Ici l'oeil et l'oreille restent disponibles

Art

Le tableau du samedi

Le tableau du samedi

Pour le  tableau du samedi initié par Lady Marianne et poursuivi par Lilou et Fardoise un clic sur le logo.

Lilou nous dit :

Pour cette première quinzaine nous allons parler musique puisque les salles de concert sont de nouveau ouvertes et que bientôt la fête de la musique sera l’occasion de sortie en famille, entre amis ou entre voisin.

Je vous propose

“Une matinée chez Liszt” (1840) de   Josef Danhauser 

File:Liszt at the Piano.JPG

Ce que j’aime particulièrement dans cette œuvre, c’est  l’atmosphère qui règne dans cette pièce. L’artiste ayant choisi de ne pas faire uniquement le portrait du prodige Liszt mais de réunir dans ce tableau, musiciens et écrivains, en parfaite communion avec la musique de Beethoven qu’il interprète. La scène qui a beaucoup de chance d’être fictive, réunit dans l’appartement parisien  Victor Hugo, Alexandre Dumas, George Sand, Niccolo Paganini, Gioacchino Rossini, Marie d’Agoult.

L’exaltation romantique est suggérée par le désordre dans les partitions posées sur l’instrument. Au centre se trouve le pianiste qui interprète le troisième mouvement de la sonate pour piano n°12, jouée pour les funérailles de Beethoven, à savoir la marche funèbre . Bien sur ici le héros c’est Beethoven dont le buste domine Liszt et ses auditeurs. L’échange entre les deux musiciens est bien représenté par le regard de Liszt en pleine contemplation d’un homme qu’il admirait beaucoup.

Les deux femmes ont une pose alanguie qui suggère la parfaite adhésion au jeu du pianiste. Marie d’Agoult appuyée sur le piano communie parfaitement, George Sand est elle aussi  touchée. L’effet produit sur les personnages masculins est moins net, d’ailleurs le peintre s’attarde plus à mettre en valeur le visage de George Sand avec la lumière que celui d’Alexandre Dumas, plongé dans une semi-obscurité. Par contre Victor Hugo est mieux  éclairé, comme pour témoigner de  sa supériorité. Nous trouvons à la gauche de Victor Hugo les deux musiciens italiens les plus fameux de l’époque, le violoniste virtuose Paganini et le compositeur d’opéras Rossini. Derrière ce dernier se trouve un portrait de Lord Byron, un poète anglais reconnu.

Josef Danhauser dans cette œuvre suggère la dimension européenne du romantisme, Liszt étant le plus à même de prôner l’ouverture aux cultures européennes, ses créations étant liées à  Budapest,  Paris, Weimar,   Rome. D’autre part il montre que la musique et la littérature sont réunies dans le culte de Beethoven, le génie du romantisme.

 

Pour en savoir plus sur Josef Danhauser né à Vienne en 1805  et mort le 4 mai 1845 du typhus, un clic sur son nom.  

 


Clic clac

blog (3).jpg

Le Clic Clac  chez Tortue ( clic)  , c’est une photo publiée le vendredi pourvu qu’elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine.

Je vous propose cet étrange animal ( présent au centre Pompidou Metz) conçu par

Jan Svankmajer

P6030154

Un petit peu de zoom pour mieux voir la composition

P6030154 - Copie

P6030152