Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “temple

Asia et Akimi

 

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

Pour le défi 216 les Cabardouche  ( clic ) à la barre  du bateau des croqueurs pour la quinzaine nous disent :  Marie a trouvé dans une brocante, cette élégante estampe qui apparemment évoque une histoire mystérieuse…

Qui sont ces personnages ? Que disent ils ? Que vont ils faire ? A vous de nous le raconter.

Asia et Akimi sont gardiennes du temple de Koyasan depuis  leur majorité , elles l’entretiennent avec un soin méticuleux et le fleurissent tout au long de l’année comme le veut la tradition . Quelle que soit la saison, elles veillent à ce que personne ne s’en prenne aux statues de Jizo, le protecteur des voyageurs et des enfants, celui qui a atteint l’éveil mais qui a choisi de rester au plus proche des humains pour les  aider.  Normalement,  en hiver, quand le jour décline  personne ne s’aventure à l’extérieur près de leur maison qui jouxte le temple,   mais là aujourd’hui , Ban, leur fidèle compagnon est particulièrement nerveux, il  grogne devant la porte, le poil hérissé et semble impatient de la franchir  . De plus  Akainu  ,le fils de Ban, tremble de tous ses membres et Asia est obligée de le prendre sur son épaule pour le calmer. Inquiètes, elles décident donc de sortir avec les deux chiens  pour vérifier que tout est calme .  Vêtues de leur tenue rouge traditionnelle , elles n’oublient pas de prendre leur toque de fourrure pour se protéger de cette bise qui souffle sans discontinuer depuis quelques jours. Aussitôt la porte franchie Ban tire sur sa chaine et se dirige vers la forêt à l’opposé du temple .

_  Viens Ban , mon beau, allons d’abord voir si rien n’a été volé   ordonne  Akimi

Secouant la tête énergiquement, le chien manifeste son peu d’intérêt pour cette tâche  mais finit par faire ce qu’ Asia et Akimi lui demandent. À l’intérieur du temple , elles  comptent méthodiquement  les statues , non, il n’en manque pas une, par contre Ban s’attarde devant l’’une d’entre elles.

_  Etrange , le petit bonnet et l’ écharpe rouge qui l’habillaient ont disparu note Akimi . Aussitôt le chien  se remet en route manquant de la  faire tomber.

Le chien n’en démord pas, il s’obstine  à suivre truffe au sol une odeur qu’il est le seul à percevoir .

_  Qu’est ce qui  peut bien l’intéresser à ce point , s’étonne Asia , j’espère que ce n’est pas encore ce yama neko ( chat léopard )   qui était venu dérober nos magnifiques carpes koï

_ Non , je suis passée à côté du bassin en sortant, j’ai regardé , elles sont toujours là et pas de trace de félin 

Arrivé à la lisière de la forêt Ban s’arrête devant une petite pyramide de pierres surmonté d’un bonnet rouge .

_ Bizarre , on dirait que quelqu’un a voulu rendre hommage à un enfant en s’adressant ainsi à Jizo mais aucune statue n’a été volée et nous n’avons pas retrouvé l’écharpe .

Ban tourne autour de la pyramide , colle sa truffe contre le bonnet puis de nouveau sur le sol , agitant frénétiquement la queue il s’enfonce un peu plus profondément dans les bois . Soudain il stoppe devant un grand cryptomère , l’écharpe rouge fasseye à quelques centimètres ,  accrochée à une de ses branches . Au moment où Asia cherche à s’en saisir elle aperçoit un peu plus loin  sur le sol moussu , un couffin dans lequel repose un nouveau né. Le chien lui aussi l’a repéré et se précipite . Heureusement Akimi a anticipé et stoppe  son élan, Ban ne lui ferait pas le moindre  mal,  il risquerait juste d’être un peu trop démonstratif pour ce petit d’homme.

Asia se saisit du couffin et prend le chemin du retour avec Akimi tout en félicitant le chien de les avoir averties. 

_ La personne qui a abandonné le bébé a remis son destin entre les mains de Jizo , heureusement que tu étais là aussi Ban, sinon  je ne donnais pas cher de la vie de ce petit être  .

 

 


Lundi soleil

Pour ce lundi soleil de décembre chez Bernieshoot (clic ) nous faisons entrer la lumière.

PC021077

Il n’y a pas à dire notre lanterne du bon  Dieu a beaucoup d’allure dans son habit de lumière.

Tout comme la flèche du temple de garnison , même la pleine lune semble se plaire àce jeu d’ombres et de lumières.

PC021107  Bonne journée à toutes et tous


atelier Arlette n° 26

Mon logo fait par Ghis.jpg 2

Pour l’atelier d’Arlette

Les mots :

jumeau – clou – tête – côte – barbe -jarret – queue – souvenir- blanc  -assaisonner – remonter- débarrasser

IMGP8227

Comme un clou planté dans un ciel assaisonné de poivre   gris et blanc  , narguant son jumeau végétal ,  la flèche du clocher  se dresse fièrement  à la barbe d’un pâle soleil  d’octobre, plus question de plier le jarret . Débarrassé de sa grande nef fortement endommagée par la guerre,  il ne  reste que ce  souvenir du temple édifié par Buschmann et Rettig en 1875. Si l’on remonte dans son histoire, on s’aperçoit qu’au sortir de la deuxième guerre tout  a bien failli disparaitre . En effet le conseil municipal devait se prononcer, le 19 juillet 1946, sur l’avenir de l’édifice. Sa transformation en maison d’œuvres sociales  est évoquée, mais des voix s’élèvent pour critiquer ces projets sans queue ni tête et déplorer la hauteur de la tour allemande, qui semble “ narguer la cathédrale française” . Pourtant les deux sont loin d’être côte à côte . Le jour de la séance du conseil , un incendie se déclare , sa destruction totale est votée mais le cout de la destruction étant plus élevé que prévu , seuls la nef et le chœur seront rasés .

Une deuxième fois en 1988 le clocher s’est vu menacé , mais les Messins suite à un sondage ont choisi la conservation . Le 17 septembre à la fin des travaux la directrice des musée de Metz escalade le clocher pour déposer à son sommet un message destiné aux hommes qui viendront dans le futur travailler sur la tour . Il remplace les deux parchemins de 1875 trouvés lors des travaux .