Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “encre

Jeu des acrostiches

Le jeu des acrostiches, mot pour mercredi 15 mai - Lenaïg

Pour ce jeu des acrostiches chez Lenaïg un clic sur le logo.

Aujourd’hui l’enluminure est à la fête deux fois :

 

File:Illuminated human alphabet.jpg

E lle     scintille    dans    sa  forme   enjolivé E

N uances     délicates      et    pailletées  d’ o R

L ettres   peintes  souvent  au  texte  contig  U

U ne   œuvre    déposée    sur  un   parchemi  N

M êlant  encres,  couleurs,   liants   sans  souc I

I l arrive qu’elle s’éloigne du texte un minimu M

N  égociant     son   insertion     peu   ou   pro U

U ne    scène     figurée    en   page   d’accuei L

R etraçant   un   moment   fort   sur   le  veli N

E t   nous    voilà   avec    l’histoire   en   phas E

File:Augustins - Antiphonaire de Philippe de Lévis, évèque de Mirepoix - Adoration des Mages - Antoine Olivier 1533-1537.jpg


Noir

Bernieshoot ( clic) nous propose un défi d’écriture sur le thème du noir, le mien ne comportera pas 500 mots.

 IMGP5656

 

N   ébuleuse    couleur,    laque   d’ennui

O  mbre   l’âme   d ‘une   encre   dense  

I l est des heures quand le sommeil fuit

R   ivées      à    l ’aubade    du   silence .

*

N  e vous êtes vous jamais un jour perdus

O ubliant  vos repères  que le jour révèle

I llusions       d’une      vision       partielle

R iche         d’ erreurs          inattendues .

*

N   oyés  dans l’océan de pénombre

O  ù naissent monstres et sorcières

I l  vous  faut vite quitter  l’ ombre

R evenir  toujours vers la lumière . 

*

N  e  croyez pas que sa face obscure

O  ù se reflètent nos peurs d’enfance

I  ncite     à    bannir    sa    dictature

R ien ne fascine plus que sa présence.

*

N imbée dans ses atours de mystère

O  sant  le  velours  soyeux de la nuit

I l  est  des  heures où le noir inscrit

R  êves   multiples    à   sa  bannière .

*

N e voyez – vous pas le merle moqueur

O  ffrant   l’éclat du jais à ses plumes

I  l est très fier de son beau costume

R   egardez le il y  met tout son cœur.

*

N octurnes envolées pour ce chanteur

O ubliant     la    loi    du    crépuscule

I l   siffle  sa  sérénade   sans   peur

R  ivalisant   de  trilles  qu’il  module .

*

N ous ne pouvons lire les étoiles

O  rion ,carène,  poupe  et voiles

I solés , seul   le noir les dévoile

R  éalisant une magnifique toile .

*

N e    restez   pas   sur ce triste constat 

O ù      le     noir     invite      la     solitude

I l    lui    faut   pour   rompre  l’ habitude

R ien qu’un soupçon, une pointe d’ incarnat

*

N uage  blanc   et  poudreuse d’ hiver,

O  urlée   d’obsidienne,    la   branche 

I  nscrit  sa  griffe  même  à  l’envers

R  ien  que  pour prendre sa revanche .

*

N i  le  crayon , ni  le  pinceau   ne  l’ignore

O mbrant  les traits pour un dessin qui vit 

I l  faut  juste  que  sur  la  feuille encore

R enaissent  ensemble  le  jour  et la nuit .

GF 27 /11/ 2017