Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “Livres

Un mois émoi

Mon mois émoi

Pour ce défi   du mois écoulé, initié par Renée repris par Martine quai des rimes, un clic sur la photo logo .

Un peu moins de sorties durant ce mois , en cause bien évidemment toutes les manifestations et animations annulées de l’été mais aussi  la chaleur qui ne m’a pas beaucoup incitée à de grandes promenades .

 

Comment passer un bon diùanche?

  • Si nous n’avons pu profiter du Classic Metz’ival  comme pour les précédentes éditions , 

Musique | le bon coté des choses | Page 2

rien ne nous empêche de les écouter maintenant grâce aux vidéos tournées dans des lieux privilégiés de la ville de Metz .  Un grand merci à  tous les musiciens d’ avoir malgré tout assuré ce festival certes pas au contact du public mais  en partageant  via internet leur programme .

Je vous propose de cliquer sur l’image  pour découvrir cette édition 2020 vous y découvrirez de fort belles vidéos et beaucoup de talents .

  • La lecture a été aussi une de mes occupations favorites ,  je ne tarderai pas à vous parler des deux ouvrages qui n’ont pas fait l’objet d’un article.

P8100047P8210052P8210053P8230068La vengeance du pardon - Eric-Emmanuel Schmitt - Babelio

  • Grâce au fiston nous avons  récupéré une connexion normale, il ne lui a pas fallu plus d’une minute pour résoudre le problème au niveau des amplificateurs de wifi . Un grand soulagement car nous ne pouvions aller sur internet sans craindre la coupure plus ou moins immédiate . En bon  bricoleur, il s’est aussi occupé du volet du salon  qui restait délibérément fermé depuis un mois , une réparation pas si évidente en raison des différents moyens d’accrochage utilisés .

P8250064

  • Nous avons profité d’une belle journée ensoleillée, mais avec un petit  vent bien agréable, pour prendre le vélo et nous rendre jusqu’à Jouy aux Arches  et revenir par les berges du  canal en notant qu’un certain nombre de ponts suscitent des vocations plus ou moins artistiques .

P8250061

  • Avec Mireille du Sablon nous nous sommes rendues chez nos amis Michel et Brigitte de la fine équipe de blogueurs pour faire le plein de mirabelles et de quetsches . Nous n’avons pas eu à nous mobiliser beaucoup pour les ramasser , les fruits étaient déjà pratiquement tous préparés .

P8270070

Un grand merci à vous deux pour cette gentille attention et votre  accueil toujours aussi chaleureux.

Les tartes vont bon train ces temps – ci, tout comme les clafoutis d’ailleurs et les confitures . Je congèle aussi pour retrouver les fruits en accompagnement de certaines viandes , j’apprécie particulièrement les recettes alliant le sucré au salé  notamment avec  le rôti de porc et la pintade sans oublier le gibier .

P8310073

  • Ce dernier samedi d’aout, j’ai eu le grand plaisir de retrouver mon amie médecin  que  le coronavirus a particulièrement éprouvée  puisqu’elle est restée trois semaines dans le coma .  Nous fêtions son anniversaire au restaurant  avec d’autres amis , un moment  particulièrement émouvant que nous ne sommes pas près d’oublier   . 

 


Défi 236 des croqueurs de mots

À la barre du bateau des croqueurs de mots pour ce défi 236 j’ai choisi d’aller faire un tour dans mes bibliothèques et de prélever certains titres. Les titres des livres sont soulignés .

P5030027

En ce mois d’avril particulièrement clément, la pluie et le beau temps donnent à ces instants de nature une saveur particulière   que les voleurs de beauté , coronavirus et consorts ,   n’auront pas se dit Emile en regardant les vrilles de la vigne . La route du  sud , il ne la prendra pas, confinement oblige, l’envol pour Paris  avec  les deux messieurs de Bruxelles aussi est reporté,  jusqu’à quand ?  il l’ignore complètement.

Par contre  messieurs les enfants ne sont pas négligés même confinés car chaque jour ils ont rendez – vous avec leur professeur.   Il leur parle de l’étang roi , des fleurs de nos montagnes avant de s’attarder sur les mots et leur signification.  Ce qu’ils préfèrent par dessus tout c’est le grand jeu  qui termine les cours où ils doivent inventer des métiers improbables . Pas question de chagrin d’école, ils sont tous au rendez – vous et leur imagination est sans bornes pour ces histoires extraordinaires .

Mais Emile a l’impression de plus en plus de tourner comme un lion en cage chez lui  . Il  arpente régulièrement  sa maison  de long en large se demandant quand il pourra enfin se rendre à la piscine  pratiquer le dos crawlé , le seul sport depuis un an qui lui permette  de ne pas rendre visite trop souvent à son médecin de campagne . Sophie , sa collègue,  lui a bien expliqué avec skipe samedi dernier comment exécuter le pas du renard pour se dérouiller un peu tout en stimulant son thalamus , mais visiblement  ses paroles  n’ont pas atteint leur but, le monde de Sophie n’est vraiment pas le sien. Pour vivre heureux il a besoin de continuer à s’asseoir  à la table des hommes   sans que la machine à coudre la peur s’ installe de façon durable dans son esprit.  Un moment il a pensé alcools , mais voilà  dès la première gorgée de bière tout se complique . Il plonge dans un univers inconnu, en pèlerin et en étranger et part à la recherche du temps perdu .

Je m’en vais” lui a – t – elle dit juste avant que la hyène enragée du Covid prenne en otage le monde  “ Il faut apprendre à finir  quand il est encore temps , l’ombre de nos nuits  épouse le miroir de nos peines . Il est bien loin le temps de  la chanson douce   du pur amour . Aux fruits de la passion nous ne sommes plus abonnés ,  nous n’y pouvons rien la dérive des sentiments est inéluctable . Depuis il se demande pourquoi la vague du quotidien a effacé de qui était gravé dans le sable .

Parfois même il perd la boussole et s’adresse à ce Covid de malheur

La vie est brève et le désir sans fin , pourquoi diable dois je endurer cette solitude  ? N’as – tu pas d’autres chats à fouetter ?  Ah si j’étais un monstre je ne ferai de toi qu’une bouchée . “

Tu sais qu’on m’a demandé de vous virer” , lui répond alors le virus “ toi et tes semblables vous emmenez la planète au casse – pipe, le temps de la sorcière c’est vous qui l’instaurez depuis des années , je ne suis qu’un  révélateur. Les hommes ils ne pensent qu’à ça , dénaturer ce qui est en place depuis toujours par  une immortelle randonnée vers le profit . Et tu voudrais que je leur réserve une mort très douce ? “

“ Mais tu ne nous connais ni d’Eve ni d’Adam, les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus , mais toi d’où viens – tu, de la chute d’un ange ?

Une bête au paradis peut être, qui sait , pour un instant d’éternité que ne ferait – on pas  .”

Arrête avec tes mensonges, tu es complètement cramé ,  n’as tu pas conscience de l’insouciance avec laquelle tu t’acharnes sur  tous ces corps brisés  ? Même leur mort tu leur voles en les isolant de leur famille .”

Un hiver avec le diable voilà tout ce que vous méritez, et je te préviens avant que les couleurs de l’incendie s’estompent et que les bienveillantes  journées de délivrances n’arrivent, des lunes et des lunes passeront . Demain les chats et les chiens et tous les autres animaux briseront le pacte du silence  dans lequel vous les avez maintenus , le premier miracle que je m’apprête à accomplir  ”

J’ai du rêver trop fort” se dit Emile, émergeant à peine de son cauchemar .

 

P5030026

La pluie et le beau temps :  J Prévert                             Boussole : Mathias Enard

Instants de nature : Dominique Dubost                           Gravé dans le sable : Michel Bussi

Les voleurs de beauté : Pascal Bruckner                         Les deux messieurs de Bruxelles : Eric Emmanuel Schmitt

Emile : JJ Rousseau                                                       Messieurs les enfants : Daniel Pennac

Les vrilles de la vigne : Colette                                     La dérive des sentiments E.E.Schmitt:

La route du Sud : Richard Sourgnes                                Des fleurs de nos montagnes :

Les mots : J P Sartre                                                       Aux fruits de la passion : Daniel Pennac

Métiers improbables : anthologies éphémères                 Chagrin d’école : Daniel Pennac

Histoires extraordinaires : Edgar Poe                               Le dos crawlé : Eric Fottorino

Un an :                                                                         Le  médecin de campagne : Balzac

Samedi : Ian McEwan                                                      Le pas du renard : Claude Izner

Thalamus : Stéphane Gérard                                            Vivre heureux : Christophe André

Le monde de Sophie : Jostein  Gaarder                             à la table des hommes : Sylvie Germain

La machine à coudre la peur : JM Reboul                         Alcools : Apollinaire

La première gorgée de bière : Philippe Delerm                  En pèlerin et à l’étranger : Marguerite Yourcenar

à la recherche du temps perdu : Marcel Proust                    Je m’en vais : J’en Echenoz

La hyène enragée : Pierre Loti                                           Il faut apprendre à finir : Laurent Mauvignier

L’ombre de nos nuits :   Gaëlle Josse                                  Miroir de nos peines : Pierre Lemaitre

Chanson douce : Leila Slimani                                          Du pur amour : Marcel Jouhandeau

La vie est brève et le désir sans fin : Patrick Lapeyre          Ah si j’étais un monstre : MR Farre

Tu sais qu’on m’a demandé de vous virer : Stéphane Guillon   Casse pipe : Céline

Le temps de la sorcière : Arni Thorarinsson                        Ils ne pensent qu’à ça : Wolinski

Immortelle randonnée : J C Rufin                                       Une mort tres douce : Simone de Beauvoir

Ni d’Eve ni d’Adam : Amélie Nothomb                                Les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus: JN Gray

La chute d’un ange : Lamartine                                            Une bête au paradis : Cécile Coulon

Un instant d’éternité : Gilles Legardinier                              Arrête avec tes mensonges : Philippe Besson

Complètement cramé: Gilles Legardinier                             Insouciance : Karine Tuil

Corps brisés : Elsa Marpeau                                                 Un hiver avec le diable : Michel Quint

Couleurs de l’incendie : Pierre Lemaitre                             Les bienveillantes : Jonathan Little

Délivrances : Toni Morisson                                               Demain les chats : Bernard Werber

Le pacte du silence: Martine Delomme                                Le premier miracle : Gilles Legardinier

J’ai du rêver trop fort : Michel Bussi

P5030028