Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Histoire et légendes

Vous avez dit Orval

Un courrier récent et la visite de la nouvelle médiathèque de Metz ( où l’on peut emprunter ces ouvrages) m’ont incitée à rediffuser ce billet qui date de 2010 ,  que peut être la plupart d’entre vous n’ont pas lu .

J’ai rajouté un lien vers un site qui développe cette légende d’Orval , je vous invite donc particulièrement à cliquer ici

SERVAIS-Orval-tome-22

Souvenez – vous  l’été dernier  de mon incursion en Belgique , avant de nous installer à Han sur Lesse nous sommes passés par l’abbaye d’ Orval . La lecture de la bande dessinée de Jean – Claude Servais et la parution du tome 2 m’incitent aujourd’hui à revenir sur l’esprit d’Orval.

La bière d’Orval n’a plus aucun secret pour vous ? Ok, mais si la couleur ambrée et l’arome intense de ce breuvage, confectionnée avec l’eau de la fontaine Mathilde, vous est familière , l’histoire du trésor de l’abbaye vous est peut être encore inconnue. Quelques rappels historiques pour vous mettre dans l’ambiance .

IMG_1429

L’église, dont les travaux se sont achevés vers 1124, s’inscrit dans un domaine qui ne tarde pas à s’agrandir pour couvrir 7000 hectares, 130 moines y vivent . Mais la révolution française arrive sur place et les troupes du général Loison, après avoir pillé méthodiquement les lieux, incendient l’édifice . En 1926 un nouveau monastère est construit qui intègre les ruines de l’ancienne abbaye .

IMG_1443

Mais quid de la légende qui perdure à propos d’Orval ?  . Encore une petite remontée dans le temps ,  le 20 juin 1791 la famille royale s’échappe des Tuileries espérant atteindre Montmédy où l’attend le marquis de Bouillé. Seulement voilà, du coté de Varennes, l’entreprise échoue . Marie Antoinette a emporté ses bijoux et, mystère, on n’a jamais retrouvé ceux-ci . On sait que le coiffeur de la reine est parti en éclaireur pour Montmédy, a – t – il mis le magot à l’abri à Orval ? ou bien s’en est il débarrassé à Montmédy ? Certains prétendent que ce trésor aurait été découvert et aurait financé la construction de la nouvelle abbaye. .

IMG_1437

Toujours est – il que la légende perdure à Orval ( des trous dans les murs et les souterrains sont encore visibles dans les ruines) et cette histoire a inspiré à Jean Claude Servais deux albums magnifiques. Je vous laisse en sa compagnie en cliquant sur  Orval.

Orval

Publicités

La maternité du boulevard Poincaré

Pour l’abécédaire photo chez Violette un clic sur le logo . Je continue à vous présenter les statues de l’esplanade ou de ses environs immédiats .

P8102523

Maternité universelle

Intitulée initialement “maternité” cette œuvre du sculpteur Henri – Marius Petit ( 1913 – 2009) est présentée en 1934 au salon des artistes français , elle obtient la médaille d’argent . La ville de Metz l’achète et en 1938 la statue rebaptisée “monument aux mères françaises” est installée dans les parterres du boulevard Poincaré en contre – bas de St Pierre aux Nonnains  .

P8102524

Pendant la seconde guerre mondiale , cette statue sera cachée pour éviter d’être fondue comme beaucoup d’œuvres en bronze , notamment le poilu libérateur de Hannaux sur l’esplanade . Sur son socle, à l’arrière, on peut lire l’hommage à la natalité et la famille rédigé par Louis Forest .

P8102520

« S’il prenait fantaisie à mes amis  après ma mort de vouloir honorer  ma mémoire, qu’ils s’abstiennent de  donner mon nom à une voie publique  ou de graver mes traits dans le bronze ou la pierre. Ils seront mieux inspirés en édifiant sur une place une statue représentant une jolie femme  de France, avec un bel enfant dans  ses bras, cet hommage me sera le  plus agréable parce qu’il sera rendu à la natalité et à la famille  française  Louis Forest »

P8102522