Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “étoiles

De l’intime au cosmos

LE PETIT JEU DE LETTRES- 191

Pour le petit jeu de lettres de Lady Marianne un clic sur le tableau

Le mot à trouver clairaudience : faculté d’audition paranormale , de pouvoir entendre la voix des personnes décédées .

Les anagrammes  présentes dans le tableau sont soulignées dans le texte .

 

PA273519

Pour accéder à l’intime et au cosmos, inutile d’être doté de clairaudience , non il nous suffit de nous rendre dans la galerie trois du Centre Pompidou Metz . Personne parmi nous ne renâcle à cotôyer les étoiles en prenant la mesure de ce qui nous sépare et qui nous unit au cosmos , même si pour atteindre celui – ci ,  il faut inclure le vertige cosmique que la nuit induit .

PA273532

Je reviens sur cette toile que je vous ai présentée dans mon billet  sur les reflets, Milky Way de Peter Doig ( clic ici );  la terre est réduite à une trace claire  linéaire , le reflet immobile et silencieux des grappes d’étoiles et arbres nous plonge dans l’infini du ciel.  Par un indice particulièrement bien choisi, l’artiste renforce ce sentiment de gigantisme, ce canoë partant à la dérive souligne de manière cruciale  la petitesse  de l’homme face à l’univers.

L’œuvre de Jason Dodge me laisse incrédule,quant à l’œuvre artistique ( d’où l’absence de photo )  elle semble être un canular , il s’agit en effet d’une étoffe présentée pliée et ficelée mais renseignements pris pour élucider ce mystère , nous apprenons qu’ il s’agit pour lui d’un morceau de ciel devenu palpable . Il joue sur la métaphore du tissage comme écriture et cheminement en matérialisant ce qui nous sépare et nous unit aux étoiles .Le fil servant à réaliser ce tissu a la longueur existant entre la terre et la troposphère, au delà de celle – ci nous entrons dans la stratosphère donc dans l’espace . 

PA273516

J’avoue que “la femme nue couchée” de Picasso attire beaucoup plus mon attention .  Encore une fois je tiens à remercier les médiateurs présents dans les salles qui nous réservent toujours un excellent accueil et grâce auxquels nous obtenons un maximum de renseignements sur les œuvres exposées. Le corps féminin est disposé en travers de l’espace , la tête renversée disant l’abandon et l’extase dans cette chambre donnant sur le ciel étoilé. D’un simple mouvement des doigts, elle semble pouvoir relier les étoiles  . Ce tableau serait une célébration de la rencontre avec Dora Maar avec laquelle Picasso entame une liaison.

PA273521

Toute autre interprétation avec “Star gazing” pour Helen Frankenthaler , la nuit étant moins définie par une absence de lumière que par la présence d’une substance . En saisissant l’essence de cette nuit qui échappe , l’image se dilue  au profit de la matière , de la sensation, , de l’espace sans repères .  Il n’y a pas de centre , de périphérie , pas de limites. Le regard flotte dans un espace insondable .

PA273523

Avec Augusto Giacometti ( dont le cousin est le père d’Alberto Giacometti  sculpteur et peintre ) nous allons au delà des étoiles dans “la nuit étoilée” . Dans un cadre tout particulier , une ronde de l’espace  pousse l’artiste à s’interroger sur son origine , la nature devenant lieu de questionnement intérieur . 

PA273525

Daisuke Yokota avec “ Mortuary”  précise à propos de ses rouleaux de papiers photographiques “ la photographie m’aide à transformer le spectacle de l’instant présent en souvenir , mais elle échoue à capter mes émotions “  C’est pourquoi il a cherché dans cette installation, constituée de rouleaux photographiques travaillés en chambre noire comme des peintures , à traduire la sensation de ne plus voir et d’être plongé dans une obscurité trouble.

PA273528

Je terminerai par Lucio Fontana et ses “Ambiente spaziale” qui abolissent les questions d’échelle plongeant le visiteur dans un espace sans repère . Il déclare d’ailleurs “ Je ne veux pas faire un tableau , je veux ouvrir l’espace , créer pour l’art une nouvelle dimension , le rattacher au cosmos , tel qu’il s’étend , infini, au delà de la surface plate de l’image “ . 


jeudi poésie

Oyez oyez bravs gens de plume...

 

Pour le jeudi poésie des croqueurs de mots Jeanne Fadosi ( clic) à la barre nous propose comme fil conducteur la vue et la cécité, la lumière et l’obscurité.  

imgp9898_thumb

Quand le crépuscule doucement prend place,

Buvant  le  sang  rosé des brasiers  allumés ,

Le   chant   de  l’onde maintient  sa dédicace

En   notes  légères ,  romances   sublimées .

*

Sous   son   voile  noir  s’estompe  toute   chose

Gommant les contours de la ville qu’il engloutit

A    pas    de    loup   l’ombre  s’installe  et  pose

Sa   trace   sur  les  cendres  du  jour endormi

*

La   lave   des   rêves   glisse  aux  étoiles

Ses plus doux secrets, histoires sans parole

Que  l’astre  de  la  nuit  brode sur sa toile.

*

Bien loin des soucis et des affres du bruit

Sélène consciencieuse  jamais ne somnole

Elle  garde  en  main  les  rênes  de la nuit..

Gisèle F 30/11/2017

IMGP4623