Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Art

Le tableau du samedi

Pour le tableau du samedi, Fardoise ( clic)  nous propose comme thème :  la rivière .

Le lien des participations est chez Lilou soleil (clic) .

Je vous propose une oeuvre d’ un autre peintre lorrain, Edmond Petitjean (Neufchâteau 1844 – Paris (17e) 1925).

PETITJEAN E. 417

Fils d’un notaire ; époux de Jeanne LAUVERNAY – PETITJEAN.

Son père était né à Charmes, sa mère à Neufchâteau.

Sa famille s’installa en 1851 à Nancy où il fit ses études secondaires avant de s’orienter vers le droit, tout en suivant les leçons de Louis LEBORNE à l’Ecole municipale de dessin et de peinture. Ayant obtenu sa licence dans la capitale en 1866, il renonça à une carrière d’avocat ou de magistrat pour se consacrer à l’art. De retour à Nancy, il débuta en 1868 à l’exposition de la Société lorraine des Amis des Arts. A partir de 1873, il exposa parallèlement à Nancy et au Salon des Artistes français dont il devint sociétaire en 1883. Il s’était installé à Paris l’année précédente mais garda un pied-à-terre dans la cité ducale jusqu’en 1893.

Exclusivement paysagiste, E. PETITJEAN peignit de nombreuses vues de villages et de sites lorrains, en particulier des bords de rivières. Adepte de la peinture de plein air, toujours en quête de sites pittoresques, il travailla aussi en Bourgogne, en Franche-Comté, en Saintonge, en Ile-de-France et, attiré par la mer, peignit à partir de 1875 des marines et des vues de ports. Il représenta à maintes reprises les rivages de la mer du Nord (de la Hollande à Dunkerque), de la Manche, de l’Atlantique – avec une prédilection pour le port de La Rochelle – et occasionnellement la côte méditerranéenne.

Il peut être considéré comme un héritier de l’impressionnisme par sa palette subtile, son sens de la lumière et une touche nerveuse très caractéristique. Sa technique fut diversement appréciée par les critiques lorrains du début du XXe siècle.

« Qu’il s’agisse d’un escarpement ou d’un site rustique, nul mieux que lui ne sait en rendre la rudesse avec une vibrante intensité dans une matière épaisse, riche et absolument juste de ton. […] On ne peut dire si les marines ne sont pas supérieures à ses paysages, en raison du grouillement qu’il sait imprimer à ses masses de navires au port et à leurs forêts de mâts, en raison du clapotis qu’il rend à merveille dans la multitude des nuances reflétées » Ct LALANCE (1903).

PETITJEAN E. 417 bis


Folklore et retrouvailles

Notre centre Pompidou Metz vient de réouvrir , aussi avons – nous choisi de  nous retrouver , toute notre joyeuse équipe  devant l’édifice , et de  profiter de sa nouvelle exposition sur le folklore .

P7064799P7064801

Le mot folklore apparait au milieu du XIX ème siècle . Il désigne les traditions ( lore ) d’un peuple ( folk) . Avant cette nomination on parlait de “ popular antiquities “, les traditions anciennes survivant sous forme de contes, coutumes, costumes , rites et objets . L’attrait d’un exotisme de l’intérieur ou de des survivances archaïques  ,  la  quête des origines  guident de nombreux artistes ,

P7064810

Lit clos breton

Comme Paul Gauguin , Paul Sérusier  et les Nabis en Bretagne à la fin du XIX ème siècle .

P7064809 œuvre de Paul Serusier

Vassily Kandinsky et Gabriele Münter lorsqu’ils s’installent en Bavière

P7064813

Lied de Vassily Kandinsky 1906

P7064816P7064817

Chuchoté, composition ovale, message intime de Kandinsky

Le folklore est  un vivier de formes et un répertoire inépuisable de motifs et de techniques  comme viennent l’illustrer les travaux d’ateliers du Bauhaus ou de Sophie Taeuber-Arp, ou les peintures de Natalia Gontcharova entre autres.

Saviez – vous que cette dernière a développé une peinture abstraite en s’inspirant de costumes  espagnols ?

P7064827

L’influence du folklore se retrouve aussi dans l’univers de la mode, avec l’exposition de fiches studio, planches de collection et deux ensembles haute couture d’Yves Saint Laurent qui a régulièrement puisé son inspiration dans les vêtements traditionnels, des pays de l’Est, des ballets russes, ou du côté de l’Espagne.

P7064829P7064830

Dans la dernière partie de l’exposition, les œuvres des artistes contemporains témoignent d’un nouveau folklore à créer, ou peut-être même d’un nouveau folklore déjà existant, tel un art vivant. 

Ci – dessous une oeuvre de Corentin Grossmann  messin d’origine, “la meneuse “ . Elle est peuplée de formes hybrides, de mirabelles mutantes et d’inquiétantes chenilles processionnaires dans un décor pouvant évoquer l’architecture lorraine et les vlutes de fumée des usines . La mythologie et l’univers du conte sont bien présents tout en conservant un caractère indéfini .

P7064831

La sculpture « Mollah Nasreddine, the Antimodern » du collectif Slavs and Tatars clôt l’exposition, avec son personnage, religieux philosophe mi-savant mi-bouffon, juché sur un âne, qui trotte vers le futur mais regarde vers le passé.

P7064846

L’après – midi de notre joyeuse équipe s’est terminée chez Elisabeth qui nous a régalé avec des gâteaux faits maison délicieux  et des breuvages qui l’étaient tout autant .

P7064855P7064856

Un grand merci Elisabeth pour cet accueil  si chaleureux, sous le signe de l’amitié, dans ta  maison  où la sérénité règne à l’intérieur comme à l’extérieur .

P7064853

 


Le tableau du samedi

Pour le tableau du samedi, Fardoise ( clic)  nous propose comme thème :  la rivière .

Le lien des participations est chez Lilou soleil (clic) .

Je vous propose un tableau du peintre mosellan Edmond Louyot ( 1861- 1920) né à La Lobe, commune d’Arry

Les lavandières à Arry ( 1895)

Préfecture de  Metz

LOUYOT E. 63

Il était fils d’un cultivateur maire d’Arry depuis 1860 . Second d’une famille de dix enfants, il entra après la défaite de 1870 au petit séminaire de Montigny où il resta six ans avant de terminer ses études au lycée de Metz. Doué pour le dessin, il fit un bref passage à l’Ecole des Arts et Métiers de Karlsruhe puis dans l’atelier d’un peintre-décorateur de Munich avant de faire son service militaire dans la capitale bavaroise. De retour en Moselle en 1883, il obtint une bourse du gouvernement allemand et fréquenta les Beaux-Arts de Düsseldorf en 1884-85 puis ceux de Munich de 1886 à1889 ; il y fut l’élève de Johann Caspar HERTERICH.

En 1891, il épousa Adèle STRUPPE à Schliersee (Bavière) et débuta cette même année au Salon de Munich, ville où naquirent ses deux enfants et où il vécut jusqu’à la fin de la Grande Guerre, à l’exception d’un séjour de dix-huit mois en Moselle en 1892-93 et d’un voyage d’étude en Italie en 1895. Il y retourna avant 1914 (Santa Margherita, Trente et Venise), période où il visita aussi la Côte d’Azur. Il avait fait plusieurs séjours en Hollande, le premier en 1892 grâce à un prix fondé par l’empereur Guillaume II. Sérieusement malade à partir de 1915, il fit régulièrement des cures à Schliersee. De retour sur sa terre natale en 1919, il souffrit de l’accueil froid et méfiant qui lui fut réservé et mourut peu après.

A ses débuts, Edmond LOUYOT peignait surtout des portraits et des œuvres de petit format mettant en scène des personnages en costumes du XVIIe siècle. Il se tourna ensuite vers le paysage et la peinture de plein air où il fait preuve d’une plus grande liberté de touche : vues de Hollande, des Alpes bavaroises et de la côte méditerranéenne, sans oublier de célébrer avec sensibilité les paysages et la vie paysanne de sa terre natale. Partagé entre deux cultures, il est un admirable coloriste qui cependant resta fidèle à la tradition picturale, se tenant à l’écart du courant novateur de l’expressionnisme allemand, en particulier du « Blaue Reiter » munichois.


Les puys d’Amiens

Connaissez vous les puys d’Amiens  ? Je les ai redécouverts  lors de notre visite du mois de juin au musée de Picardie .

Ce sont des œuvres offertes tous les ans à la cathédrale par les membres de la confrérie Notre Dame du Puy . Cette confrérie attestée depuis 1388, rassemblait des notables, clercs, ou laïcs pour glorifier la vierge par des concours de poésie . Le terme de Puy vient du fait que les notables récitaient leur composition sur des estrades appelées Puy en français médiéval. Par extension les tableaux commandés par cette confrérie ont également pris le nom de Puys.

P6134621

Le 2 janvier jour de la Purification de la Vierge et de la Chandeleur se déroulait la fête principale de la confrérie . Le maitre de l’année donnait une devise appelée palinod qui servait de refrain au poème et de sujet au tableau qui devait orner l’autel de la confrérie . L’artiste choisi devait traduire en images ce palinod et les allégories complexes imaginées pour honorer la mère de Dieu. L’œuvre était exposée à la cathédrale le jour de Noël et y restait jusqu’à être remplacée par celle de l’année  suivante .

P6134623P6134622

 

Depuis le quinzième siècle les tableaux étaient tous conservés dans la cathédrale,accrochés aux piliers de l’église , si bien qu’au début du dix huitième siècle plusieurs dizaines de ces œuvres ornaient Notre Dame. L’évolution du goût fit prendre la décision aux chanoines de vider l’édifice de ces œuvres en 1723 . Seules celles d’une qualité suffisante furent conservées dans une chapelle à l’écart .

File:MasterAmiens.jpg

Le musée de Picardie conserve près d’une vingtaine de Puys d’Amiens dont les dates s’échelonnent de 1499 à 1666 .


le tableau du samedi

Pour le tableau du samedi, Fardoise ( clic)  nous propose comme thème :  les activités de loisirs.

Le lien des participations est chez Lilou soleil (clic) .

Je vous propose pour ce samedi un tableau  d’Emile Friant , la petite barque 1895

FRIANT E. 164

Né à Dieuze en 1863  Emile Friant après la guerre de 1870 opte pour la France et s’installe à Nancy . Il obtient le second prix de Rome pour son tableau “la Toussaint” en 1883 . Peintre naturaliste, il offre  des scènes de la vie courante  avec un réalisme saisissant. Il nous montre ici un bel exemple de loisirs avec cette promenade en barque à voile. Avec son regard tendre sur ce couple, il traduit la douceur de cette promenade amoureuse mais il inverse les canons de l’époque car c’est la jeune femme qui tient le gouvernail .

 


Philibert

images-copie-1

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo.

Aujourd’hui Philibert est attendu à la cour de récré .

P6134626

* Portrait d’un jeune baron,  Jacob Jerritsz Cuyp 1630

*******

P hilibert  engoncé   dans   son  vêtement 

H  ésite  à  bouger   ne  serait – ce qu’un cil

I  l   n’ose   sourire  même  souverainement

L    e  jeune  baron  pose,   ainsi – soit -  il !

I nsensible    à    la    fatigue   assurément.

B  ien droit sur son doigt se tient un volatil’

E duqué  comme  son  maitre  précisément  

R ien  ne vient troubler l’instant, aucun babil

T out  est   maitrisé   pour   cet  évènement .

*********

* Ce tableau se trouve au musée de Picardie d’Amiens . Comme il est coutume à l’époque, les modèles posent avec beaucoup de raideur. Je plains sincèrement cet enfant obligé de garder la pose , à cinq ans ce doit être très difficile (  ce tableau s’intitule aussi portrait d’un jeune garçon de cinq ans portant une perruche ) . Ce portrait revêt des accents allégoriques , dans les traités d’éducation le chien, la perruche et le perroquet incarnent l’amour d’apprendre . Cette œuvre illustre les principes énoncés par les théoriciens de l’éducation : dès son plus jeune âge l’enfant doit être soumis à une éducation stricte afin de faire honneur à sa famille . À ce titre les garçons , héritier du capital familial et garant de la continuité de la lignée ont plus souvent les honneurs des portraits individuels que les filles .


Lundi soleil

ob_81f35e_ob-0d6efb-logo-lundi-soleil-2020

Pour lundi soleil chez bernieshoot un clic sur le logo.

P6134607

Le bleu outremer toujours au rendez – vous de ce mois de juin, je vous propose d’aller le chercher aujourd’hui au musée de Picardie d’Amiens .

P6134595

Après plusieurs années de travaux, le musée  fermé pour cause de coronavirus est à nouveau ouvert depuis le 9 juin, nous en avons profité pour lui rendre visite lors de notre séjour chez le fiston .

Des plafonds de toute beauté un peu partout dans l’édifice et

P6134611

 

de fort beaux tableaux à découvrir ou redécouvrir comme ce naufrage de Charles Quint de Pierre – Nolasque Bergeret . J’aurais l’occasion de revenir sur certaines oeuvres prochainement .

P6134636


Le tableau du samedi

Pour le tableau du samedi, Fardoise ( clic)  nous propose comme thème :  les activités de loisirs.

Le lien des participations est chez Lilou soleil (clic) .

Vous connaissez tous mon intérêt pour mon destrier aussi ai – je pensé à  Fernand Léger et son tableau de la série “ les loisirs “ pour illustrer ce thème

P5270155

 

La guerre terminée et après son retour en France, Léger affirme toujours plus clairement sa volonté d’adresser sa peinture « à tous », de la rendre lisible et accessible au plus grand nombre. S’exprimant dans la revue Esprit , en juin 1950, à l’occasion d’une enquête sur la question alors brûlante du réalisme, il indique : « J’ai voulu marquer un retour à la simplicité par un art direct, compréhensible pour tous, sans subtilité. Je crois que c’est l’avenir, et j’aimerais voir les jeunes s’engager dans cette voie. »

La série des loisirs répond au défi du réalisme alors au cœur des débats artistiques .

À partir d’un motif développé aux Etats Unis des 1943, elle mêle ses souvenirs de jeunes Américaines aux maillots colorés à l’iconographie du cirque et à l’imaginaire nostalgique du Front Populaire . Comme sur une photographie de famille , un groupe d’acrobates et de cyclistes prend la pose , sur un fond azur uni, composant une image idéale du peuple pour le peuple .


Le tableau du samedi animal de compagnie

Pour le tableau du samedi repris par  Lilou et Fardoise et dédié à l’animal de compagnie je vous propose ce chien de Lucien Grandgérard .

Lucien Grandgérard peintre, dessinateur  et graveur  lorrain né à Nancy en 1880 ( mort en 1970 à Le Perreux )  . Après ses études à Nancy, au lycée puis à l’Institut de chimie, il fit divers stages dans les laboratoires des brasseries lorraines. Il choisit ensuite la voie artistique,  ses deux thèmes de prédilection étaient les charmes féminins et les paysages inspirés de ses séjours en Bretagne, en Normandie et en Hollande.Il n’oublia pas pour autant la Lorraine dont il retrace les paysages dans ses huiles, dessins et gravures. Il participa régulièrement au Salon des Artistes français dont il fut membre du comité et du jury. Si vous voulez voir le billet que je luis avais consacré un clic sur le tableau .


Lundi soleil

ob_81f35e_ob-0d6efb-logo-lundi-soleil-2020

Pour lundi soleil chez Bernieshoot un clic sur le logo.

Pour ce lundi  outremer, j’ai choisi une œuvre vue au Centre Pompidou Metz il y a quelque temps , les trois galeries étaient alors consacrées au Japon , ses œuvres architecturales et ses artistes . Pour en voir un peu plus un clic sur la photo ci dessous

IMGP8253


Le tableau du samedi – animal de compagnie

 

J’ai choisi pour ce samedi  un tableau  de Maud Earl ( 1864 – 1943) , peintre américaine d’origine britannique .

Ses portraits de chien d’un réalisme saisissant étaient très populaires auprès de la famille royale qu’il s’agisse de la reine Victoria ou de la reine Alexandra du Danemark.

Maud Earl (1864-1943) | A pointer in a landscape at sunset ...

Son père lui apprend dès son plus jeune âge à peindre et dessiner puis elle étudie au Royal Female Scool of Art de Londres. Elle réussit à vivre de ce métier de peintre , bien que ce soit extrêmement rare pour une femme de gagner sa vie de cette façon à l’époque de la reine Victoria.

File:The power of the dog (Plate VIII) BHL22637135.jpg


Fatou

images-copie-1

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo.

P2170059

F ière   et  prête pour la grande aventure 

A  rborant   voilette  et fleur de cérémonie

T   antôt   elle   partagera  de  Castor le nid

O n   sait   que   lui  aussi  a  de  l’envergure

U n air stylé, avec Fatou c’ est l’ harmonie. 

P2170057


Lundi soleil

ob_81f35e_ob-0d6efb-logo-lundi-soleil-2020

Pour lundi soleil chez Bernieshoot un clic sur le logo.

Pour ce dernier lundi du mois en magenta, je vous propose une vue d’une exposition du centre Pompidou, “l’oeil extatique “ un extrait d’un film de Sergueï Eisenstein consacré à Yvan le Terrible .

PB030154

Mais je vous conseille de ne pas en rester là et si  vous voulez voir d’autres œuvres de cette exposition, notamment toutes celles inspirées des autres films de l’artiste et de ses voyages ,  je vous conseille de vous rendre ici et


Des lettres pour un mot mystère

uz2811_OTPvReKha0IzQQFJpvh4@250x147

Pour des lettres pour un mot mystère chez Lilou un clic sur le logo

Le mot à trouver  éludorique : manière de peindre en miniature au 18 ème siècle .

Les anagrammes sont soulignées dans le texte .

un-exceptionnel-album-muraqqa-de-trente-miniatures-1363086132691416

photo prise sur le net ici

Odile  ne manque jamais de s’éduquer quand on parle d’art . Elle est particulièrement  douée   avec crayons et pinceaux , elle maitrise  parfaitement la technique de la peinture diluée de l’aquarelle mais ne connait pas vraiment  la peinture éludorique . Aussi quand Elodie son amie lui propose d’aller salle Roque  où se déroule la vente de l’album  murraqua de trente miniatures de l’Inde moghole , une lueur intense de satisfaction roule   dans ses yeux .  Elle n’en revient pas de trouver relié dans ces pages un  aperçu complet de l’univers pictural indien . Là aujourd’hui c‘est du lourd qui est mis à prix , d’autant plus que l’album a appartenu à James Forbes . La mise à prix de 80000 euros n’est pas un délire , c’est un véritable trésor qui se tient là .

Chaque miniature est enrichie par une marge dorée , certaines ornées de vase de fleurs et de bouquets . Scènes de cour, romantiques , baignades de femmes, figures de la littérature persane , tout y est .

Sur l’une des œuvres  un drôle d’équidé coiffé d’un plumet, la queue joliment enrubannée,   piaffe sous le contrôle de la reine Anne de Danemark épouse du roi Jacques I d’Angleterre . Ce portrait équestre de facture plus occidentale que les autres œuvres étonne tant Odile qu’elle  n’arrêtera pas d’en parler longtemps après avoir quitté la salle .


anagrammes du jeudi

Pour les anagrammes du jeudi un clic sur le logo.

Le mot : Collégiale .

Les anagrammes sont soulignées dans le texte .

P4190069

Clélia , au grand dam de sa maman, ne jette aucun magazine, aucun journal .  Elle apprécie particulièrement  la couverture en papier  glacé du supplément de l’édition locale du journal. Elle ne manque pas de l’utiliser pour décorer certains de ses travaux  d’école . Depuis qu’au collège son professeur de dessin lui a montré ce qu’il était possible de faire en matière de collage, elle est devenue une vraie spécialiste .  Elle trie ,  découpe tissus , cartons, papiers, et colle pour reconstituer de véritables scènes. Même la plus petite écaille trouve sa place sur sa feuille . Nul doute que  la prochaine étape sera de participer à une exposition .

 


Jao

images-copie-1

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo .

Jao nous y attend .

WP_20191226_020 (1)

Cheval à la herse de Pierre Rouillart

*

J eune et fougueux cheval  jouant

A vec  les  pièges  sans  hésitation

O ubliant  vraiment  l’appréhension

*

J  eu   dangereux   mais   il  gère

A   vec   cette   halte  passagère,

O   n sait qu’habile et  triomphant

*

J ao    l’orgueilleux    aime    plaire.

A ux autres  il ne pense pas souvent

O ffrant  sa  fierté à tous les vents

 


Lundi soleil

ob_81f35e_ob-0d6efb-logo-lundi-soleil-2020

Pour  lundi soleil chez Bernieshoot un clic sur le logo.

Nous continuons avec le blanc des sculptures,  cette fois ci au musée d’Orsay

PC264610 

PC264606

Pénélope endormie Jules Cavelier

 

PC264609

Bon lundi à vous toutes et tous


Rendez–vous reflets

120119361

Pour les rendez – vous  reflets qu’organise  Annie instants de vie 54,   en hommage à Marc de Metz , un clic sur le logo.

Je vous propose ces reflets d’hiver pris sur un étang de Woippy

IMGP9056

 

IMGP9070

Et une photo prise au Centre Pompidou Metz dans le cadre de l’exposition Théâtre des métamorphoses de Rebecca Horn

PB030172


Toulouse Lautrec résolument moderne

L’exposition que nous avons vue au Grand Palais se propose de montrer toutes les facettes de sa peinture et pas seulement celle de la culture de Montmartre avec sa vie dissolue que nous connaissons, une excellente  façon de souligner  la singularité de cet artiste.

Lautrec

Toulouse Lautrec peint par Henri Rachou

Elle nous invite à rattacher Toulouse Lautrec à la lignée du réalisme expressif , mordant et complice , héritier de Daumier, Manet et Degas . A dix sept ans il déclare vouloir déjà faire vrai et non pas idéal , son naturalisme vigoureux évoluant vers un style incisif et caustique influencé par le Japon, la photographie et les impressionnistes .Tres tôt Toulouse Lautrec fait de la photographie son alliée . Bientôt c’est le cinéma qui impose une nouvelle relation au temps et à l’espace .

Il se forme dans les ateliers parisiens d’abord chez Léon Bonnat puis rejoint en 1882 l’atelier de Fernand Cormon . Il lui doit son aisance future à violenter les lumières , activer la perspective , faire saillir les corps , chercher l’animal sous l’humain . Il y côtoie Van Gogh et Emile Bernard .

PC264560

Emile Bernard peint par Toulouse Lautrec

Il brocarde par anti – idéalisme “le bois sacré” de Puvis de Chavanne , vous le remarquerez sur la toile juste à côté de l’agent de police, un  pied de nez de Lautrec au dogme académique.

  

Le bois sacré de Puvis de Chavanne

PC264556

Le bois sacré de  Toulouse Lautrec

PC264557

à partir de 1886 les modèles féminins se définissent déjà par le flottement de leur statut et de leur identité .

PC264563

Portrait de Jeanne Wenz 1886

Un portrait qui serait plutôt à rapprocher de ceux de Bastien Lepage .

 

PC264565

Rousse ou la Toilette 1889 

La mise en page de Rousse  et les stries de couleurs n’est pas sans rappeler Degas et Forain .

Cette femme rousse a littéralement obsédé Toulouse Lautrec, on la retrouve dans de nombreux tableaux .

PC264564

Nous la retrouvons avec “Au cirque Fernando, l’écuyère” s’apprêtant à se dresser sur le dos d’un cheval au galop puis à se jeter à travers  un écran de papier . Tout ici est déformé et abrégé sous l’effet d’une perception qui s’emballe . 

PC264568

Avant même que Baudelaire ne l’associe à sa définition du peintre de la vie moderne , le dandysme masculin en constituait l’essence . Très porté sur Londres , Lautrec n’a jamais caché son gout pour la culture anglaise . D’où tout une série de boulevardiers  dont trois exposés au salon des indépendants de 1891.

PC264569 Portrait de Gaston Bonnefoy 1891

Les affiches de Toulouse Lautrec

File:Lautrec moulin rouge, la goulue (poster) 1891.jpg

Tout commence par celle réalisée pour le moulin rouge dont  la Goulue est le pivot  , l’artiste est séduit par la gouaille et  la vitalité de cette fille qui lui inspire de nombreux tableaux et lithographies .

Jane Avril une autre égérie de Toulouse Lautrec , elle danse aussi au Moulin Rouge.

PC264570

Peintre lettré Toulouse Lautrec se rapproche de la Revue Blanche vers 1893 – 1894. L’affiche créée pour la revue en 1895 est l’une des plus puissantes, on y voit Misia, la femme de Thadée, évoluer sur la glace .

PC264579

PC264582

Diseuse et chanteuse Yvette Guilbert joue de ses longs bras graciles qu’elle gante de noir, Toulouse Lautrec l’a découverte au divan Japonais , une salle de spectacle de la rue des martyrs .

PC264581

La passion des femmes revient dans toute l’œuvre de Toulouse Lautrec, elle va des portraits de jeunesse aux anonymes filles de joie .

PC264585

“Au salon de la rue des Moulins” réalisé à partir de nombreuses études sur le vif dépeint des prostituées placides dans l’attente passive et suggère le luxe étouffant de l’espace clos .

PC264589

Dès l’enfance, Toulouse Lautrec élevé dans une famille où l’on s’adonne à l’équitation, dessine des chevaux .

PC264594

Il mène sa vie au rythme de sa création , intensément librement . Mais bientôt les abus d’alcool et le travail acharné ont raison de sa santé . Ses parents le font interner dans une luxueuse clinique privée de Neuilly en 1899 dont il ne sera autorisé à sortir qu’après avoir prouvé sa maitrise en dessinant des scènes de cirque .

PC264595

Sa maitrise retrouvée , “Un examen à la faculté de médecine” et ses ultimes portraits prouvent sa capacité à oser d’autres voies, comme sa liberté souveraine et créatrice.

PC264596 


Lundi soleil

ob_d853f5_logo-lundi-soleil-2019-small

Pour ce premier lundi de l’année chez Bernie shoot un clic sur le logo.

Le blanc est à l’honneur pendant tout le mois de janvier , je vous propose de l’inaugurer avec ces photos prises lors de notre escapade du 26 décembre à Paris . Les mouettes semblent apprécier particulièrement le blanc des statues situées à l’entrée du jardin des tuileries.

PC264544

 

PC264545


à la cathédrale de Verdun

Je suis encore dans les temps pour vous parler de cette crèche  que j’ai eu l’occasion de voir mercredi dernier à Verdun.

WP_20200101_025

C’est toute la Provence qui s’est installée à Verdun , dans  la cathédrale Notre Dame de Verdun,  une réalisation magnifique  prévue au départ pour la cathédrale Notre Dame de Paris .

WP_20200101_021

Cette représentation de la naissance de Jésus entouré de Marie et Joseph et à leur côté, les bergers éveillés la nuit par l’ange venu leur annoncer la naissance du Sauveur, reste fidèle au récit de la nativité dans l’évangile de St Luc,

WP_20200101_005

en invitant tout un peuple à la célébration de l’évènement .

WP_20200101_007

 

Les santons sont porteurs du message spirituel et l’agencement du paysage présente des symboles bibliques et religieux .

WP_20200101_015

Le moulin à vent évoque non seulement le souffle du vent mais aussi celui de l’Esprit Sain.

WP_20200101_012

L’eau du ruisseau ou celle du puits rappelle qu’elle est source de vie pour la nature et l’humanité .

WP_20200101_019

Le pont point de passage relie  la terre et le ciel .

WP_20200101_018

Le rameau de ronce qui s’accroche à la grotte symbolise déjà la couronne d’épines

WP_20200101_004

Les bergers sont porteurs d’une lanterne pour éclairer le monde de la lumière du Sauveur en témoignage du message évangélique .

WP_20200101_020

Le ravi est parfois associé au naïf , l’idiot du village . En fait il est l’émerveillé, un être de lumière , il ne voit que la beauté du monde .C’est lui qui raconte tout ce qu’il voit et que les autres ne savent pas voir . Tout le monde a sa place dans la crèche , du plus démuni au plus riche et l’étranger est toujours le bienvenu .

WP_20200101_013

 

 


Lundi soleil

ob_d853f5_logo-lundi-soleil-2019-small

Pour lundi soleil chez Bernieshoot un clic sur le logo .

Je ne peux m’empêcher de vous montrer, pour ce thème de la lumière du mois de décembre , d’autres facettes de  la façade occidentale de la cathédrale éclairée par artslide , grâce au  vidéomapping  . Comme je vous le précisais sur un autre article ( clic ) ce spectacle a lieu les jeudis, vendredis, samedis, dimanches à partir de 19 heures et ce jusqu’au 5 janvier 2020.

Pour celles et ceux qui n’auraient pas vu la vidéo mise sur un autre billet cliquez ici

P7040164P7040179P7040181 

Bon lundi à vous toutes et tous


Pépin

images-copie-1

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo.

Pépin ,  de son vrai nom Claude  Guillemin né à Moulins le 11 aout 1842 ,  fait son entrée aujourd’hui à la cour de récré . Inutile de préciser que ses dessins vont  avoir un certain succès .

File:Guillaumin, Claude (Pépin).jpg

P eintre     et   caricaturiste    Guillaumin

E gratigne       politiques     et    cléricaux

P amphlet   virulent   illustré  de  sa  main 

I l  fait  campagne  et  monte  au  créneau

N  aturellement militant au sein du Grelot

File:Le comité de saletés publiques.jpg

P uis    il     abandonne   le   dessin  politique

E n  préférant  choisir  dans son Allier natal

P armi les paysages,  la  Sioule authentique

I nvitant  aussi  Ebreuil   et  l’Oeil magistral

N e  négligeant  pas  sa  région  en  général. 

  File:La Vérité (Pépin).jpg

Pour en savoir plus sur lui un clic ici 


L’œil extatique suite

C’est avec le film “Octobre” de Serguei Eisenstein que nous avons rendez – vous maintenant .

En 1927 pour célébrer le dixième anniversaire de la révolution d’octobre, le pouvoir soviétique passe commande au cinéaste d’un film monument . Grâce au succès du “cuirassé Potemkine”, il est doté de moyens pharaoniques. Eisenstein ne se contente pas de réaliser un film à la gloire du régime, il tente d’instaurer un cinéma intellectuel capable de concilier émotion et raisonnement philosophique . Le film sera l’objet de nombreuses censures  et remaniements, Staline serait intervenu pour la première fois pour éliminer toute présence de Trotski.

“Octobre” est traversé par l’art de la statuaire à laquelle le cinéaste assigne un puissant symbolisme .

PB030125

“L’éternel printemps” Auguste Rodin

Dans le film , à la vue de “l’éternel printemps” d’Auguste Rodin, une soldate du bataillon de la mort (une des dernières formations militaires à défendre le palais d’Hiver) capitule.

Pour l’arrivée de Lénine à la gare de Finlande, il préfère aux images d’archives un sosie provoquant la colère des membres du front gauche de l’art qui préconisent une approche documentaire. (le chef révolutionnaire faisant l’objet d’un culte qu’aliment les nombreuses représentations officielles ).

PB030127

Portrait de Lénine d’Isaac Brodski

PB030131

En 1926 Eisenstein commence un film sur la modernisation des campagnes soviétiques , ligne générale du Parti . Interrompu par la  commande d’”Octobre” , il reprend en 1928 avec un scénario remanié. Sous la pression de Staline le film doit glorifier l’entreprise de collectivisation du monde rural . Il s’intitule “ l’Ancien et le Nouveau “.

PB030128

“L’Ancien et le Nouveau “ mêle des références à l’architecture rationaliste de “Le Corbusier”, à la mythologie (pour le couple formé par le taureau Fomka et la paysanne Marfa  inspiré de l’enlèvement d’Europe) .

PB030133PB030134

En 1930 Eisenstein part travailler à Hollywood, fin décembre il débute au Mexique le tournage d’un film retraçant l’histoire de son peuple .Outre sa dimension politique le projet comporte des aspects ethnologiques et anthropologiques . Malheureusement ce film “ Que Viva Mexico” ne  sortira jamais, le budget initial largement dépassé  et aussi parce que Staline somme le cinéaste de rentrer en URSS.

PB030136

Une place très importante est réservée aux rituels des Mexicains , le jour des morts hérité des Aztèques et célébré le 1 et le 2 novembre joue un rôle central dans le film qu’il devait clore.

PB030137

Eisenstein au Mexique renoue avec le paradis perdu et retrouvé de l’art graphique .Il s’adonne à des compositions mêlant érotisme et cruauté , irrévérence et humour .

PB030144

Pour “Alexandre Nevski” (retraçant la résistance victorieuse des Russes contre l’invasion teutonique au XIII ème siècle )  Eisenstein entame une collaboration féconde avec le compositeur Serge Prokofiev dont la partition contribue à l’immense succès du film .

Ci dessous  “ montage vertical “ avec les correspondances audiovisuelles entre les images de la séquence de la bataille sur le lac Peïpous et la musique de Prokofiev .

PB030145

En 1941 le cinéaste se voit confier la réalisation d’un film sur Yvan le Terrible ,

PB030154

l’occasion rêvée pour Staline de justifier son recours à la terreur . 

PB030146

Les références à l’histoire de l’art ( icône byzantine, estampes japonaises, expressionisme allemand)  sont nombreuses .

PB030147PB030152

Ces portraits de Pavel Korine semblent vraiment  tirés du film .

L’exposition aborde pour finir la partie théoricien et historien de l’art de Sergueï Eisenstein .

Dans “la psychologie de l’art” de 1940  il note :” la méthode du cinéma est comme un verre grossissant rendant visible la méthode de chacun des arts” .

PB030158

Le massacre des innocents (atelier de Le Tintoret)

Selon lui l’œuvre de Le Tintoret appartient à l’histoire du montage en peinture en raison de sa capacité à dynamiser les figures et à mettre en mouvement l’espace de représentation .

Inutile de vous préciser que “ L’œil extatique “ comporte beaucoup plus d’œuvres présentées et que si vous en avez l’occasion  vous avez jusqu’au 24 février 2020 pour voir cette exposition au centre Pompidou Metz .