Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “fée

Dans la maison de monsieur et madame Qinquempois

Pour les croqueurs de mots un clic sur le logo .

Josette à la barre des croqueurs de mots nous propose d’écrire une histoire sur ce tableau et d’y insérer les mots  "Ciel, chaussure, coq, couronne et crapaud."

Dans la maison de Monsieur et madame Qinquempois,  ce n’est pas vraiment la joie. Depuis le matin Edmond est fort chagrin , les pensées perdues dans le lointain .

“ Edmond juste ciel  ! où es tu donc parti ? Voilà plus d’une heure que tu restes là à regarder dans le vide , sans bouger, sans même dire un mot , que t’arrive – t il mon petit ? “

L’un après l’autre ses parents le supplient de s’expliquer, mais rien n’y fait , Edmond reste muet , plongé  dans un ailleurs que lui seul maitrise .

Pas question que je révèle quoique ce soit pense Edmond, personne ne doit savoir que la fée Carabosse  est venue hier  soir me rendre visite . Je délaçais tranquillement mes chaussures  , assis sur le vieux banc de la cour   quand je l’ai aperçue  , perchée sur la crête du coq de l’église . Elle était toute petite , bossue , habillée de haillons et ricanait à n’en plus finir  mais  visiblement personne d’autres ne l’entendait ni ne la voyait , j’étais le seul . Elle me fit signe d’approcher à grands renforts de moulinets de bras  . J’avais bien envie de ne pas l’écouter ,  de me précipiter dans la maison , mais son regard glaçant m’invita à plus d’obéissance .

“ Alors fiston , on ne se  souvient  plus de moi on dirait , quel malapris ! “

“ Mais madame je ne vous connais pas “

Mieux valait être respectueux avec ce genre de personnage , qui sait ce qu’elle complotait .

“ Tss tss , tu n’étais qu’un vilain crapaud , tout rougeaud  à ta naissance  quand je me suis penchée sur ton berceau . Contrairement à ce qu’il est dit de moi  , je ne t’ai jeté aucun sort , tu n’as reçu que des dons ,  celui de  chanter aussi bien qu’un oiseau, de courir aussi vite que le lièvre, de parler couramment plusieurs langues . Mais  je t’ai prévenu que je repasserai l’année des 13 lunes chercher les  couronnes de tes dents de lait, tu les as bien gardées j’espère, sache que je n’oublie jamais mes promesses “

Edmond écarquille grand les yeux mais se garde de répondre .

“ Tu ne dis rien ?

“ Je …euh …c’est à dire que ….je ne les ai plus , la petite souris vous savez est venue les chercher et m’a laissé quelques menues monnaies en échange  .”

“ Comment ? C’est insensé de quoi se mêle – t – elle cette effrontée,  c’est à moi qu’appartiennent les premières dents de tous les enfants ! Débrouille – toi comme tu voudras,  mais pas un mot à tes parents , il me les faut absolument sinon le sort s’abattra et je ne pourrai plus rien pour  toi . “

“ Qu’est ce qui m’arrivera ? “

“ Toutes tes dents définitives tu perdras”…..


Le cygne et la fée du lac

Lénaïg à la barre des croqueurs de mots nous demande de nous inspirer de cette photo pour apporter une belle légende en prose ou en vers qui devra inclure une des trois citations suivantes

  • “Les difficultés commencent : c’est le signe de la réussite.” Le Schpountz (1938) Marcel Pagnol
  • “A quoi bon avoir un ami, s’il faut lui faire signe pour qu’il regarde,

et tout lui dire pour qu’il comprenne ?”La Lumière qui s’éteint (1900) -Rudyard Kipling-

  • “La mémoire est faite de tiroirs pratiques qui s’ouvrent ou se ferment pour simplifier notre vie. C’est un signe de médiocrité de vouloir se souvenir de tout.”René-Jean Clot Les Larmes de Lucifer (1989)

*****

 

L’ oiseau  aux plumes factices

S’élance   loin   de   l’herbage 

Sans  se tourmenter, il  glisse

En  laissant  dans  son  sillage

rêver tous les enfants sages .

*

On  raconte que naguère

Sur    le    lac     vivait    en    cage

un   oiseau   au  blanc  plumage

non loin de l’embarcadère.

Tous les soirs dans sa volière,

Il lance un cri vers les nuages,

“Mais à quoi bon avoir un ami

s’il faut lui faire signe pour qu’il regarde

et tout lui dire pour qu’il comprenne”

Il doit avoir des antennes !

Un jour pourtant la geôlière tarde

la   porte   s’ouvre   à   demi

laissant entrer sereine

La  fée  du  lac  gaillarde

Qui  déteste  quand  on  est  pris .

“Sur l’eau tu iras sans peine

Mais pour ne pas être repris

et que  nul  ne te malmène

J’ai pensé te mettre à l’abri,

Coque blanche et carène,

Qu’est ce que tu en dis ? “

“ Pour sur, c’est une aubaine,

même sans mes blancs plumetis ”  

Depuis le cygne  promène

sur le lac au doux clapotis

Les touristes fort ébahis.