Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Histoire et légendes

Lundi soleil

lundi_soleil_sunny_monday_logo_officiel

Pour lundi soleil de Bernieshoot  un clic sur le logo.

Pour ce deuxième lundi en violet je vous propose une fresque  de street art

P4020837

Vous y voyez le blason de la ville de Metz en noir et blanc qu’enserre un dragon bien menaçant , celui – ci n’est pas près de le lâcher visiblement . Mais la légende du Graoully est toute autre puisque ce dragon a  été définitivement mis hors d’état de nuire grâce à St Clément qui le chassa hors de la cité .

Voici quelque peu résumé l’histoire du Graoully

 

Né au début du moyen – âge de l’imaginaire chrétien le Graoully est indissociable du nom du premier évêque messin. Il représente le paganisme vaincu par la prédication de  St Clément .Ce serpent aux allures de dragon se retrouve dans toutes les processions religieuses et populaires du moyen age et au début de l’époque moderne .Au fil des siècles le Graoully a pris des allures diverses du serpent médiéval au dragon chinois de l’image de 1850. Son nom actuel apparu au 16 eme siècle ,dérive peut être d’une racine indo européenne en Gr évoquant son caractère redoutable puis de l’ancien allemand groeulich qui signifie horrible abominable .On trouve aussi d’autres noms comme grawelin, Groully, Graoulli peut etre dérivé de l’allemand grau(gris) et aussi de grausam ( maléfique)
Il n’y a pas de légende du Graoully mais une légende de St Clément .
L’amphithéâtre de Metz était infesté de serpents bloquant les accès de la ville . St Clément se rend à l’amphithéâtre et repousse d’un signe de croix les serpents qui allaient l’attaquer puis passe autour du cou du plus grand d’entre eux son étole et le conduit ainsi jusqu’à la Seille . Là il le libère et le chasse en lui ordonnant de traverser la rivière et de quitter avec tous les siens les terres habitées.Les serpents s’exécutent et depuis amphithéâtre est purifié de toute bête nuisible. Dans cette version les serpents symbolisent Satan exerçant son pouvoir sur les Messins encore paiens .  Dans d’autres versions postérieures le plus grand serpent devient dragon. La figure du dragon a surtout été popularisée par les processions attestées des le XIIeme siècle où il est promené d’abord sous la forme d’une bannière puis d’un mannequin qui reçoit au XVI siècle le nom de Graoully.


Il se trouve dans la correspondance de Rabelais une allusion à ce dragon "dont on faisait cliqueter les horrificques maschoueres". L’usage était de faire porter en tête de la procession par les paysans de Woippy des croix et des bannières dont l’une se terminait par la tête du dragon . Le troisième jour cette croix était reléguée en queue du cortège pour signifier la défaite du dragon .Puis ce fut un mannequin en osier et en plâtre qui était battu par les enfants de chœur de la cathédrale le dernier jour.

IMGP6015Reliefs au niveau du portail nord de la cathédrale , représentant St Clément qui a vaincu le Graoully et baptisant la fille du gouverneur de Metz

 

Au XXème siècle il est parfois décrit comme un crocodile aux grandes oreilles pointues avec des ailes de chauve souris dont le cri "tenait du meuglement de la vache et du barrissement de l’éléphant , du braiement et du rugissement, de la trompette et du tambour " . On insiste sur la voracité du monstre et St Clément le noie dans la Seille au lieu de le chasser.

y0ut9hkt

Aujourd’hui son effigie se retrouve rue Taison (nom provenant des paroles de St Clément qui aurait dit taisons nous ) en hauteur

IMGP9884

et sur les pavés symbolisant la procession qu’empruntait le cortège, sur le blason de la ville de Woippy et sur l’emblème des maillots du FC Metz.

Publicités

Vous avez dit Orval

Un courrier récent et la visite de la nouvelle médiathèque de Metz ( où l’on peut emprunter ces ouvrages) m’ont incitée à rediffuser ce billet qui date de 2010 ,  que peut être la plupart d’entre vous n’ont pas lu .

J’ai rajouté un lien vers un site qui développe cette légende d’Orval , je vous invite donc particulièrement à cliquer ici

SERVAIS-Orval-tome-22

Souvenez – vous  l’été dernier  de mon incursion en Belgique , avant de nous installer à Han sur Lesse nous sommes passés par l’abbaye d’ Orval . La lecture de la bande dessinée de Jean – Claude Servais et la parution du tome 2 m’incitent aujourd’hui à revenir sur l’esprit d’Orval.

La bière d’Orval n’a plus aucun secret pour vous ? Ok, mais si la couleur ambrée et l’arome intense de ce breuvage, confectionnée avec l’eau de la fontaine Mathilde, vous est familière , l’histoire du trésor de l’abbaye vous est peut être encore inconnue. Quelques rappels historiques pour vous mettre dans l’ambiance .

IMG_1429

L’église, dont les travaux se sont achevés vers 1124, s’inscrit dans un domaine qui ne tarde pas à s’agrandir pour couvrir 7000 hectares, 130 moines y vivent . Mais la révolution française arrive sur place et les troupes du général Loison, après avoir pillé méthodiquement les lieux, incendient l’édifice . En 1926 un nouveau monastère est construit qui intègre les ruines de l’ancienne abbaye .

IMG_1443

Mais quid de la légende qui perdure à propos d’Orval ?  . Encore une petite remontée dans le temps ,  le 20 juin 1791 la famille royale s’échappe des Tuileries espérant atteindre Montmédy où l’attend le marquis de Bouillé. Seulement voilà, du coté de Varennes, l’entreprise échoue . Marie Antoinette a emporté ses bijoux et, mystère, on n’a jamais retrouvé ceux-ci . On sait que le coiffeur de la reine est parti en éclaireur pour Montmédy, a – t – il mis le magot à l’abri à Orval ? ou bien s’en est il débarrassé à Montmédy ? Certains prétendent que ce trésor aurait été découvert et aurait financé la construction de la nouvelle abbaye. .

IMG_1437

Toujours est – il que la légende perdure à Orval ( des trous dans les murs et les souterrains sont encore visibles dans les ruines) et cette histoire a inspiré à Jean Claude Servais deux albums magnifiques. Je vous laisse en sa compagnie en cliquant sur  Orval.

Orval