Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “nuit

Rendez–vous reflets

120119361

Pour les rendez – vous  reflets qu’organise  Annie instants de vie 54,   en hommage à Marc de Metz , un clic sur le logo.

C’est avec des reflets automnaux  d’abord  que nous avons rendez – vous aujourd’hui , juste avant que la pluie et le vent ne dépouillent les arbres .

Perles

Puis avec deux photos prises de nuit à Metz en traversant le pont   Moreau

PC020247

La première nous montre une partie du Lycée Fabert qui se mire dans la Moselle

PC020245 

De l’autre côté du pont nous pouvons apercevoir quelques lanternes au bord de l’hôtel du département ainsi que le moulin des termes illuminé .


rendez–vous reflets

117527701

Pour les rendez – vous  reflets qu’organise  Annie instants de vie 54,   en hommage à Marc de Metz , un clic sur le logo.

Je vous propose un double reflet, eau et miroir, capté au U4 de Uckange dans le jardin des Traces

P6150785

Puis nous retournons sur les bords de Moselle pour profiter de ces nouvelles installations , les terrasses flottantes, en double en exemplaire,  tout comme ces deux bâtiments de l’université .

P6240074

Après si vous voulez bien nous irons traquer les aranéides sur la passerelle du pont des Roches , pour cela il faut attendre la tombée de la nuit mais je vous assure  la multitude de toiles disposées à cet endroit en raison des éclairages mérite vraiment le déplacement .

P7040219


Acrostiche chez Lenaïg

Pour le nouveau jeu des acrostiches du mercredi - Lenaïg

Pour le jeu de l’acrostiche et même du double acrostiche chez Lenaïg un clic sur le logo .

Cette semaine les illuminations sont de sortie .

PC163617

I  mages    scintillantes   de  bouquets      coloré     S

L aissent   leur signature  dans  le paysage urbai     N

L es  regards   des passants  se tendent         illic   O

U ne féerie dévoile ses  nombreux trésors à  l’env   I

M ille    feux   éclatants  dans  la ville    s’allumen    T

I ncendiant  les façades et  les  pavés  de  l’agor     A

N e  négligeant   pas    le    miroir    en   réflexio     N

A  u  bord de l’eau   qu’ils    envoutent  en  catimin    I

T antôt  flottants  tantôt   volants   pas   d’erratu    M

I ls   chassent   dans    la    nuit    le    noir   absol    U

O euvrant  pour  que  chacun   de   leur  mini  solei    L

N aturellement mette  les  sens de chacun en évei    L

S ans     avoir      besoin      du       moindre     gri-gr I

P8022507


Si …..

Défi écriture no 71 .

Pour l’atelier 85 de Ghislaine un clic sur le logo .

Les mots :

Heure, bleu, souci, oubli, côtoie, exister, éternité, cesse ou un texte de votre choix sur le thème ""Nuit""

nuit de neige 2

Si tu côtoies l’heure bleue de la  nuit, celle  qui existe  depuis une éternité , tu n’auras de  cesse de la retrouver, car elle efface tout souci , aussitôt tombé dans la poche de  l’oubli   .

 

 


Rendez – vous reflets

117527701

Pour les rendez – vous  reflets qu’organise  Annie instants de vie 54,   en hommage à Marc de Metz , un clic sur le logo.

Je vous propose cette fois – ci quelques reflets de nuit à Metz prises fin novembre, avant que la pluie ne s’invite de manière régulière comme c’est le cas depuis quelques jours .

PB173583

PB173582

PB173579

Bon jeudi à vous toutes et tous


à la nuit tombée

LE PETIT JEU DE LETTRES 192-

Pour le petit jeu de lettres de Lady Marianne un clic sur le tableau .

Le mot à trouver prosopopée : figure de style consistant à faire parler un animal, une personne absente, un mort , un être inanimé .

PB173547

Cette fois ci Perlin pinpin ne sera pas votre préposé à la narration , pas de prosopopée pour ce dimanche. Je ne suis pas opposée à lui laisser les rênes de temps à autre pour  les billets, mais là, nous  nous rendons au centre ville et je crains  fort que cela ne soit pas de tout repos pour le lapinou, mieux vaut pour lui les orées des bois.   Je vous propose donc de me suivre  à la nuit tombée quand la magie des lumières opère.  La première à se poser devant nous est celle de notre cathédrale, bien campée sur ses fondations pour dominer la ville . Puis bientôt nous découvrons en arrivant place d’Armes ,  la grande roue espérant attirer par ces feux stroboscopiques un grand nombre de passants .

PB173549

Mais cette fois ci je ne vous invite pas à entrer dans une des cabines mais à pousser la porte de la cathédrale .

PB173566

Surprise, seules quelques lueurs éclairent  la nef, celles des bougies et de quelques  suspensions . Les vitraux eux semblent s’enflammer au passage de la grande roue  comme vous  le remarquez sur cette vidéo.

Comme si le mystère envahissait d’un seul coup cet édifice, chaque voute semble différente,

PB173567

de quelque côté que le regard se tourne les repères changent et l’obscurité révèle un tout autre aspect de la nef et de ses vitraux  .

PB173564

Parfois les ogives prennent des formes bizarres sous cet éclairage particulier, on s’attendrait presque à ce que ce personnage révélé tienne des propos inquiétants, vous ne trouvez pas ?

PB173570

Tout ce que je vois n’est pas sans me rappeler le vertige des sens perçu dans les tableaux de l’exposition du centre Pompidou , vertige qui trouble les repères du jour et qui nous permet d’étranges rencontres .

 


De l’intime au cosmos

LE PETIT JEU DE LETTRES- 191

Pour le petit jeu de lettres de Lady Marianne un clic sur le tableau

Le mot à trouver clairaudience : faculté d’audition paranormale , de pouvoir entendre la voix des personnes décédées .

Les anagrammes  présentes dans le tableau sont soulignées dans le texte .

 

PA273519

Pour accéder à l’intime et au cosmos, inutile d’être doté de clairaudience , non il nous suffit de nous rendre dans la galerie trois du Centre Pompidou Metz . Personne parmi nous ne renâcle à cotôyer les étoiles en prenant la mesure de ce qui nous sépare et qui nous unit au cosmos , même si pour atteindre celui – ci ,  il faut inclure le vertige cosmique que la nuit induit .

PA273532

Je reviens sur cette toile que je vous ai présentée dans mon billet  sur les reflets, Milky Way de Peter Doig ( clic ici );  la terre est réduite à une trace claire  linéaire , le reflet immobile et silencieux des grappes d’étoiles et arbres nous plonge dans l’infini du ciel.  Par un indice particulièrement bien choisi, l’artiste renforce ce sentiment de gigantisme, ce canoë partant à la dérive souligne de manière cruciale  la petitesse  de l’homme face à l’univers.

L’œuvre de Jason Dodge me laisse incrédule,quant à l’œuvre artistique ( d’où l’absence de photo )  elle semble être un canular , il s’agit en effet d’une étoffe présentée pliée et ficelée mais renseignements pris pour élucider ce mystère , nous apprenons qu’ il s’agit pour lui d’un morceau de ciel devenu palpable . Il joue sur la métaphore du tissage comme écriture et cheminement en matérialisant ce qui nous sépare et nous unit aux étoiles .Le fil servant à réaliser ce tissu a la longueur existant entre la terre et la troposphère, au delà de celle – ci nous entrons dans la stratosphère donc dans l’espace . 

PA273516

J’avoue que “la femme nue couchée” de Picasso attire beaucoup plus mon attention .  Encore une fois je tiens à remercier les médiateurs présents dans les salles qui nous réservent toujours un excellent accueil et grâce auxquels nous obtenons un maximum de renseignements sur les œuvres exposées. Le corps féminin est disposé en travers de l’espace , la tête renversée disant l’abandon et l’extase dans cette chambre donnant sur le ciel étoilé. D’un simple mouvement des doigts, elle semble pouvoir relier les étoiles  . Ce tableau serait une célébration de la rencontre avec Dora Maar avec laquelle Picasso entame une liaison.

PA273521

Toute autre interprétation avec “Star gazing” pour Helen Frankenthaler , la nuit étant moins définie par une absence de lumière que par la présence d’une substance . En saisissant l’essence de cette nuit qui échappe , l’image se dilue  au profit de la matière , de la sensation, , de l’espace sans repères .  Il n’y a pas de centre , de périphérie , pas de limites. Le regard flotte dans un espace insondable .

PA273523

Avec Augusto Giacometti ( dont le cousin est le père d’Alberto Giacometti  sculpteur et peintre ) nous allons au delà des étoiles dans “la nuit étoilée” . Dans un cadre tout particulier , une ronde de l’espace  pousse l’artiste à s’interroger sur son origine , la nature devenant lieu de questionnement intérieur . 

PA273525

Daisuke Yokota avec “ Mortuary”  précise à propos de ses rouleaux de papiers photographiques “ la photographie m’aide à transformer le spectacle de l’instant présent en souvenir , mais elle échoue à capter mes émotions “  C’est pourquoi il a cherché dans cette installation, constituée de rouleaux photographiques travaillés en chambre noire comme des peintures , à traduire la sensation de ne plus voir et d’être plongé dans une obscurité trouble.

PA273528

Je terminerai par Lucio Fontana et ses “Ambiente spaziale” qui abolissent les questions d’échelle plongeant le visiteur dans un espace sans repère . Il déclare d’ailleurs “ Je ne veux pas faire un tableau , je veux ouvrir l’espace , créer pour l’art une nouvelle dimension , le rattacher au cosmos , tel qu’il s’étend , infini, au delà de la surface plate de l’image “ . 


Peindre la nuit suite

PA273478

Après avoir senti les rythmes et les présences habitant la nuit urbaine , continuons notre voyage non au bout de la nuit mais en explorant d’autres facettes auxquelles se sont attachées les artistes.

PA273482

Mais je m’aperçois que je ne vous ai pas montré l’œuvre de Robert Delaunay “ Paysage nocturne “ qui nous a tous étonnés, habitués que nous étions à ces immenses toiles spécifiques de l’orphisme que nous avions vus plusieurs fois dans la grande nef du centre Pompidou . Ici nous  retrouvons ses références à  l’impressionnisme, au pointillisme , au  cubisme  servant à mettre en évidence les effets des  lumières électriques scintillantes sur les formes rencontrées lors des aventures nocturnes .

PA273506

Revenons donc maintenant à cette ombre que certains cultivent de manière privilégiée  en s’abandonnant à la création comme Paul Klee qui cherche à interpréter sur sa toile la croissance nocturne de ses plantes . Le processus créatif se rapproche de la croissance dans la nature , comme il l’enseigne au Bauhaus,  il s’ inspire de celle – ci  en lui empruntant sa dynamique non en la considérant comme un modèle à reproduire .

PA273492

La sculptrice Louise Nevelson   se définit comme l’architecte de l’ombre , elle unifie les morceaux de bois trouvés dans la rue par le noir , créant des silhouettes, des villes , des jardins lunaires comme ce Jardin tropical . Elle choisit d’éclairer ses sculptures avec une lumière froide afin de créer cette ambiance lunaire.

“ L’ombre me semble plus solide que l’objet qui la projette . C’est là que réside le mystère “

PA273494

Cultiver l’ombre c’est aussi faire danser la lumière dans les objets du quotidien , c’est ce que Patrick Caulfield nous suggère  dans son tableau intitulé second glass of whisky .Je dois d’ailleurs préciser que dès que nous sommes entrés dans cette salle de l’exposition , nous nous sommes de suite dirigés vers cette œuvre comme si elle aimantait notre regard  .

PB100508

En pénétrant  dans  la salle suivante nous découvrons un univers différent , la nuit devenant  un territoire à explorer et la  lune redevenant  le phare qui l’éclaire.  le réel se retrouve mis à distance et nous plongeons  dans l’univers de l’inconscient et du rêve comme par exemple chez Magritte avec ce “Rêve de l’androgyne”

PB100513

Max Ernst  en créant  ses sculptures conçues pour être vues à la lumière lunaire comme ses “Asperges de lune”

PB100515

nous invite à prendre conscience du merveilleux entré dans le monde réel .

PA273511

Pour André Masson comme pour un certain nombre de surréalistes , le soleil est à emprisonner pour mieux profiter de  l’obscurité d’où cette œuvre anthropomorphe “piège à soleils”  .

Dans le monde de la nuit deux dimensions se côtoient, celui du spectacle et celui de la mort . Cet immense  rideau de scène  de Jean – Luc Verna ,réalisé en hommage à Bruno Pélassy  et  son titre Past Knight ( chevalier du passé ) nous le rappelle de façon magistrale  .

PA273510

Nous voici arrivés au bout de la galerie 2 avec cette dernière partie évoquée  “les yeux infinis” . Inutile de préciser que je n’ai pu tout vous montrer, ce n’est pas le but. Il me reste d’ailleurs un dernier volet à partager au niveau de la galerie 3 “de l’intime au cosmos “.

 

 

 

 


Rendez – vous avec la nuit …

mon-logo-fait-par-ghis

Pour l’atelier 24 d’Arlette les mots à insérer :

Équilibre – pied de guerre – aguets – confiance – éclat de rire – sonore – gracile – granité – éprouvant – merveilleux -humer – bousculer – éparpiller – lécher – ébouriffer.

PA273483

Le rendez – vous avec les amis est fixé dans le hall de la gare un peu avant quatorze heures ce samedi,  une merveilleuse après – midi en perspective à n’en pas douter . Pas question aujourd’hui de prendre le vélo, le gracile destrier ne saurait supporter les éprouvantes attaques pluvieuses, il n’apprécie que moyennement d’être trempé  et le vent ne l’ébouriffe pas assez pour le sécher . Je rajouterais que je n’ai qu’une confiance limitée dans mes capacités à  maintenir l’équilibre sur le tapis de feuilles qui recouvre routes et pistes cyclables, même si les employés de la voirie  sont sans cesse sur le pied de guerre pour les éliminer. Je n’ai pas du tout envie de goûter au granité du bitume , la version glacée n’étant pas prévue au programme et de toute façon hors saison.

  Sur  la place juste  devant la gare, même si je n’ai pas particulièrement les sens aux aguets , j’hume un parfum caractéristique, celui de l’épicéas et pour cause l’arbre de Noël composé de petits sapins  montés sur une structure pyramidale est en plein montage.

photo-karim-siari-1541778805 (1) Je ne m’attarde pas outre mesure à regarder la mise en place de ce géant et pénètre dans le hall  pour rejoindre Annie  du 54  et sa fille . Bientôt  Mireille du sablon , Yvonne – Anne, Bruno de Gorze  arrivent à leur tour et, directement au Centre Pompidou Metz, Elisabeth et Huguette . Contrairement à ma dernière visite où l’affluence était impressionnante,  cette fois – ci  le public ne se bouscule pas trop dans le hall .  Je pense que l’heure précoce y est pour beaucoup car l’exposition “ Peindre la nuit” se révèle au fur et à mesure que nous la découvrons vraiment superbe . La nuit fascine les artistes depuis toujours qu’il s’agisse de s’y perdre , de l’habiter, de se prendre pour des mangeurs d’étoiles ou d’être enveloppée par elle. Nous nous éparpillons quelque peu dans les différentes salles après être entrés presqu’à tâtons dans la première  .

PB100502

Notre œil se perd dans l’indistinction des éléments, le paysage nocturne  se transforme et nous transforme . Pour visualiser l’arbre, l’artiste le peint en blanc comme dans ce tableau d’Adrian Ghenie “la fin du romantisme”. Un peu plus loin Winslow Homer nous invite   en bord de mer avec sa “Nuit d’été” d’une  luminosité aux sources indistinctes et aux  ombres dansantes.

PB100504

 

La nuit peut être aussi électrique, urbaine, comme nous le montre de manière magistrale Amédée Ozenfant  , elle est  le lieu d’une toute autre expérience sensorielle . Les  sources de lumière prolifèrent en révélant l’architecture et la structure de la ville nocturne .

PA273476

Aucun éclat de rire en apercevant  les belles de nuit aux yeux aguicheurs d’Auguste Chabaud , ses portraits crus donnant vraiment l’impression de devenir noctambule  dans cette rue qui s’anime .

PA273480

L’éclairage nocturne révèle tout ce que le jour cache,  les nuits cosmopolites où le volume sonore de la fête  peut tout aussi bien côtoyer le silence  de la solitude .

J’en veux pour preuve “ La guérite du garde barrière” de Georg Scholz qui nous montre un homme seul mélancolique guettant les trains , le regard dans le vide bien loin de la contemplation des étoiles .

PA273486

 

Les obsessions nocturnes avec le vertige intérieur qui l’accompagne sont aussi bien présentes dans cette exposition.

PA273489

Avec  “Canvas Back” Robert Morris nous plonge dans l’univers du cauchemar , les sources lumineuses sont devenues menaçantes,  les flammes de l’incendie lèchent les vitres de la maison .

PB100516

“ Plus divins que les étoiles scintillantes nous semblent les yeux infinis que la nuit a ouverts en nous “ Avec cet écrit de Novalis, je vous propose de poursuivre notre échappée nocturne dans un autre billet .


Rendez–vous reflets

117527701

Pour les rendez – vous  reflets qu’organise  Annie instants de vie 54,   en hommage à Marc de Metz , un clic sur le logo.

Je vous emmène une fois de plus à Metz ici nous sommes sur le pont St Marcel. Vous pouvez apercevoir les deux tours de la basilique St Vincent , les bâtiments du lycée Fabert son internat, sa cour,  la tour du passe – temps datant du 15ème siècle (ici un clic pour vous repérer ) et de l’autre côté de la Moselle l’arrière de l’opéra théâtre .

P9040443

Certain(e)s d’entre vous reconnaitront certainement cette photo qui a participé au concours de Josy (un clic sur le prénom) sur le thème des reflets dans l’eau , je vous conseille vraiment d’aller voir les autres clichés .

P9040440

Au même endroit  avec un angle légèrement différent puis de nuit avec les projections du parcours numérique .

P8022437

Bon jeudi à toutes et tous


Nuit et jour

Pour les croqueurs de mots Colette à la barre (un clic) nous propose   le thème nuit et jour.

PC021051

Sur   le  manège ,  point  de  souci

A   chaque  seconde,  sans  préavis

En notes légères, le temps s’enfuit

Volées  au manteau  noir  de la nuit

*

PC021060

Puis peu à peu, l’ombre s’enhardit,

Le  soleil  s’éloigne, à pas de loup,

Nous laissant tous un peu surpris,

Du drôle  de tour qu’il nous joue .

PC021072

 Mais parfois, nuit et jour se fondent

Dans  un  juste  et habile compromis

Chassant  les  angoisses   profondes

De   notre  âme  et  notre   esprit .

PC021073

Embarqués  au  cœur  de  la fête, 

D’autres  astres  jettent leur feux

Fleurissent   les  sourires  radieux

Et les  airs  chantés  à  tue – tête.

PC021079

 

 

 

 


Nuit

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

Colette (clic)  à la barre des croqueurs de mots nous propose le thème nuit pour ce jeudi poésie.

imgp9898_thumb

Quand le crépuscule doucement prend place,

Buvant  le  sang  rosé des brasiers  allumés , 

Le   chant   de  l’onde maintient  sa dédicace

En   notes  légères ,  romances   sublimées .

 

IMGP8309

*

Sous   son   voile  noir  s’estompe  toute   chose

Gommant les contours de la ville qu’il engloutit 

A    pas    de    loup   l’ombre  s’installe  et  pose

Sa   trace   sur  les  cendres  du  jour endormi .

*

P8160126

La   lave   des   rêves   glisse  aux  étoiles 

Ses plus doux secrets, histoires sans parole

Que  l’astre  de  la  nuit  brode sur sa toile.

*

IMGP3730

Bien loin des soucis et des affres du bruit

Sélène consciencieuse  jamais ne somnole

Elle  garde  en  main  les  rênes  de la nuit.

Gisèle F 30/11/2017


Noir

Bernieshoot ( clic) nous propose un défi d’écriture sur le thème du noir, le mien ne comportera pas 500 mots.

 IMGP5656

 

N   ébuleuse    couleur,    laque   d’ennui

O  mbre   l’âme   d ‘une   encre   dense  

I l est des heures quand le sommeil fuit

R   ivées      à    l ’aubade    du   silence .

*

N  e vous êtes vous jamais un jour perdus

O ubliant  vos repères  que le jour révèle

I llusions       d’une      vision       partielle

R iche         d’ erreurs          inattendues .

*

N   oyés  dans l’océan de pénombre

O  ù naissent monstres et sorcières

I l  vous  faut vite quitter  l’ ombre

R evenir  toujours vers la lumière . 

*

N  e  croyez pas que sa face obscure

O  ù se reflètent nos peurs d’enfance

I  ncite     à    bannir    sa    dictature

R ien ne fascine plus que sa présence.

*

N imbée dans ses atours de mystère

O  sant  le  velours  soyeux de la nuit

I l  est  des  heures où le noir inscrit

R  êves   multiples    à   sa  bannière .

*

N e voyez – vous pas le merle moqueur

O  ffrant   l’éclat du jais à ses plumes

I  l est très fier de son beau costume

R   egardez le il y  met tout son cœur.

*

N octurnes envolées pour ce chanteur

O ubliant     la    loi    du    crépuscule

I l   siffle  sa  sérénade   sans   peur

R  ivalisant   de  trilles  qu’il  module .

*

N ous ne pouvons lire les étoiles

O  rion ,carène,  poupe  et voiles

I solés , seul   le noir les dévoile

R  éalisant une magnifique toile .

*

N e    restez   pas   sur ce triste constat 

O ù      le     noir     invite      la     solitude

I l    lui    faut   pour   rompre  l’ habitude

R ien qu’un soupçon, une pointe d’ incarnat

*

N uage  blanc   et  poudreuse d’ hiver,

O  urlée   d’obsidienne,    la   branche 

I  nscrit  sa  griffe  même  à  l’envers

R  ien  que  pour prendre sa revanche .

*

N i  le  crayon , ni  le  pinceau   ne  l’ignore

O mbrant  les traits pour un dessin qui vit 

I l  faut  juste  que  sur  la  feuille encore

R enaissent  ensemble  le  jour  et la nuit .

GF 27 /11/ 2017

 


Rendez–vous reflets

117527701

 

Pour participer au rv reflets qu’organise  Annie instants de vie 54,   en hommage à Marc de Metz , un clic sur le logo.

Pour ce jeudi 23 novembre j’ai choisi de vous présenter des reflets de nuit ou de crépuscule , en ville à Metz et hors de celle – ci comme ci – dessous quand la nuit descend sur un étang de Woippy .

WP_002419

La photo suivante a été prise dimanche dernier , comme vous pouvez le constater les illuminations sont déjà en place mais ne sont pas au grand complet

PB191015

il manque le sentier des lanternes qui n’ouvrira que le 25 novembre, un petit aperçu d’une autre année .

PC060072

Cette année des reflets particuliers en bleu et rose place du marché pour l’installation Platonium dont je vous ai parlé ici

PB190988PB190994

Que ce soit avec l’eau ou avec le miroir la lumière joue les stars une fois la nuit tombée .


Donald

images-copie-1

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill

P4260033

D  onald de bon matin manque d’entrain 

O   n  le  voit  souvent  prolonger  sa nuit

N  e  se  souciant  point  du soleil qui luit

A  lors  Daisy  secouant  l’ arrière – train

L ’  entraine     avec      elle   aujourd’hui

D iable , le voilà maintenant  contraint  .

P4260034

 


Le soleil donne depuis déjà une heure….

LE PETIT JEU DE LETTRES- 118 -6Atelier* Un pas vers les mots *

IMGP7544

Un clic sur les logos pour aller chez Lady Marianne, Assoula et Fée Capucine .

  • Extemporané le mot à trouver pour le petit jeu de lettres de Lady Marianne : se dit de toute préparation qui doit être faite juste avant son utilisation , par extension se dit de quelque chose fait de manière improvisée .

Les anagrammes :

expert, exempt,  examen, extemporané, emporte, empotée, entamer, exonère, montée,  extrême, météore, rompant, trempée, tempère, trompé, Romane, Peter, amener,  noter,  trempe, épater,  étape, rampent,

  • Le soleil donne  la phrase à insérer pour Assoula
  •  
  • les mots pour l’alelier de Fée Capucine : Heure, Hasard, Hérisson,  Herbes,  Hélas, Hérisser, Hauteur, Hêtre, Hibou.

Le soleil donne depuis déjà une  heure quand   Romane et Peter sortent de leur abri trouvé par repérage  extemporané pour aller se promener  en forêt . Il faut noter que Romane tempère souvent  les ardeurs de Peter , toujours prompt à jouer les casse – cou à toute heure du jour et de la nuit . Rompant avec leur habitude de balade nocturne , elle hésite encore un peu avant de le suivre  mais sa confiance en lui  l’emporte et décidée elle le suit .  Empotée , elle n’a pas la trempe de Peter, elle entame la montée du tas de bois après un examen minutieux , elle rampe plus qu’elle n’avance et arrive trempée à son sommet . Peter expert en cascades de l’extrême  , exempt de la moindre peur, s’exonère de toute étape et franchit l’obstacle à la vitesse d’un météore pour se retrouver dans les grandes herbes qui bordent le chemin . Elle ne sait pas trop s’il agit ainsi pour l’épater ou si c’est sa manière d’être, en tous cas il n’hésite jamais  comme cette fois où il s’est trouvé par hasard nez à bec  avec un hibouhérissant ses piques d’une bonne hauteur il a tenté en vain  hélas  de  sauver la proie que le rapace voulait amener dans le hêtre pour nourrir ses petits .  Là oui, il s’est trompé , un hérisson a beau avoir quelques armes naturelles il n’intimide pas vraiment le roi de la nuit.

 

Résultat de recherche d'images pour "hérisson"

Photo trouvée sur le net


jeudi poésie

Pour le jeudi en poésie des croqueurs de mots Martine à la barre, un clic .

thème la fin

jouet

La fin du jouet 

*

Le ciel se charge des assauts du temps

De la noirceur qui soudain l’assaille

Il sent la griffe du froid pénétrant

Sur sa peau,  petit jouet   tressaille.

*

N’’a – t –il pas toujours été très sage

Avec  cet enfant toute la journée,  

Même en prenant un peu plus d’âge, 

Est ce une raison pour l’abandonner ? 

*

Les beaux jours en images défilent

Se voilent ses yeux aux couleurs de pluie 

Sur le trottoir vulgaire ustensile,

*

Il sait que  bientôt ce sera fini.

Plus d’espoir de lumière dans sa nuit, 

La benne s’ ouvre grand et l’engloutit

Gisèle F 20/04/17 

 


Amour, Amitié, Absurdité

Pour l’alphabet à thèmes de Domi un clic sur le logo .

Domi nous propose comme thème   les trois mots Amour, Amitié, Absurdité .

IMG_0001

A imer   jusqu’à   la   déchirure

M ais puiser dans la pénombre

O ù  se   réfugie   la   blessure

U ne     lumière    de   l’ ombre

R  ayonnante de clair obscur 

*

A  pprivoiser    souvent    l’instant

M  ultipliant       les       secondes

I  nverser  les  ailes   du   temps

T  oujours présent dans la ronde.

I ntense      souvent       palpitant

E st le chant que le cœur sonde. 

*

A     la    dérobée   le  sublime

B  albutie  toutes  ses gammes

S i     le     silence     s’exprime

U ne bougie pour toute flamme

R ien    n’échappe    à    l’abime

D e  nos  vies  en  quête  d’âme

I l  n’est  rien  qui  ne   s’anime

T ant  l’absurde  est  un drame

E n   amour  que  l’on  supprime

********

Je me suis inspirée de la lecture de ce formidable livre de Gaëlle Josse , merci Yvonne pour ton cadeau, pour répondre à ce défi . Je vous conseille vraiment ce roman qui  fait se croiser deux histoires, celle d’une femme dont l’aveuglement amoureux et l’infinie variété de ses  jeux d’ombres est mise en parallèle, par le biais d’un tableau de Georges de la Tour, avec celle du peintre créant  “ saint Sébastien soigné par Irène”.

Tour à tour la parole est donnée à cette jeune femme qui revit son histoire d’amour dans un musée de Rouen devant le tableau , et au Maître  Georges de La Tour et à son apprenti Laurent au cours de la réalisation de l’œuvre  . L’art et la création sont analysés avec beaucoup de finesse , les âmes de chacun aussi et  magistralement . Un tableau qui s’anime sous la plume poétique de cet auteure qui sait nous transmettre son émotion avec beaucoup de talent . 

“ Ce vertige à chaque fois devant cette surface vierge .Tout y est possible. La main accordée au souffle , comme une fécondation.Et cette question , la même depuis si longtemps Saurai – je donner la vie aux scènes qui m’apparaissent en songes ? “

“ Ce regard. C’est ainsi que nous devrions nous y prendre avec les autres, avec cette attention de dentellière penchée sur son carreau , ;: regarder naîtreon motif sous ses doigts , et rien d’autre “

“ la grâce d’un poignet, la musculature d’un bras , la torsion d’un buste , la douceur d’une main, ne s’éprouvent qu’au regard de ce qui les révèle . Nous trichons en paroles , rarement en gestes “

“Pour te gagner, j’ai accepté de me perdre , d’égarer une partie de moi – même , dans un joyeux mouvement de mutilation volontaire et inconsciente. Mon univers se resserrait , comme consumé, aspiré de l’intérieur, façon tête réduite jivaro.”                   

 


Mes ailes ….

pour les croqueurs de mots

imgp90121

Mes ailes déployées sur le vent des sables

Ont cherché le ciel de tes yeux turquoise .

Mille    perles     de    lune    insaisissables

Sur  ta  peau  d’écume  blanche  pavoisent.

J’ai  bu  le  miel  de  ton sourire satiné

Soleil  de  la nuit d’un étonnant voyage,

J’ai  peigné  les crinières d’acier patiné

De fringants andalous sur l’onde sauvage.

J’ai   dessiné   le   temps   en  parenthèse

sur    la    peau    palpitante     de   l’océan

Jusqu’à ce que nos peurs doucement s’apaisent  .

J’ai gommé les écueils  des hautes falaises

Pour  ne  laisser  sur cette plage blanche

Que l’empreinte de nos cœurs en cimaise.

  


La nappe de l’océan

cté_les_passeurs_de_mots

Pour la communauté des passeurs de mots cliquez sur le logo , thème d’avril sur une photo de Martine

Photo-thème-EvaJoe-Avril-Martine

La nappe de l’océan se plissait légèrement sous la caresse de la brise . Le grand drap de la nuit tombante rosissait l’horizon . Les goélands s’attardaient quelques temps encore au dessus de l’estran . Les deux pêcheurs installés au bout de la jetée profitaient encore de la douceur de cet été exceptionnel . La côte s’estompait lentement dans la caresse de la brume . Perdue dans le souvenir de ce passé à la fois si proche et si lointain elle tenait dans ses mains la photo de leurs dernières vacances ensemble. Comme elle aurait aimé retenir le temps, revivre ces moments de complicité avec celui qui lui avait tout appris de  la mer, ses  multiples facettes déclinées par les saisons , le vent , les marées , celui qui n’avait jamais ménagé sa peine pour lui expliquer l’art de la pêche , qui lui avait appris à reconnaitre le creux du rocher où se cache le tourteau,  à guetter le reflet bleuté de l’orphie sur la crête des vagues  . Elle se plaisait à se rappeler chaque geste, chaque parole comme si tout allait recommencer en se plongeant dans  cette image.  Elle sentait encore les ridules du sable mouillé sous la voute de ses pieds,  le cliquetis des mats métalliques composait pour eux une ode au vent du large . Il y a peu le grand abat jour de la vie de son père s’était éteint . Il ne lui restait maintenant que le souvenir de cette osmose  que l’océan avait tissé .


à faire tourner la tête

IMGP0216

 

Les lutins de Noël s’amusent beaucoup chez nous ,passée une certaine heure ils déplacent la grande roue , histoire de tourner un peu plus la tête des demoiselles de la vitrine .

IMGP0213 IMGP0214

Ils aiment aussi chapeauter d’or les belles une fois qu’elles ont retrouvé leurs esprits .

La cathédrale n’est pas la dernière à se laisser parer d’or et d’argent ,

IMGP0215

IMGP0205

Mais  les lutins aiment aussi faire danser la couleur un peu partout , pas question avec eux de broyer du noir .

IMGP0188

Ils vous prennent par la main et c’est parti pour un petit tour de fête , tournez , tournez la manivelle et le feu étincelle.

IMGP0222

Tournez , tournez dans les nacelles et vous verrez comme la nuit est belle.

IMGP0220

IMGP0233 

Il arrive même  parfois que les lutins se cachent dans les arbres pour tourner la manivelle .  

IMGP0244

Alors n’hésitez pas si vous entendez leur ritournelle laissez vous tournicoter la cervelle


Plein feux

PB221413

Avant que décembre ne pointe le bout de son nez je voudrais  partager un feu bien particulier,

PB221421

Celui qui chauffe  la pierre de Jaumont juste avant le crépuscule ,

PB221429

Qui fait chanter les tours sans qu’elles n’y prennent garde de part et d’autre de la Seille

PB221438 PB221439

Je rajouterai aussi celui qui embrase les  berges de Moselle , ses flammes d’or léchant arbres et pelouse

PB161342

Pour se réfugier dans le brasier ardent près de la rivière PB161347 Puis je laisserai le manteau de la nuit envelopper les clochers pour vous montrer où il se réfugie

PB221497

Parfois bien plus bas ,à l’abri des regards,  bien caché

PB221498 Ou beaucoup moins discret

PB221503


Un an déjà …

PB161368

Un an déjà, le temps s’enfuit,

Que sans un bruit ton cœur s’est tu,

Toute ta vie tu t’es battue

Jusqu’à ce jour devenue nuit .

 

PB161372

Sans jamais la moindre plainte,

Tu acceptais les coups du sort,

Pour toi rien n’allait sans effort,

C’était ta seule complainte . 

 

PB161376

 

Maintenant  des perles de pluie

Glissent sur ton beau sourire,

Maman,  je voulais te dire

Tu es avec moi  aujourd’hui .


Les couleurs de la nuit à Amiens

Une magie bien réelle s’installe dans les rues de la ville,   la tour Perret tel un phare se dresse dans la nuit pour guider les pas des citadins.  Le tempo d’une fièvre du samedi soir ( oui, oui c’était bien un samedi que j’ai fait ces clichés )  rythme l’apparition de toutes les couleurs de l’arc en ciel sur ses flans .

P8300142 P8300146

 

 

P8300147

Pourquoi ne pas se laisser aller à une visite nocturne de  la cathédrale qui elle aussi nous réserve  des trésors d’illuminations , un spectacle d’une grande finesse qui nous plongera quelques centaines d’années plus tôt quand la polychromie était la règle pour tous les édifices religieux . Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer quelques tableaux de cette inoubliable clin d’œil au merveilleux grâce à la parfaite maitrise de la technique informatique. Imaginez  en plus des images une illustration sonore des plus agréables tant par la musique des mots  de la langue française que par l’accompagnement instrumental ou vocal .

Un grand merci aux intermittents du spectacle qui ont manifesté en silence et ont assuré l’intégralité du spectacle .

P8300129  P8300131 P8300132  P8300134 P8300135

  P8300141 P8300139

Amiens une ville qui sait se parer de ses plus atours de jour comme de nuit pour le plus grand plaisir de ses habitants et des touristes .