Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Articles tagués “voyage

Dans le cadre des croqueurs de mots

 Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

C’est encore la fête aux cartes postales dans la boite aux lettres, j’ai expliqué ce matin le pourquoi du comment à ma factrice qui n’en revenait pas .

P9160260 Les cartes d’Annick ( Lotus ) , Domi , et Marie  accompagnent celles d’ Aurore  (Quichottine ) et d’Andrée (Durgalola) .

Comme vous pouvez le constater je continue de voyager , c’est vraiment tres agréable .

Un grand merci à vous toutes .

Et à propos de voyage, une  citation  pour imagecitation 45 .

P6114016

 


Oyez , oyez …

Pour la rentrée des croqueurs de mots un clic sur le logo .

Domi à la barre nous demande ceci :

En ce début de saison, j’aimerais qu’ensemble nous donnions à de nouveaux moussaillons , l’envie de nous rejoindre dans cette formidable aventure des Môts. Pour se faire je vous demande de créer sur votre blog un texte drôle ou pas, en prose ou en vers,d’utiliser des images, photos, vidéos, tout ce qui vous passe par la tête et d’inviter les gens au voyage des Môts .

NOEL J. 51 bis

Marine de Jules Noël

*

Oyez, oyez , futurs moussaillons

Mettons  le cap sur l’île  aux   mots 

Chacun    a   sa   musique ,   son    tempo

Hissons   la   voile   vite ,   c’est   l’occasion .

*

Les mots  dessinent  des  images

Sur   la toile  préférant  la   lumière

Ils   n’aiment   pas le vide ,  se    serrent

Se   bousculent,    pour   partir    en     voyage.

*

Voguons avec eux vers d’autres paysages

Des  terres envoutantes aux cités  perdues 

On   y   trouve  des  mots  dits , des   mots   tus

Des   jeux   de   mots   et   puis    des   maux   de   je.

*

 Si    vous   venez   repeindre   le   monde

De  toutes les couleurs par quinzaine

Chacun  à  la  barre, quelle aubaine

De vous voir entrer dans la ronde .

*

Le jeudi, les mots s’habillent de poésie

En   habits   de   gala  ils  dansent

Le lundi, libres pour  notre défi 

Les mots entrent en fulgurance.

N ’ hésitez plus, venez nous retrouver

Croquez les mots, sans le moindre regret

Ils  ne sont pas faits pour etr’ enfermés

Dans un  cahier sans être partagés .

*

Une adresse bien sur à vous donner

Il suffit  sur le lien de cliquer 

http://croqueursdemots.apln-blog.fr/

Regardez  le bateau est déjà prêt !

NOEL J. 361

 

 

 

 

  

 

 

 

 


Aranea sur la passerelle des Roches

12792770-ecriture-a-la-plume-d-39-encre-sur-le-papier-quelques-notes.png

Pour l’atelier d’Arlette 16 un clic sur le logo .

P8022460

 

Il y a quelques jours je profitais de la relative fraicheur de la soirée pour chercher avec opiniâtreté toutes les œuvres du parcours pierres numériques quand j’ai entendu sur le pont des Roches , Aranea s’adressant à ses consœurs :

P8022464

“ Moi , Aranea , je vous le dis,  pour obtenir un maximum de proies et pour jouir d’une manne quasi illimitée d’insectes en tous genres ,  n’allez surtout pas squatter les bureaux d’une entreprise, quelle qu’elle soit ,  le bureau du patron, de sa secrétaire , du comptable ne sont absolument pas indiqués , vous risqueriez de tomber des nues devant la pénurie en approvisionnement alimentaire, pas une toile ne résiste au ménage quotidien . Si j’étais restée là – bas un jour de plus, j’aurais du renier mon régime carnassier et me résigner au régime végétarien, vous voyez le tableau   ?

Description de cette image, également commentée ci-après

N’est pas Bagheera Kiplingi qui veut , et les acacias d’intérieur je n’en ai encore jamais vus là où je logeais avant  . Comme  je refuse de tirer le diable par la queue et de changer de régime, il ne me restait qu’une solution,  prendre mes cliques et mes claques et m’installer ailleurs . C’est pourquoi vous me trouvez ici sur la balustrade ,  à l’origine il n’y avait pas tant de lumière mais depuis que l’été est arrivé, c’est Versailles . Au cours de la soirée il est possible  de  piéger une  dizaine de moustiques , que dis je, plusieurs dizaines .

P8022458

Il suffit juste d’être présente et de ne pas se laisser perturber par les passages fréquents sur la passerelle. C’est important car de l’animation il y en a dans ce quartier des Roches surtout depuis que l’installation “Voyage” nous en fait voir de toutes les couleurs sur l’eau .

P8022457


Le pianiste blessé

LE PETIT JEU DE LETTRES - 168-

Pour le petit jeu de lettres de Lady Marianne un clic sur le tableau.

Le mot à trouver : silenciaire : dans l’antiquité romaine , officier qui faisait respecter le silence aux esclaves.  Se dit de religieux qui gardent le silence ,exemple les trappistes . Par extension gens qui gardent le silence .

P6090131

 

Ce mot de silenciaire fait écho au livre de Maria Ernestam que je viens de terminer . Un roman envoutant,   des mots ciselés à l’encre de l’ analyse des rapports humains , où l’amour et l’amitié côtoient les rêves et les promesses brisées .

“Parvient-on un jour à connaitre vraiment une personne, même parmi les êtres les plus aimés.. ?” Une sacrée question à laquelle nous confronte Marieke écrivaine qui s’apprête à envoyer un mail à son amie Véronica , professeur de musique , qu’elle n’a plus revue depuis dix ans . Mais ce n’est pas la seule posée dans ce livre :

Pourquoi Klara a – t – elle gardé le silence sur tout un pan de sa vie ?  Quels sont ses liens avec les personnes présentes à son enterrement ? Véronica sa nièce et son amie d’enfance Marieke , entreprennent un voyage pour le découvrir .  Intriguées par l’abondance de visages inconnus aux obsèques de Klara ,elles veulent savoir qui elle retrouvait à Langkawi en Malaisie puis à San Francisco lorsqu’elle partait en vacances et quelle vie elle menait là – bas  . Lancées dans cette aventure, elles vont rencontrer James ce pianiste énigmatique du bar de l’hôtel de Langkawi . Il révèle les deux amies sous un nouveau jour et ainsi fait vaciller le passé . La tension monte entre les deux femmes , la crise devient inéluctable entre Marieke toujours dans l’ombre altruiste et la  séduisante et égocentrique Véronica , le côté sincère de l’amitié fortement remis en cause . Une série  de suspicions de mensonges relance  chez Marieke les souvenirs de réels questionnements quant à l’attitude de son amie . Alors que Véronica  renâcle à poursuivre cette enquête , Marieke  prend les rênes et partout où Klara a fait escale elle essaie de lever un peu plus le voile sur ce qui relie Klara aux personnes rencontrées .

Le récit de cette amitié brisée  permet aussi à l’auteur d’aborder le sujet de la création artistique,  de la vie de couple , de la mémoire .

Quelques extraits :

“Aujourd’hui, j’ai pris conscience que je n’y échapperai pas. si je ne te contacte pas, je traînerai toujours un sentiment de manque, alors même que ma vie est en réalité satisfaisante telle qu’elle est. Mais les blessures intérieures ne s’effacent pas. Au contraire elles s’aggravent.
Depuis notre voyage, je réfléchis à ce qui fait de nous les êtres que nous sommes. les gens sont tous tellement différents. Il y a ceux qui donnent et ceux qui prennent. ceux qui parlent et ceux qui se taisent. Ceux qui se mentent à eux-mêmes et mentent aux autres, et ceux qui essaient d’être sincères même lorsque c’est impossible. Ceux qui classent les individus en bons ou mauvais sans comprendre que tout le monde peut être à la fois l’un et l’autre, que chacun fait de son mieux.
Je me demande quel genre de personne je suis. Probablement un mélange de tout cela. ”

“A un moment ou à un autre, toute relation connait un tournant. Celui-ci se produit le plus souvent quand l’amour est devenu une habitude et une évidence. Lorsque nous ne comprenons pas que les rituels quotidiens, la fierté que l’on éprouve l’un pour l’autre et les petites attentions inaccoutumées que l’on se témoigne, sont des choses aussi belles et précieuses que les expériences sexuelles ou le champagne le plus coûteux.”

“ Je me dis qu’il ne faut jamais perdre la musique que l’on a un jour possédée. Ou bien les mots …where did he go ? …où est il allé ?

J’ai compris que nous sommes tous des accords brisés . Mais dans toute vie , il existe un son fondamental qu’il appartient à chacun de nous de trouver “

 

 

 

 

 

 


Rêve d’honneur

Voyage

 

Souvenez vous il y a peu de temps je vous parlais de ce livre  “ Voyage “composé de 118 récits, contes, poèmes et images conçus par 113 auteurs et illustrateurs . La souscription a permis de récolter 2250 euros pour l’association Rêves ( clic) . Cette somme ajoutée à une collecte dans l’établissement de Marie  va lui permettre  de réaliser son rêve , visiter Los Angeles et participer au tournage d’un film .

 

Diplôme d'honneur et rêve parrainé

 

Isidore, le chien de prairie est très content pour Marie ,  mais il aimerait  que  d’autres enfants  puissent réaliser leur rêve aussi , parceque lui, dans le livre, a réalisé le sien page 126 à 129 ,    alors n’hésitez pas à venir le découvrir dans “ Voyage “ ainsi que tous les autres textes et illustrations en cliquant ici , version papier ou e- book et à en parler autour de vous  .

le voyage d%27Isidore


Et si nous partions en voyage

Voyage_couverture-500

C’est ce que nous proposent au fil des mots 113 auteurs dans ce 5ème recueil publié pour l’association Rêves.

Contactée par Quichottine j’ai répondu présente comme 112 autres personnes pour que le rêve d’un enfant malade puisse se concrétiser. Je vous laisse lire le résumé de ce nouvel opus “Voyage”  ( les autres livres parus précédemment aux anthologies éphémères :  l’atelier de Mijoty, la boite à rêves, la marguerite des possibles , le mariage ) dont vous pouvez voir la couverture ci – dessus . Pour connaitre l’association rêves n’hésitez pas à cliquer sur le lien présent dans le résumé .

Recueil composé de 118 récits, poèmes, nouvelles et images, conçus par 113 auteurs et illustrateurs (dessinateurs, peintres, photographes) dont le plus jeune a 7 ans, réunis autour d’un même thème, un même projet.
Ce singulier "Voyage", un Voyage pluriel, nous emporte à travers leur imaginaire, leurs rêves.
Nous rêvons… mais notre rêve ne sera pas inutile.
Les droits d’auteurs et bénéfices réalisés grâce à nos ventes sont entièrement reversés à l’association Rêves.
Association Rêves : 141 allée de Riottier – CS 7007 Limas – 69651 VILLEFRANCHE-SUR-SAONE Cedex.
(http://www.reves.fr/)

Pour vous procurer ce livre rien de plus simple cliquer sur https://www.thebookedition.com/fr/14551_les-anthologies-ephemeres-divers et sur voyage . Il est au prix de 6 euros en version pdf et 15 euros en version papier

N’hésitez pas à en parler autour de vous, pour que cette aventure perdure et que le rêve puisse se transformer en réalité .

 


Partir …

getattachment_thumb

Une autre participation à imagecitation 31

P4190070 - Copie

Cette citation est tirée du livre que je viens de finir à savoir “la nuit de feu “d’Eric – Emmanuel Schmitt .

A vingt huit ans , Eric Emmanuel Schmitt entreprend une randonnée dans le grand sud algérien . Au cours de ‘expédition, il perd de vue ses compagnons et s’égare dans l’immensité du Hoggar . Sans eau ni vivres durant la nuit glaciale du désert, il n’éprouve nulle peur mais sent au contraire se soulever en lui une force brûlante . Poussière d’étoiles dans l’infini, le philosophe rationaliste voit s’ébranler toutes ses certitudes. Un sentiment de paix, de bonheur, d’éternité l’envahit . Ce feu pourquoi ne pas le nommer Dieu ? .

Cette nuit de feu – ainsi que Pascal nommait sa nuit mystique – Eric – Emmanuel Schmitt la raconte pour la première fois , dévoilant au fil d’un fascinant voyage intérieur son intimité spirituelle et l’expérience miraculeuse qui a transformé sa vie d’homme et d’écrivain . Les chemins qu’il trace ici sont inscrits en chacun de nous .

Je ne pense pas à avoir beaucoup  à rajouter à la présentation en quatrième de couverture de ce roman autobiographique si ce n’est qu’il incite à la réflexion, nous incitant à nous pencher sur le sens de la vie , le rapport à l’autre.

Concernant Dieu il laisse la porte ouverte aux différentes explications rationnelles mais ne nous enferme pas dans un  carcan particulier , il laisse en nous s’opérer le choix inhérent à nos cheminements à nos doutes  .

Quelques extraits puisés dans le livre :

“ Ce récit, s’il ébranle certains, ne convaincra personne… J’en suis conscient. J’en souffre… combien de fois aurais-je voulu transmettre la confiance qui me brûle ? Comme j’aurais souhaité, souvent, en face d’amis désorientés ou d’inconnus désespérés, me montrer persuasif ! Hélas, je ne suis pas contagieux ….Seuls les arguments rationnels ont le pouvoir d’emporter l’adhésion, pas les expériences. je ,’ai fait qu’éprouver, je ne prouverai donc pas je me contente de témoigner.”

"Il posa sa main sur mon épaule, me fixa de ses iris clairs et, quoique aujourd’hui je ne puisse déterminer s’il le dit ou si je l’entendis sans qu’il le prononçât, il me donna son ultime conseil de Saharien
– N’oublie pas l’inoubliable."

“Dans cet adieu, malgré l’émotion qui mouillait nos yeux, la joie l’emportait sur le chagrin : à la douleur de nous quitter, nous substituions le bonheur de nous être connus.

"Le véritable voyage consiste toujours en la confrontation d’un imaginaire à une réalité; il se situe entre ces deux mondes. Si le voyageur n’espère rien, il ne verra que ce que voient les yeux; en revanche s’il a déjà modelé les lieux en songe, il verra davantage que ce qui se présente, il percevra même le passé et le futur au-delà de l’instant; éprouverait-il une déception, elle s’avèrerait plus riche, plus fructueuse qu’un simple procès-verbal."


Partir ….

Pour ce défi 189,

Quichottine nous propose … :

« Le sujet de cette quinzaine pourrait être « fiction ou réalité ? »

Avec un mot à caser : voyage. »

Jeanne a précisé :

« Fiction ou réalité »

 

P6180281

Partir ne serait ce qu’une heure seulement

loin des soucis  des quatre coins du monde

Laisser  son  esprit  entrer dans la ronde

Du voyage , s’envoler loin des tourments

*

Tourner  la  page  du   quotidien lassant

En   écoutant   cette   musique   sublime

Saisir une à une les étoiles du firmament

En   volant   bien   au  delà  des  cimes

*

Fiction  ? que nenni ,  il est des ces airs

Qui comme le  livre vous transportent   

Réellement     au   delà   des     portes .

*

Ne   voyez  – vous  pas la blanche écume

la vague déferlante sur le pont du navire

L’ile poindre la – bàs perçant la  brume ?

 

 


Ode

 

 

Pour le jeudi en poésie des croqueurs de mots un petit voyage en train avec Valéry Larbaud

img/Monde trains/Timbre train - AT047.10 Autriche 6 Septembre 2010 Orient Express - Emission commune avec la Roumanie.jpg

 

Prête-moi ton grand bruit, ta grande allure si douce,
Ton glissement nocturne à travers l’Europe illuminée,
Ô train de luxe ! et l’angoissante musique
Qui bruit le long de tes couloirs de cuir doré,
Tandis que derrière les portes laquées, aux loquets de cuivre lourd,
Dorment les millionnaires.

Je parcours en chantonnant tes couloirs
Et je suis ta course vers Vienne et Budapesth,
Mêlant ma voix à tes cent mille voix,
Ô Harmonika-Zug !

J’ai senti pour la première fois toute la douceur de vivre,
Dans une cabine du Nord-Express, entre Wirballen et Pskow.
On glissait à travers des prairies où des bergers,
Au pied de groupes de grands arbres pareils à des collines,
Étaient vêtus de peaux de moutons crues et sales…
(Huit heures du matin en automne, et la belle cantatrice
Aux yeux violets chantait dans la cabine à côté.)

Et vous, grandes places à travers lesquelles j’ai vu passer la Sibérie et les monts du Samnium,
La Castille âpre et sans fleurs, et la mer de Marmara sous une pluie tiède !

Prêtez-moi, ô Orient-Express, Sud-Brenner-Bahn , prêtez-moi
Vos miraculeux bruits sourds et
Vos vibrantes voix de chanterelle ;
Prêtez-moi la respiration légère et facile
Des locomotives hautes et minces, aux mouvements
Si aisés, les locomotives des rapides,
Précédant sans effort quatre wagons jaunes à lettres d’or
Dans les solitudes montagnardes de la Serbie,
Et, plus loin, à travers la Bulgarie pleine de roses…
Ah ! il faut que ces bruits et que ce mouvement
Entrent dans mes poèmes et disent
Pour moi ma vie indicible, ma vie
D’enfant qui ne veut rien savoir, sinon
Espérer éternellement des choses vagues.

(Valery Larbaud, Les Poésies d’A.O. Barnabooth, 1913)

Timbre train - XH026.08 BH - Republique Srpska 3 Octobre 2008 125eme anniversaire de l'Orient Ex


Et c’est parti

Pour les croqueurs de mots Josette ( clic) nous demande sans tricher de lancer les dés et à partir de la case sur laquelle nous tombons de raconter ce que nous voulons .

 

Voilà Josette j’ai lancé les dés , 6 et un , et devine sur quelle case je tombe…. sur celle de la chance.

P3050529

Avant de retourner la carte éponyme, je me dis qu’elle est bien bonne celle là , alors que je devrais me trouver en compagnie de ma petite tribu dans les Vosges pour la fête des grands – mères , en train aussi de suivre le parcours équestre de ma petite fille pour son concours , je suis clouée ici par un lumbago qui m’interdit tout déplacement en voiture .

P3050523

Retournons donc cette carte rouge qui me nargue :

“ Avancez jusqu’à la case départ “

*****

L  este le pion s’envole et puis se pose

A  lors  le  rêve  lui  aussi soudain ose ,

*

C    ar  il  ne  garde  pas  l’esprit en servage

A yant  tout le temps de battre la campagne

S ans emporter  non plus  le moindre bagage

E t proposer  tous les châteaux en Espagne .

  *

D  e nouveaux horizons, la gare n’est pas loin

E  n  avant pour découvrir d’autres paysages

P  arcourir les contrées  se fait  à  tout  âge

A    lors ne tardons pas à quitter notre  coin 

R   ien n’empêche de partir pour ce   voyage 

T   out de suite parfois nous en avons besoin.

*

M   ais    voilà   que   le   téléphone   m’invite

E n deux clics  à regarder aussi le concours 

*

S uivre de chez moi sans bouger tout  le parcours ! 

O  h  qu’il    est    bon   d’avoir   ainsi   en   partage ,

U  n    moment    de    complicité     sans    ambages

R  ien   de   tel   pour   rayer    les   aléas   du  jour 

I ntense    plaisir    que   transmet    chaque   image

T out  en  émotion  sans  besoin  de grand  discours

 


Note bien ….

getattachment_thumb

M_n5NuCxdGyo4tHlysbdH-cekWE@316x102

Pour imagecitation 25 et pour l’atelier 17 de Ghislaine un clic sur le logo .

PA230114

“ La pensée voyage à la vitesse du désir “ Malcolm de Chazal

Note bien ce que je te dis , pas question de comploter avec un de nos compatriotes déjà sur place pour fricoter avec une ravissante  idiote quand la télétransportation sera terminée  “

“ Mais qu’est ce que tu m’asticotes encore , tu sais très bien que tu es ma mascotte , il faudrait manquer de jugeote pour te préférer une quelconque hôtesse . “

“ Bon , dis moi, tu n’as pas les pieds qui te picotent ? les miens ont la tremblote , j’ai l’impression de barboter dans un bain d’azote

“ Pff qu’est ce que tu radotes , tu psychotes ma parole , tu as déjà vu quelqu’un   barboter dans un bain d’azote ? Reste donc tranquille,  arrête de gigoter et tout se passera bien “

“ Mais c’est quoi la lampe qui clignote là ?

“ la loupiote qui annonce le départ, de toute façon nous sommes sur pilote automatique, le miroir va s’escamoter tout seul et nous arriverons bientôt à destination , maintenant plus de parlote, tu ne dois même plus chuchoter    “

“ Oui je sais sinon le moteur de pensée ne fonctionnera pas , il ne pianotera pas le bon itinéraire “

“ Je t’aime ma morvandiote , à bientôt sur Mars “

 


jeudi poésie

Pour le défi des croqueurs de mots capitaine Durgala à la barre un clic sur le logo.

“Les sites les plus beaux ne sont que ce que nous en faisons.

Quel homme un peu poète n’a dans ses souvenirs un quartier de roche

qui tient plus de place que n’en ont pris les plus célèbres aspects

des pays recherchés à grands frais !”(Honoré de Balzac).

P8270591

10 mots proposés , 3 à caser .

bagage, voyage, nuage, sage, paysage, caravane, train, vélo, avion, bateau.

****

La nuit des solitudes  se vit chicane,

Sur un nuage de mots brisés, la cage

Se referme sur un désir qui se fane.

Laisse toi gagner par l’âme du voyage !

*

Quand les étoiles au creux de tes mains sages

Glissent  sur ton visage  en caravane

Prépare ton bagage,  prends ta bécane,

L’âme du fleuve  joue dans  le paysage.

*

Sur l’arc improbable des heures, l’ ombrage

Passe la main au soleil en filigrane,

Libérant la poésie sans ambages .

*

Un bateau t’attend loin des murs d’ obsidiane

La rive  devient dune ,  puis  sans naufrage 

Tu files sur l’aile de l’avion qui plane .


Partir , ça y était instant magique …

Pour le défi des croqueurs de mots  Durgalola à la barre c’est ici

Partir, ça y était instant magique …

IMG

Encore ensommeillée elle finissait son bol de chocolat, ne se laissant pas gagner encore  par l’effervescence qui régnait dans la cuisine. Sa maman avait déjà tout préparé pour le pique – nique de midi , son père vérifiait méthodiquement que sur sa liste rien ne manquait pour le trajet , les bidons d’eau pour le radiateur de la voiture ainsi que  tout ce que sa femme avait prévu comme petits en cas , petits sablés, bonbons, boissons , gobelets … . Il faut préciser que depuis la veille tous les bagages avaient été fixés sur la galerie dument recouverts d’une bâche  plastique, le tout sanglé par une araignée sandow très efficace .  Les cannes à pêche et les filets emballés dans un sac cousu main par sa mère tutoyaient la bordure en acier , moulinets, hameçons, lignes , bien rangés dans une boite ad hoc dans le coffre de la voiture . 

IMG_0003

Les petits cartons sur  lesquels son père inscrivait  l’itinéraire ainsi que toutes les étapes étaient déjà sur le tableau de bord de la 403 ou la 404, rien vraiment rien n’était laissé au hasard . Dehors la nuit était encore bien présente, le gilet était de mise même en été , dans l’immeuble une autre famille était réveillée , les amis avec lesquels partaient toujours ses parents . Un petit bisou à chacun et chacune , juste avant de plonger sur la banquette arrière où un couchage avait été installé . Un oreiller moelleux l’attendait pour continuer encore un peu à s’évader dans les bras de Morphée . Mais avant elle aimait à voir s’éloigner les lumières de la ville , à scruter dans le faisceau des voitures la portion de route visible depuis sa place  , surprendre un renard ou un chat  en maraude sur le bas côté . Puis le sommeil venant, elle s’allongeait et se laissait bercer par le ronronnement du moteur .

IMG_0002

Puis  le premier arrêt à l’écart de la route , le jour s’était levé depuis quelques temps déjà , les effluves d’un café chaud  se répandaient dans l’habitacle , comme en suspension dans la moindre particule d’air . Des petits pains frais agrémentaient le petit déjeuner , elle n’avait pas réalisé que ses parents avaient déjà fait une halte à la boulangerie  . A quelques mètres l’autre 404 était aussi à l’arrêt, les enfants des amis occupés eux aussi au petit déjeuner  . Les conducteurs eux échangeaient à l’extérieur des informations concernant l’itinéraire , il était rare que le voyage se fasse en une fois , souvent les visites de châteaux ou autres édifices remarquables ponctuaient le parcours .

IMG_0004

Parfois Joëlle,  l’enfant des amies qui avait son âge,  la  rejoignait  sur la banquette arrière et toutes les deux jouaient à compter les voitures blanches , rouges ou bleues. Aucune radio dans la voiture à cette époque elle n’était pas encore de mise  ,  mais elle était bien inutile car le trajet était toujours accompagné de chansons diverses . Les canons à plusieurs voix entonnés par sa mère  la remplissait de joie , tous s’y mettait et l’habitacle vibrait à l’unisson , son préféré  ? le cheval de Thomas,   pas étonnant elle avait une passion dévorante depuis son plus jeune âge pour cet animal .

IMG_0006

“Quand le cheval de Thomas tomba,  comment Thomas ne tomba – t –il pas , Thomas tomba – t – il ou ne tomba – t – il pas ? Tomba – t –il à bas ou pâtit il d’un tel ébat ? ( prémonitoire car bien plus tard son cheval tomba ) . pour écouter clic ici ou

Le temps s’égrenait sans qu’elle s’en aperçoive et bientôt arrivait le pique nique de midi . Table et chaises pliantes étaient sorties des deux  voitures pour le déjeuner avec les amis, bien sur  quand la météo le permettait. Les cuisinières rivalisaient d’adresse pour la préparation des plats salés ou sucrés que personne ne dédaignaient . Excellentes pâtissières,  il ne manquait jamais un gâteau ou une tarte pour finir le repas . Déjà les discussions allaient bon train pour établir l’agenda des prochains jours .

IMG_0005

Elle et ses amies se voyaient  sur la plage du fond de la baie en plein préparatif de jeux de marchande ou  à plonger sous l’eau , sauter au dessus des vagues, pagayer sur le canoë gonflable,  ou à courir sur les rochers de l’ile verte un seau à la main à la recherche des bigorneaux ,  à ramasser les crevettes avec le haveneau dans les trous d’eau . Et le “ on y va”  retentissait donnant le top départ pour remonter dans les voitures , elle avait hâte d’y être à Locquirec ……

Et comme elle aimerait recommencer maintenant ce voyage .

IMG_0001

 

 


Jeudi poésie

 

 

Pour le jeudi poésie des croqueurs de mots Durgalola à la barre je vous propose une petite participation en acrostiche et un poème de Tahar Ben Jelloun ( l’illustration est aussi de lui ) .

11872135_10207161137736605_3256859904258719543_o

V   ivre     sa    liberté    en    jetant    les     voiles

O ublier   le   temps   qui   braque    aussi   la   nuit

Y  eux    vers   le  ciel ,   suivre  sa    bonne   étoile

A    pprivoiser    le    silence     quand    il    s’enfuit

G  arder   son   âme   d’enfant  ,  peindre    sa  toile

E n couleurs d’eaux vives bercés d’ oiseaux de pluie.

Gisèle F 20/10/2016

 

13886997_10209779908804245_6316694913843024449_n

Mettre un peu de musique

Dans chaque toile

Un peu de lumière

Du matin

Des épices d’Afrique

Et de la soie de Chine

C’est le bonheur malgré tout

Dans le bruit du monde

Quelques gouttes de parfum

Qui n’a pas de nom

Juste de l’ambre ancien

Du musc précieux

Un peu d’étranger dans l’effluve

Du voyage et de l’amour

La couleur fait le ménage

Ne subsiste que des plumes  et des signes

Racontant l’histoire

Invraisemblable et pathétique

Du troubadour amoureux .

 

Tahar Ben Jelloun

PA190229


Des mots des images , un voyage en Europe

L'atelier de Ghislaine. No 1 . Mots imposés.

Mots imposés :

Pantin, perpétuel, assortiment, échange, plume,
Liaison, pétrifié, carte, relation, correspondance,
Couleur, regarder, personne, fouiller, retrouver.

P4220110

Vous me suivez ?  je vous emmène à la bibliothèque la plus proche de chez moi , 5 minutes à vélo . Oui, je sais,  certaines  personnes  entretiennent avec ce moyen de transport des relations quelques peu tendues, pétrifiées à l’idée de dompter ce destrier à roues ,  alors à pied je dirais 20 minutes si vous préférez et si vous venez du centre ville la liaison en bus est directe, un arrêt du Mettis se trouvant à deux pas . De Pantin certes il vous faudra un peu plus de temps pour trouver des correspondances ….

Afficher l'image d'origine

Mais avant de vous montrer les réalisations , je voudrais revenir sur ce qui a motivé la réalisation de ces cartes de voyages en Europe  : La proposition de Muriel , une des bibliothécaires,  de participer à un atelier créatif dans le cadre de la journée de l’Europe ( un clic) célébrée le 9 mai dans l’union européenne pour commémorer  la déclaration de Schuman du 9 mai 1950. Une bonne façon de nous rappeler ainsi  l’effort perpétuel entrepris pour maintenir une paix durable.

P5060223

L’idée de fouiller dans nos souvenirs , de retrouver le plaisir éprouvé  en regardant ces paysages aux couleurs variées  de l’ Europe nous a plu .  Mettre en valeur nos voyages pour donner envie aux lecteurs de découvrir un parcours , un site , un pays , nous a permis aussi des moments d’échange particulièrement intéressants  . Libre à nous après de choisir l’assortiment de photos, objets ,  étiquettes  ad hoc , de prendre notre plus belle plume  pour inviter le visiteur  .

P4220109

Je vous laisse découvrir les panneaux réalisés par Bernadette, Monique , Caroline, Muriel , et moi – même . Vous pourrez ainsi vous rendre sur le chemin de Compostelle , au Portugal,  en Italie , en France, et en Grèce .

 

 

 


Charlotte

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo

images-copie-1

PC060055

C   harlotte  ne  résiste  jamais  à  l’appel  des  voyages

H   op  la   voilà  partie  sur  le  sentier  des lanternes ,

A  vec  dans   les  yeux des étincelles pour seul bagage.

R  ien    dans  l’univers   qu’elle   traverse   n’est   terne

O   u triste  ,  car  la  fête   recèle  de    belles   images.

T   oujours prête à s’étonner de  ce transport moderne  

T   rompe  à  l’aventure, résistant  à  tous  les  virages,  

E  lle  sait  que même la nuit la  joie  n’est  pas en berne.