Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “poésie

Jeudi poésie

Pour le jeudi poésie des croqueurs de mots Colette ( clic)  à la barre du bateau nous suggère le thème de l’ennui.

La_Touche_Lennui_1893 (1)

L’ennui par  Gaston de la Touche

********

Ennui

Dans  le  vin de solitude

Coule   le néant de la vie

Nulle soif de  plénitude

Nulle pulsion, nulle envie

*

Dans ce puits lisse sans fond

Où  l’hydre de l’indifférence

Se meut et rampe à sa façon

De  rien en rien avec aisance

*

Sur    la     paroi     de  monotonie

Glisse     le    fantôme   du  désir 

Point      de     prise   en  asthénie

Rien que du  vide  comme  souvenir 

*

Le sable des jours par habitude

Dans le désert de la conscience

S’écoule,   lentement,  en  silence

Grossissant  le fleuve de lassitude

GF 14/01/21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Jeudi poésie

Pour les croqueurs de mots un clic sur le logo .

Pour cette nouvelle quinzaine c’est Martine  quai des rimes qui prend le gouvernail . Pour ce jeudi poésie elle nous dit :

Comme chante Guy Béart

« Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé »

Alors pour les jeudis en poésie, je vous propose d’écrire ou partager :

Le 8 octobre : un poème ou chanson d’amour d’un homme à une femme.

Je ne résiste pas au plaisir de repartager avec vous ce poème écrit par ma moitié à mon intention, il y a de cela maintenant 47 ans .

IMGP9768

 

Sans toi : émoi

*

Un mois sans toi

C’est une nuit sans lune

C’est une main sans doigts

Sans toi ma brune .

*

Un jour sans toi

C’est un verger sans fleurs

C’est un logis sans toit

Sans toi mon cœur.

*

Une heure sans toi

C’est cent mille secondes

C’est du noir que je broie

Sans toi ma blonde .

*

Un moi sans toi

C’est une fumée sans feu

Ce n’est plus que feu moi

Loin de tes yeux .

*

C’est un pauvre amnésique

Qui a même oublié

Ta couleur de cheveux …©

JCF 1973

************

Et puisque nous parlons d’amour et de chanson, je tenais aussi à partager ce magnifique poème de Louis Aragon chanté ici par Jean Ferrat, je ne m’en lasse pas .