Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “enfance

Une carte postale , un souvenir

Une carte postale - un souvenir    Nr 01

Mémé Yoyo nous propose de choisir une carte postale dans le stock que nous avons toutes chez nous et de raconter ce qu’elle nous  évoque comme souvenir .

Locquirec

 

Cette carte postale à elle seule est le symbole des vacances de mon enfance . Vous voyez l’ovale sur la gauche de l’image ?  à l’intérieur se trouvent mes parents et leurs amis et voisins avec qui nous avions l’habitude de partir ainsi que nous les enfants sous le parasol . Nous sommes au début des années 60 à Locquirec  sur la plage du fond de la baie qui à cette époque ne connaissait pas encore les algues vertes de la pollution .  Une merveille de sable fin qui permettait  toutes les constructions  de châteaux, toutes les parties de pétanque les plus acharnées,  une plage en pente  douce qui facilitait  la baignade et les jeux d’eau dans de petites embarcations gonflables . Que de souvenirs aussi avec la pêche à marée basse, qu’il s’agisse de coques à ramasser directement avec les mains ou de petits râteaux dans le sable humide , de crevettes grises ramenées au haveneau ,  des poissons des cordeaux tendus dans la partie extrême de la baie . Pour ces derniers une étape intermédiaire était requise , la recherche des  appâts pour approvisionner les lignes où pendaient un nombre non négligeable d’hameçons . Les consignes étaient données pour que gravettes, gros vers de vase ou couteaux soient au rendez – vous . Inutile de préciser que les enfants ne s’occupaient pas de bêcher pour récupérer les vers mais bien sur de la partie la plus ludique  la pêche aux  couteaux . Nous repérions d’abord les fameux trous en forme de serrure et avec la salière, outil indispensable,  nous leur faisions croire que la mer était de retour;  au bout de quelques instants , comme par magie, le couteau se dressait et nous nous n’avions plus qu’à vite les saisir avant qu’il ne s’aperçoive de l’arnaque . Ensuite nous les apportions dans nos seaux aux parents pêcheurs . Je me souviens aussi comme si c’était hier des mouettes et autres goélands qui essayaient de prendre les poissons avant que nous  arrivions sur place aux cordeaux . Nous avions de l’eau à mi – cuisse et nous courions dans l’eau en faisant de larges gerbes , parfois pour certains poissons c’était trop tard , le prélèvement avait été fait . Mais la plupart du temps  nous découvrions fascinés , une variété incroyable de poissons, soles, carrelets, plies, congres , lieux et bien d’autres encore  . Une fois ceux ci décrochés , les adultes rechargeaient les hameçons car il n’était vraiment pas question de tripoter ces gros vers de vase . Les gravettes et les couteaux  avaient une autre fonction ils servaient à la pêche au lancer sur les rochers , il n’était pas rare que nous revenions partager le fruit de celle – ci avec les campeurs , les bancs de maquereaux et les orphies étant souvent au rendez – vous .  Je pourrais vous parler encore pendant des heures de cette plage car j’y suis retournée bien des fois les années passant j’ai ajouté à la pêche et à la natation, le volley, les soirées en bande autour d’un feu avec  guitares et chants et ….mais je risquerais de vous lasser . 

 

Publicités

Rendez–vous ….

Pour participer un clic sur le tableau

A vos plumes cher Arlette .

Tiens et si je faisais coïncider l’atelier d’Arlette avec celui de Violette , allez c’est parti .

 

IMGP5869

 

Rendez – vous ce matin avec V pour noter les chiffres sur les différents compteurs de notre nouveau logement . Dring 7h45  , les cheveux mouillés j’entends vaguement la sonnerie de mon téléphone , je me précipite et comme d’habitude , j’arrive trop tard . Pas de doute cet appel matinal présage un changement d’horaire . Bingo, V avance le rendez – vous d’une demie – heure  . Ce changement ne provoque aucun nuage ni mélancolie , il ne faut pas se leurrer le directeur d’agence n’a pas prévenu V à temps   .  Il faut aussi préciser qu’avec l’horloge interne de Volga et Babouche nous avons oublié depuis longtemps ce qu’est une grasse matinée . Le soleil impatient  perce  la grisaille  , les brumes matinales ont disparu . Dans le tilleul   le merle s’évertue à faire chanter la terre , par ses trilles joyeuses . Il n’est pas le seul, le couple de ramiers roucoule à qui mieux mieux dans le feuillage vert éclatant d’une sève vigoureuse . C’est parti donc pour un gai matin . J’ouvre la boite aux lettres et trouve une lettre qui m’est adressée , tout de suite je remarque sur l’enveloppe une petite grenouille brandissant la pancarte “ Les mangeurs de grenouilles  Lignières en Berry “. De suite je plonge dans mon enfance , quand je découvrais cette région où papa résidait  et je ne me trompe pas en lisant la lettre , il s’agit bien de faire revivre le  Lignières de cette époque . Comme papa ne manquait d’ordre et de méthode , je crois que l’auteur de la lettre ne s’est pas trompé en s’adressant à moi , je vais pouvoir lui fournir des renseignements et des photos .

Bonne journée

à toutes et tous