Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “ombre

Le petit jeu de lettres

LE PETIT JEU DE LETTRES 205-

Pour le petit jeu de lettres chez lady Marianne un clic sur le tableau .

Le mot à trouver : emberlificoter =  embrouiller quelqu’un .

Les anagrammes sont soulignées dans le texte .

P5160005

Emeric Colbert , le cuisinier de l’école Molière  , ne tolère pas qu’on le dérange pour une bricole . Il faut déjà un motif sérieux pour oser pousser la porte du réfectoire quand il prépare les menus de la semaine .  Mais  aujourd’hui Emile Merle le directeur l’a ce motif et il ne se soucie pas du visage irrité ni de l’air féroce arboré par Emeric quand il entre en trombe dans la salle . Il lui annonce  qu’un écolier  a trouvé un lombric dans la salade d’asperges des bois,  qu’un autre  tremble de tous ses membres présentant le teint jaunâtre caractéristique de l’ictère . Loin de le féliciter  pour  la qualité de sa cuisine et son originalité, il attend de pied ferme des explications .

Le cuisinier ne se montre pas fébrile et lui rétorque calmement :

Force est de constater que Brice  mon aide est un peu limité , cet imbécile ne croit pas utile la plupart du temps de mettre ses lunettes. Mais dites moi vous êtes sur qu’il ne vous a pas emberlificoté le gamin avec cette trouvaille, n’a – t –il pas confondu avec un  autre ingrédient ?

_  Non , non il s’agit bien d’un ver de terre , il me l’a déposé sur mon bureau !  Et pour l’autre cas vous avez une idée  ?

_ Pas l’ombre d’une,  mon fricot  a le mérite d’être sain pas comme toute cette nourriture en boite qu’on sert  ailleurs. Moi ,j’utilise des  produits de la ferme d’à côté , je  me méfie de l’industriel , je vais même chercher mes champignons en foret

Emile terrifié par  ce qu’il vient d’entendre   blêmit  :

_ Quoi , vous voulez tous nous envoyer au cimetière ?

_ Ce n’est pas un crime non , je sais faire la différence entre un bolet et une amanite ?

_ Mais c’est complètement interdit , je suis formel ! , tout doit être contrôlé par une entreprise certifiée , c’est obligatoire . Dorénavant merci de rectifier votre manière de travailler et de veiller à ce qu’il n’y ait plus le moindre bémol avec Brice .

P8090020


Au loin il voyait …

Défi écriture no 52 Chez Ghislaine

Pour l’atelier 81 de Ghislaine , un clic sur le logo .

Les mots à insérer :Vaste, sombre, ombre, paysage, crainte, suivre, raisonner, avancer

ou ( et )  la phrase, " Au loin, il voyait…."

crainte

Au loin il voyait l’horizon s’obscurcir, l’ombre du chaos se profilait au sein de la manifestation.  Suivre cette voie qui ne laissait place qu’à la crainte de voir tout s’embraser  n’avançait plus à rien. Et pourtant il y croyait à cette revendication légitime mais il ne se reconnaissait plus dans le vaste  et sombre paysage des actions déclenchées , toutes plus violentes les unes que les autres . Il avait tenté de raisonner certains manifestants armés de pavés mais ils étaient restés sourds à ses appels et avaient continué à fracasser les vitrines non protégées  . Il ne comprenait vraiment pas en quoi la casse dans les magasins et le pillage pouvaient servir leur cause, aussi se retira – t – il de ce mouvement  qui n’avait plus rien de pacifique .

Toute ressemblance avec des personnes ou des évènements existants ne serait bien sur que pure coïncidence …..


Croqueurs de mots

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

Colette (clic)  à la barre  des croqueurs de mots nous propose de compléter ce quatrain ou de l’introduire dans un texte .

Novembre a ses charmes

Novembre a ses larmes

Son décor fait rêver

Son refrain fait pleurer

PA100090

*

Son pardessus  de grisaille

Prend le ciel dans sa tenaille   

Bise et  pluie en escorte

Frappent alors à ta porte

*

Dehors les mornes ramures

Poussent d’inquiétants  murmures

Sous les vils assauts d’Eole

Qui leur donnent la parole

*

Estompé le chemin désert

Envahi par la brume  

Aux vagues  d’écume

Se perd dans cet éther

*  

 Mais dans l’âtre le feu crépite

Repoussant  le froid et l’ombre

Les flammes comme  pépites

Jaillissent de la pénombre

*

Le lueur féline  danse

 Estompant le noir de l’ennui

Gardant sans peine  la  cadence

Jusqu’au fin fond  de la nuit . 

  PB173581


jeudi poésie

Oyez oyez bravs gens de plume...

Pour le jeudi poésie des croqueurs de mots Jeanne Fadosi ( clic) à la barre nous propose comme fil conducteur la vue et la cécité, la lumière et l’obscurité. J’ai choisi un poème de Louise Ackerman .

P8162662

De la lumière

 

Mehr Licht ! mehr Licht !
(Dernières paroles de Gœthe.)

Quand le vieux Gœthe un jour cria : « De la lumière ! »
Contre l’obscurité luttant avec effort,
Ah ! Lui du moins déjà sentait sur sa paupière
Peser le voile de la mort.

Nous, pour le proférer ce même cri terrible,
Nous avons devancé les affres du trépas ;
Notre œil perçoit encore, oui ! Mais, supplice horrible !
C’est notre esprit qui ne voit pas.

Il tâtonne au hasard depuis des jours sans nombre,
A chaque pas qu’il fait forcé de s’arrêter ;
Et, bien loin de percer cet épais réseau d’ombre,
Il peut à peine l’écarter.

Parfois son désespoir confine à la démence.
Il s’agite, il s’égare au sein de l’Inconnu,
Tout prêt à se jeter, dans son angoisse immense,
Sur le premier flambeau venu.

La Foi lui tend le sien en lui disant : « J’éclaire !
Tu trouveras en moi la fin de tes tourments. »
Mais lui, la repoussant du geste avec colère,
A déjà répondu : « Tu mens ! »

« Ton prétendu flambeau n’a jamais sur la terre
Apporté qu’un surcroît d’ombre et de cécité ;
Mais réponds-nous d’abord : est-ce avec ton mystère
Que tu feras de la clarté ? »

La Science à son tour s’avance et nous appelle.
Ce ne sont entre nous que veilles et labeurs.
Eh bien ! Tous nos efforts à sa torche immortelle
N’ont arraché que les lueurs.

Sans doute elle a rendu nos ombres moins funèbres ;
Un peu de jour s’est fait où ses rayons portaient ;
Mais son pouvoir ne va qu’à chasser des ténèbres
Les fantômes qui les hantaient.

Et l’homme est là, devant une obscurité vide,
Sans guide désormais, et tout au désespoir
De n’avoir pu forcer, en sa poursuite avide,
L’Invisible à se laisser voir.

Rien ne le guérira du mal qui le possède ;
Dans son âme et son sang il est enraciné,
Et le rêve divin de la lumière obsède
A jamais cet aveugle-né.

Qu’on ne lui parle pas de quitter sa torture.
S’il en souffre, il en vit ; c’est là son élément ;
Et vous n’obtiendrez pas de cette créature
Qu’elle renonce à son tourment.

De la lumière donc ! Bien que ce mot n’exprime
Qu’un désir sans espoir qui va s’exaspérant.
A force d’être en vain poussé, ce cri sublime
Devient de plus en plus navrant.

Et, quand il s’éteindra, le vieux Soleil lui-même
Frissonnera d’horreur dans son obscurité,
En l’entendant sortir, comme un adieu suprême,
Des lèvres de l’Humanité.

Louise Ackermann, Poésies Philosophiques

P8162658


jeudi poésie

Oyez oyez bravs gens de plume...

 

Pour le jeudi poésie des croqueurs de mots Jeanne Fadosi ( clic) à la barre nous propose comme fil conducteur la vue et la cécité, la lumière et l’obscurité.  

imgp9898_thumb

Quand le crépuscule doucement prend place,

Buvant  le  sang  rosé des brasiers  allumés ,

Le   chant   de  l’onde maintient  sa dédicace

En   notes  légères ,  romances   sublimées .

*

Sous   son   voile  noir  s’estompe  toute   chose

Gommant les contours de la ville qu’il engloutit

A    pas    de    loup   l’ombre  s’installe  et  pose

Sa   trace   sur  les  cendres  du  jour endormi

*

La   lave   des   rêves   glisse  aux  étoiles

Ses plus doux secrets, histoires sans parole

Que  l’astre  de  la  nuit  brode sur sa toile.

*

Bien loin des soucis et des affres du bruit

Sélène consciencieuse  jamais ne somnole

Elle  garde  en  main  les  rênes  de la nuit..

Gisèle F 30/11/2017

IMGP4623


Une pause fraicheur

P7090208

Nous avons la chance d’avoir des circuits ombragés pour les promenades à pied ou en  vélo, à quelques pas du centre ville, le long de la Seille et quelques places rafraichissantes mais nous ne sommes pas les seuls à en profiter les pigeons aussi apprécient.

J’avoue que j’en aurais bien fait autant s’il n’y avait pas eu des réglages de débit en cours à mon passage.

P7090204Pour la boisson non , j’avais quand même pris mes précautions.

P7090205

J’aime beaucoup cette promenade le long des remparts longeant la Seille en été l’ombre y est vraiment appréciable , même si le petit vent d’est nous aide à supporter la hausse des températures . 

P7090212P7090214

Patapon lui préfère l’eau de la Moselle, il sait qu’en plus de la fraicheur , elle lui assure aussi son déjeuner

P7090224

P7090227

Bon mardi à toutes et tous .


Nuit

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

Colette (clic)  à la barre des croqueurs de mots nous propose le thème nuit pour ce jeudi poésie.

imgp9898_thumb

Quand le crépuscule doucement prend place,

Buvant  le  sang  rosé des brasiers  allumés , 

Le   chant   de  l’onde maintient  sa dédicace

En   notes  légères ,  romances   sublimées .

 

IMGP8309

*

Sous   son   voile  noir  s’estompe  toute   chose

Gommant les contours de la ville qu’il engloutit 

A    pas    de    loup   l’ombre  s’installe  et  pose

Sa   trace   sur  les  cendres  du  jour endormi .

*

P8160126

La   lave   des   rêves   glisse  aux  étoiles 

Ses plus doux secrets, histoires sans parole

Que  l’astre  de  la  nuit  brode sur sa toile.

*

IMGP3730

Bien loin des soucis et des affres du bruit

Sélène consciencieuse  jamais ne somnole

Elle  garde  en  main  les  rênes  de la nuit.

Gisèle F 30/11/2017


Noir

Bernieshoot ( clic) nous propose un défi d’écriture sur le thème du noir, le mien ne comportera pas 500 mots.

 IMGP5656

 

N   ébuleuse    couleur,    laque   d’ennui

O  mbre   l’âme   d ‘une   encre   dense  

I l est des heures quand le sommeil fuit

R   ivées      à    l ’aubade    du   silence .

*

N  e vous êtes vous jamais un jour perdus

O ubliant  vos repères  que le jour révèle

I llusions       d’une      vision       partielle

R iche         d’ erreurs          inattendues .

*

N   oyés  dans l’océan de pénombre

O  ù naissent monstres et sorcières

I l  vous  faut vite quitter  l’ ombre

R evenir  toujours vers la lumière . 

*

N  e  croyez pas que sa face obscure

O  ù se reflètent nos peurs d’enfance

I  ncite     à    bannir    sa    dictature

R ien ne fascine plus que sa présence.

*

N imbée dans ses atours de mystère

O  sant  le  velours  soyeux de la nuit

I l  est  des  heures où le noir inscrit

R  êves   multiples    à   sa  bannière .

*

N e voyez – vous pas le merle moqueur

O  ffrant   l’éclat du jais à ses plumes

I  l est très fier de son beau costume

R   egardez le il y  met tout son cœur.

*

N octurnes envolées pour ce chanteur

O ubliant     la    loi    du    crépuscule

I l   siffle  sa  sérénade   sans   peur

R  ivalisant   de  trilles  qu’il  module .

*

N ous ne pouvons lire les étoiles

O  rion ,carène,  poupe  et voiles

I solés , seul   le noir les dévoile

R  éalisant une magnifique toile .

*

N e    restez   pas   sur ce triste constat 

O ù      le     noir     invite      la     solitude

I l    lui    faut   pour   rompre  l’ habitude

R ien qu’un soupçon, une pointe d’ incarnat

*

N uage  blanc   et  poudreuse d’ hiver,

O  urlée   d’obsidienne,    la   branche 

I  nscrit  sa  griffe  même  à  l’envers

R  ien  que  pour prendre sa revanche .

*

N i  le  crayon , ni  le  pinceau   ne  l’ignore

O mbrant  les traits pour un dessin qui vit 

I l  faut  juste  que  sur  la  feuille encore

R enaissent  ensemble  le  jour  et la nuit .

GF 27 /11/ 2017

 


Amour, Amitié, Absurdité

Pour l’alphabet à thèmes de Domi un clic sur le logo .

Domi nous propose comme thème   les trois mots Amour, Amitié, Absurdité .

IMG_0001

A imer   jusqu’à   la   déchirure

M ais puiser dans la pénombre

O ù  se   réfugie   la   blessure

U ne     lumière    de   l’ ombre

R  ayonnante de clair obscur 

*

A  pprivoiser    souvent    l’instant

M  ultipliant       les       secondes

I  nverser  les  ailes   du   temps

T  oujours présent dans la ronde.

I ntense      souvent       palpitant

E st le chant que le cœur sonde. 

*

A     la    dérobée   le  sublime

B  albutie  toutes  ses gammes

S i     le     silence     s’exprime

U ne bougie pour toute flamme

R ien    n’échappe    à    l’abime

D e  nos  vies  en  quête  d’âme

I l  n’est  rien  qui  ne   s’anime

T ant  l’absurde  est  un drame

E n   amour  que  l’on  supprime

********

Je me suis inspirée de la lecture de ce formidable livre de Gaëlle Josse , merci Yvonne pour ton cadeau, pour répondre à ce défi . Je vous conseille vraiment ce roman qui  fait se croiser deux histoires, celle d’une femme dont l’aveuglement amoureux et l’infinie variété de ses  jeux d’ombres est mise en parallèle, par le biais d’un tableau de Georges de la Tour, avec celle du peintre créant  “ saint Sébastien soigné par Irène”.

Tour à tour la parole est donnée à cette jeune femme qui revit son histoire d’amour dans un musée de Rouen devant le tableau , et au Maître  Georges de La Tour et à son apprenti Laurent au cours de la réalisation de l’œuvre  . L’art et la création sont analysés avec beaucoup de finesse , les âmes de chacun aussi et  magistralement . Un tableau qui s’anime sous la plume poétique de cet auteure qui sait nous transmettre son émotion avec beaucoup de talent . 

“ Ce vertige à chaque fois devant cette surface vierge .Tout y est possible. La main accordée au souffle , comme une fécondation.Et cette question , la même depuis si longtemps Saurai – je donner la vie aux scènes qui m’apparaissent en songes ? “

“ Ce regard. C’est ainsi que nous devrions nous y prendre avec les autres, avec cette attention de dentellière penchée sur son carreau , ;: regarder naîtreon motif sous ses doigts , et rien d’autre “

“ la grâce d’un poignet, la musculature d’un bras , la torsion d’un buste , la douceur d’une main, ne s’éprouvent qu’au regard de ce qui les révèle . Nous trichons en paroles , rarement en gestes “

“Pour te gagner, j’ai accepté de me perdre , d’égarer une partie de moi – même , dans un joyeux mouvement de mutilation volontaire et inconsciente. Mon univers se resserrait , comme consumé, aspiré de l’intérieur, façon tête réduite jivaro.”                   

 


Quand l’ombre …

mon-logo-fait-par-ghis

Pour le défi d’Arlette un clic sur le logo

IMGP8297

 

“Quand l’ombre des géants de cristal s’étire , que la lumière danse sur les stalactites , faisant miroiter  cet  univers de glace , des milliers de bulles éblouissantes crèvent à la surface en un éternel  souffle  de l’hiver que rien ne lasse  .”


Orange ……noir

Pour le défi des croqueurs de mots, Josette à la barre ,  un clic sur le logo

P5220745

O     mbre   et  soleil  jouent  l’ode  violoncelle 

R   ien  ne  les  arrête,  ni  le  froid ni les toits.

A    tutoyer   l’ouate  du  ciel  avec  les   doigts

N  oyant dans l’encre  du soir nos peurs réelles

G   randit    notre   soif    d’espace   hirondelle

E n   épousant   la   profondeur   de  nos  émois

****

IMGP6804

N    e  cherche  pas  dans  le passé  le passage

O    ublié    d’une   transhumance    d’autrefois,

I  l  est  aujourd’hui le  chemin   des messages,

R    egarde    , et   tu    seras   étonné   ma  foi.

IMGP6730


jeudi vendredi

Pour le défi de Violette un clic sur le logo pour participer .

Je vais finir par croire que le défi y est pour quelque chose , mais c’est incroyable depuis que Violette a mis en route ce “ jeudi vendredi “ mes jeudis ne manquent pas d’anecdotes , de rencontres et d’occupations .

Voilà le jeudi commence bien voir très bien puisque sa majesté soleil a décidé de nous honorer de sa présence et pas qu’un peu puisqu’à 7 heures la température avoisine les 20 degrés . Le programme ? pour commencer un petit tour à la banque pour avoir de la monnaie pour le vide grenier auquel je participe dimanche ( croisons les doigts pour qu’il n’y ait pas de trombes , ce n’est pas gagné question météo ). J’enfourche donc mon destrier et hop c’est parti , pour la première fois je réussis à aller plus vite que les voitures pour aller au centre ville , si, si je ne plaisante pas, les feux rouges me laissent le passage sur les ponts et visiblement ils sont tous d’accord .

P6230168

J’arrive juste au dessus du plan d’eau , pour l’instant pas question d’y faire un tour je dois d’abord m’occuper de ma monnaie. Je me leste à la banque de deux rouleaux de pièces et reprends les pistes cyclables à partir de la la place du roi Georges . La chaleur augmente et je suis bien contente de trouver de l’ombre près de l’eau .

P6230171

Ah les jeunes du kayakclub ne se font pas prier pour sauter à l’eau , j’en ferais bien autant mais mon vélo lui ne sait pas nager . Je continue donc mon chemin le long de l’eau je dois ramener de la viande blanche pour Volga qui est au régime strict ….. En voilà une qui choisit mal son moment pour tomber malade , visite hier chez le vétérinaire, prise de sang et tout le toutim , nous craignions vraiment un empoisonnement mais non il s’avère qu’elle a juste du manger une charogne ou l’équivalent ….

P6230176 Chemin faisant je discute avec deux touristes anglais , non pas de brexit , mais de transport canin, ils ont trouvé un moyen tres pratique d’emmener le toutou partout avec leur vélo. Je les questionne pour savoir si ils ont acheté ou fabriqué le dispositif, il parait que cela se trouve en magasin , où ? là le nom de la ville , désolée  je n’ai pas bien compris mais c’est dans le sud ouest de l’Angleterre.

P6230211 Je les renseigne aussi sur le chemin à prendre pour continuer a promenade le long des remparts ou si il préfère prendre la direction de la place d’Armes vers l’office du tourisme . Puis je me dirige vers la place de la comédie pour passer les ponts .

P6230221

Là le personnel des espaces verts s’activent pour la mise en place du jardin , sous l’œil narquois du personnage de l’affiche de l’opéra .

Au passage je note sur le parcours la présence des daturas près du pont des roches .

P6230219

Alors que je discute avec une connaissance, un cycliste m’interpelle pour savoir où se trouve la rue de la piscine, lieu du scanner qu’il doit passer prochainement, comme il est à vélo  je lui propose de me suivre . Une fois le bâtiment trouvé je rentre faire les courses pour Volga, non s’en m’arrété devant cette exposition particulière dont je vous reparlerai .

P6230225 Pas de vélo l’après midi , le colis pour le placard est bien trop volumineux , c’est donc en voiture que nous allons le chercher . Mes cervicales se souviennent encore du vil traitement infligé par les planches passant au dessus du siège , c’était ça ou je restais sur place !

Pour le reste de l’aménagement , c’est pour plus tard , il faut à tout prix s’hydrater et se reposer un peu  .

P6230192

Bon vendredi à toutes et tous

Bises

 


Youpi enfin une belle journée

P6190133

Vous allez rire en voyant les photos que je vous propose.  D’aucuns pourraient penser encore !  n’en a – t – elle pas eu suffisamment de l’eau ?  Là, j’avoue en me rendant à vélo en ville, j’ai surpris ces jeux festifs je suis restée fascinée par les mouvements , les reflets, les jeux de lumière ombre et soleil dans la végétation , un réglage pour les fontaines dansantes sans doute , et j’ai demandé à mon appareil de les mettre en boite .

P6190141

P6190140

P6190142

P6190138

Visiblement la dame qui faisait le ménage dans le ciel samedi dernier en est venu à bout de ces cumulus et autres nimbus gorgés d’eau …

P6180015 Bon jeudi à vous toutes et tous , je vais essayer de passer sur vos blogs avant ce soir mais ce n’est pas gagné , l’emploi du temps est encore bien chargé aujourd’hui .

Bises


Eddie et Deborah

LE PETIT JEU DE LETTRES (62)

Pour le petit jeu de lettres de Lady Marianne , un clic sur le tableau

Le mot à trouver : hebdomadier celui ou celle qui est de semaine dans une maison religieuse , qui est chargé de présider l’office ou ou d’exercer une autre fonction pour une durée d’une semaine .

anagrammes soulignées dans le texte .

IMGP5632

Eddie et Deborah cherchent Dario partout , pas l’ombre d’une oreille de ce fichu léporidé à l’horizon et pourtant l’herbe n’est pas bien haute .  Hebdomadier dans le monastère de la “garenne hardie”  il a promis de célébrer l’office mardi prochain, le jour de leur union , mais auparavant ils doivent convenir avec lui du choix des textes.

“ Tu crois qu’il se dérobe pour une quelconque brimade ? “ questionne Eddie

“ Non je ne pense pas , allons demander à frère Amadeo s’il ne lui est pas arrivé quelque déboire “  répond Deborah

“  Non,  il est absent en ce moment , mon adorée , j’aimerais tant te voir déjà avec ce diadème de fleurs blanches, regarde Moira la mariée de la semaine dernière, elle prépare déjà le nid pour ses futurs enfants, elle enlève un peu de sa fourrure   “

IMGP5647

J’admire ton calme quand j’aborde les soucis que nous rencontrons pour la cérémonie religieuse avec Dario , je ne veux pas médire mais monsieur le maire lui est bien présent aujourd’hui , et je suis bien content qu’il nous aide dans nos recherches .”

IMGP5630

“ On ne va quand même pas demander à l’armée de se déployer sur  le terrain ! Dario est peut être débordé par la fabrication de sa bière ambrée et comme je sais qu’il est assez bohême , il a peut être oublié ce rendez – vous ,  mais en tout état de cause son absence m’inquiète un peu “ note Mario le maire “

IMGP5633

“ J’adhère parfaitement à votre vision du problème  “ embraie Deborah

“ Allez,  je fonce dans la forêt d’aubépines, il faut en avoir le cœur net  “ décide Eddie

IMGP5634

“ Attention de ne pas t’abimer la peau , modère ton allure ,  même si ton poil  n’a pas la texture du mohair il ne te protège pas forcément des blessures , la dernière  fois  que tu as couru entre les épines,  même le derme était touché ! “ prévient Déborah .

IMGP5639

Le maire, Deborah et un de ses conseillers surveillent les environs, au cas où Dario reviendrait de ce côté . Chacun élabore une hypothèse à ce contre temps, les discussions vont bon train lorsque  Deborah soudain l’aperçoit près de la butte  bordée de violettes .

IMGP5648

Visiblement il est sain et sauf, pas de vision morbide , il  semble juste avoir dormi et avoir complètement oublié qu’il devait rencontrer Eddie et Deborah .

“ Ouf , je préfère vraiment qu’il en soit ainsi “ s’exclament  en chœur Deborah, le maire et son conseiller .