Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “lycée Fabert

sunt etiam musis sua ludicra

Pour l’atelier d’Arlette semaine 48 ici

Fabert

Je ne vais pas attendre plus longtemps pour aborder une autre rencontre de ces journées du patrimoine et vous parler d’un lieu propice à la réflexion, un domaine où la connaissance règne en maitre absolu, le lycée Fabert de Metz.

IMGP9701

Dès l’entrée, non, pas de moquette , vous pénétrez dans une ancienne abbaye, avec ses salles capitulaires, son cloitre, son jardin .

IMGP9659

Il serait délicat d’en conclure que l’éducation dispensée dans cet établissement dépend de l’ordre des bénédictins qui jadis occupaient les lieux mais elle a toujours été une priorité même du temps de Thierry premier, évêque du diocèse de Metz. Si la nature sauvage ne s’immisce pas vraiment dans cette enceinte la présence d’un superbe marronnier enjolive la cour du cloitre.

IMGP9658

Il se murmure qu’il serait un des deux arbres de la liberté de notre commune, légende ou réalité, bien futé celui qui saurait le dire. En vous dirigeant vers la cour du lycée vous ne manquerez pas de vous régaler de ce que vous allez découvrir.

IMGP9735

Ressortant sur le fronton de la porte des inscriptions latines vous incitent à vous pencher sur leur auteur Ausone et le pourquoi de leur présence en ce lieu  : sunt etiam musis sua ludicra (même les muses ont leurs distractions), une subtile invitation à la rêverie qui surprend pour une communauté de moines. Ne m’en veuillez pas trop si je glisse ici quelques vers de ce poète latin, mais la Moselle qu’il chante court tout le long des autres bâtiments rajoutés au cours de l’évolution du lycée.

“Je revis alors comme une image de ma patrie, de Burdigala, de sa brillante culture, à l’aspect riant de toutes ces villas dont les faîtes s’élèvent au chant des rivages, de ces collines où verdoie Bacchus, et de ces belles eaux de la Moselle qui roulent à leurs pieds avec un doux murmure

Salut, fleuve béni des campagnes, béni des laboureurs ; les Belges te doivent ces remparts honorés du séjour des empereurs, fleuve riche en coteaux que parfume Bacchus, fleuve tout verdoyant, aux rives gazonneuses, navigable comme l’océan, entraînée sur une douce pente comme une rivière, transparente comme le cristal d’un lac, ton onde en son cours imite le frémissement des ruisseaux, et donne un breuvage préférable aux fraîches eaux des fontaines : tu as seul tous les dons réunis des fontaines, des ruisseaux, des rivières, des lacs, et de la mer même, dont le double flux ouvre deux routes à l’homme. Tu promènes tes flots paisibles sans redouter jamais le murmure des vents ou le choc des écueils cachés.”

IMGP9686

En longeant la rivière vous découvrirez le palais des sciences (la construction la plus récente) le petit lycée, la tour du Passe temps datant du 15ème siècle et l’internat en brique rouge et vous apercevrez la magnifique chapelle Ste Constance, un petit bijou que j’ai découvert à cette occasion. Mieux que de longs discours je vous laisse feuilleter l’album ci dessous .