Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “ville

Lotte

images-copie-1

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo. Une petite roucoucoulade  de Lotte à Jill Bill pour un prompt rétablissement .

IMGP6920

L  e   pigeon   ramier    dans  la  ville  s’installe

O  ù    il   trouve   aisément   gite   et   couvert

T  endres bourgeons, feuilles, racines , pétales

T out  dans cet environnement lui est offert    

E t  dès  lors  il ne fuit  plus le froid  de l’hiver.


Jeudi poésie

Oyez oyez bravs gens de plume...

Martine, à la barre des croqueurs de mots ( clic ) pour cette quinzaine, nous propose pour ce jeudi poésie  le thème la bicyclette.

Mon destrier aime se poser le long des piliers

En  selle,  sur  ce  noble  destrier

à     vous    les    promenades   nature

Vous   découvrirez  les  nombreux   sentiers

Tranquillement    sans   forcer   l’allure  

*

En  ville, il  fait  aussi bonne figure

Loin des bouchons  il montre ses aptitudes 

Narguant souvent sur sa piste les voitures

Jalouses de  son  incroyable  quiétude    

*

En plein soleil ou au froid pas d’inquiétude

Le   vélo  se rit de  la  température

Il   trace sa route avec certitude

Vraiment  sur  tous  les  sols  il  assure

*

Et si bientôt plonge le mercure

Que  les arbres vite se dénudent

Gardez    le  tempo   pas    d’interlude

Il    suffit    que    les   jambes    carburent.

PA110487


4 septembre 2015

Pour les croqueurs de mots Jeanne Fadosi à la barre nous demande:

Racontez ou inventez les temps forts d’une heure de votre vie en un minimum de mots. (Idéalement au plus l’équivalent d’une dizaine de nouveaux tweets de 280 caractères).

croqueurs montg

 

4 septembre 2015, 18 heures, voilà nous y sommes, depuis le temps que j’en rêvais en les voyant s’élancer dans le ciel messin , je vais enfin prendre place dans une nacelle et survoler ma ville.  Le vent  semble encore bien fort pour décoller  mais Nathalie, mon pilote, me rassure en me montrant l’application de  son smartphone , là – haut il est bien moindre .  Nous attendons  patiemment que le signal soit donné, non sans quelque appréhension d’une annulation . Soudain tous s’agitent autour de moi, le feu vert est arrivé pour  l’envol . Les battements de mon cœur s’accélèrent , on dirait presque qu’il lui pousse des ailes . Hop, suivant les conseils de Nathalie,   je saisis l’enveloppe de la montgolfière et la maintient pour laisser entrer l’air froid propulsé par le ventilateur , puis le bruleur entre en action, concerto de souffle brulant orchestrée de mains de maitre par tous les aérostiers . Une fois redressé, le ballon ne va pas tarder à s’envoler , vite j’enjambe le bord de la nacelle.

Le sol soudain se dérobe, incroyable, pas la moindre sensation de vertige , c’est à peine si on perçoit un mouvement .  Poussant sur les enveloppes voisines nous nous frayons un passage pour prendre de la hauteur . 10mètres , 20 mètres et l’ascension continue tranquille, impossible de ne pas se sentir envoutée par cette sensation de plénitude, de sérénité . C’est comme si vous preniez place sur l’ouate d’un nuage et que vous vous laissiez flotter . Là haut le bruit s’estompe progressivement, seuls les bruleurs de temps à autre  rompent ce silence apaisant. Les ami(e)s me font signe depuis le plan d’eau et ne sont bientôt plus que des petites fourmis. Je découvre aussi le plaisir de la photographie aérienne , cherchant à me repérer grâce aux  édifices connus et en tournant dans la nacelle . Bientôt la ville laisse la place aux villages , les champs et les bordures boisées remplacent la grosse agglomération et ses édifices .

Le soleil baigne l’horizon de ses dernières lueurs , inéluctablement  l’atterrissage se profile avec la baisse de luminosité . L a montgolfière se rapproche de plus en plus du champ choisi . Agrippant les bords de la nacelle,  bien calée l’appareil photo à l’abri, je me prépare . Un premier choc secoue quelque peu l’engin et signale que le contact est établi avec la terre mais il nous faudra encore plusieurs impacts avant que la nacelle se stabilise . J’aperçois la voiture de retrieving au bord du champ , il ne reste plus qu’à aider à rouler l’enveloppe de la montgolfière et à s’acheminer vers Metz , des images plein la tête et le cœur en fête .


La solution pour le rallye

Tout d’abord merci à  tou(te)s les participant(e)s, vous avez été très pertinent(e)s dans vos propositions . Un grand bravo pour Clio et Yann qui se sont accrochés jusqu’au bout pour trouver les dernières réponses .

 

1 Troyes

Résultat de recherche d'images pour "Troyes"

2 Bar sur Aube

 

Résultat de recherche d'images pour "Bar sur Aube"

3 Colombey – les – deux églises ( colon bée)

Résultat de recherche d'images pour "Colombey les deux églises"

 

4 Contrexéville ( pub le partenaire minceur )

Résultat de recherche d'images pour "Contrexéville"

 

5 Langres ( qui est aussi un fromage de vache l’indice sangler anagramme de Langres .

Résultat de recherche d'images pour "Langres"

6  Gray . James Harold Gray donna son nom à cette unité de mesure radioactive .

Résultat de recherche d'images pour "ville de gray"

7 Dole ville où est né Pasteur

Résultat de recherche d'images pour "Dole"

8 Besançon horloge astronomique construite après Strasbourg

Résultat de recherche d'images pour "horloge astronomique Besançon"

9 Morteau célèbre pour ses six seaux retournés ( saucisses)

Résultat de recherche d'images pour "Morteau"

10 Gex  (le tampon Jex )

Résultat de recherche d'images pour "gex ville"


Une autre de mes participations à imagecitation 31

 

getattachment_thumb

IMGP3643

“ En ville, le fleuve, c’est le seul élément de nature qui s’impose, qu’on ne dévie pas, qui décide de tout. En ville, le fleuve, tout part de lui et tout y retourne, comme une rivière à la campagne, c’est l’origine même des lieux de vie.” Serge Joncour

Bon vendredi à vous toutes et tous

 


Le soleil entame ….

LE PETIT JEU DE LETTRES 90 -

Pour le petit jeu de lettres de lady Marianne un clic sur le tableau

Le mot à trouver est madelonnettes : religieuses de l’ordre de la Madeleine

PB190029

Le soleil entame  sa danse leste entre les nuages ce matin. Talonné par quelques  cumulus aux allures d’omelettes soufflées , le bleu du ciel s’étend incitant à préférer le deux roues à la voiture ou au transport en commun . Les ondées semblent écartées pour la journée mais un petit coup d’œil à la météo s’avère quand même  plutôt conseillé avant de partir car les éléments ont tendance à se déchainer facilement en automne . Il n’est que de constater l’épais tapis de feuilles sur le sol pour en être convaincu . Sous les assauts en tandem bien organisé de la pluie et du vent , les arbres se délestent de leur parure . La sonate d’automne aux notes colorées  nous amène lentement mais surement aux premiers pas de l’hiver. Mais aujourd’hui émane des cieux une atmosphère toute particulière . Chaque modeste atome se démène sous cette lumière particulière pour donner le meilleur de lui- même .

PB190033

Osant braver Eole piétons et cyclistes avancent côte à côte et  tête baissée sur les trottoirs  des ponts , un coup de sonnette retentissant parfois pour éviter les rencontres intempestives . Bientôt devant eux se déclinent les atouts particuliers de la ville et du premier jour de son marché de Noël .

PB190026

La grande roue aux cabines bleu métal , montant à l’assaut des pics  dentelées de la tour de la Mutte   semble se moquer des gargouilles et autres démons de pierre presqu’à sa portée.

PB190025

Un peu plus loin la madone apparait  au deuxième étage d’une tour toute particulière  sur une des plus anciennes places de la cité . Dans peu de temps la foule dense investira l’espace mais pour l’instant tout est encore calme .

WP_20161119_003

Bon dimanche à toutes et tous


Lundi soleil

Se mettre au vert en avril

IMGP5494

Merci Bernie pour ce choix de couleur je ne pouvais mieux rêver pour présenter notre ville verte ( classée 5ème de France ) où la nature est à deux pas du centre ville, et quand je dis deux pas je ne plaisante pas  . Le parcours de kayak jouxte l’université du Saulcy et si je me retourne j’entre dans l’hyper centre piétonnier. 

IMGP5486

La qualité de vie y est vraiment très agréable car à tout moment vous pouvez vous oxygéner dans ses nombreux parcs et le long des cours d’ eau qui la traversent .  La photo que j’ai mise ci – dessus est prise à  vélo ( pas en roulant bien sur je n’ai pas envie de gouter l’eau du canal ni les urgences de Mercy).

IMGP5616

Un grand  merci à la municipalité d’avoir acté depuis deux mandats le développement des pistes cyclables , partant de chez moi je peux filer directement au centre ville sans avoir à emprunter une route , croyez bien que j’en profite largement . D’autre part il est aussi possible de rejoindre très rapidement la véloroute Charles le téméraire qui peut m’amener au Luxembourg ou en Allemagne .  Pour répondre enfin  à ta dernière question , oui il existe des ecoquartiers , l’un est en voie de réalisation  mais déjà les jardins et le parc sont à disposition des habitants , il s’agit de la zone du Sansonnet que je vous ai déjà montré dans mes billets .

Mais plutôt que des mots les photos faites en montgolfière et ma vidéo ici confirmeront ce que j’avance , je vis bien dans une ville verte .

IMGP3871

IMGP3867


Clarisse

images-copie-1

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill cliquez sur le logo .

P9260396

C larisse sur son rocher, impériale,   

L    aisse loin  les  rumeurs de la ville

A        l’abri d’un pont, bien tranquille .

R          ien ne dérange cette vestale,

I                  solée sur sa modeste île,

S              eul  son long bec se faufile

S      ous  la plume au reflet gris pale

E         n attendant la proie malhabile.

P9260394


Le ciel dans tous ses états

 

P7300607 

Surfant sur un océan de coton rose,

La ville au loin semble en apesanteur,

Alanguie sur  l’horizon, elle prend la pose,

Hélant les passants devenus ses spectateurs:

P8020768

“Vous semblez oublier que je peux m’allumer

certains soirs de l’été des tisons  de l’enfer !

Le flambant charriot  des chevaux de Jupiter

Alors sur les toits s’évaporent en  fumée” .