Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “Delphine Bertholon

Cœur–Naufrage

Résultat de recherche d'images pour "coeur naufrage"

“ Rien de tout cela n’était prévu , ni même prévisible .

Je n’étais pas épanouie, encore moins comblée . Mais j’étais, disons , tranquillement malheureuse et avec le recul , ce n’était pas si mal . Je vivais à la manière d’un chat d’appartement, dans la sécurité  confortable d’un périmètre contrôlé , toute pleines d’habitudes, lovée dans la croute dorée d’une délicieuse routine . La routine , je m’en aperçois aujourd’hui , est ce qui nous reste  lorsqu’on a tout perdu . J’étais tellement perdue  que je m’accrochais à des bribes de réel _ la Rose de Titanic sur son morceau de bois , immobile , impuissante , regardant mourir ses rêves dans l’eau réfrigérée. “

Voici comment commence le roman de Delphine Bertholon que je viens de lire. Elle nous raconte l’histoire de Lyla  qui a l’impression de passer à côté de son existence  jusqu’au jour où un étrange message la ramène dix sept ans en arrière . Cet été là , sur la côte landaise elle fuit une mère abusive et rencontre Joris dont elle tombe amoureuse . Quand elle comprend qu’elle est enceinte il est trop tard , elle accouchera sous X   .

Delphine Bertholon sait nous faire aimer ces deux personnages, accidentés de la vie avec leurs zones d’ombre et de lumière . Elle nous touche par son regard plongeant à travers les êtres . Avec beaucoup de talent elle dresse le portrait de ces deux écorchés de la vie  . La haine de  Joris pour son père  n’a d’égal que celle de Lyla pour sa mère . Renoncements , désillusions sont au rendez vous du parcours de ces deux êtres comme dans beaucoup de chemin de vie mais au delà de la souffrance la lumière existe dans les autres .

Un roman qui vous retient et qu’on a beaucoup de mal à fermer   tant l’émotion suscitée est intense . Je ne connaissais pas cette auteure , merci à ma bibliothécaire pour son conseil .

Je vous laisse d’ autres passages :

“ Les mots des autres me secouent , m’obligent, me forcent à réfléchir aux miens . Les livres des autres sont des coups de pied au cul. Sans ces autres là , je serais triplement morte . Il y a tellement de gens qui meurent de leur vivant .”

“ Les rêves n’ont pas toujours vocation à se réaliser Ils font avancer , persévérer, donnent du courage et c’est tout ce qu’on leur demande .”

“Je vis avec cette chose-là depuis dix-sept ans, tapie au fond des os comme une excroissance dont je suis seule consciente, une boule de douleur brûlante comme un soleil. Cette chose-là m’a construite, définie, aggravée, et le sentiment d’avoir pris la bonne décision ne rend pas le présent plus facile.”