Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “Jacques Prévert

Jeudi poésie

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

Pour ce jeudi poésie des croqueurs de mots  Durgalola à la barre nous donne comme thème l’arbre .

Je vous propose un poème pris dans le recueil “arbres” de Jacques Prévert

IMGP8404

En Argot

les hommes appellent les oreilles

des feuilles

c’est dire comme ils sentent que

les arbres connaissent la musique

Mais la langue verte des arbres

est un argot bien plus ancien

Qui peut savoir ce qu’ils disent

lorsqu’ils parlent des humains

*

Les arbres parlent arbre

comme les enfants parlent enfant

*

Quand un enfant

de femme et d’homme

adresse la parole à un arbre

l’arbre répond

l’enfant l’entend

*

Plus tard

l’enfant parle arboriculture

avec ses maîtres et ses parents

*

Il n’entend plus la voix des arbres

il n’entend plus

leur chanson dans le vent

*

Pourtant

parfois une petite fille

pousse un cri de détresse

dans un square

de ciment armé

d’herbe morne

et de terre souillée

*

Est ce …oh…est ce

la tristesse d’être abandonnée

qui me fait crier au secours

ou la crainte que vous m’oubliiez

arbres de ma jeunesse

ma jeunesse pour de vrai

*

Dans l’oasis du souvenir

une source vient de jaillir

Est – ce pour me faire pleurer

j’étais si heureuse dans la foule

la foule verte de la forêt

avec la peur de me perdre

et la crainte de me retrouver

*

N’oubliez pas votre petite amie

arbres de ma forêt

Jacques Prévert

P8230583


Arbres , chevaux sauvages et sages ….

 

Pour les croqueurs de mots capitaine Jill Bill j’ai choisi ce poème tiré du recueil “arbres” de Jacques Prévert , gravures de Georges Ribemont – Dessaignes

IMG

Arbres

Chevaux sauvages et sages

à la crinière verte,

au grand galop discret

dans le vent vous piaffez

debout dans le soleil vous dormez

et rêvez

*

Et le dessinateur

le chasseur de bonheur

sans vous faire aucun mal

vous tire le portrait

et vous vous réveillez

et vous le laissez faire

et même vous l’aidez

modèles exemplaires

et désintéressés

*

entre l’arbre et l’écorce

une déesse de moelle

et de chair et d’eau fraîche

et de sève de printemps

et de rêve d’été

une reine souterraine

une dryade heureuse

Chante sa chanson nue

*

logés à la même enseigne

de la vie et de la mort

vous et moi et ces arbres

et Ribemont – Dessaignes

aujourd’hui vivons encore

mais les dents de scie de la scierie

crient toujours

de plus en plus fort

La sciure sur l’herbe

aussi bien que le sang

fait tache dans le décor

*

Mais

il n’y a pas que la terre qui tourne

d’autres astres

d’autres arbres

d’autres êtres peut – être

Et peut être que sans le savoir

Georges Ribemont – Dessaignes

dans ses dessins

est quelque part

leur interprète

IMG_0001