Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “opéra

Castor

images-copie-1

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo .

Inséparable de son jumeau Pollux ils arrivent tous les deux dans la cour de récré avec l’opéra de Jean – Philippe Rameau .

Xl_avatar

 

C  astor    et   Pollux   les  jumeaux inséparables   

A  vec   bravoure   ont     combattu  le  roi   Lyncée

S i l’un reste en vie, par Jupiter rendu  invulnérable

T out   différent   est  le  sort  de  son  frère  aimé

O  ccis    dans  la  bataille  par  le  destin implacable

R etournant    contre   lui    la   jalousie   de    Phébé

 

File:Castor and Pollux-Parc de Versailles.jpg

Argument pris ici 

Acte I

La fille du Soleil, Phébé, médite sur le mariage prochain entre sa sœur, Télaïre, et le roi de Sparte, Pollux. Elle exprime sa jalousie pour sa sœur, qui grâce à sa beauté, règne sur les cœurs, quand elle-même n’a de pouvoir que sur les enfers. Ainsi, le frère du roi, Castor, dont Phébé est éprise, est aussi amoureux de Télaïre que Pollux. Pour venger son amour offensé, Phébé se prépare à soutenir Lincée, un ennemi des deux frères, lui aussi amoureux de Télaïre.

De son côté, Télaïre est elle aussi désespérée par son mariage avec Pollux, car elle est amoureuse de Castor. Celui-ci lui annonce son exil prochain. Il ne peut en effet supporter de rester près de sa bien-aimée que son frère qu’il adore lui a ravie. Mais Pollux paraît et accepte, par amour pour son frère, de laisser les deux amants se marier. Il libère donc Telaïre de son engagement vis-à-vis de lui. Un chœur de spartiates chante alors la gloire du roi.

Alors qu’on procède au mariage, un tumulte éclate, Lincée attaquant le palais, guidé par Phébé. Tous courent aux armes. Soudain, on annonce la mort de Castor. Lincée paraît, cherchant à enlever Télaïre, mais Pollux intervient et tue Lincée.

Acte II

Le peuple de Sparte est assemblé autour de la sépulture de Castor. Télaïre se lamente sur la tombe (« Tristes apprêts »). Phébé paraît, ce qui provoque la colère de Télaïre. Elle se dit aussi malheureuse, ayant également perdu l’homme qu’elle aime. Elle propose à sa sœur de ramener Castor des enfers, si celle-ci renonce à son amour. Télaïre accepte.

Mis au courant de ce plan, Pollux décide de descendre lui-même aux enfers, afin d’implorer son père, Jupiter, de rendre la vie à Castor.

Acte III

Dans le temple de Jupiter, Pollux réalise un sacrifice. Le Grand-Prêtre s’avance alors, annonçant la descente de Jupiter, et demandant aux mortels de quitter les lieux. Lorsque Jupiter apparaît, Pollux se courbe à ses pieds et l’implore. Jupiter répond qu’il ne peut forcer les lois des enfers, mais Pollux décide alors de descendre lui-même aux enfers, défiant Pluton, le roi des enfers. Jupiter le met en garde : s’il descend aux enfers chercher son frère, il devra alors prendre sa place. Pollux est prêt à accepter, mais Jupiter lui demande d’abord de voir ce à quoi il renonce ainsi. Hébé, déesse de la jeunesse et de la vitalité, et les plaisirs célestes entourent Pollux et cherchent en vain à lui faire renoncer à son projet.

Acte IV

A l’entrée des enfers, Phébé invoque les esprits magiques pour combattre les monstres gardant le passage. Elle aperçoit alors Pollux accompagné de Mercure, qui s’apprêtent à pénétrer dans les enfers. Il lui explique que seul un héros comme lui peut entrer, puis il part à l’assaut des portes des enfers et des monstres qui les gardent (« Tombez, rentrez dans l’esclavage »). Alors que Pollux et Mercure parviennent à entrer, Phébé, ne pouvant les rejoindre, se poignarde et tombe dans les abimes, non sans espérer que Castor ne parviendra pas à rejoindre sa rivales, Télaïre.

Acte V

Aux environs de Sparte, Castor retrouve Télaïre, qui se sent revivre. Mais Castor lui annonce la promesse faite à son frère. Télaïre lui reproche de l’abandonner pour n’être fidèle qu’au trépas et le menace de mourir elle-même s’il retourne aux enfers. Le peuple de Sparte approche pour chanter les louanges de leur nouveau roi, mais Castor reste inflexible : les dieux le puniraient et puniraient également Télaïre s’il ne tenait pas sa promesse. Soudain, la terre tremble et le tonnerre raisonne, les enfers pressant Castor. Télaïre s’évanouit. Castor invoque Jupiter, afin qu’il ne les condamne pas tous les deux au trépas. Jupiter descend du ciel sur son aigle. Il annonce qu’il délivre Castor de sa promesse, et que Pollux pourra remonter des enfers. Les deux frères partageront l’immortalité. Pollux paraît et tombe dans les bras de son frère. Chacun rend hommage aux dieux.

Pendant ce temps, Castor vit l’éternelle paix sur les Champs-Elysées, mais se languit de son amante. Pollux apparaît et annonce à Castor qu’il va revoir le jour et devenir immortel, tandis que lui restera à sa place. A ces paroles, Castor refuse le sacrifice de son frère. Mais Pollux le convainc d’aller retrouver Télaïre, qui mourrait s’il ne revenait pas. Il ne restera cependant qu’un jour avant de revenir délivrer son frère. Mercure l’emmène alors.

 

 


Un petit tour au CPM

PB160122

L’invitation du gorille de “l’affaire  Makropoulos” était tellement persuasive que samedi dernier  nous (Annie, Mireille du Sablon, Yvonne Anne et moi) avons obtempéré de suite,  mais pour monter nous avons préféré l’ascenseur, allez savoir pourquoi …

Trois expositions sont actuellement visibles au Centre Pompidou Metz nous avons commencé par Opéra monde témoignant de la rencontre entre arts visuels et opéra au XX ème et XXI ème siècle.

Dès l’entrée nous découvrons les magnifiques costumes de Natalia Goncharova  pour “le  Coq d’Or”  de Nikolaï Rimssky Korsakov .

Le tsar Dodon, personnage tyrannique , fainéant et bon vivant promet une récompense à l’astrologue en échange de sa protection , grâce à son coq doué de visions prophétiques . Le roi trahit sa parole et tue le mage, vengé par l’animal qui chante dans la dernière scène la mort du tsar .

PB160124PB160125PB160126

Quelque part dans un empire,
Plus lointain qu’on ne peut dire,
Vivait le grand roi Dadon,
Qui dès l’enfance eut le don
D’infliger par son courage
À ses voisins force outrages.
Or ce roi, quand il vieillit,
Voulant loin des chamaillis
Connaître des jours paisibles,
A son tour devint la cible
De ses voisins qui dès lors
Lui causaient beaucoup de tort.
Pour garder son héritage
De leurs coups, de leurs dommages,
Il avait évidemment
Quantité de régiments.
Mais hélas, ses chefs de guerre
Avaient beau ne chômer guère,
S’ils tenaient le Sud, et pan!
L’attaque était au levant.
Y couraient-ils, c’est la côte
Qu’abordaient ces tristes hôtes.
Notre roi, toujours en pleurs,
N’en dormait plus de douleur.
Vous parlez d’une existence !
Il fit mander l’assistance
D’un sage, un mage, un castrat,
Qu’un émissaire assura.
Ce faisant de ses hommages.
Devant Dadon le dit mage
Bientôt se présente et sort
De son sac un coq en or.

( extraits du conte de Pouchkine )

ainsi que  la sculpture récente de Karen  Sargsyan , “ Coq d’or métamorphose”

PB160127

L’onirique et l’absurde ont aussi leur place comme les dessins  et costumes de Topor pour “ le grand macabre” de Ligeti à Bologne  .

Le grand macabre n’est autre que Necrotzar, qui surgit d’un tombeau et proclame la mort de tous les habitants de Breughelland . Apres plusieurs scènes tragi – comiques illustrant ce bizarre jugement dernier , il semble que personne ne soit vraiment mort . Necrotzar disparait .

PB160131

Costume de l’aide de la mort

PB160133

Paysage de Breughelland

PB160146

Quand le temps devient espace ,  le traitement de la durée et le rapport à l’architecture deviennent pour certains compositeurs des paramètres de premier ordre , grâce à un travail sur la spatialisation du son mais aussi à travers  la métamorphose des salles de spectacle . Le modèle classique du théâtre à l’italienne devenant pour certains obsolètes,

PB160145

l’opéra sort de son écrin pour investir d’autres infrastructures   questionnant la représentation, le rapport au public et donc sa perception .

PB160143

Je tenais aussi à partager cette dernière vidéo projetée dans l’ exposition , celle de Clément Cogitore qui adapte une partie des Indes Galantes de Jean -  Philippe Rameau avec le concours d’un groupe de danseurs de krump à l’opéra de Paris.

 


Edouard Lalo

 

Pour l’abécédaire de la musique classique de Violette un clic sur le logo

File:Édouard Lalo.jpg

Né le 27 janvier 1823 à Lille,  mort à Paris le 22 avril 1892.

Son père est un officier de l’armée napoléonienne. Edouard est le premier homme de la famille à rompre avec la tradition militaire. Il entre au conservatoire de musique de Lille. Il suit les cours de Muller pour le violon et du violoncelliste allemand (ayant joué à Vienne sous Beethoven) Peter Baumann.

En 1839, à 16 ans, en rupture de ban familial, il gagne Paris (il ne retourne à Lille que 16 ans plus tard). Il s’inscrit au conservatoire comme auditeur et suit les cours de Habenek, pour le violon et pour la composition ceux de Schulhoff et de Crévecoeur (second prix de Rome en 1847). Il survit par de petits métiers et en donnant des cours de violon.

Résultat de recherche d'images pour "Edouard Lalo"

En 1850 il compose ses deux premiers trios. En 1855, il est le co-fondateur du célèbre quatuor Armingaud (créé par Léon Jacquard et Jules Armingaud).

Sans succès il délaisse  la composition jusqu’à son mariage en 1865 avec une de ses élèves, Julie Bernier de Maligny*, une contralto  pour laquelle il écrit des mélodies.

Il écrit alors l’opéra en trois actes Fiesque d’après Schiller (commencé en 1866), qui est classé troisième au concours du Théâtre Lyrique (1869), et sur lequel l’Opéra de la Monnaie de Bruxelles pose une option restée sans suite. Il réutilise cette partition dans de nombreuses autres œuvres.

En 1874, il écrit le Concerto en fa pour violon et en 1875 la Symphonie espagnole qui sont de francs succès. En 1882 son ballet Namouna donné à l’Opéra de Paris séduit Debussy.

Un extrait à voir ici

File:Édouard Lalo2.jpeg

Pour avoir une idée de l’ensemble de son œuvre cliquez


Jacques Ibert

Pour l’abécédaire de la musique classique chez Violette un clic sur le logo

File:Jacques Ibert.jpg

Jacques François Antoine Marie Ibert est un compositeur français, né le 15 août 1890 à Paris 10e, ville où il est mort (16e arrondissement) le 5 février 1962. Il aurait pu faire partie du groupe des 6 comme Arthur Honegger dont j’ai parlé la semaine dernière . Il n’a pu répondre à l’invitation de Darius Milhaud le jour de de la fondation du groupe .

 

Résultat de recherche d'images pour "Jacques Ibert"

Grand prix de Rome en 1919, “Escales” le révèle au public . Nommé directeur de l’académie de France à Rome en 1937 , il quitte l’Italie en 1940 après que Mussolini ait déclaré la guerre à la France . Il est accusé de désertion par le nouveau régime de Pétain , il est démis de ses fonctions et on interdit de faire jouer ses œuvres . Il part se réfugier à Antibes et compose dans une semi -  clandestinité . Après la guerre, il sera rétabli dans ses fonctions et redirigera la villa Médicis jusqu’en 1960.

File:Ibert Jacques Photo1938.jpg

Il a composé des opéras, des ballets, des musiques pour le théâtre, le cinéma et la radio, des œuvres vocales ou instrumentales légères et mélodieuses qui n’oubliaient pas des instruments souvent délaissés. Sa musique illustre brillamment les qualités reconnues, de manière conventionnelle, à la musique française que sont la clarté et l’élégance.

Pour plus de renseignements sur son œuvre un clic ici.

 


Gustave Charpentier

Pour l’abécédaire de la musique classique chez Violette un clic sur le logo .

Une fois n’est pas coutume , pour cette lettre C , je vous présente  un compositeur né en Moselle, à Dieuze pour être précise , le 25 juin 1860 et mort à Paris le 18 février 1956. 

File:Gustave Charpentier LOC.jpg

Son père, boulanger à Dieuze le pousse à apprendre la musique. Suite à la guerre de 1870  sa famille refuse de vivre sous un gouvernement allemand et quitte la Lorraine  pour s’installer à Tourcoing. Il prend des cours de violon et en 1876 entre à l’orchestre symphonique municipal. Il est embauché dans une filature, fonde une société musicale et enseigne le violon à son employeur. Suite à la qualité de ses résultats, la ville de Tourcoing lui alloue en 1879 une pension annuelle pour lui permettre de suivre les cours du Conservatoire national de Paris.

Charpentier est élève d’Émile Pessard et de Jules Massenet au Conservatoire de Paris et remporte le prix de Rome en 1887 pour sa cantate Didon .

Résultat de recherche d'images pour "Gustave charpentier"

De “Louise” , son oeuvre la plus célèbre , Paul DuKas  dit   :

“Le premier acte, et surtout le quatrième, sont déjà d’un maître. Les deux autres d’un homme. Prodige rare par le temps qui court, où nous entendons tant de soi-disant œuvres d’art dont les auteurs ne sont ni des hommes, ni des maîtres, ni hélas des artistes.”

“Louise” devait être le premier volet d’une trilogie. En 1913, le second volet, Julien ou la vie du poète,  a un grand succès, interrompu par le départ soudain pour Bruxelles (6 mois après la première, le 4 juin 1913) du ténor Charles Rousselières (1875-1950) qui tient le rôle titre. La première guerre mondiale ne permet pas de remonter l’œuvre.

Résultat de recherche d'images pour "Louise Abel Gance"

Il supervise l’adaptation de Louise au cinéma par Abel Gance en 1938  .

Œuvres orchestrales
  • Impressions d’Italie, suite symphonique (1889)
  • Munich, poème symphonique (1910-1911)
Œuvres lyriques
  • Didon, scène lyrique (1887)
  • La Vie du poète, drame symphonique pour voix solistes, chœur et orchestre (1888)
  • La Chanson du chemin pour soprano, ténor, voix de femmes et piano (1893)
  • Impressions fausses pour baryton, voix d’hommes et orchestre (1894)
  • Les Fleurs du mal pour voix et piano (1895)
  • Sérénade à Watteau voix solistes, chœur et orchestre (1896)
  • Le Couronnement de la muse voix solistes, chœur et orchestre (1897)
  • Le Chant d’apothéose voix solistes, chœur et orchestre (1902)
  • La Vie féerique, musique de film pour voix et orchestre (après 1913)
  • Poèmes chantés (1895; 1900), mélodies sur des textes de Verlaine, Baudelaire, Blémont, Méry et al.
Opéras
  • Louise (1900)
  • Julien (1913)

Résultat de recherche d'images pour "Gustave charpentier"

 

Pour écouter “depuis le jour” de “Louise” interprété par Maria Callas un clic ici

 

 


à l’opéra

LE PETIT JEU DE LETTRES (65 )

 Epistographique : Caractérise un écrit rédigé au recto
et au verso  du support sur lequel il est écrit
(parchemin,papier* etc….)

Les anagrammes sont soulignées dans le texte

Pour participer cliquer sur le logo il s’agit d’une part de retrouver le nom compris dans le tableau et de faire un texte avec les anagrammes de cinq lettres et plus comprises dans le tableau .

P5070076

Sur la scène de l’opéra théâtre Sergio et Rosita sont en répétition , Gasper le machiniste joue avec les lumières pour éclairer tantôt l’un  tantôt l’autre. Le rideau doit tomber dans cinq minutes pour dévoiler un décor différent , une sorte de montagne que les peintres ont fini de réaliser juste à temps . Le dialogue sur scène entre les deux comédiens prête à sourire :

Episto quoi  dis tu ? “ questionne Sergio

Epistographique, tu piges ?  episto, ça te dit quelque chose non ?  “ commente  Rosita

“……..”

Silence  prolongé de Sergio dont l’ esprit s’agite, piégé dans les remous de ses connexions neuronales .

“ Aie aie aie , mais qu’est ce que tu faisais pendant les cours de Français à l’école , tu gréais des bateaux sur les rivages de tes rêves  ? “ poétise Rosita

“ épistolaire oui maintenant ça me revient “ réagit Sergio

“ Ouf , tu m’inquiétais là …”  

“Mais  j’avais cru entendre épigastrique, je me disais de manière plus prosaïque que ton épigastre devait être piégé  par  des gâteries intempestives .” se défend Sergio 

“ Des gâteries intempestives !  pardon mais qu’entends tu donc par là , je suis curieuse de le savoir ..” riposte Rosita

“ Par là j’entends ton penchant pour les réductions salés  à l’apéro , les rôtis bien garnis …” répond  Sergio

“ Top ! j’ai mon ratio de bêtises , tu veux que nous parlions de sport et de ton incapacité à en pratiquer un autrement que par poste de télévision interposé ? “

Rosita et Sergio  se séparent , choisissant de quitter la scène en opposition manifeste  . Gasper commande alors le rideau , le dernier acte peut commencer .

Les photos qui illustrant ce billet ont été prises dans le cadre de la manifestation tous à l’opéra encore présente ce dimanche dans plusieurs villes de France.

Un parcours très agréable à l’intérieur de notre opéra théâtre qui nous a permis de découvrir  les coulisses , des lieux que nous ne connaissons pas forcément et des professionnels non avares d’explications , nous avons beaucoup aimé .

 

 


Hermione

images-copie-1

H   ermione  fille  de  Mars,   dieu  de la guerre,

E    st  promise  par  son pèr’ au  géant  Dracon 

R   ival, Cadmus  pour elle va tuer  son  dragon, 

M    ais   Mars   lui   impose   multiples    galères,

I  l   lui  faut  combattre   une  armée  entière, 

O    ffensive   venue    des   dents   de  la  bête,

N     égocier   aussi    le    retour   d’ Hermione, 

E    nlevée   par   Junon  qui   là   le   sanctionne .

Pour les prénoms du mercredi à la cour de  récré de Jill Bill ( clic sur le logo ), j’ai choisi une Hermione musicale, celle de l’opéra lyrique de Jean Baptiste Lully “ Cadmus et Hermione . Cette œuvre est considérée comme le premier opéra français . Plus tragi- comédie que tragédie pure, l’œuvre mêle dieux et nobles héros à des intrigues burlesques plus populaires. Inspiré par les métamorphoses d’Ovide, le livret de Quinault s’en écarte parfois , l’intrigue entre Junon et Europe n’est que survolée, d’autre part  Cadmus combat le dragon pour les beaux yeux d’Hermione et non pour ses camarades tués par la bête. Pour voir la vidéo il vous suffit de cliquer sur l’image.

La scène des adieux dans le livret de Quinault

CADMUS

Je vais partir belle Hermionne

Je vais exécuter ce que l’amour m’ordonne

Malgré le péril qui m’attend

Je veux vous délivrer ou me perdre moi- même

Je vous vois, je vous dis enfin je vous aime

C’est assez pour mourir content .

HERMIONE

Pourquoi vouloir chercher une mort trop certaine

Eh ! Que peut la valeur humaine

Contre le dieu Mars en courroux ?

Voyez en quel péril votre amour nous entraine !

J’aurois mieux aimer votre haine

Ah! Cadmus pourquoi m’aimez vous ?

CADMUS

Vous m’aimez, il suffit, ne soyez point en peine

Mon destin quel qu’il soit ne peut être que doux

HERMIONE

Vivons pour nous aimer et cessez de poursuivre

le funeste dessein que vous avez formé

Il doit être bien doux de vivre

Lorsqu’on aime et qu’on est aimé

CADMUS

Sous une injuste loi je vous vois asservie

Seroit ce vous aimer que de le pouvoir souffrir ?

Lorsque pour ce qu’on aime on s’expose à périr,

La plus affreuse mort a de quoi faire envie.

HERMIONE

Mais vous ne songez pas qu’il y va de la vie ?

Faut il que pour mes jours vous soyez sans effroi .

Je vivrais sous l’injuste loi

Où mon cruel destin me livre.

Mais si vous périssez pour moi

Je ne pourrai pas vous suivre .

CADMUS

J’ai besoin de secours , voulez vous m’accabler ?

Ah princesse, est – il temps de me faire trembler ?

HERMIONE

Soyez sensible à mes alarmes !

CADMUS

Je ne sens que trop vos douleurs

HERMIONE

Partiriez vous malgré mes pleurs ?

CADMUS

Il faut aller tarir la source de vos larmes

HERMIONE

Quoi , vous m’allez quitter ?

CADMUS

Je vais vous secourir

HERMIONE

Ah vous allez périr !

Vous cherchez une mort horrible

Mon amour me dit trop que vous allez mourir

CADMUS

L’amour que j’ai pour vous ne croit rien d’impossible,

Il me flatte en partant d’un bienheureux retour .

HERMIONE et CADMUS ensemble

Croyez en mon amour

Vous n’écoutez pas ma tendresse

Rien ne vous retient ?

CADMUS

Le temps presse

ensemble

Au nom des plus beaux nœuds que l’amour ait formés

Vivez si vous m’aimez

CADMUS

Espérons

HERMIONE

Tout me désespère

Que je me veux de mal d’avoir trop su vous plaire

ensemble

Q’un tendre amour coûte d’ennuis!

HERMIONE

Vous fuyez ?

CADMUS

Il le faut

HERMIONE

Demeurez

CADMUS

Je ne puis

Je m’affaiblis si je diffère

Il faut m’arracher de ce lieu .

HERMIONE

Ah Cadmus !

ensemble

Adieu


défi lady Marianne du dimanche 5 avril

Avec les lettres proposées,
faire des mots de 5 lettres au moins et au moins 5 mots

puis les inclure dans un texte sur un thème de votre choix, clic sur le logo pour aller chez Lady Marianne .

E P H A A N O R S T

Le mot à trouver est un terme de grammaire qui signifie renversement d’une construction grammaticale dans une phrase

ANASTROPHE

Profitant de son avance dans le programme de Français, la dernière strophe et l’ ultime phrase en anastrophe de la récitation maitrisée par les  élèves,  Rosa  emmène ses élèves à l’opéra pour une représentation  spéciale de  “la flûte enchantée  “de Mozart. Pas question de cibler  le pathos d’un Don Giovanni, elle préfère opter pour cette version beaucoup plus inspirée par les contes et accessible aux jeunes . Opérant un peu partout en Europe les marionnettes de Saltzbourg  lui offre le moyen idéal de susciter l’intérêt des  enfants tout en les éveillant à la musique chantée . Stephan et Petra , dont les  parents  sont fans du musicien,   écoutent avec beaucoup d’intérêt les explications données par l’enseignante  dans le bus  : Tamino ( interprété par un ténor )  le prince égyptien qui n’a rien  d’un pharaon est attaqué par un gros serpent,  les dames d’honneur ( soprano et mezzo soprano ) de la reine de la  nuit ( soprano coloratur)  parant les attaques du monstre vont sauver le prince évanoui  . Réveillé il entend une sorte de chant d’oiseau, un   air joué par une flute de pan , c’est Papageno l’oiseleur ( baryton ) qui sans honte se vante d’avoir tué la bête . Plus tard il est question de sauver une princesse Pamina ( soprano) ,  la fille de la reine de la nuit, Tamino qui en tombe amoureux se voit offrir une flute enchantée et doit surmonter une série d’épreuves pour que les portes des temples de la sagesse , de la nature et de la raison s’ouvrent . Les enfants ont vraiment hâte d’arriver à l’opéra théâtre  pour connaitre la suite , la phase d’attente est la plus difficile à gérer pour la maitresse mais une fois que le rideau se lève ils sont tous subjugués par le spectacle .