Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Pensées

Combien d’années encore ….

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

Colette ( clic )  à la barre du bateau des croqueurs de mots nous dit :
 
“Aux matelots des Croqueurs de Mots ;
étant à la barre pour cette quinzaine,
je vous propose comme thème :
Le quotidien.
À partir de cette citation :
« Le train quotidien va bientôt dérailler,
qui veut rester dedans n’a qu’à bien s’accrocher. »
Robert de Houx
En vous inspirant de ces mots,
sans nécessairement les employer,
écrivez un petit quelque chose
comme vous l’entendez,
dans la forme littéraire qui vous plaît.
Ce, pour lundi 9 décembre.

*

IMGP8154

Combien d’années  encore ton  train quotidien

Glissera  –t- il  sur les doux rails d’ habitude,

Le   cours     de   ta   vie    sans    vicissitude,

La  machine  toujours au servic’  de l’humain ?

*

Ne   vois – tu  pas  déjà  poindre l’inquiétude

D’un   univers  en  proie  au  péril  de demain ?

Sur les sables mouvants d’un destin incertain  

Chaque   jour   se   fracassent  nos  certitudes.

*

Il  ne  sert  à  rien  de  se voiler  la  face

Tu sais bien au fond de toi qu’il y a menace

Accroche -  toi aux wagons de ton aptitude

*

Renforce   tes   liens   avec  la   terre  mère

Ne   répond   pas   aux   sirènes  d’éphémère

Il est vraiment temps de  changer d’attitude.

GF 09/12/19

 

 

 

 


Une autre participation pour imagecitation 47

 

getattachment_thumb

Pour imagecitation 47 un clic sur le logo.

“Quand l’homme n’aura plus de place pour la nature , peut – être la nature n’aura plus de place pour l’homme” Stefan Edberg

IMGP8154 - Copie

IMGP6311

“Les     tourments    de    l’enfer   sont   implacables,  vifs
Sont   les  feux  de l’enfer ; et   pourtant les  vautours
S’arc-boutant    contre   l’air pour virer sur leur aile
Sont   plus beaux que le vol plané de ces mouettes
Abandonnées  au vent dans la fraicheur du jour
Plus beaux que les ventilateurs dans les asiles
Qui   par   leur   soyeux    va -et-vient
Tissent   à   l’espoir  un  destin ;
Et    jamais    l’espoir   n’a   lancé
Sa gageure aussi haut que l’illusion vitale
Qui  chevauche le vol du vautour.  Si  la mort
Peut   voler   pour  l’amour   de   voler,   est-il   rien
Que la vie, pour l’amour de mourir, ne pût faire ?” Malcolm Lowry

chien et sanglier

“ On ne peut substituer l’apparence à la réalité “ Diane de Beausacq

 

IMGP7970

“Tendresse maternelle toujours se renouvelle” proverbe français 

“Nous devons un jour parvenir  à ce que la protection de la planète devienne naturelle à l’homme” Jean Louis Etienne

imgp8152_thumb