Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “mots

Perles de lune

Lenaïg  (clic)  a pris la barre du  bateau des croqueurs de mots pour la quinzaine, elle nous propose pour ce lundi 25 novembre d’inventer un titre de livre puis d’en écrire la présentation : qui en est l’auteur, de quoi parle-t-il, proposer un extrait, libre à chacun(e) de présenter son livre à sa façon en tâchant de ne pas faire trop long. Pour les pros du dessin, les illustrations "maison" seront les bienvenues.

Plan B si l’on n’est pas inspiré par le sujet : évoquer un livre que l’on a bien aimé, nous donner envie de le lire mais, attention, ne pas tout raconter !

perles de lune

Une fois n’est pas coutume, je tenais à vous présenter un livre de contes inédits, d’une auteure , Michèle Lostage,  qui commence à  faire parler d’elle dans le Landerneau littéraire .  Comment  ? Vous ne la connaissez pas ?

Sans plus attendre  voici  la quatrième de couverture  de  son ouvrage pour faire plus ample connaissance :

Vosgienne d’origine, née à Bruyères, Michèle Lostage, cette Alsacienne d’adoption fouille dans l’histoire de notre région pour nous livrer des  légendes et curiosités d’une saveur toute particulière  .

Après s’être  lancée sur les chemins fantastiques à mi chemin du “Da Vinci code”  avec son “ Trésor de la cathédrale “ et de la science fiction  avec “ Et si c’était vrai “,  elle nous  permet  aujourd’hui, avec ce recueil  “ Perles de lune “, de plonger dans cet univers fascinant des contes de notre région.

****

Dès le premier récit une irrésistible envie de se laisser porter par cet appel de l’impalpable  s’empare de vous. Elle ne vous lâchera pas durant les deux cents pages qui suivent. Il n’est pas un arbre , une pierre, une pièce d’eau qui n’ait fait l’objet d’une légende,  aussi ne serez – vous pas étonnés d ‘entendre  les voix du mystère dans  la magie des jardins secrets . 

J’ai aimé cette écriture  où l’étrange le dispute au fantastique . Un voyage entre fiction , rêve et réalité dans des villes et villages que l’auteure connait mieux que sa poche . Vous ne résisterez pas à l’appel de l’ombre qui  se faufile quand l’esprit de la forêt souffle.  Vous serez subjugués par la caresse de la dame blanche qui se pare des diamants de l’aube pour mieux défier l’ogre de la montagne. Sagesse , consolation , enchantement sont  au rendez – vous et procurent encore cet émerveillement si agréable éprouvé dans l’enfance .

Alors si vous voulez répondre aux grandes peurs de l’existence et à vos  doutes existentiels , trouver le contre point à la vie ordinaire , n’hésitez pas , courez vite vous procurer ce livre, il est fait pour vous .

Voici quelques extraits  tirés du conte ayant donné son titre au livre .

 

_ Le crépuscule descend privant les arbres et l’herbe de couleur . Imperceptiblement, les bruits s’étouffent  dans la futaie . La maison toute en rondins   se distingue à peine depuis le chemin , bien protégée des regards des curieux par des remparts impressionnants de sapins , une barrière des plus étanches . Pour les cerfs , chevreuils et sangliers, il n’existe pas de frontière , point n’est besoin de  lumière du jour pour s’aventurer aux abords de la demeure…

 

wp_002408

_ Le temps se met à couler …les pensées de l’épouse s’envolent pendant les longues heures d’attente . Pour tromper son ennui elle se plonge dans la réalisation de confitures . Les framboises au parfum délicat,  les fraises des bois aux accents sucrés rejoignent la marmite  cuivrée . Laissant couler le long de sa longue cuillère en bois le jus épais  , elle imagine déjà le bonheur partagé à déguster ensemble, au coin du feu , les galettes sublimées par cette gelée …. Mais soudain, fenêtres ouvertes , le silence inhabituel qui règne autour d’elle l’intrigue,  le froissement des ailes des oiseaux , la multitude  de petits craquements des rongeurs en maraude, l’aboiement de quelque chevreuil , tout cela a disparu . Un peu inquiète elle sort de la maison …

IMGP8185

_ Au bout d’une semaine , l’époux revient de son expédition , le cœur bondissant  tout à la joie de retrouver le doux sourire de sa belle épouse.  Il anticipe déjà la réaction de celle – ci quand elle verra  les sacoches de la selle remplies de pierres d’une taille et d’un éclat extraordinaire . Mais quand il débouche sur la clairière , il n’en croit pas ses yeux , sa maison s’est volatilisée , un étang aux eaux calmes la remplace .Se penchant sur la surface reflétant la clarté et la quiétude du ciel , il voit au fond de l’eau briller une pierre qu’il connait…

wp_001439

 

 

 


Aujourd’hui inédit ….

Pour le défi N° 212 des Crôqueurs de mots, Dômi me confie la barre - Lenaïg

Martine ( quai des rimes clic)   est à la barre du bateau des croqueurs de mots et nous propose :

Pour le défi du lundi 30 septembre des croqueurs de mots, je vous propose dans le tableau ci-dessous trois thèmes au choix et pour chacun des thèmes deux titres pour vos écrits

THEMES :

Passé
TITRE 1  Hier à Hyères ou ailleurs
TITRE 2 Poussière d’hier

Présent
TITRE 1 Sauf-conduit pour aujourd’hui
TITRE 2 Aujourd’hui inédit

Futur
TITRE 1 Demain à deux mains
TITRE 2 Demain en sous-main

A vous de choisir un thème et un des deux titres proposés et d’imaginer le texte adapté au titre retenu. Si aucun des titres ne vous inspirait vous pouvez juste écrire sur le thème de votre choix.

P9290004

Aujourd’hui inédit

C  alme       et     sereine    est   la campagne

H  ors       l’agitation    de    la   grande   ville

E  lle     nous   offre    des  instants  cocagne

V eillant    volontiers  sur ce bonheur fragile. 

R   ien est plus fort dans ce regard tranquille

E n  suspension,   quand   la  curiosité  gagne 

U n   brocard    dans    la    prairie     immobile

I l   dialogue vraiment sans que l’accompagne 

L a    peur   qui  rend  toute  rencontre futile .

Oui aujourd’hui* inédit, car c’est la première fois qu’un chevreuil me laisse approcher sans s’enfuir et que je peux prendre une photo sans le voir détaler immédiatement. Un moment que je n’oublierai pas car il dure plus que quelques secondes. Le brocard me regarde avancer toujours  un peu plus, il ne bouge toujours pas fixant les mains et l’objectif . Je ne saurais dire à quelle distance il s’enfuit,  mais notre échange dure plus d’une minute pendant lesquelles je clique à trois reprises , ajustant le zoom comme je peux , en essayant de trembler le moins possible . Quand enfin il regagne  la haie se dérobant ainsi à ma vue, je suis sure d’avoir vécu un  petit bonheur du jour inédit .

P9290003

photos prises ce dimanche 29 septembre à 9h 12