bonne nouvelle assurément “

“ Vous ne croyez pas qu’ils vont les réclamer plus tard en s’apercevant qu’ils se sont trompés ? “

“ Nous verrons bien, laissons peut – être passer quelques jours avant d’encaisser l’argent c’est peut être plus prudent, ça nous évitera bien des désillusions  .”

“ C’est comme pour le gaz, l’eau,  l’électricité, le téléphone  tout a baissé vous avez remarqué ? “

J’écarquille les yeux à cette nouvelle et répond :

“ Euh non, je n’ai pas encore reçu le courrier”

“ Si ça se trouve il y a un bug dans un logiciel ou peut être un hacker qui s’amuse “continue le voisin

“ Peut – être  , une année qui commence par des baisses au lieu des augmentations et des cadeaux de l’état , c’est vraiment exceptionnel “

A la boulangerie même son de cloche chez tous les clients, les étrennes imprévues sont le principal sujet de conversation. Chacun d’émettre une hypothèse plus ou moins saugrenue , je me contente d’écouter sans intervenir . C’est fou ce que le sujet interpelle dès que l’escarcelle est concernée . Mais je ne suis pas encore au bout de mes surprises .

De passage au centre ville pour quelques emplettes , je constate que  les bornes des parkings ne font plus payer le stationnement, dès que le ticket est inséré il ressort validé pour la journée . Inutile de préciser que les automobilistes ont bien compris l’aubaine et en profitent largement .  Quel est le lutin responsable de toutes ces facéties ?

Bientôt une musique  répétitive envahit les rues , elle enfle ,enfle ,  se fait de plus en plus insistante jusqu’à devenir carrément  obsessionnelle . Je sursaute , il est 6heures 30 et l’alarme du réveil vient de se déclencher……

 


En amitié ….

 

Pour le défi 188 des croqueurs de mots en hommage à notre ami Henri un poème sur l’amitié .

P5160003

En   amitié  bien  à  l’abri des faux semblants

Se  multiplient  les  joies, divisent  les chagrins

Nous   ramenant  sans  faille  sur le bon chemin.

En comprenant les  erreurs de nos jugements ,

L’ ami    sait   toujours  se  mettre  à  l’ écoute

Il   nous  tend  la main alors coute  que  coute.

Loin des yeux il sait pour nous rester présent

Partager   nos  expériences   et   nos pensées

Par tous les temps au soleil comme à l’ombre,

Quel réconfort de laisser les mots en nombre

Couler   sans   avoir   besoin  de  les censurer,

A  travers  les  rires , les  larmes  tout  autant

Il  est  la  vraie  source  de  vie  où s’abreuver

Le  soleil  qui éclaire  nos nuits de tourments  .

 


Pour ce jeudi 8 juin

 

 

Pour ce défi 188 des croqueurs de mots nous rendons hommage à notre ami Henri qui nous a quitté il y a peu .

IMGP7615

A    ujourd’hui   l’alexandrin  pleure  ton  départ

L    e  voilà bien seul sans son chevalier servant

E   légant  ,avec  toi  il  chantait tout   le  temps

X   fois    aux   croqueurs il donnait son rencard

A  nimant      les    mots     d’une  voix  singulière

N ous  buvions ses accents comme le fin buvard

D éfiant  la  rime , les  pieds  aux vers lumière  

R ien  ne  venait  troubler  son apaisant regard 

I l   reste   pour    nous  le cœur en bandoulière

N  imbé    de    cette    aura    si     particulière.

GF 8 juin 2017

WP_001566 - Copie

Je tenais aussi à partager ce poème de Pierre Seghers pour ce départ si brusque d’Henri

Si

La mort

Vient un soir

De plus grand vent

Déchirant les arbres

Si   les  fleuves  du  ciel

S’écaillent  passé  l’automne

Si  le  bonhomme sous les  feuilles

Avec    la   neige  fond   et   s’enfonce

Dans    le   pays   des   sèves   et  des  mots

Ah !  si tout s’en va dans les campagnes

Un    soir    comme   les   autres,  si

les vieux voisins t’accompagnent

Rêver    avec   les   tiens

Parmi leurs travaux

De tous les jours

Si la cloche

Pour toi

Sonne

 

Il faudra dire que tout est bien

Non, ce n’es rien, tout ne fut pas vain , tu accompagnes

Les songes du berger quand il paît son troupeau

Les vieilles femmes parleront de toi dans les veillées

Et d’autres te liront et sauront à vingt ans

Tes vers. Tu les diras avec leurs voix qui chantent

Dans l’aubier de leur cœur secret . Non  ce n’est pas rien

Tu ne te lèveras plus la nuit pour écrire

Mais ton visage que tu regardais changer

Demeurera pour eux entre l’école et le clocher .

 

Si

Le temps

Te   reprend

Tout comme avant

Si   le  vent  qui  passe

Apporte    avec   ton    nom

L’odeur  des  bois , de  la  chasse

Si     le     soleil     et     si     les     lys

Compagnons  de   ton   plus   grand   voyage

Reviennent,  si  les  feux  reviennent,  si

Un seul mot de toi suffit pour voir

Ta  lampe  s’allumer  le   soir

Si  un  visage  qui  brule

D’un impossible espoir

Te retrouve enfin

Alors tout est

A nouveau

Pour toi

Bien

 

Je te le disais :

Il faut toujours dire que tout est bien

Pierre Seghers (le cœur volant)


Dis moi , toi mon amie …..

 

Capitaine Durgalola (un clic sur le nom) à la barre des croqueurs de mots ( un clic sur le logo )

“Quand on aime quelqu’un on trouve toujours quelque chose à lui dire

ou à lui écrire jusqu’à la fin des temps.” Christian Bobin.

En 30 lignes maxi, dites à quelqu’un que vous aimez .. quelque chose …

Et comme unique contrainte, mentionner le nom d’une fleur.

IMGP5745

Dis moi, toi mon amie qui au soleil te prélasses,

Tu sais toujours trouver le bon côté des choses 

Le sens de la vie, sans crainte du temps qui passe

Ni de l’éphémère  beauté que vivent  les roses .

IMGP1318

J’aime ton regard si calme posé sur l’horizon

Ta  confiance  absolue  en  notre connivence

Tes  folies  douces  au gré  de chaque saison

Quand tu veux partager  le jeu et sa danse .

IMGP1842

 

J’aime  beaucoup  au gré de nos promenades

Guetter l’instant où tu te figes  sur le champ

Comme en  suspension dans  l’ éther  nomade

IMGP0933

Pour   signaler   chaque  effluve  animal

Tendue vers ce cœur qui lui aussi palpite

En  un élan statufié vraiment magistral .